Consultation sur le Rorqual commun, population du Pacifique

État actuel : Fermé

Cette consultation s'est déroulée du 3 octobre 2022 au 2 décembre 2022.

La Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada assure la protection juridique des espèces sauvages en péril afin de conserver la diversité biologique. Elle énonce également que toutes et tous au Canada ont un rôle à jouer dans la conservation des espèces sauvages.

Avant de décider si le rorqual commun (Balaenoptera physalus, population du Pacifique) devrait être reclassé « espèce préoccupante » dans la Liste des espèces sauvages en péril, le gouvernement du Canada souhaite connaître votre opinion et recevoir vos commentaires et vos suggestions concernant les éventuelles répercussions écologiques, culturelles, spirituelles et les impacts économiques de la reclassification de cette population faite en vertu de la LEP.

Questions clés aux fins de discussion

Reclassification du statut

Le processus de reclassification d'une espèce en vertu de la LEP comprend plusieurs étapes. Elle commence par une réévaluation de l’état de la population réalisée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et se termine par la décision du gouvernement du Canada de reclasser ou non une espèce sur la Liste des espèces sauvages en péril. Les consultations publiques sont une étape importante dans ce processus.

Rorqual commun
Rorqual commun (crédit photo : Christie McMillan)

Qui détermine le statut de l'espèce ?

Le COSEPAC est un comité d'experts qui évalue les espèces sauvages qui risquent de disparaître du Canada et qui leur attribue un statut.

Le COSEPAC effectue ses évaluations en se fondant sur les meilleures informations disponibles, notamment les données scientifiques, les connaissances écologiques locales et les connaissances traditionnelles des peuples autochtones. La population de rorqual commun du Pacifique a été désignée « menacée » en 2005, puis répertoriée comme telle en 2006. En mai 2019, le COSEPAC a réévalué la population et lui a attribué le statut de « préoccupant » car elle avait augmenté. Selon la LEP, une espèce préoccupante est définie comme étant susceptible de devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison d'une combinaison de caractéristiques biologiques et de menaces signalées à son égard.

Faits  sur le rorqual commun

Le rorqual commun est une grande baleine profilée pouvant atteindre jusqu'à 25 mètres de long. C’est le deuxième plus grand cétacé après la baleine bleue. Les rorquals communs sont des baleines à fanons, ce qui signifie qu'ils utilisent de longues et fines plaques de kératine qui pendent de leurs mâchoires supérieures pour filtrer les petites proies présentent dans l'eau de mer. Ils sont uniques en raison de la coloration de leur mâchoire inférieure qui est sombre à gauche et claire à droite. Les rorquals communs sont capables de nager très rapidement et très longtemps; c’est leur principale stratégie pour s’enfuir lorsqu'ils sont chassés par les épaulards. Les rorquals communs sont présents dans tous les principaux océans, bien qu'ils soient en plus grand nombre dans les eaux tempérées et subpolaires froides. Les rorquals communs se rassemblent le long du talus continental dans les eaux canadiennes du Pacifique, en particulier dans les zones où se trouvent leurs proies (des concentrations localisées de krill). On les rencontre également dans certains chenaux profonds entre les îles le long de la côte continentale nord de la Colombie-Britannique. Bien que des preuves existent sur un déplacement général de leur distribution vers le nord en été et vers le sud en hiver, on peut les trouver toute l'année dans les eaux canadiennes. Les rorquals communs atteignent leur maturité physique vers 25 ans et peuvent vivre jusqu'à 100 ans.

Carte, description longue au dessous

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

Sightings per unit effort (SPUE) = L’observations par unité d'effort (OPUE)

xx° West (W) = xx° Ouest (O)

Observations de rorquals communs par unité d'effort à partir de 52 relevés effectués par des navires du MPO entre 2002 et 2017 (source : MPO dans COSEPAC 2019).

Description longue

L’image montre une carte des eaux du Pacifique canadien avec des points représentant les observations de rorquals communs (902 au total, de la partie sud de l'île de Vancouver jusqu'au nord de Haida Gwaii et s'étendant jusqu'aux limites des eaux canadiennes) et la couleur des points indiquant l’OPUE (nombre d’observations effectuées dans le carré de grille divisé par la superficie cumulative ayant fait l’objet d’un relevé dans le carré de grille, corrigé pour tenir compte de la superficie totale du carré de grille) d’après 52 relevés à bord de navires réalisés par le MPO de 2002 à 2017. Les concentrations de OPUE sont plus élevées plus loin du rivage et vice versa. (source : MPO dans COSEPAC 2019).

Pourquoi le rorqual commun est-il en péril ?

L'abondance de cette grande baleine semble se rétablir après un effondrement dû à la chasse industrielle à la baleine qui a pris fin au milieu des années 1970. Les estimations actuelles de l'abondance sont inférieures à 1 000 individus adultes, mais elles n'incluent pas les eaux canadiennes au-delà du plateau continental où un grand nombre de baleines a été aperçu lors d'un relevé en 2018. Par ailleurs, les populations dans les eaux américaines voisines augmentent, ce qui pourrait profiter à la population canadienne. Cela dit, les individus sont toujours menacés, principalement par les collisions avec des navires et le bruit sous-marin de la navigation.

Cas où une espèce est reclassée en vertu de la Loi sur les espèces en péril

Si le rorqual commun (Pacifique) est reclassé et passe du statut de menacé à celui de préoccupant, les interdictions de tuer, de nuire à, de harceler, de posséder, de collectionner, d'acheter, de vendre ou d'échanger un individu ne s'appliqueront plus en vertu de la LEP. L'habitat essentiel – l'habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement – n'aurait plus besoin d'être identifié et protégé de la destruction. Cependant, l'espèce et son habitat continueront d'être protégés en vertu de la Loi sur les pêches et du Règlement sur les mammifères marins.

Si le rorqual commun (du Pacifique) est désigné espèce préoccupante en vertu de la LEP, le gouvernement du Canada serait tenu de produire un plan de gestion de la population afin de s'assurer qu'elle ne devienne pas menacée ou en voie de disparition en raison de l'activité humaine. Le plan de gestion remplacerait le programme de rétablissement et le plan d'action actuels. Les plans de gestion élaborés en vertu de la LEP incluent des mesures pour la conservation de l'espèce et de son habitat.

Rorqual commun
Rorquals communs lorsqu’ils soufflent (crédit photo : Christie McMillan)

Renseignements connexes

Avant de répondre à ce questionnaire, vous souhaitez peut-être vous informer davantage en consultant les sites ci-dessous :

Pour nous joindre

Programme des espèces en péril, Région du Pacifique
200-401, rue Burrard
Vancouver, Colombie-Britannique, V6C 3S4
DFO.PACSAR-LEPPAC.MPO@dfo-mpo.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :