Comment se portent les Grands Lacs

Les Canadiens et les Américains se partagent une ressource inestimable : l’écosystème du bassin des Grands Lacs, relié en aval au fleuve St-Laurent. La région du St-Laurent et des Grands Lacs, qui s’étend sur deux provinces et huit états, constitue une part importante de notre patrimoine physique et culturel. Nous comptons sur nos Grands Lacs pour nous approvisionner en eau potable, nous divertir, nous offrir des possibilités de transports, d’énergie et des occasions économiques. Cependant, les demandes d’une vaste population située dans cette région ont pris le pas au fil du temps et les répercussions de l’industrialisation, des changements climatiques, des espèces envahissantes et des contaminants toxiques, parmi d’autres pressions, ont laissé des traces dans l’environnement.

L’Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs (AQEGL), signé en 1972 et révisé pour la dernière fois en 2012, engage le Canada et les États-Unis à rétablir et à maintenir l’intégrité chimique, physique et biologique de l’écosystème des Grands Lacs. Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), la US Environmental Protection Agency (USEPA) et leurs nombreux partenaires des Grands Lacs travaillent de concert afin d’évaluer l’état actuel des Grands Lacs, de prévoir les nouvelles menaces et de mesurer les progrès réalisés en vue de l’atteinte des objectifs communs établis en vertu de l’Accord.

Ce processus suppose l’élaboration et l’évaluation d’indicateurs écosystémiques globaux fondés sur des critères scientifiques en lien avec des enjeux comme la contamination, les espèces indigènes et envahissantes, la dégradation et la perte d’habitats et la santé humaine. La simplification de la nature et des conditions complexes de l’écosystème des Grands Lacs représente un défi. Cependant, l’établissement de rapports sur les indicateurs constitue une façon de rendre plus compréhensibles des renseignements complexes.

Rapports sur l’état des Grands Lacs

En vertu de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, le Canada et les États-Unis, de pair avec leurs nombreux partenaires, ont établi un ensemble de neuf indicateurs sur la santé de l’écosystème, appuyé par quarante-cinq sous-indicateurs, afin d’évaluer l’état des Grands Lacs. Les évaluations de l’état des Grands Lacs permettent de cerner les enjeux actuels et émergents touchant la qualité de l’eau des Grands Lacs et la santé de l’écosystème. Elles aident les gouvernements à évaluer l’efficacité des programmes et des politiques mis en œuvre pour régler les enjeux, et elles contribuent à informer et à mobiliser les autres intervenants.

Le Rapport sur l’État des Grands Lacs résume la santé globale des Grands Lacs, qui est évaluée comme étant passable et inchangée. Bien que des progrès aient été réalisés quant à la protection et à la restauration des Grands Lacs, notamment en ce qui a trait à la réduction des produits chimiques toxiques, plusieurs enjeux restent à régler, dont les espèces invasives et les éléments nutritifs.

Plans d’action et d’aménagement panlacustre

Dans le cadre de l’AQEGL, le Canada et les États-Unis créent des plans d’action et d’aménagement panlacustre (PAAP) binationaux pour chacun des Grands Lacs et les réseaux hydrographiques connexes (les États-Unis élaborent le plan pour le lac Michigan). Ces plans quinquennaux servent de plans d’action pour déterminer et prioriser les activités de restauration et de protection des Grands Lacs.

Chaque PAAP est élaboré et mis en œuvre par un « partenariat du lac » composé de partenaires fédéraux, étatiques, provinciaux, tribaux, des Premières Nations, des Métis et des organismes des gouvernements locaux. Le document reçoit de nombreux commentaires du public pendant le processus d’élaboration.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :