Refuge d'oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) des Îles-de-la-Paix est au sud de Montréal, au Québec. Il préserve l'habitat naturel de plusieurs oiseaux dans une région largement urbanisée.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Le refuge d’oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix se trouve au sud‑ouest de l’île de Montréal dans le lac Saint-Louis, un élargissement du fleuve Saint-Laurent. Ce refuge a été créé en 1972 pour protéger la sauvagine en plein cœur de cette région très urbanisée, où les rives ont été fortement artificialisées. Cette aire protégée constitue donc un havre naturel pour une grande variété d’espèces animales et végétales. Des inventaires fauniques effectués en 2004 par le Service canadien de la faune ont établi que le refuge accueille plus de 11 espèces de mammifères, quelque 130 espèces d'oiseaux, 3 espèces de reptiles et 5 espèces d'amphibiens. Les eaux environnantes abritent quant à elles 41 espèces de poissons et plus de 80 espèces d’invertébrés, dont 9 espèces de moules d’eau douce (mulettes).

De nombreux oiseaux font halte dans cette aire protégée durant leurs migrations annuelles. Au printemps, près de 5000 canards sont de passage dans le refuge, et, durant la migration automnale, on estime à 30 000 le nombre d’oiseaux qui s’y arrêtent, dont des fuligules milouinans, des garrots à œil d’or et des grands harles. En plus d’être utilisé pour le repos et l’alimentation, ce refuge est un important lieu de nidification pour de nombreuses espèces d’oiseaux durant l’été. Parmi les nicheurs, on compte de nombreuses espèces de la sauvagine, notamment :

  • le canard noir
  • le canard mallard
  • le canard pilet
  • le canard chipeau
  • le canard branchu
  • la sarcelle d’hiver
  • la sarcelle à ailes bleues
Canard mallard
Canard mallard. Photo : Jean-François Rail

Plusieurs autres espèces nicheuses peuvent être observées dans le groupe d’îles du refuge, notamment :

  • l’hirondelle bicolore
  • la guifette noire
  • le grèbe à bec bigarré
  • le héron vert
  • le bihoreau gris
  • la gallinule d’Amérique
  • le chevalier grivelé
  • le grand-duc d'Amérique
  • le troglodyte des marais

Le saviez-vous?

En migration, les hirondelles bicolores forment souvent des groupes énormes pouvant compter des centaines de milliers d’individus. Quand tous ces oiseaux se mettent à tournoyer ensemble, ils font l’effet d’une tornade vivante!

Paysage

S’étendant sur plusieurs kilomètres à proximité de l’une des plus importantes voies navigables d’Amérique du Nord, le refuge d’oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix occupe environ 1100 hectares et englobe la réserve nationale de faune des Îles-de-la-Paix. La majorité des îles de cet archipel et les eaux se trouvant dans un rayon de 500 mètres (sauf exception) au pourtour de celles-ci sont comprises dans les limites du refuge.

Paysage
Quelques îles du refuge d’oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix au printemps.

Cette dizaine d’îles basses sont caractérisées par des prairies hautes et des forêts inondées. Le centre de plusieurs de ces îles, plus bas que les rives, forme une cuvette où se succède une végétation de plaine humide jusqu’à une végétation de marécage.

Les rives nord des îles, légèrement inclinées, sont plus affectées par l’action des vagues et les crues printanières. En raison de leur exposition à des niveaux d’eau élevés et à l’érosion, les rives des îles ont connu un recul important, ce qui a modifié la composition des habitats. Aujourd’hui, les prairies hautes et les forêts y sont les principaux habitats. Des marais entourent les îles, particulièrement du côté sud de cet archipel.

Les habitats présentent de légères variations selon la localisation et la topographie particulière de chaque île. Sur les îles les plus à l’ouest, les boisés se composent surtout d’érable rouge et d’érable argenté. On y trouve des herbacées comme l’alpiste roseau, la léersie faux‑riz et la salicaire commune et des arbustes tels le céphalanthe occidental, le houx verticillé et le sumac vinaigrier.

Dans les îles situées du côté est de l’archipel, les boisés sont plus soumis aux fluctuations de niveau d’eau et plus stressés. Dans les terrains bas, on trouve des herbaçaies comptant des espèces de plantes typiques de ce type de milieux aquatiques, comme le rubanier à gros fruits, la quenouille à feuilles larges et la sagittaire à larges feuilles.

Dans le sud de l’archipel, le fait que les îles soient abritées des vents et des courants favorise la croissance de plantes aquatiques flottantes, notamment :

  • le nymphéa tubéreux (ou nénuphar blanc)
  • l’élodée du Canada
  • la vallisnérie d’Amérique
  • l’hétéranthère litigieuse
  • la nitelle
  • la lenticule trisulquée (lenticule à trois pointes)

Carte du refuge

Carte montrant l’emplacement du ROM de l'Îles-de-la-Paix
  • Description longue

    Carte montrant la région autour de Beauharnois et de Léry au Québec. Les limites du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) des Îles-de-la-Paix ainsi que celles de la réserve nationale de faune (RNF) des Îles-de-la-Paix sont indiquées. Le ROM recouvre la majorité des îles de la Paix et une partie des eaux environnantes. Le ROM superpose la RNF, s'étendant davantage dans toutes les directions et recouvre une plus grande étendue d'eau. Les deux aires protégées sont situées à l'ouest de Léry et au nord-ouest de Beauharnois ainsi que de la route132. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes, le les routes sont indiquées sur la carte. Un médaillon montre l'emplacement du ROM au Canada.

Accès au refuge

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui des Îles-de-la-Paix, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment préserver l’état du refuge et veuillez lire les interdictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de protéger la faune qui y vit. N’oubliez pas que les chats et les chiens ne peuvent circuler librement dans les refuges d’oiseaux migrateurs.

Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur les activités permises dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le refuge d’oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Faits saillants concernant le refuge d’oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Québec
Latitude/longitude 45° 21' N/-73° 50' O
Superficie 1092 hectares
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1972
Catégorie de gestion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Monument ou élément naturel (III) (disponible en anglais seulement)
Désignations supplémentaires Englobe la Réserve nationale de faune (RNF) des Îles-de-la-Paix
Fait partie de la Zone importante pour la conservation des oiseaux du lac Saint-Louis et de la réserve nationale de faune des Îles-de-la-Paix
Type d’habitat principal Forêts inondées et marais
Espèces clés d’oiseaux Canard colvert, grèbe à bec bigarré et hirondelle bicolore
Autres espèces Oiseaux : Canard noir, canard pilet, sarcelle d’hiver, sarcelle à ailes bleues, guifette noire, butor d'Amérique, gallinule d'Amérique, chevalier grivelé, grand-duc d'Amérique, troglodyte des marais, grand héron, fuligule milouinan, garrot à œil d’or, grand harle, héron vert.
Plantes : alpiste roseau et rubanier à gros fruits
Amphibiens et reptiles : tortue peinte, grenouille léopard et rainette crucifère
Espèces inscrites à la Loi sur les espèces en péril (LEP) La réserve abrite au moins trois espèces qui sont en péril en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada, dont l’arisème dragon, et au moins huit espèces menacées ou vulnérables ou susceptibles d’être désignées ainsi en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables au Québec, dont la chauve-souris cendrée.
Organisme de gestion Service canadien de la faune, Région du Québec

Lien connexe

Le refuge d’oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix dans Google Maps (Google Maps est une source d'information complémentaire qui aide à situer le refuge d’oiseaux migrateurs et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site)

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada – Région du Québec
Service canadien de la faune
Section Aires protégées
801-1550, avenue d’Estimauville
Québec (Québec)  G1J 0C3

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :