Saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha) : évaluation et rapport de situation du COSEPAC 2020

Titre officiel : Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha), unités désignables du sud de la Colombie-Britannique (deuxième partie - unités désignables ayant fait l’objet d’un nombre élevé de lâchers d’écloseries ces 12 dernières années), au Canada

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC)
Unité désignable 1 : Population du sud de la partie continentale - baie Boundary, type océanique, automne - Menacée 2020
Unité désignable 6 : Population du bas Fraser, type océanique, été - En voie de disparition 2020
Unité désignable 13 : Population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.3 - En voie de disparition 2020
Unité désignable 15 : Population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps - En voie de disparition 2020
Unité désignable 18 : Population de la côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne - Données insuffisantes 2020
Unité désignable 20 : Population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été - En voie de disparition 2020
Unité désignable 21 : Population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne - Préoccupante 2020
Unité désignable 22 : Population de la côte sud - fjords du sud, type océanique, automne - Données insuffisantes 2020
Unité désignable 23 : Population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj) - Non en péril 2020
Unité désignable 24 : Population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud) - Menacée 2020
Unité désignable 25 : Population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot) - Menacée 2020
Unité désignable 26 : Population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI + WQCI) - Données insuffisantes 2020

Matériel appartenant à des tierces parties 

Suite à l’Avis pour ce site Web, certaines photos ainsi que certains dessins et éléments graphiques se trouvant dans les documents produit par le COSEPAC peuvent être assujettis à des droits d'auteur appartenant à d'autres organisations et personnes. Dans de tels cas, des restrictions concernant l’utilisation, la reproduction, la communication de telles œuvres protégées par le droit d’auteur peuvent s'appliquer, et il peut être nécessaire de demander l'autorisation aux détenteurs de ces droits, avant de reproduire, utiliser ou communiquer ces œuvres. 

Photo de couverture
Saumon chinook
Information sur le document

Les rapports de situation du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages que l’on croit en péril. On peut citer le présent rapport de la façon suivante :

COSEPAC. 2020. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha), unités désignables du sud de la Colombie-Britannique (deuxième partie - unités désignables ayant fait l’objet d’un nombre élevé de lâchers d’écloseries ces 12 dernières années), au Canada, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, xxxv + 233 p. (Registre public des espèces en péril).

Note de production :

Le COSEPAC remercie Brian Ma, Cedar Morton, Diana Abraham et Aline Litt, d’ESSA Technologies Ltd. ou anciennement d’ESSA Technologies Ltd., d’avoir rédigé le rapport de situation sur le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytsch), unités désignables du sud de la Colombie-Britannique (première et deuxième parties), aux termes d’un marché conclu avec Environnement et Changement climatique Canada. La supervision et la révision ont été assurées par Alan Sinclair, coprésident du Sous-comité de spécialistes (SCS) des poissons marins du COSEPAC. De nombreux membres du SCS ont apporté leur contribution en examinant ce long document et, ce faisant, ont permis de l’améliorer sensiblement. En particulier, Carrie Holt a joué un rôle de premier plan en rendant les données de Pêches et Océans Canada (MPO) accessibles et en aidant à la réalisation d’analyses et à la formulation de recommandations ainsi qu’en contribuant à l’examen de ce document.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada
Ottawa ON K1A 0H3

Tél. : 819-938-4125
Téléc. : 819-938-3984
Courriel : ec.cosepac-cosewic.ec@canada.ca
www.cosepac.ca

Also available in English under the title “COSEWIC assessment and status report on the Chinook Salmon Oncorhynchus tshawytscha, Designatable Units in Southern British Columbia (Part One - Designatable Units with High Levels of Artificial Releases in the Last 12 Years), in Canada”.

Illustration de la couverture :

Saumon chinook - Illustration fournie par les rédacteurs

COSEPAC Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 1

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 1 : population du sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Menacée

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population frayent dans les affluents de la baie Boundary, dont les rivières Serpentine, Nicomekl et Little Campbell, dans le sud de la Colombie-Britannique. Cette espèce sauvage se rencontre dans des milieux d’eau douce et d’eau salée hautement altérés. Les taux de survie en mer continuellement faibles, les prises accessoires et les effets de l’élevage de poissons sont des menaces aux effets cumulatifs sur les individus sauvages restants. Les lâchers d’individus d’écloserie se poursuivent et comprennent des poissons d’autres populations, ce qui menace l’intégrité génétique des quelques poissons sauvages restants. La production en écloserie fait augmenter la taille de la population totale, mais les experts s’entendent tous pour dire qu’il resterait moins de 1 000 individus sauvages matures.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « menacée » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 6

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 6 : population du bas Fraser, type océanique, été

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

En voie de disparition

Justification de la désignation

Les individus matures de cette population retournent en été dans un seul site du bas Fraser (marécage Maria) pour y frayer. Un déclin continu de l’abondance des géniteurs est prévu, compte tenu des milieux d’eau douce et d’eau salée hautement modifiés, de la faible survie en mer et des taux de récolte. Les ouvrages de régularisation des eaux défaillants et les faibles niveaux d’eau ont empêché les géniteurs d’accéder à la frayère en 2018. Les baisses de la qualité de l’eau et de la quantité d’eau devraient continuer sous l’effet de l’urbanisation croissante et du ruissellement.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 13

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 13 : population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

En voie de disparition

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population remontent en été le fleuve Fraser, en passant par la rivière Thompson pour frayer dans les grands affluents du lac Shuswap, notamment les rivières Seymour, Eagle, Scotch et Salmon. Le nombre de géniteurs sauvages restants est estimé à moins de 2 500, et il continuera de baisser selon les projections. Les menaces sont notamment la baisse des niveaux d’eau (résultant des prélèvements d’eau et des changements du moment de la fonte des neiges), la faible survie en mer, les taux de récolte, le ruissellement agricole, la pollution due aux accidents de transport et les importantes altérations aux milieux d’eau douce. Ces menaces sont exacerbées par le séjour relativement long en eau douce.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 15

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 15 : population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

En voie de disparition

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population remontent au printemps le fleuve Fraser et la rivière Thompson pour se rendre dans les rivières Nicola, Deadman et Bonaparte afin d’y frayer. La survie en mer est faible depuis 2000. Un déclin abrupt du nombre d’individus matures a été observé de 2013 à 2018. Cette espèce sauvage fait face à plusieurs grandes menaces permanentes dans son habitat d’eau douce et d’eau salée, notamment la déforestation causée par le dendroctone du pin ponderosa, les effets à court et à long terme des feux de forêt (comme le grand incendie sur la colline Elephant en 2018), la déstabilisation de l’habitat, et la diminution de la qualité de l’eau due aux changements climatiques. Les prélèvements d’eau aux fins agricoles sont importants et continus.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 18

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 18 : population de la côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Données insuffisantes

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers des cours d’eau qui se jettent dans les bras de mer côtiers du sud de la mer des Salish, entre l’inlet Burrard, près de Vancouver, et l’inlet Toba, vers le nord. Les tendances de l’abondance sont disponibles pour seulement 2 des 19 sites de l’aire de répartition de cette espèce sauvage relativement isolée et peu décrite. Les tendances de la période de 2005 à 2018 sont stables, mais l’on croit que la fraye a lieu ailleurs dans le secteur nord. Les données sont insuffisantes pour permettre de déterminer un statut.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce étudiée en novembre 2020 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 20

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 20 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

En voie de disparition

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en été dans les cours supérieurs des rivières drainant le côté est de l’île de Vancouver, de la rivière Koksilah au sud à la rivière Puntledge au nord, pour y frayer. Les experts s’entendent tous pour dire qu’il resterait moins de 1 000 géniteurs sauvages au sein de cette population. Les taux d’exploitation sont relativement élevés (environ 40 %), et la survie en mer estimée est faible depuis de nombreuses années. Les autres menaces sont notamment les modifications à l’écosystème (construction de barrages et la canalisation) et les sécheresses. La contribution des poissons d’écloserie à la population brouille la détermination des tendances démographiques. De plus, les géniteurs issus d’écloseries, en exerçant une compétition directe et en raison du flux génétique, pourraient être une menace constante.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 21

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 21 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Préoccupante

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers le côté est de l’île de Vancouver pour frayer dans plusieurs cours d’eau entre Goldstream, près de Victoria, et Campbell River, plus au nord. Cinq des six bassins versants dans l’aire de répartition de cette espèce sauvage sont surtout occupés par des poissons issus d’écloseries. Alors que l’abondance générale dans le seul bassin versant restant est à la hausse, les individus errants provenant de plusieurs écloseries de grande envergure, lesquelles visent à augmenter la production à l’intérieur des autres bassins versants, pourraient représenter une menace aux poissons sauvages restants de par la compétition et le flux génétique. Les autres menaces sont notamment la faible survie en mer, les taux d’exploitation relativement élevés, les modifications à l’écosystème, et la gestion et l’utilisation de l’eau. Cette espèce sauvage pourrait devenir « menacée » si ces facteurs ne sont pas adéquatement gérés.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 22

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 22 : population de la côte sud - fjords du sud type océanique, automne

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Données insuffisantes

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers les fjords du bras Phillips et de l’inlet Bute, près du détroit de Johnstone, dans le sud de la Colombie-Britannique. Les géniteurs migrent vers les habitats éloignés des rivières Phillips, Franklin et Orford ainsi que vers d’autres cours d’eau. L’espèce fait l’objet de certaines données tirées de relevés, mais la couverture de celles-ci est incomplète. De plus, les méthodes de relevé changeantes rendent difficile l’interprétation des tendances de l’abondance ou des effectifs récents des individus matures. Les données ne sont pas suffisantes pour permettre l’évaluation du statut.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce étudiée en novembre 2020 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 23

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 23 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Non en péril

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne pour frayer dans les rivières drainant le versant oriental de la crête montagneuse côtière de l’île de Vancouver, notamment les rivières Adam, Quinsam, Nimpkish, Salmon et Campbell. Bien que la population soit confrontée à plusieurs menaces, dont la compétition et le flux génétique en provenance des poissons issus d’écloseries, les indices d’abondance semblent indiquer que les effectifs sont à la hausse.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « non en péril » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 24

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 24 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Menacée

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne dans un grand nombre de sites fluviaux le long de la côte sud-ouest de l’île de Vancouver pour y frayer, notamment dans les rivières Nahmint, San Juan, Somass-Sproat, Nitinat et Sarita. Des données tirées de relevés existent pour de nombreuses frayères, et, même si les tendances générales sont floues, on croit qu’il reste moins de 10 000 adultes sauvages. À cause de la présence d’écloseries à grande échelle ayant pour but d’augmenter la production, des géniteurs qui en sont issus se retrouvent partout dans l’aire de répartition. Ces individus errants compromettent probablement la composition génétique des géniteurs sauvages et, par conséquent, représentent constamment une menace pour l’espèce. Les autres menaces sont notamment les modifications à l’écosystème (principalement à cause des glissements de terrain et de la sédimentation découlant des activités forestières) et l’aquaculture du saumon atlantique; on présume que ces menaces entraîneront un déclin du nombre de poissons sauvages.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « menacée » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 25

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 25 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Menacée

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers les baies éloignées Nootka et Kyuquot, sur la côte ouest de l’île de Vancouver. Ils frayent dans de grands cours d’eau tels que les rivières Conuma, Gold, Tahsish et Zeballos. Bien que cette espèce sauvage fraye dans un grand nombre de sites, comme en témoignent les données tirées des relevés qui y ont été réalisés, il est très probable que les lâchers d’individus d’écloserie destinés à augmenter la production naturelle influent fortement sur les tendances de la population. Des géniteurs errants provenant d’écloseries sont observés dans l’ensemble de l’aire de répartition, et cela devrait se poursuivre, ce qui compromet vraisemblablement la composition génétique des géniteurs sauvages. Les autres menaces sont notamment les effets à long terme des activités forestières, principalement les glissements de terrain et la sédimentation.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce désignée « menacée » en novembre 2020.

Sommaire de l’évaluation - Novembre 2020 - Unité désignable 26

Nom commun

Saumon chinook - Unité désignable 26 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI + WQCI)

Nom scientifique

Oncorhynchus tshawytscha

Statut

Données insuffisantes

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne dans les bassins versants isolés de la côte ouest de l’île de Vancouver, au nord de la péninsule Brooks. Les adultes retournent frayer dans plusieurs grands cours d’eau, dont les rivières Goodspeed, Marble et Klaskish. Les smolts arrivent dans le détroit de Quatsino après un court séjour en eau douce. Cette espèce sauvage est réputée frayer dans plusieurs sites, mais l’on ne dispose de données de relevé que pour un seul site. Cet unique site de suivi est fortement touché par les lâchers d’individus d’écloserie et n’est probablement pas représentatif de la population entière. Les données ne sont pas suffisantes pour permettre l’évaluation du statut.

Répartition au Canada

Colombie-Britannique, océan Pacifique

Historique du statut

Espèce étudiée en novembre 2020 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Introduction de la deuxième partie

On trouve 28 unités désignables (UD) du saumon chinook dans le sud de la Colombie-Britannique. La deuxième partie du rapport porte sur les 12 UD considérées comme ayant les niveaux plus substantiels de renforcement artificiel, généralement par le biais de la production en écloserie. Veuillez consulter la première partie du rapport (COSEPAC 2018) pour en savoir davantage sur le statut des 16 autres UD et pour des informations complémentaires sur les 12 UD de la présente partie. Les UD évaluées dans la deuxième partie sont les suivantes :

UD 1 : population du sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

UD 6 : population du bas Fraser, type océanique, été

UD 13 : population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

UD 15 : population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps

UD 18 : population de la côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

UD 20 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été

UD 21 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

UD 22 : population de la côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

UD 23 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

UD 24 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

UD 25 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

UD 26 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI + WQCI)

COSEPAC Résumé

Saumon chinook

Oncorhynchus tshawytscha

Unités désignables du sud de la Colombie-Britannique

(Deuxième partie - Unités désignables ayant fait l’objet d’un nombre élevé de lâchers d’écloseries ces 12 dernières années)

(Voir la première partie du rapport, COSEPAC 2018)

Résumés techniques

Oncorhynchus tshawytscha

Saumon chinook

Chinook Salmon

Répartition au Canada (pour toutes les UD du présent rapport) : Colombie-Britannique, océan Pacifique

Unité désignable 1 : population du sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne / Southern Mainland Boundary Bay, Ocean, Fall population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

3,8 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Non

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

121 %

p > 30 % déclin : 7 %

p > 50 % déclin : 3 %

p > 70 % déclin : 1 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

387 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la proportion de géniteurs d’origine naturelle [pGON])

Sans objet

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

157

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

175

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

54

Menaces

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli. Les principales menaces sont les lâchers d’écloseries, la survie en mer et la récolte.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « menacée » en novembre 2020.

Statut

Menacée

Code alpha-numérique

D1

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population frayent dans les affluents de la baie Boundary, dont les rivières Serpentine, Nicomekl et Little Campbell, dans le sud de la Colombie-Britannique. Cette espèce sauvage se rencontre dans des milieux d’eau douce et d’eau salée hautement altérés. Les taux de survie en mer continuellement faibles, les prises accessoires et les effets de l’élevage de poissons sont des menaces aux effets cumulatifs sur les individus sauvages restants. Les lâchers d’individus d’écloserie se poursuivent et comprennent des poissons d’autres populations, ce qui menace l’intégrité génétique des quelques poissons sauvages restants. La production en écloserie fait augmenter la taille de la population totale, mais les experts s’entendent tous pour dire qu’il resterait moins de 1 000 individus sauvages matures.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Bien que l’IZO soit inférieur au seuil de la catégorie « en voie de disparition », les autres sous-critères ne s’appliquent pas.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Sans objet. Aucune preuve d’un déclin du nombre d’individus matures.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Correspond au critère de la catégorie « menacée » D1. Bien que les indices d’abondance des géniteurs sauvages et des géniteurs d’écloseries soient à la hausse, l’opinion consensuelle des spécialistes indique que les plus récentes estimations du nombre total d’individus matures dans les trois sites où la fraye a été observée sont inférieures à 1 000.

Critère E (analyse quantitative) : Non effectuée.

Unité désignable 6 : population du bas Fraser, type océanique, été / Lower Fraser, Ocean, Summer population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

3,8 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Oui

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

-71 %

p > 30 % déclin : 84 %

p > 50 % déclin : 74 %

p > 70 % déclin : 51 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

77 %

p > 30 % déclin : 9 %

p > 50 % déclin : 4 %

p > 70 % déclin : 1 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

30

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

440

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

440

Menaces

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli. Les modifications de l’écosystème constituent la principale menace.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Statut

En voie de disparition

Code alpha-numérique B2ab(iii,v);

C2a(ii)

Justification de la désignation

Les individus matures de cette population retournent en été dans un seul site du bas Fraser (marécage Maria) pour y frayer. Un déclin continu de l’abondance des géniteurs est prévu, compte tenu des milieux d’eau douce et d’eau salée hautement modifiés, de la faible survie en mer et des taux de récolte. Les ouvrages de régularisation des eaux défaillants et les faibles niveaux d’eau ont empêché les géniteurs d’accéder à la frayère en 2018. Les baisses de la qualité de l’eau et de la quantité d’eau devraient continuer sous l’effet de l’urbanisation croissante et du ruissellement.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Aucune donnée ne permet de ventiler les tendances entre les poissons d’écloserie et les poissons sauvages. Les tendances de l’abondance de la population sont difficiles à interpréter à cause de l’effet antérieur des lâchers d’écloseries.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition » B2ab(iii,v), car l’IZO est inférieur au seuil établi, il y a une seule localité, et une détérioration continue de la qualité de l’habitat devrait entraîner un déclin continu du nombre d’individus matures.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition » C2a(ii), car le nombre restant de géniteurs est inférieur au seuil établi, les déclins inférés de l’abondance devraient continuer et il existe seulement une sous-population.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Correspond au critère de la catégorie « menacée » D1, car le nombre d’individus matures est inférieur au seuil établi, et au critère de la catégorie « menacée » D2, car il existe une seule localité, qui est vulnérable aux effets d’activités humaines ou de phénomènes stochastiques, et la population pourrait disparaître ou devenir en danger critique d’ici une à deux générations. Bien que les critères D1 et D2 de la catégorie « menacée » soient atteints, l’espèce a été classée dans la catégorie de risque supérieure « en voie de disparition », étant donné qu’elle satisfait aux critères B et C de cette catégorie.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 13 : population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.3 / South Thompson, Stream, Summer 1.3 population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

4 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Oui

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

-14 %

p > 30 % déclin : 31 %

p > 50 % déclin : 10 %

p > 70 % déclin : 1 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

20 %

p > 30 % déclin : 8 %

p > 50 % déclin : 2 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

-22 %

p > 30 % déclin : 40 %

p > 50 % déclin : 15 %

p > 70 % déclin : 2 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

-9 %

p > 30 % déclin : 24 %

p > 50 % déclin : 6 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

424

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

1 049

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

443

Menaces

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli, mais celui de l’UD 15 (population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps) pourrait être utilisé comme indicateur. Les principales menaces sont les modifications de l’écosystème, la survie en mer, les espèces envahissantes, les avalanches et glissements de terrain, et les sécheresses.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Statut

En voie de disparition

Code alpha-numérique

C2a(ii)

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population remontent en été le fleuve Fraser, en passant par la rivière Thompson pour frayer dans les grands affluents du lac Shuswap, notamment les rivières Seymour, Eagle, Scotch et Salmon. Le nombre de géniteurs sauvages restants est estimé à moins de 2 500, et il continuera de baisser selon les projections. Les menaces sont notamment la baisse des niveaux d’eau (résultant des prélèvements d’eau et des changements du moment de la fonte des neiges), la faible survie en mer, les taux de récolte, le ruissellement agricole, la pollution due aux accidents de transport et les importantes altérations aux milieux d’eau douce. Ces menaces sont exacerbées par le séjour relativement long en eau douce.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Atteint presque le seuil des critères de la catégorie « menacée » A2bd. Bien que l’estimation ponctuelle du taux de déclin au cours des 3 dernières générations soit de 22 %, la probabilité que le taux de déclin soit en réalité de > 30 % est de 0,4.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Ne correspond pas au critère.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition » C2a(ii), car, selon l’opinion consensuelle des spécialistes, le nombre de géniteurs restants est inférieur au seuil établi et il y a un déclin continu prévu et une seule sous-population.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Sans objet. Les seuils sont dépassés.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 15 : population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps / Lower Thompson, Stream, Spring population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

4 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Oui

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

47 %

p > 30 % déclin : 15 %

p > 50 % déclin : 7 %

p > 70 % déclin : 2 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

-68 %

p > 30 % déclin : 95 %

p > 50 % déclin : 83 %

p > 70 % déclin : 44 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

1 330

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

7 328

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

3 758

Menaces

Un calculateur des menaces a été rempli. Les principales menaces sont les modifications de l’écosystème, la survie en mer, les lâchers d’écloseries, les espèces envahissantes, les avalanches et glissements de terrain, et les sécheresses.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Statut

En voie de disparition

Code alpha-numérique

A4bcde

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population remontent au printemps le fleuve Fraser et la rivière Thompson pour se rendre dans les rivières Nicola, Deadman et Bonaparte afin d’y frayer. La survie en mer est faible depuis 2000. Un déclin abrupt du nombre d’individus matures a été observé de 2013 à 2018. Cette espèce sauvage fait face à plusieurs grandes menaces permanentes dans son habitat d’eau douce et d’eau salée, notamment la déforestation causée par le dendroctone du pin ponderosa, les effets à court et à long terme des feux de forêt (comme le grand incendie sur la colline Elephant en 2018), la déstabilisation de l’habitat, et la diminution de la qualité de l’eau due aux changements climatiques. Les prélèvements d’eau aux fins agricoles sont importants et continus.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition » A4bcde, car il y a une réduction observée dans le passé et une réduction inférée dans le futur de plus de 50 %, basées sur les nombres estimés (b), des déclins en cours et projetés causés par la détérioration de l’habitat et une diminution de la survie en mer (c), une récolte continue (d) et une hausse de la compétition en mer avec les poissons d’écloserie (e).

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Les seuils sont dépassés.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Correspond au critère de la catégorie « menacée » C2a(ii), car le nombre de géniteurs restants est inférieur au seuil établi, et il y a un déclin continu prévu et une seule sous-population. Bien qu’elle corresponde au critère de la catégorie « menacée » C2a(ii), l’espèce a été classée dans la catégorie de risque supérieure « en voie de disparition » étant donné qu’elle satisfait au critère A de cette catégorie.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Sans objet. Les seuils sont dépassés.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 18 : population de la côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne / South Coast - Georgia Strait, Ocean, Fall population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

3,6 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Inconnu

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

78 %

p > 30 % déclin : 10 %

p > 50 % déclin : 5 %

p > 70 % déclin : 1 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

2 %

p > 30 % déclin : 27 %

p > 50 % déclin : 13 %

p > 70 % déclin : 4 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

504

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

678

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

678

Menaces

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli. Les lâchers d’écloseries constituent la principale menace.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce étudiée en novembre 2020 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Statut

Données insuffisantes

Code alpha-numérique

Sans objet

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers des cours d’eau qui se jettent dans les bras de mer côtiers du sud de la mer des Salish, entre l’inlet Burrard, près de Vancouver, et l’inlet Toba, vers le nord. Les tendances de l’abondance sont disponibles pour seulement 2 des 19 sites de l’aire de répartition de cette espèce sauvage relativement isolée et peu décrite. Les tendances de la période de 2005 à 2018 sont stables, mais l’on croit que la fraye a lieu ailleurs dans le secteur nord. Les données sont insuffisantes pour permettre de déterminer un statut.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère E (analyse quantitative) : Non effectuée.

Unité désignable 20 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été / East Vancouver Island, Ocean, Summer population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

3,5 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Oui

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

-51 %

p > 30 % déclin : 76 %

p > 50 % déclin : 51 %

p > 70 % déclin : 16 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

39 %

p > 30 % déclin : 2 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

-41 %

p > 30 % déclin : 60 %

p > 50 % déclin : 40 %

p > 70 % déclin : 16 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

60 %

p > 30 % déclin : 1 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

311

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

1 012

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

191

Menaces

Un calculateur des menaces a été rempli. Les principales menaces sont les modifications de l’écosystème, les sécheresses, l’exploitation, la survie en mer et les lâchers d’écloseries.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2020.

Statut

En voie de disparition

Code alpha-numérique

C2a(ii)

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en été dans les cours supérieurs des rivières drainant le côté est de l’île de Vancouver, de la rivière Koksilah au sud à la rivière Puntledge au nord, pour y frayer. Les experts s’entendent tous pour dire qu’il resterait moins de 1 000 géniteurs sauvages au sein de cette population. Les taux d’exploitation sont relativement élevés (environ 40 %), et la survie en mer estimée est faible depuis de nombreuses années. Les autres menaces sont notamment les modifications à l’écosystème (construction de barrages et la canalisation) et les sécheresses. La contribution des poissons d’écloserie à la population brouille la détermination des tendances démographiques. De plus, les géniteurs issus d’écloseries, en exerçant une compétition directe et en raison du flux génétique, pourraient être une menace constante.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Les indices d’abondance disponibles pour les trois dernières générations et le long terme indiquent des tendances conflictuelles difficiles à concilier.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Bien que l’IZO soit inférieur au seuil de la catégorie « menacée », les autres sous-critères ne s’appliquent pas.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition » C2a(ii), car le nombre de géniteurs restants estimé est inférieur au seuil établi, les déclins devraient continuer et il n’y a qu’une seule sous-population.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Correspond au critère de la catégorie « menacée » D1, car on estime qu’il y a moins de 1 000 individus matures. Les seuils du critère de la catégorie « menacée » D2 sont dépassés. Bien que le critère de la catégorie « menacée » D1 soit atteint, l’espèce a été classée dans la catégorie de risque supérieur « en voie de disparition » étant donné qu’elle satisfait au critère C de cette catégorie.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 21 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne / East Vancouver Island, Ocean, Fall population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

3,3 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Non

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

99 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

-7 %

p > 30 % déclin : 12 %

p > 50 % déclin : 1 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

180 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

40 %

p > 30 % déclin : 1 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

531

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

29 446

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

9 551

Menaces

Un calculateur des menaces a été rempli. Les principales menaces sont les lâchers d’écloseries, la récolte et la survie en mer.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « préoccupante » en novembre 2020.

Statut

Préoccupante

Code alpha-numérique

Sans objet

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers le côté est de l’île de Vancouver pour frayer dans plusieurs cours d’eau entre Goldstream, près de Victoria, et Campbell River, plus au nord. Cinq des six bassins versants dans l’aire de répartition de cette espèce sauvage sont surtout occupés par des poissons issus d’écloseries. Alors que l’abondance générale dans le seul bassin versant restant est à la hausse, les individus errants provenant de plusieurs écloseries de grande envergure, lesquelles visent à augmenter la production à l’intérieur des autres bassins versants, pourraient représenter une menace aux poissons sauvages restants de par la compétition et le flux génétique. Les autres menaces sont notamment la faible survie en mer, les taux d’exploitation relativement élevés, les modifications à l’écosystème, et la gestion et l’utilisation de l’eau. Cette espèce sauvage pourrait devenir « menacée » si ces facteurs ne sont pas adéquatement gérés.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Il existe des données permettant de ventiler les tendances entre les poissons d’écloserie et les poissons sauvages, et l’abondance de ces derniers est à la hausse.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Bien que l’IZO soit inférieur au seuil de la catégorie « menacée », aucun autre sous-critère ne s’applique.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Sans objet. Aucune preuve d’un déclin du nombre d’individus matures.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Sans objet. Dépasse les seuils des critères D1 et D2.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 22 : population de la côte sud - fjords du sud type océanique, automne / South Coast - Southern Fjords, Ocean, Fall population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

3,6 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Inconnu

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

718 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

2 030 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

2 055 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

619

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

1 969

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

267

Menaces

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli. Les principales menaces sont la récolte, la survie en mer et les lâchers d’écloseries.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce étudiée en novembre 2020 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Statut

Données insuffisantes

Code alpha-numérique

Sans objet

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers les fjords du bras Phillips et de l’inlet Bute, près du détroit de Johnstone, dans le sud de la Colombie-Britannique. Les géniteurs migrent vers les habitats éloignés des rivières Phillips, Franklin et Orford ainsi que vers d’autres cours d’eau. L’espèce fait l’objet de certaines données tirées de relevés, mais la couverture de celles-ci est incomplète. De plus, les méthodes de relevé changeantes rendent difficile l’interprétation des tendances de l’abondance ou des effectifs récents des individus matures. Les données ne sont pas suffisantes pour permettre l’évaluation du statut.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère E (analyse quantitative) : Non effectuée.

Unité désignable 23 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj) / East Vancouver Island, Ocean, Fall (EVI + SFj) population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

4,4 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Non

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

6 %

p > 30 % déclin : 6 %

p > 50 % déclin : 1 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

-38 %

p > 30 % déclin : 72 %

p > 50 % déclin : 15 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

48 %

p > 30 % déclin : 2 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

85 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

292

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

8 298

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

2 133

Menaces

Un calculateur des menaces a été rempli. Les principales menaces sont la gestion et l’utilisation de l’eau et l’exploitation de barrages, la récolte, la survie en mer, les lâchers d’écloseries.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « non en péril » en novembre 2020.

Statut

Non en péril

Code alpha-numérique

Sans objet

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne pour frayer dans les rivières drainant le versant oriental de la crête montagneuse côtière de l’île de Vancouver, notamment les rivières Adam, Quinsam, Nimpkish, Salmon et Campbell. Bien que la population soit confrontée à plusieurs menaces, dont la compétition et le flux génétique en provenance des poissons issus d’écloseries, les indices d’abondance semblent indiquer que les effectifs sont à la hausse.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Il existe des données permettant de ventiler les tendances entre les poissons d’écloserie et les poissons sauvages, et l’abondance estimée de ces derniers est à la hausse. Cependant, l’effet des géniteurs provenant d’écloseries dans la rivière Quinsam est inconnu.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Bien que l’IZO soit inférieur au seuil de la catégorie « menacée », les autres sous-critères ne s’appliquent pas.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Sans objet. Aucune preuve d’un déclin du nombre d’individus matures.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Sans objet. Dépasse les seuils des critères de la catégorie « menacée » D1 et D2.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 24 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud) / West Vancouver Island, Ocean, Fall (South) population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

4 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Oui

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

83 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

-14 %

p > 30 % déclin : 21 %

p > 50 % déclin : 2 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

43 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

-19 %

p > 30 % déclin : 24 %

p > 50 % déclin : 1 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

761

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

53 036

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

6 365

Menaces

Un calculateur des menaces a été rempli. Les principales menaces sont les lâchers d’écloseries, les modifications de l’écosystème, les effluents agricoles et forestiers, la récolte et la survie en mer.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « menacée » en novembre 2020.

Statut

Menacée

Code alpha-numérique

C2a(ii)

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne dans un grand nombre de sites fluviaux le long de la côte sud-ouest de l’île de Vancouver pour y frayer, notamment dans les rivières Nahmint, San Juan, Somass-Sproat, Nitinat et Sarita. Des données tirées de relevés existent pour de nombreuses frayères, et, même si les tendances générales sont floues, on croit qu’il reste moins de 10 000 adultes sauvages. À cause de la présence d’écloseries à grande échelle ayant pour but d’augmenter la production, des géniteurs qui en sont issus se retrouvent partout dans l’aire de répartition. Ces individus errants compromettent probablement la composition génétique des géniteurs sauvages et, par conséquent, représentent constamment une menace pour l’espèce. Les autres menaces sont notamment les modifications à l’écosystème (principalement à cause des glissements de terrain et de la sédimentation découlant des activités forestières) et l’aquaculture du saumon atlantique; on présume que ces menaces entraîneront un déclin du nombre de poissons sauvages.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Les indices d’abondance disponibles pour les trois dernières générations et le long terme indiquent des tendances conflictuelles difficiles à concilier.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Bien que l’IZO soit inférieur au seuil de la catégorie « menacée », aucun autre sous-critère ne s’applique.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Correspond aux critères de la catégorie « menacée » C2a(ii), car, selon l’opinion consensuelle des spécialistes, il y a moins de 10 000 individus matures sauvages. Toujours selon l’opinion des spécialistes, les menaces devraient continuer, et il existe seulement une sous-population.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Sans objet. Seuils dépassés.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 25 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot) / West Vancouver Island, Ocean, Fall (Nootka et Kyuquot) population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

4 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Oui

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

116 %

p > 30 % déclin : 4 %

p > 50 % déclin : 1 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

17 %

p > 30 % déclin : 9 %

p > 50 % déclin : 2 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

169 %

p > 30 % déclin : 0 %

p > 50 % déclin : 0 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

9 %

p > 30 % déclin : 8 %

p > 50 % déclin : 1 %

p > 70 % déclin : 0 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

375

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

35 271

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

5 568

Menaces

Un calculateur des menaces a été rempli. Les principales menaces sont les lâchers d’écloseries, les modifications de l’écosystème, la récolte, la survie en mer, les zones touristiques et récréatives, les effluents industriels, les problèmes liés à l’agriculture et à la foresterie, les avalanches et glissements de terrain, et les sécheresses.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce désignée « menacée » en novembre 2020.

Statut

Menacée

Code alpha-numérique

C2a(ii)

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne vers les baies éloignées Nootka et Kyuquot, sur la côte ouest de l’île de Vancouver. Ils frayent dans de grands cours d’eau tels que les rivières Conuma, Gold, Tahsish et Zeballos. Bien que cette espèce sauvage fraye dans un grand nombre de sites, comme en témoignent les données tirées des relevés qui y ont été réalisés, il est très probable que les lâchers d’individus d’écloserie destinés à augmenter la production naturelle influent fortement sur les tendances de la population. Des géniteurs errants provenant d’écloseries sont observés dans l’ensemble de l’aire de répartition, et cela devrait se poursuivre, ce qui compromet vraisemblablement la composition génétique des géniteurs sauvages. Les autres menaces sont notamment les effets à long terme des activités forestières, principalement les glissements de terrain et la sédimentation.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Les indices d’abondance disponibles pour les trois dernières générations et le long terme n’indiquent pas de déclin.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : Sans objet. Bien que l’IZO soit inférieur au seuil établi de la catégorie « menacée », les autres sous-critères ne s’appliquent pas.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : Correspond aux critères de la catégorie « menacée » C2a(ii). Selon l’opinion consensuelle des spécialistes, il existe moins de 10 000 individus matures sauvages, tous de la même sous-population. Un déclin continu est inféré par les spécialistes. Le nombre de poissons matures estimé par les spécialistes laisse entendre que la population pourrait correspondre aux critères de la catégorie « en voie de disparition » C2a(ii), car elle compte moins de 2 500 poissons matures sauvages.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : Sans objet. Seuils dépassés.

Critère E (analyse quantitative) : Sans objet. Non effectuée.

Unité désignable 26 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI + WQCI) / West Vancouver Island, Ocean, Fall (WVI + WQCI) population

Renseignements démographiques

Sujet

Information

Durée d’une génération

4 ans

Y a-t-il un déclin continu du nombre total d’individus matures?

Inconnu

Pourcentage estimé de déclin continu du nombre total d’individus matures sur cinq ans ou deux générations.

Inconnu

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.

-41 %

p > 30 % déclin : 58 %

p > 50 % déclin : 42 %

p > 70 % déclin : 21 %

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années

-29 %

p > 30 % déclin : 49 %

p > 50 % déclin : 20 %

p > 70 % déclin : 2 %

Changement du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre d’individus matures pour toutes les années (corrigé en fonction de la pGON)

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours des dix prochaines années ou trois prochaines générations.

Sans objet

Changement du nombre total d’individus matures au cours de toute période de dix ans ou trois générations.

Sans objet

Est-ce que les causes du déclin sont a) clairement réversibles et b) comprises et c) ont effectivement cessé?

Inconnu

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?

Inconnu

Superficie de la zone d’occurrence (kilomètres carrés)

> 20 000

Indice de zone d’occupation (IZO) (grille à carrés de 2 km de côté)

95

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération)

3 699

Nombre d’individus matures (moyenne au cours de la dernière génération) - corrigé en fonction de la pGON

3 699

Menaces

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli. Les lâchers d’écloseries constituent la principale menace.

Statut et justification de la désignation

Historique du statut

Espèce étudiée en novembre 2020 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Statut

Données insuffisantes

Code alpha-numérique

Sans objet

Justification de la désignation

Les poissons matures de cette population retournent en automne dans les bassins versants isolés de la côte ouest de l’île de Vancouver, au nord de la péninsule Brooks. Les adultes retournent frayer dans plusieurs grands cours d’eau, dont les rivières Goodspeed, Marble et Klaskish. Les smolts arrivent dans le détroit de Quatsino après un court séjour en eau douce. Cette espèce sauvage est réputée frayer dans plusieurs sites, mais l’on ne dispose de données de relevé que pour un seul site. Cet unique site de suivi est fortement touché par les lâchers d’individus d’écloserie et n’est probablement pas représentatif de la population entière. Les données ne sont pas suffisantes pour permettre l’évaluation du statut.

Applicabilité des critères

Critère A (déclin du nombre total d’individus matures) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère B (aire de répartition peu étendue et déclin ou fluctuation) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère C (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère D (très petite population totale ou répartition restreinte) : On ne dispose pas de suffisamment de données pour pouvoir appliquer ce critère.

Critère E (analyse quantitative) : Non effectuée.

Les encadrés 11 à 21 des résumés techniques ne sont pas inclus dans la présente partie du rapport.

Historique du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsables des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, lequel est présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des sous-comités de spécialistes des espèces et du sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions (2020)

Espèce sauvage
Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d’animal, de plante ou d’un autre organisme d’origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s’est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.
Disparue (D)
Espèce sauvage qui n’existe plus.
Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.
En voie de disparition (VD)*
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.
Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.
Préoccupante (P)**
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.
Non en péril (NEP)***
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.
Données insuffisantes (DI)****
Une catégorie qui s’applique lorsque l’information disponible est insuffisante (a) pour déterminer l’admissibilité d’une espèce à l’évaluation ou (b) pour permettre une évaluation du risque de disparition de l’espèce.

* Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.
** Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.
*** Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.
**** Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».
***** Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999. Définition de la catégorie (DI) révisée en 2006.

Le Service canadien de la faune d’Environnement et Changement climatique Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

Veuillez voir la première partie du rapport pour avoir un aperçu des sections suivantes :

Description et importance de l’espèce sauvage

Nom et classification

Description morphologique

Structure spatiale et variabilité de la population

Méthodes de délimitation des unités désignables

Importance de l’espèce

Répartition

Habitat

Biologie

Taille et tendances des populations

Menaces et facteurs limitatifs

Structure des chapitres sur les unités désignables

Veuillez consulter les résumés techniques de chacune des unités désignables (UD) dans la première section de la présente partie du rapport. Dans les chapitres propres à chaque UD qui suivent, les renseignements présentés comprennent :

  1. le nom, le cycle vital, la période de montaison et la durée de génération;
  2. la zone d’occurrence et la zone d’occupation;
  3. les tendances en matière d’habitat;
  4. l’abondance;
  5. les fluctuations et les tendances;
  6. les menaces et les facteurs limitatifs.

Nom, cycle vital, période de montaison et durée de génération

Chaque chapitre commence par la présentation du nom complet de l’UD, du nom abrégé de l’UD et de la zone adaptative conjointe (ZAC), du cycle vital (type océanique ou fluvial), de la période de montaison (automne, printemps, été) et de la durée de génération. La période de montaison correspond à la période pendant laquelle les saumons chinooks adultes amorcent la migration de retour vers leur cours d’eau natal. Veuillez consulter la première partie du rapport (COSEPAC 2018) pour une explication détaillée des définitions des périodes de montaison utilisées pour classer les populations de saumons chinooks du sud de la Colombie-Britannique. La durée de génération est estimée d’après l’âge moyen des géniteurs lorsqu’il n’y a aucune mortalité causée par la pêche. Ces chiffres sont fondés sur les stocks indicateurs munis de micromarques magnétisées codées (MMC; stocks présentés au tableau 3). Lorsqu’aucun stock indicateur n’est disponible dans une UD, d’autres stocks sont utilisés en guise de substituts. En ce qui concerne les UD du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique, tous les stocks indicateurs micromarqués sont des stocks d’écloseries intégrés. Étant donné que les poissons d’origine naturelle et les poissons d’écloserie sont utilisés comme géniteurs et que les MMC sont appliquées à leur progéniture, on suppose que les stocks indicateurs représentent raisonnablement les autres poissons d’origine naturelle dans l’UD. Cette hypothèse est souvent faite pour le saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique, mais il est bien connu que ces stocks indicateurs ont été choisis par souci de commodité, et non par sélection aléatoire ou toute autre méthode visant à représenter avec exactitude les caractéristiques de l’unité de conservation. La mesure dans laquelle ces stocks indicateurs représentent d’autres stocks dans une UD donnée est inconnue. Il s’agit actuellement des meilleures données disponibles aux fins d’estimation de la durée de génération (G. Brown, comm. pers., 2019).

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Pour UD, les données sur la zone d’occurrence et la zone d’occupation sont présentées dans la partie « Unités désignables » de l’analyse (voir la section Délimitation des unités désignables du présent rapport). Les délimitations de chaque UD sont illustrées à la figure 1. Cette aire représente la partie terrestre (c.-à-d. en eau douce) de la zone d’occurrence du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique évalué dans le présent rapport.

Les UD ont été délimitées à partir des données contenues dans les fiches de rendement des unités de conservation (UC) produites par Porter et al. (2013), qui ont utilisé des bassins versants de troisième ordre et plus tirés de l’Atlas des bassins versants de la Colombie-Britannique à l’échelle 1/50 000 comme échelle spatiale de base pour l’analyse. Avant la publication du rapport de Porter et al., certaines délimitations de ces UC ont été modifiées pour permettre des changements définis par Pêches et Océans Canada (MPO); des mesures connexes ont donc été recalculées. De manière générale, les délimitations des UD utilisées dans le présent rapport correspondent aux délimitations des UC. Par contre, les UD 12 et 21 sont formées de plusieurs UC. La superficie de chaque UD indiquée dans les chapitres propre à chaque UD est estimée grâce à un logiciel SIG qui utilise le format Shapefile pour les données géospatiales. La carte des UD (figure 1) a été confirmée comme étant à jour et exacte en 2012. Toutefois, après la publication du rapport de Porter et al., l’étendue spatiale de l’aire des UC a été redéfinie; dans tous les cas, elle a été élargie. Au moment de la rédaction du présent rapport, aucune donnée sur ces nouvelles délimitations n’était disponible.

L’étendue marine occupée par le saumon chinook ne peut pas être précisément définie sur le plan géospatial en raison du manque de données, mais la zone d’occurrence de tous les saumons chinooks du sud de la Colombie-Britannique est supérieure à 20 000 km2. Selon les statistiques sur les prises, l’aire de répartition océanique du saumon chinook s’étend vers le nord jusqu’au sud-est de l’Alaska (Riddell et al., 2013). L’aire de répartition propre au saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique varie selon la stratégie de cycle vital des stocks « locaux » qui se déplacent vers le nord jusqu’au centre des îles de la Reine-Charlotte et vers le sud jusqu’à l’embouchure du fleuve Columbia (Bailey, comm. pers., 2019). Les stocks « extracôtiers » s’étendraient vers le nord jusqu’à la mer de Béring et dans le tourbillon du Pacifique Nord (Bailey, comm. pers., 2019).

Selon les méthodes utilisées dans le rapport de situation du COSEPAC sur le saumon rouge (population du Fraser), l’indice de zone d’occupation (IZO) de chaque UD est calculé comme étant égal à deux fois la distance linéaire de l’habitat de fraye et est exprimé en kilomètres carrés. Cette méthode équivaut à superposer une grille à carrés de 2 km de côté sur le cours d’eau et à calculer la superficie totale. Pour faciliter la comparaison entre les UD, la description d’une UD indique également la proportion d’habitat de fraye dans l’UD par rapport au total dans toutes les UD. L’étendue de l’habitat de fraye du saumon chinook a été fournie par le Fisheries Information Summary System (FISS) de la Colombie-Britannique et vise à couvrir la longueur linéaire totale de l’habitat de fraye connu du saumon chinook dans chaque UD. À l’heure actuelle, le FISS contient les meilleures données disponibles en format SIG, mais la base de données est incomplète en raison du manque de données exhaustives sur la répartition du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique (Porter et al., 2013).

Comme il est indiqué dans les sections suivantes sur chaque UD, dans certains cas, l’IZO était inférieur aux seuils de critères quantitatifs du COSEPAC (annexe E3 du Manuel des opérations et des procédures du COSEPAC). Toutefois, d’autres sous-critères doivent également être satisfaits avant de déterminer le statut de l’UD en fonction de son étendue spatiale. Par exemple, le concept de « localité », qui désigne une zone particulière du point de vue géographique ou écologique dans laquelle un seul phénomène menaçant peut affecter rapidement tous les individus d’un taxon, est important. Le Sous-comité de spécialistes des poissons marins a examiné le concept de « localité » et a conclu qu’il ne s’applique pas au saumon chinook étant donné la complexité du cycle vital et des structures de gestion de l’espèce. L’UD 6 fait cependant exception, car toute la population est touchée par la rupture d’un ouvrage de régularisation des eaux.

Figure 1, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

British Columbia = Colombie-Britannique

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

AK = Alaska

BC = C.-B.

AB = Alb.

WA = Wash.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

DU= UD

Sources: Esri, USGS, NGA, NASA, CGIAR, N Robinson, NCEAS, NLS, OS, NMA, Geodatastylrelsen, Rijkswaterstaat,GSA, Geoland, FEMA, Intermap and the GIS user community = Sources : Esri, USGS, NGA, NASA, CGIAR, N. Robinson, NCEAS, NLS, OS, NMA, Geodatastylrelsen, Rijkswaterstaat, GSA, Geoland, FEMA, Intermap et la communauté d’utilisateur

du SIG

Figure 1. Répartition en eau douce de toutes les unités désignables du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique, d’après les délimitations des unités de conservation, qui sont mises à jour régulièrement par le MPO. Depuis 2012, les délimitations des UD sont à jour et exactes. Aucune mise à jour officielle n’a été publiée depuis cette date.

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de chaque unité désignable (UD) du sud de la Colombie-Britannique en date de 2012.

Tendances en matière d’habitat

Les tendances en matière d’habitat signalées pour chaque zone d’eau douce d’une UD décrivent certains des indicateurs connus adaptés des données des fiches de rendement de Porter et al. (2013) du MPO. Les tendances relevées portent sur l’altération de l’habitat terrestre, l’aménagement urbain et rural, l’exploitation minière, la densité du réseau routier, le nombre de franchissements de cours d’eau, la perturbation de l’habitat riverain et du couvert forestier et la présence du dendroctone du pin ponderosa dans les peuplements de pins (pinèdes).

Activités et méthodes d’échantillonnage

Abondance

L’abondance totale est la mesure la plus souhaitable pour cette catégorie, mais ces données ne sont pas disponibles pour de nombreuses UD. Tant la deuxième partie que la première partie du rapport (COSEPAC 2018) reposent donc sur les données sur les échappées. Les échappées, soit le nombre de poissons qui reviennent frayer dans leur cours d’eau natal (on parle aussi de l’abondance des géniteurs), peuvent être évaluées selon la présence ou l’absence d’individus, l’abondance relative ou l’abondance totale (« réelle »). Le nouveau système de données sur les échappées de saumons (NuSEDS : New Salmon Escapement Database System) est une base de données centralisée qui contient des données sur les échappées de saumons adultes utilisées par le MPO. Les données sur les échappées utilisées pour mesurer les paramètres de statut dans la présente deuxième partie du rapport et la première partie du rapport (COSEPAC 2018) proviennent du NuSEDS, mais il est entendu que ces données ne correspondent pas toutes à des abondances absolues.

La qualité et la quantité des données sur les échappées varient d’une UD à l’autre et au fil du temps. En 2013, le MPO a entrepris une démarche pour déterminer les seuils de qualité des données sur les échappées, qui comprenait un atelier de trois jours en février 2013. Le système de classification des estimations du NuSEDS (tableau 1) a joué un rôle central dans la sélection des données dont la qualité et l’exhaustivité étaient jugées suffisantes dans le calcul des paramètres. La démarche est brièvement décrite ici, mais la version détaillée se trouve dans Brown et al. (2013b). Les données considérées comme utilisables correspondaient uniquement à des estimations de type 1 à 4 (« abondance réelle » et « abondance relative »). Le système de classification des estimations du NuSEDS a exclu plus de 61 % des données sur les échappées entre 1953 et 1995, car elles ne contenaient aucune information sur la classification des estimations; le type d’estimation de ces rapports est donc « inconnu ». Le MPO a déterminé que les données manquantes constituaient une priorité élevée pour le « sauvetage des données ». Le système de classification des estimations du NuSEDS a ensuite regroupé les données en catégories : E (élevée) = abondance réelle (type 1 ou 2), M (modérée) = abondance relative (type 3 ou 4), F (faible) = abondance relative (type 5) ou présence/absence (type 6), et « ? » (inconnu) = dans la base de données, soit le type n’est pas mentionné, soit il est « inconnu ».

Dans une UD ou une UC (dans le cas de la Politique concernant le saumon sauvage [PSS]), l’un des principaux défis consiste à combiner les données sur l’abondance réelle (type 1 ou 2) avec celles sur l’abondance relative (type 3 ou 4). Dans de nombreux cas où il existait plusieurs frayères, les estimations de l’abondance relative ont été additionnées aux estimations de l’abondance réelle pour obtenir l’abondance totale dans l’UD. Dans ces cas, l’indice d’abondance de l’UD entière était considéré comme un indice d’abondance relative. Dans la PSS, quatre UC ont été considérées comme fournissant l’abondance réelle : CK-03, CK-15, CK-21 et CK-22. Toutefois, lorsqu’elles sont regroupées en tant qu’UD, seule l’UD 2 (CK-03) a été considérée comme fournissant l’abondance réelle (l’UD 12 est composée de CK-15 et de CK-13; l’UD 21 est composée de CK-21, CK-22, CK-25 et CK-27). Pour ce qui est de l’indice d’abondance relative et de l’abondance réelle, toutes les UC et toutes les UD ont été ou sont considérablement mises en valeur (Brown et al., 2013b).

Tableau 1. Système de classification des estimations du NuSEDS. RICE = Registre d’inspection de cours d’eau; CRSE = Compte rendu sommaire de l’estimation.

Catégorie du MPO

Type d’esti-mation

Méthodes utilisées dans les relevés

Méthodes analytiques

Fiabilité (comparaison des stocks)

Unités

Exacti-tude

Précision

Documents

Élevée
(É)

Type 1, abondance réelle, haute résolution

Dénombrement saisonnier total, par barrière de dénombrement ou passe à poissons; pratiquement aucun contournement

Simples, souvent une seule étape

Résolution fiable, différence entre les années > 10 % (en unités absolues)

Abondance absolue

Exacte, valeur très élevée

Infinie, c.-à-d. + ou - 0 %

RICE détaillé(s), CRSE, notes de terrain ou journaux de bord, rapport publié sur les méthodes

Élevée
(É)

Type 2, abondance réelle, résolution moyenne

Efforts de recherche élevés (5 visites ou plus), méthodes normalisées (p. ex. marquage-recapture, dénombrements en série pour l’aire sous la courbe, etc.)

Simples à complexes (plusieurs étapes), mais toujours rigoureuses

Résolution fiable, différence entre les années > 25 % (en unités absolues)

Abondance absolue

Estimation réelle ou attribuée, valeur élevée

Estimation réelle, valeur élevée à modérée

RICE détaillé(s), CRSE, notes de terrain ou journaux de bord, rapport publié sur les méthodes

Modérée (M)

Type 3, abondance relative, haute résolution

Efforts de recherche élevés (5 visites ou plus), méthodes normalisées (p. ex. relevés de niveau d’effort équivalent effectués à pied, à la nage ou dans les airs, etc.)

Simples à complexes (plusieurs étapes), mais toujours rigoureuses

Résolution fiable, différence entre les années > 25 % (en unités absolues)

Abondance relative liée à la méthode

Fourchette assignée, valeur moyenne à élevée

Fourchette assignée, valeur moyenne à élevée

RICE détaillé(s), CRSE, notes de terrain ou journaux de bord, rapport publié sur les méthodes

Modérée (M)

Type 4, abondance relative, résolution moyenne

Efforts faibles à modérés (1 à 4 visites), méthodes de relevé connues

Analyses simples, méthodes connues

Résolution fiable, différence entre les années > 200 % (en unités relatives)

Abondance relative liée à la méthode

Inconnue, présumée assez constante

Inconnue, présumée assez constante

CRSE, ou l’équivalent, rempli, assez détaillé pour vérifier les méthodes de relevé et d’analyse

Faible
(F)

Type 5, abondance relative, faible résolution

Peu d’efforts (p. ex. 1 visite), utilisation de méthodes vaguement définies, peu uniformes ou mal exécutées

Inconnues à mal définies; manque d’uniformité ou méthodes mal exécutées

Comparaisons numériques incertaines, mais grande fiabilité pour la présence ou l’absence d’individus

Abondance relative, méthode d’identi-fication floue ou indéter-minée

Inconnue, présumée très variable

Inconnue, présumée très variable

CRSE incomplet, permet seulement de confirmer que l’estimation provient réellement d’un relevé

Faible
(F)

Type 6, présence ou absence

L’une ou l’autre des méthodes susmentionnées

Pas nécessaire

Fiabilité modérée à élevée en ce qui concerne la présence ou l’absence d’individus

(+) ou (-)

Moyenne à élevée

Inconnue

L’un ou l’autre des documents mentionnés est suffisant pour confirmer la réalisation du relevé et fiable sur le plan de l’identi-fication des espèces

Inconnu (?)

Inconnu

s. o.

s. o.

s. o.

s. o.

s. o.

s. o.

s. o.

Les sites d’échantillonnage au sein d’une UD ont été évalués selon la qualité et l’exhaustivité de leur série chronologique. La liste complète des sites d’échantillonnage ainsi que l’année de début et l’année de fin de chaque méthode d’estimation utilisée sont présentées à l’annexe 1. Il est à noter que les sites dont la contribution aux données était très faible (p. ex. le ruisseau Wap dans la zone de l’UD 12) ne sont pas inclus dans les données des tableaux c) et d) des figures « Abondance, mise en valeur et lâchers d’écloseries » (figure 2) de chaque chapitre portant sur une UD. Le processus est décrit en détail par Brown et al. (2013) et repose sur les critères suivants :

  1. Le site doit être « persistant ». Un site est considéré comme étant persistant lorsque plus de 50 % des observations dont il a fait l’objet au cours de la période allant de l’année de début à l’année des plus récentes données sont de haute qualité (type 1 à type 4), et que le nombre d’années manquantes consécutives ne dépasse pas la durée d’une génération. Par exemple, pour les UD dont l’année de début est 1995, il y aurait au moins 10 années de données de haute qualité au cours de la période visée par l’examen approfondi des données, et il ne manquerait pas plus de 3, 4 ou 5 années consécutives (en fonction de la durée de génération moyenne de l’UD) pour chaque site d’échantillonnage persistant de l’UD.
  2. Pour les sites ayant peu d’observations de haute qualité au cours de la période allant de l’année de début à l’année des plus récentes données, la tendance des données manquantes a été étudiée afin de déterminer s’il était possible de les combler pour obtenir une série chronologique suffisamment complète (c.-à-d. si les observations manquantes au site d’échantillonnage ne couvraient jamais une génération complète, d’après la durée de génération moyenne de l’UD, au cours de la période allant de l’année de début à l’année des plus récentes données). Les sites qui répondaient au critère de suffisance après le comblement des données manquantes étaient classés comme étant persistants; les autres sites étaient classés dans la catégorie « données insuffisantes ».
  3. Si la proportion des observations de haute qualité effectuées au site était de 50 % ou moins au cours de la période allant de l’année de début à l’année des plus récentes données et que le comblement des données manquantes ne permettait pas d’atteindre ce taux de 50 %, le site était classé dans la catégorie « données insuffisantes ».

Si une UD n’avait pas de sites persistants, le MPO la classait dans la catégorie « données insuffisantes » (remarque : cette désignation n’est pas la même que celle utilisée par le COSEPAC).

Après la combinaison des données provenant de plus d’un site au sein d’une UC et contenant des années avec des données manquantes, le MPO a procédé au comblement de celles-ci. Ce processus est décrit en détail par Brown et al. (2013b). Le comblement suivait la procédure décrite par English et al. (2006), selon laquelle la proportion moyenne (de toutes les années) de la contribution de chaque site d’échantillonnage par rapport au total a été calculée et utilisée pour combler les années sans données sur les échappées. Pour combiner les séries chronologiques de plusieurs UC au sein d’une UD (soit l’UD 12 et l’UD 21), la même approche d’English et al. (2006) a été utilisée. Le tableau 2 résume les étapes du traitement des données et les différences entre les procédures utilisées pour la première partie et la deuxième partie (présent document) du rapport (COSEPAC 2018).

Tableau 2. Résumé des étapes du traitement des données suivies pour la première partie du rapport (COSEPAC 2018) sur le saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique (« procédure précédente ») et de la procédure mise à jour utilisée pour la deuxième partie.

Étape

Procédure précédente

Procédure mise à jour (2019)

Traitement global

Des résultats sont produits pour plusieurs séquences de traitement des données (p. ex. intégration>filtrage>comblement; intégration>filtrage>pas de comblement; intégration>pas de filtrage>comblement), qui sont ensuite utilisées pour choisir la version la plus appropriée pour chaque UC.

Le MPO a choisi une seule séquence de traitement des données. Des résultats ne sont produits que pour la séquence intégration>filtrage>comblement.

Étape 0 - Extraction des données brutes

Extraction des données pour chaque site de la base de données du NuSEDS

Aucun changement

Étape 1 - Intégration des données sources

Pour chaque année, une série de fichiers de référence sont extraits de différentes sources de données (NuSEDS, EPAD, évaluation faite en 2012 dans le cadre de la PSS), chaque source étant classée par ordre de priorité d’intégration. La procédure automatisée cherche dans la liste des sources classées par ordre de priorité jusqu’à ce qu’elle trouve une observation. L’observation est ensuite intégrée dans un fichier de données principal. Le MPO examine actuellement les règles de décisions automatisées de cette étape.

Si des données du NuSEDS sont datées d’après 2012, elles remplacent les données de la PSS correspondantes vérifiées de 2012.

Étape 2 - Filtrage des données selon leur qualité

Les données du NuSEDS considérées comme étant de « piètre qualité » par une procédure de filtrage des données (c.-à-d. les données des types 5 et 6) sont supprimées du fichier de données principal. Les données EPAD et les données PSS vérifiées de 2012 sont toutes conservées.

Aucun changement

Étape 3 - Comblement des données manquantes

Afin de compléter la série chronologique pour un site, les lacunes temporelles dans les données sont comblées selon la procédure décrite dans English et al. (2006) (voir ci-dessus).

Aucun changement

Étape 4 - Correction pour calculer la population sauvage

Étape pas mise en œuvre

Les données sur l’abondance pour chaque UC de l’étape 3 sont multipliées par le carré de la proportion moyenne sur toutes les années des géniteurs d’origine naturelle (pGON2) afin d’estimer la population sauvage de l’UC. La proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle (pGON) diminue à mesure que la production des écloseries augmente. La valeur pGON2 est la proportion du nombre total d’individus dont les deux géniteurs étaient d’origine naturelle si l’on présume que l’accouplement est aléatoire et que le taux de survie est le même pour tous les saumons.

Les MMC servent de source de données détaillées pour de nombreuses populations de saumons chinooks le long de la côte du Pacifique de l’Amérique du Nord (Hankin et al., 2005; Nandor et al., 2010). Les populations de saumons chinooks auxquelles s’ajoutent régulièrement des individus micromarqués issus de lâchers annuels sont des stocks indicateurs micromarqués. Elles servent à représenter des stocks de géniteurs sauvages affichant les mêmes tendances du cycle vital aux stades adulte et juvénile et censés afficher les mêmes tendances comportementales dans une zone géographique similaire. Pour que les MMC produisent suffisamment de données aux fins d’analyses, il faut que la plupart des indicateurs micromarqués soient liés aux programmes d’écloseries, où des poissons sont élevés, marqués et lâchés. Il existe 11 stocks indicateurs micromarqués au Canada, répartis parmi les UD du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique (tableau 3). La plupart de ces stocks proviennent de grandes écloseries conventionnelles, dont cinq sont situés dans le bassin versant du Fraser (UD 2, UD 11, UD 12, UD 15 et rivière Chilliwack) et quatre sont réparties sur l’île de Vancouver (UD 20, UD 21, UD 23 et UD 24). Deux programmes de micromarquage ont pris fin au début des années 2000 (UD 11 et UD 21, rivière Nanaimo), mais des fonds administrés par l’équipe de l’amélioration des MMC de la Commission du saumon du Pacifique (CSP) ont été récemment utilisés pour améliorer certains aspects des autres programmes de micromarquage (PSC-CTC, 2012a).

Les MMC fournissent entre autres des données sur la répartition océanique (par la capture de poissons marqués vulnérables aux engins de pêche), l’exploitation, la survie des smolts et l’âge moyen à la maturité. Le Traité sur le saumon du Pacifique, signé par le Canada et les États-Unis, appuie les programmes annuels d’échantillonnage visant à recueillir des données sur les stocks indicateurs micromarqués à l’aide d’une méthode uniforme et impartiale (Brown et al., 2013b). Les données sur les stocks indicateurs micromarqués proviennent des fichiers de sortie des analyses par cohorte, qui s’étendent jusqu’à la fin de 2012 et ont servi à produire le rapport annuel de 2013 du Comité technique sur le saumon chinook (Brown et al., 2013b). Les détails de la procédure d’analyse par cohorte sont présentés dans le rapport de la Commission du saumon du Pacifique (PSC-CTC; 1987).

Identification des saumons d’origine sauvage

Une importante considération pour les 12 UD abordées dans la présente partie est la façon dont les saumons d’écloserie et les saumons d’origine sauvage sont identifiés. Le MPO utilise deux méthodes pour identifier les géniteurs provenant d’écloseries. La première est la détection d’individus portant une MMC, comme il est décrit ci-dessus. La seconde consiste à régler les régimes de température de l’eau en écloserie de façon à laisser des marques sur les otolithes des saumons. Dans les deux cas, l’estimation des proportions relatives des individus matures en montaison provenant d’écloseries et de ceux d’origine sauvage dépend d’un programme d’échantillonnage bien conçu qui couvre toutes les frayères d’une UD et de la connaissance de la fraction des saumons lâchés qui sont marqués.

Les saumons « sauvages » sont définis ici comme les géniteurs sauvages de deuxième génération, conformément à la définition présentée dans la PSS du MPO. L’abondance des saumons sauvages est calculée comme l’abondance totale × (pGON × pGON), où pGON est la proportion des géniteurs d’origine naturelle dans les frayères, et où pGON × pGON est la proportion du nombre total d’individus dont les deux géniteurs étaient d’origine naturelle si l’on présume que l’accouplement est aléatoire et que le taux de survie est le même pour tous les saumons. Par exemple, pour deux mâles sauvages, deux femelles sauvages, un mâle d’écloserie et une femelle d’écloserie, il y a six combinaisons d’accouplement possibles pour trois couples mâle-femelle. Ainsi, 44,4 % des accouplements sont entre 2 saumons sauvages puisque les saumons sauvages constituent 66,7 % de la population et que 66,72 = 44,4 %.

L’influence naturelle proportionnelle (INP) est présentée comme une mesure de la contribution des écloseries à la population sauvage des UD pour lesquelles ces données existent (annexe 1). L’INP se calcule comme suit :

Figure de formule, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

pNOB = pGON

proportion Natural-Origin Brood stock = proportion des géniteurs d’origine naturelle

pHOS = pGE

proportion Natural-Origin Brood stock = proportion des géniteurs d’écloserie

Description longue

Formule pour calculer l’influence naturelle proportionnelle (INP). L’INP est égale à la proportion des géniteurs d’origine naturelle (pGON) divisée par la somme de la pGON et de la proportion des géniteurs d’écloserie (pGE).

Si une « population sauvage » est une population constituée surtout de saumons « sauvages », une forte production en écloserie constitue une menace évidente puisqu’elle réduirait le nombre de géniteurs naturels de deuxième génération et augmenterait le nombre de géniteurs d’écloserie. Cet effet devrait être représenté par l’indice de géniteurs sauvages décrit ci-dessus; à mesure que la production en écloserie augmente, la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle (pGON) diminue, tout comme le nombre de géniteurs « sauvages ». Il existe toutefois au moins cinq raisons pour lesquelles cette mesure des géniteurs « sauvages » calculée dans le présent rapport ne représente pas nécessairement les véritables géniteurs sauvages dans certaines circonstances.

1) La série chronologique de l’abondance des géniteurs dans chaque UD est calculée en faisant la somme des abondances déterminées à tous les sites persistants de l’UD au fil du temps et en comblant les données manquantes. Seuls les sites qui ont été continuellement surveillés au cours des trois dernières générations environ sont inclus dans le calcul. Pour certaines UD, la surveillance a cessé ou a été réduite aux sites où l’espèce frayait naturellement par le passé (p. ex. dans les années 1980 et 1990), mais où elle a cessé de le faire, dans certains cas en raison de l’introgression d’individus provenant d’écloseries voisines et de la baisse connexe de la valeur adaptative (fitness). Les séries chronologiques de l’abondance des géniteurs « sauvages » ne rendent donc pas compte de la perte de fraye naturelle. Les UD 24 et 25 sur la côte ouest de l’île de Vancouver en sont deux exemples.

2) On ne dispose pas de séries chronologiques longues et cohérentes de la pGON pour la plupart des populations. En l’absence de valeurs de pGON annuelles cohérentes (et pour lisser la variabilité d’échantillonnage), des moyennes à long terme ont été appliquées pour estimer le nombre de géniteurs « sauvages ». Sans séries chronologiques annuelles de la pGON, les tendances de la mesure des géniteurs « sauvages » ne tiennent pas compte des changements dans la proportion de saumons « sauvages » attribuables à des hausses (ou à des baisses) de la production en écloserie par rapport à la production naturelle au fil du temps. Dans certains cas (UD 24 et UD 25 sur la côte ouest de l’île de Vancouver), les hausses de la mesure de l’abondance des saumons « sauvages » traduisent des augmentations de la production en écloserie par rapport à la production naturelle qui pourraient masquer des baisses du nombre de saumons « sauvages ».

3) Lorsque la production en écloserie est élevée par rapport à la production naturelle et que l’INP est faible, tous les saumons de la population sont mal adaptés au milieu naturel. Même s’il y a des géniteurs de deuxième génération dans le système, ils peuvent avoir un faible taux survie en raison de leur adaptation à l’environnement de l’écloserie et être incapables de maintenir une population à long terme (comme des biologistes locaux du MPO l’ont décrit pour l’UD 24 et l’UD 25).

4) Le MPO n’a aucun moyen de marquer les géniteurs de deuxième génération, et les calculs supposent que la progéniture des géniteurs d’origine naturelle de première génération survit jusqu’à la génération suivante. Lorsque la production en écloserie est forte, les saumons d’écloserie sont dominants dans les frayères naturelles avec quelques géniteurs d’origine naturelle de première génération. Bien que ces géniteurs de première génération puissent être nombreux (mais moins de 50 %), ils pourraient ne pas soutenir une population en raison de la faible survie de leur progéniture en milieu naturel (point 2 ci-dessus). En particulier, la proportion de géniteurs d’origine naturelle de première génération par rapport aux géniteurs de deuxième génération pourrait être plus élevée que celle à laquelle on s’attendrait s’ils avaient le même taux de survie en raison d’effets génétiques héréditaires et épigénétiques de l’introgression qui peuvent s’étendre sur de nombreuses générations. Sans marquage des géniteurs de deuxième génération, cette proportion pourrait être surestimée en raison d’une faible survie.

5) Les UD 6, 18, 21 et 26 comprennent des sites où la population est supplémentée par de jeunes saumons produits en écloserie, mais où les proportions de géniteurs sauvages et de géniteurs d’écloserie n’ont pas été mesurées. Pour ces sites, le processus actuel suppose que tous les géniteurs sont d’origine naturelle.

Étant donné ces considérations, il devient important d’évaluer l’utilité de l’indice d’abondance des saumons sauvages pour chaque UD. Chacun des chapitres suivants portant sur une UD donne des conseils sur la façon d’interpréter les tendances de l’abondance des saumons sauvages.

Tableau 3. Résumé des données sur les lâchers d’individus munis d’une micromarque magnétisée codée (MMC) pour les stocks indicateurs micromarqués de saumons chinooks du sud de la Colombie-Britannique. Les données sur les lâchers couvrent les années de ponte de 2000 à 2009, et les données sur les MMC récupérées ont été obtenues de 2000 à 2011. Les tailles d’échantillons sont présentées dans les colonnes « Pontes (n) » et « Années (n) ». Sous « Données sur les lâchers », la colonne « Nbre moyen d’individus micromarqués » indique le nombre moyen de juvéniles munis d’une MMC ou marqués par ablation de la nageoire adipeuse qui ont été lâchés par année de ponte. La colonne « Nbre moyen d’individus non marqués » indique le nombre moyen de juvéniles sans MMC ni marque d’ablation de la nageoire adipeuse qui ont été lâchés les mêmes années de ponte que les individus micromarqués. Sous « Données estimées à partir des MMC », la colonne « Nbre moyen d’individus micromarqués » indique le nombre total estimé d’individus munis d’une MMC dans les prises des pêches et les échappées d’après le nombre réel de MMC récupérées dans le cadre de programmes d’échantillonnage. Les quatre colonnes de droite indiquent les pourcentages moyens d’individus micromarqués dans les prises de toutes les pêches océaniques en Colombie-Britannique (« Océan-CA »), de toutes les pêches océaniques en Alaska, en Oregon et dans l’État de Washington (« Océan-É.-U. ») et des pêches terminales en mer ou en eau douce pour un stock donné (la zone de pêche terminale est propre à chaque stock), ainsi que dans les échappées de géniteurs. La somme de ces quatre pourcentages est de 100 %. Le nombre d’années de récupération de MMC (« Années [n] ») comprend uniquement les années au cours desquelles au moins deux classes d’âge d’individus micromarqués étaient disponibles pour la capture. L’UC associée au stock indicateur de la rivière Chilliwack (CK-9008) ne fait pas partie des UD évaluées dans le présent rapport puisqu’elle est classée comme un stock d’écloserie. Cette classification a exclu ce stock de l’évaluation de la situation du saumon chinook faite dans le cadre de la Politique concernant le saumon sauvage. Ce tableau est inspiré du tableau 18 de Brown et al. (2013b).

Stock indicateur (site / nom)

Sigle du stock indi-cateur

No de l’UD

Période de mon-taison

Données sur les lâchers : Pontes (n)

Données sur les lâchers : Nbre moyen d’indi-vidus micro-marqués

Données sur les lâchers : Nbre moyen d’indi-vidus non marqués

Données estimées à partir des MMC :

Années (n)

Données estimées à partir des MMC :

Nbre moyen d’indi-vidus micro-marqués

Données estimées à partir des MMC :

Océan-CA

Données estimées à partir des MMC :

Océan-É.-U.

Données estimées à partir des MMC :

Pêche termi-nale

Données estimées à partir des MMC :

Échappées

Rivière Chilliwack

CHI

s. o.

Automne

10

101 904

472 864

12

4 153

9,2 %

15,0 %

7,4 %

68,4 %

Rivière Harrison

HAR

UD 2

Automne

9

149 096

804 461

12

1 113

10,5 %

20,9 %

1,6 %

66,9 %

Ruisseau Dome

DOM

UD 11

Printemps

3

83 602

3 718

8

155

1,8 %

23,5 %

50,1 %

24,6 %

Rivière Shuswap - cours inférieur

SHU

UD 12

Été

10

186 708

370 005

12

1 444

15,4 %

26,8 %

9,5 %

48,3 %

Rivière Nicola

NIC

UD 15

Printemps

9

107 174

46 275

12

1 089

1,2 %

6,3 %

10,3 %

82,3 %

Rivière Puntledge

PPS

UD 20

Été

10

115 953

508 058

12

290

15,9 %

23,4 %

0,0 %

60,7 %

Rivière Cowichan

COW

UD 21

Automne

9

299 815

1 209 989

12

781

12,7 %

48,0 %

6,1 %

33,2 %

Rivière Nanaimo

NAN

UD 21

Automne

4

145 257

96 884

9

819

7,8 %

33,7 %

6,7 %

51,8 %

Rivière Big Qualicum

BQR

UD 21

Automne

10

235 183

3 388 613

12

501

15,1 %

26,3 %

2,2 %

56,4 %

Rivière Quinsam

QUI

UD 23

Automne

10

287 024

1 842 503

12

814

22,6 %

20,3 %

0,1 %

57,1 %

Ruisseau Robertson

RBT

UD 24

Automne

10

256 807

6 153 023

12

2 360

20,2 %

16,0 %

27,1 %

36,7 %

Mise en valeur (lâchers de saumons d’écloserie)

Il est impossible de distinguer avec certitude les saumons sauvages et les saumons d’écloserie à moins que ces derniers aient tous été marqués (marquage de masse). Le marquage de masse n’est pas utilisé au Canada pour le saumon chinook (on l’utilise seulement pour le saumon coho). Par conséquent, les rédacteurs du rapport pré-COSEPAC ont adopté une approche de haut niveau fondée sur la classification des sites par niveau d’activité de mise en valeur (Brown et al., 2013b). Un niveau de mise en valeur a été attribué à chaque site de dénombrement des UD selon une procédure normalisée élaborée par le MPO dans le cadre du processus pré-COSEPAC (Brown et al., 2013b). Voici les catégories de cette classification :

Chaque chapitre portant sur une UD contient une figure montrant les proportions de géniteurs qui proviennent de sites « sauvages » (où il n’y a pas eu de lâcher de saumons d’écloserie) et de sites mis en valeur (par ajout de saumons d’écloserie). Ces figures sont des mises à jour de la première partie du rapport (COSEPAC 2018) et des figures de 2015 produites pour le rapport pré-COSEPAC (Brown et al., 2013b) et sont adaptées des séries chronologiques des échappées à l’échelle des UC pour ces deux types de sites. Lorsqu’une UD contient plusieurs UC (p. ex. UD 21), les valeurs pour chaque UC sont incluses. Les données pour les sites de niveau faible ou inconnu de mise en valeur et les sites de niveau modéré ou élevé de mise en valeur ont été combinées. La proportion de géniteurs d’origine naturelle estimée corrigée en fonction de la pGON est également présentée (voir la figure 2 et le tableau 4).

Lâchers de saumons d’écloserie

Chaque chapitre portant sur une UD présente la série chronologique des lâchers d’écloseries de l’intérieur ou de l’extérieur de l’UD. Il s’agit de reproductions des graphiques du tableau de bord de Brown et al. (2013b). Dans les cas où l’UD comprend plusieurs UC (p. ex. UD 21), la série chronologique pour chaque UC est incluse. Les données ne sont actuellement pas ventilées par stade vital des saumons au moment de leur lâcher. Il est donc important de noter que les données de lâchers pour différents stades vitaux ne sont pas comparables.

Interprétation des données sur l’abondance, la mise en valeur et les lâchers de saumons d’écloserie

Lorsqu’elles sont disponibles, les données sur la mise en valeur, la population sauvage et les lâchers de saumons d’écloserie sont présentées pour chaque UD dans une figure à quatre graphiques (voir l’exemple ci-dessous pour l’UD 22/UC 28). Le tableau 4 explique comment interpréter chaque graphique.

Figure 2, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

Quality filtered, verified sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

% Wild Sites = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh = Sites mis en valeur

W = Sites sauvages

% pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS = GON

Hatch Rel from within UD = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

Hatch Rel from outside UD = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 2. Exemple des graphiques sur l’abondance, la mise en valeur et les lâchers de saumons d’écloserie.

Description longue

Exemple de figure à quatre graphiques utilisée dans la représentation graphique des données sur l’abondance, la mise en valeur et les lâchers d’écloseries.

Le tableau suivant explique comment interpréter chaque graphique et peut servir de guide pour l’examen de chaque UD.

Tableau 4. Interprétation des graphiques sur l’abondance, la mise en valeur et les lâchers de saumons d’écloserie.

Graphique

Information

Graphique a)

% de géniteurs dans les sites sauvages

Ce graphique montre la proportion du nombre de géniteurs dans les sites considérés comme sauvages par rapport au nombre de géniteurs dans tous les sites de l’UD pour lesquels il y a des données. L’absence de barre indique l’absence de données. Les sites sauvages, définis comme les sites de niveau de mise en valeur inconnu ou faible, sont représentés en bleu, tandis que les sites mis en valeur, dont le niveau de mise en valeur est modéré ou élevé, sont représentés en gris. Ce graphique ne montre pas les estimations annuelles de la contribution des saumons d’écloserie, mais montre plutôt les estimations annuelles de la proportion du nombre de géniteurs dans les sites ACTUELLEMENT classés comme étant sauvages ou mis en valeur. Ce graphique est fondé sur les données obtenues aux sites et non sur des estimations extrapolées qui tiendraient compte des populations non évaluées.

Graphique b)

% de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Ce graphique montre le pourcentage de géniteurs sauvages dans les sites qui est estimé d’après la proportion annuelle moyenne des géniteurs d’origine naturelle (pGON) appliquée au nombre de géniteurs, selon l’équation suivante : abondance*pGON2 = nombre de géniteurs sauvages. IMPORTANT : Ce graphique est fondé sur une nouvelle méthode qui n’a pas été évaluée. Les résultats pour certaines UD peuvent sembler contredire les graphiques c) et d), par exemple dans les cas où les valeurs d’abondance de saumons sauvages corrigées en fonction de la pGON sont de 100 %, mais où le graphique c) indique que des saumons d’écloserie sont lâchés dans l’UD. Cela s’explique par le fait que les données pour les graphiques proviennent de sources différentes et ne concordent pas toujours. Les résultats présentés dans le graphique b) sont calculés à partir de données de MMC ou de marquage thermique, tandis que les graphiques c) et d) montrent les nombres de saumons d’écloserie lâchés. Les règles de décision utilisées pour extraire les données des différentes sources n’ont pas été harmonisées. Par exemple, les années de cohortes incomplètes sont omises des données de MMC ou de marquage thermique, alors qu’il n’y a aucune omission dans les données de nombre de saumons d’écloserie lâchés. Dans les cas où la contradiction donne des valeurs d’abondance de saumons sauvages corrigées en fonction de la pGON de 100 % (UD 6, UD 18, UD 21 et UD 26), le graphique a été omis du présent rapport.

Graphiques c) et d)

Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur et de l’extérieur de l’UD (année de ponte)

Ce graphique montre le nombre de saumons d’écloserie de l’intérieur et de l’extérieur de l’UD lâchés par année de ponte. Le graphique de gauche montre le nombre total de juvéniles élevés en écloseries qui proviennent d’œufs prélevés sur des frayères de l’UD puis lâchés dans des sites au sein de l’aire de l’UD. Le graphique de droite montre le nombre total de juvéniles élevés en écloseries à partir d’œufs prélevés sur des frayères à l’extérieur de l’UD et lâchés dans des sites au sein de l’UD. L’absence de graphique indique l’absence de données.

Fluctuations et tendances

Pour chaque UD, les fluctuations et les tendances sont présentées dans un tableau récapitulatif et deux figures à six graphiques. Le tableau récapitulatif fournit deux estimations bayésiennes des variations du nombre de géniteurs : une estimation est fondée sur les données des trois dernières générations, et l’autre, sur toute la série chronologique. Les probabilités de déclin de 30, de 50 et de 70 % du nombre de géniteurs sont également présentées pour chacune des deux estimations bayésiennes. Ces résultats sont fournis pour la population non corrigée et la population corrigée en fonction de la pGON, qui représente les tendances du nombre de géniteurs sauvages. Pour la première partie du rapport (COSEPAC 2018), les données d’abondance étaient disponibles pour la plupart des 28 UD jusqu’à l’année de montaison 2015 et ont été fournies par le MPO (Gayle Brown, comm. pers., 2019). Pour la présent deuxième partie du rapport, les données d’abondance étaient disponibles pour les 12 UD visées jusqu’à l’année de montaison 2017 ou 2018 et ont également été fournies par le MPO. Les données pour l’UD 18 étaient considérées comme insuffisantes pour la première partie du rapport (COSEPAC 2018), mais elles sont maintenant suffisantes et sont incluses dans le présent rapport.

Voici la structure du tableau récapitulatif pour chaque UD (les catégories sont décrites au tableau 6) :

Tableau 5. Structure du tableau récapitulatif pour la section sur les fluctuations et les tendances.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

Exemple

4

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

Exemple

4

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

Exemple

4

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

3 géné-rations

Exemple

4

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Toutes les années

Tableau 6. Description des colonnes du tableau sur les fluctuations et les tendances.

Colonne

Description

Nom de l’UD

Nom complet de chaque UD

Durée d’une génération

La durée de génération moyenne estimée d’après l’âge moyen des géniteurs en l’absence de mortalité causée par la pêche.

Fourchette d’années

L’année de début et l’année de fin de l’ensemble de données utilisé.

Taux de variation médian

La valeur médiane de la distribution a posteriori des sorties des paramètres de pente du modèle de régression bayésien.

IC à 95 %

L’intervalle de confiance à 95 % du taux de variation médian.

Probabilité de déclin de 30 %

La probabilité de déclin de l’abondance de 30 % ou plus.

Probabilité de déclin de 50 %

La probabilité de déclin de l’abondance de 50 % ou plus.

Probabilité de déclin de 70 %

La probabilité de déclin de l’abondance de 70 % ou plus.

Nombre d’observations

Le nombre d’observations dans l’ensemble de données.

Dans la première partie du rapport (COSEPAC 2018) (UD ayant fait l’objet d’un nombre très faible ou nul de lâchers d’écloseries), les tendances de l’abondance des géniteurs, du taux d’exploitation et du taux de survie en mer (du smolt au stade adulte) sont présentées dans une figure à cinq graphiques pour chaque UD (voir l’exemple ci-dessous pour l’UD 24). Dans la présente deuxième partie du rapport, un autre graphique a été ajouté pour montrer la contribution proportionnelle de chaque site à l’abondance des géniteurs de l’UD. Conformément à la procédure de filtrage des données décrite plus haut, seuls les sites classés comme « persistants » sont inclus. Dans chaque chapitre sur une UD, la nouvelle figure à six graphiques est présentée deux fois : une fois pour les données d’abondance non corrigées et une fois pour les données d’abondance corrigées en fonction de la pGON. Le tableau 7 explique comment interpréter chaque graphique.

Figure 3, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU24 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 24

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

3 gen = 3 générations

All years = Toutes les années

Year = Année

% change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

% change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

Exploitation rate = Taux d’exploitation

Year = Année

Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Somass-sproat-gc system = Ssystème somass-sproat-great central

Nitinat river = rivière Nitinat

Thornton river = rivière Thornton

Cypre river = rivière Cypre

Tranquil creek = ruisseau Tranquil

San juan river = rivière San juan

Toquart river = rivière Toquart

Cclemens creek = ruisseau Clemens

Moyeha river = rivière Moyeha

Bedwell system = système Bedwell

Megin river = rivière Megin

Nahmint river = rivière Nahmint

Ssarita river = rivière Sarita

Ssooke river = rivière Sooke

Year = Année

Figure 3. Exemple des graphiques sur les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance dans l’UD 24 (version corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle).

Description longue

Exemple de figure à six graphiques illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Tableau 7. Interprétation des graphiques sur les tendances de l’abondance des géniteurs, du taux d’exploitation, du taux de survie du smolt au stade adulte et de la contribution proportionnelle de chaque site à l’abondance des géniteurs.

Graphique

Information

Graphique a)

Tendance de l’abondance des géniteurs

Ce graphique montre la tendance de l’abondance des géniteurs ainsi que deux estimations du taux de variation linéaire de l’abondance au fil du temps : 1) taux de variation au cours des 3 dernières générations fondé seulement sur les données des 3 dernières générations complètes (c.-à-d. 13 ans pour une UD dont la durée de génération est de 4 ans); 2) taux de variation au cours des trois dernières générations fondé sur toutes les données disponibles. Ce dernier taux est présenté parce que les indicateurs de la variation de l’abondance fondés sur le taux de variation sur la série chronologique complète sont plus fiables que ceux fondés sur le taux de variation sur une courte série chronologique (Porszt et al., 2010; d’Eon Eggerston et al., 2012). Les données utilisées pour les trois dernières générations correspondaient à la durée de génération + un point de données, de sorte que les données choisies couvrent les trois dernières générations. La durée de trois générations était arrondie, le cas échéant.

Les taux de variation ont été calculés dans un cadre d’estimation bayésien. Ainsi, nous avons pu présenter les probabilités associées aux variations estimées de l’abondance, dont l’interprétation est plus intuitive que celle des intervalles de confiance de l’approche fréquentiste. La modélisation bayésienne et l’estimation des paramètres ont été effectuées en langage R au moyen du logiciel JAGS (Plummer, 2011; R Core Team, 2017) de la trousse R2jags (Su et Yajima, 2015). Nous avons utilisé des valeurs a priori non informatives pour la pente (
[Insert image]
), l’ordonnée à l’origine
[Insert image]
) et l’écart-type
[Insert image]
. Nous avons exécuté le modèle linéaire pour une seule chaîne en utilisant un rodage de 5 000 observations et en conservant 100 000 échantillons après le rodage. Afin de réduire l’autocorrélation, nous n’avons sauvegardé qu’une observation sur cinq (thin = 5).

Graphique b)

% de variation au cours des trois dernières générations (distribution a posteriori)

Ce graphique montre la distribution a posteriori et l’estimation médiane (ligne verticale) du pourcentage estimé de variation au cours des trois dernières générations, d’après les taux de variation linéaire du nombre de géniteurs calculés à partir des données pour ces générations.

Graphique c)

% de variation au cours des trois dernières générations (distribution a posteriori des trois dernières générations)

Ce graphique montre la même chose que le graphique b), mais pour la régression des données de toute la série chronologique.

Graphique d)

Taux d’exploitation

Ce graphique illustre montre le nombre total estimé de géniteurs (tous âges confondus) munis d’une MMC capturés dans les pêches côtières préterminales et terminales divisé par la somme de ce nombre et de l’échappée totale. Ce nombre tient compte de la mortalité estimée d’individus non débarqués qui s’échappent des engins de pêche ou sont remis à l’eau et qui meurent plus tard. Le taux de mortalité causée par les pêches préterminales est corrigé par un facteur d’équivalence propre à chaque stock et à chaque âge adulte qui tient compte du fait que, même s’il n’y a aucune pêche, des saumons meurent avant d’atteindre les frayères, et que la probabilité de survivre jusqu’à la fraye augmente à chaque âge (p. ex. le facteur d’équivalence d’un saumon de deux ans capturé en mer est inférieur à celui d’un saumon de quatre ans capturé, car ses chances de survie et de croissance à tout autre âge ultérieur sont moindres que celles d’un poisson plus vieux).

Graphique e)

Survie du smolt au stade adulte

Ce graphique montre la taille estimée de la cohorte de saumons vivants à partir du plus jeune âge possible de poissons matures divisée par le nombre de smolts lâchés au cours de l’année de ponte des parents, puis multipliée par cent pour obtenir un pourcentage.

Graphique f)

Pourcentages de contribution de chaque site à l’abondance

Ce graphique montre les pourcentages de contribution de chaque site persistant à l’abondance totale de l’UD au fil du temps. Comme les facteurs d’extrapolation pour estimer l’abondance totale de l’UD dans tous les sites (persistants et non persistants) ne sont pas disponibles, les graphiques ne montrent que les contributions relatives des sites persistants. L’annexe 1 présente les listes complètes des sites d’échantillonnage dans chaque UD. Des barres empilées de différentes couleurs représentent différents sites. Pour les données d’abondance non corrigées et corrigées en fonction de la pGON, les sites sont présentés par ordre décroissant de leur contribution pour toute la série chronologique des données corrigées en fonction de la pGON (de haut en bas dans la légende et de bas en haut dans le graphique).

Pour chacune des 12 UD abordées dans le présent rapport (deuxième partie), l’annexe 1 présente un graphique de la qualité des données des relevés effectués à chaque site et un graphique de l’influence naturelle proportionnelle (INP) par site, lorsque ces données sont disponibles.

Lorsqu’elles sont disponibles, des données de productivité des stocks (recrues par géniteur) sont également présentées. La productivité d’un stock est calculée comme le nombre total d’adultes recrutés à la population (c.-à-d. géniteurs + prises) qui ont été produits par les géniteurs une année donnée (année de ponte). Seulement deux séries chronologiques de productivité d’un stock sont disponibles, soit celles de l’UD 2 et de l’UD 22 (Brown et al., 2013b). Les méthodes utilisées pour produire ces séries chronologiques sont fondées sur des rapports du Secrétariat canadien de consultation scientifique (SCCS) (Tompkins et al., 2005; G. Brown, MPO, données inédites). Les données utilisées pour ces séries chronologiques ont été fournies par le MPO (pour la rivière Cowichan : M. Labelle, MPO, données inédites; pour la rivière Harrison : G. Brown, MPO, données inédites).

Structuration en sous-populations

Lors de sa réunion de 2019, le Sous-comité de spécialistes (SCS) des poissons marins a remarqué que, si une UD comprend habituellement de nombreuses composantes de géniteurs, l’errance est bien documentée au sein de ces composantes. Compte tenu de la définition de sous-populations donnée par le COSEPAC (« Comme utilisées dans les critères B et C, les sous-populations sont définies comme étant des groupes géographiquement ou autrement distincts de la population ayant peu d’échanges démographiques ou génétiques entre eux [d’ordinaire, un individu migrateur reproducteur ou un gamète par génération ou moins] »), le SCS des poissons marins conclut que le concept de sous-population ne s’applique pas. Cette conclusion a une incidence sur l’interprétation de la situation des populations à l’aide du critère quantitatif C2 du COSEPAC (nombre d’individus matures peu élevé et en déclin), pour laquelle la structuration en sous-populations doit être connue.

Rôle des avis de spécialistes

Étant donné les limites de l’identification des saumons sauvages et des saumons d’écloserie et des effets sur les tendances de l’abondance, les avis de spécialistes étaient particulièrement importants pour les UD abordées dans la présente deuxième partie du rapport. Le SCS des poissons marins a invité des spécialistes externes à sa réunion annuelle de 2019. Ces spécialistes externes étaient pour la plupart des biologistes du saumon du MPO qui avaient une longue expérience d’étude des UD abordées dans le présent rapport et qui connaissaient bien les données disponibles sur les populations issues d’écloseries et les populations sauvages. Le SCS des poissons marins a également profité de la participation de nombreux représentants de Premières Nations et d’organisations non gouvernementales de l’environnement qui s’intéressent aux saumons du Pacifique.

Menaces et facteurs limitatifs

Voir l’évaluation des menaces qui pèsent sur le saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique dans la première partie du rapport (COSEPAC 2018).

Une cote de risque général est attribuée à chaque UD au moyen du calculateur de menaces de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui consiste en une feuille de calcul Excel à remplir pour évaluer les menaces et les facteurs limitatifs qui pèsent sur chaque UD.

Le calculateur caractérise les menaces pesant sur chaque UD selon leur portée, leur gravité et leur immédiateté. La portée correspond à la proportion de l’espèce qui, selon toute vraisemblance, devrait être touchée par la menace d’ici 10 ans si les circonstances et tendances actuelles se maintiennent. La gravité correspond au niveau de dommage (pourcentage de déclin de la population) que causera vraisemblablement la menace à l’espèce d’ici 10 ans ou 3 générations (selon la plus longue de ces deux périodes) si les circonstances et tendances actuelles se maintiennent. L’immédiateté est définie comme la durée prévue et estimée de la menace.

Les cotes de portée, de gravité et d’immédiateté sont attribuées en fonction des scores cumulatifs de 11 catégories de menaces différentes, qui sont constituées de 40 sous-catégories différentes. Voici les catégories de menaces :

  1. Développement résidentiel et commercial
  2. Agriculture et aquaculture
  3. Production d’énergie et exploitation minière
  4. Corridors de transport et de service
  5. Utilisation des ressources biologiques
  6. Intrusions et perturbations humaines
  7. Modifications des systèmes naturels
  8. Espèces et gènes envahissants ou autrement problématiques
  9. Pollution
  10. Phénomènes géologiques
  11. Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

Une note est attribuée à chaque sous-catégorie allant de « négligeable » à « généralisée » pour la portée, de « négligeable » à « extrême » pour la gravité, et de « non significative/négligeable » à « élevée » pour l’immédiateté; des plages d’incertitude et les options « inconnue » ou « neutre » peuvent également être utilisées. Une fois les notes attribuées à chaque sous-catégorie, les notes pour les menaces de niveau 2 sont manuellement compilées pour obtenir les notes pour les menaces de niveau 1, et l’impact global des menaces qui pèsent sur la population est coté A - très élevé, B - élevé, C - moyen ou D - faible.

Aux fins du présent rapport, des calculateurs de menaces ont été remplis selon une approche en deux étapes. La première étape était fondée sur l’examen de la documentation et les données existantes (présentées dans ce rapport). Cette étape a fourni des informations pertinentes concernant les menaces et les facteurs limitatifs pour chaque UD et a permis de produire un ensemble préliminaire de résultats du calculateur de menaces.

Certains paramètres utilisés pour évaluer les menaces (p. ex. récolte mortalité) sont fondés sur des données recueillies sur des stocks d’indicateurs, qui comprennent des saumons d’écloserie micromarqués. Le tableau 8 énumère les UD ayant des stocks indicateurs micromarqués. Pour les UD sans stocks indicateurs, des stocks indicateurs substituts ont été utilisés.

Tableau 8. Unités désignables (UD) ayant des stocks indicateurs, et, le cas échéant, première année où des poissons d’écloseries de l’intérieur ou de l’extérieur de l’UD ont été lâchés dans l’UD.

UD

Stock indicateur

Code du stock indicateur

Stock indicateur utilisé comme substitut

1re année de lâchers de saumons d’écloseries de l’intérieur de l’UD

1re année de lâchers de saumons d’écloseries de l’extérieur de l’UD

UD 1

sans objet sans objet

SAM*

1984

1991

UD 2

Rivière Harrison

HAR

HAR

1972

1997

UD 3

sans objet sans objet

DOM

1978

1989

UD 4

sans objet sans objet

DOM

1982

sans objet

UD 5

sans objet sans objet

DOM

1982

1982

UD 6

sans objet sans objet

SHU

1990

sans objet

UD 7

sans objet sans objet

DOM

sans objet sans objet

UD 8

sans objet sans objet

DOM

sans objet sans objet

UD 9

sans objet sans objet

DOM

1983

1995

UD 10

sans objet sans objet

DOM

1981

sans objet

UD 11

Ruisseau Dome

DOM

DOM

1988

sans objet

UD 12

Rivière Shuswap - Cours Inférieur

SHU

SHU

1982

sans objet

UD 12

sans objet sans objet

SHU

sans objet sans objet

UD 13

sans objet sans objet

DOM

1984

sans objet

UD 14

sans objet sans objet

NIC

sans objet sans objet

UD 15

Rivière Nicola

NIC

NIC

1981

sans objet

UD 16

sans objet sans objet

DOM

1986

sans objet

UD 17

sans objet sans objet

DOM

1985

sans objet

UD 18

sans objet sans objet

BQR

1979

1984

UD 19

sans objet sans objet

PPS

sans objet sans objet

UD 20

Rivière Puntledge

PPS

PPS

1972

sans objet

UD 21

sans objet sans objet

COW

1983

1984

UD 21

Rivière Cowichan

COW

COW

1980

sans objet

UD 21

Rivière Nanaimo

NAN

NAN

1974

sans objet

UD 21

Rivière Qualicum

BQR

BQR

1968

1985

UD 22

sans objet sans objet

BQR

1989

sans objet

UD 23

Rivière Quinsam

QUI

QUI

1971

1999

UD 24

Rivière Somass

RBT

RBT

1973

sans objet

UD 25

sans objet sans objet

RBT

1980

sans objet

UD 26

sans objet sans objet

RBT

1983

sans objet

UD 27

sans objet sans objet

ATN

sans objet sans objet

UD 28

sans objet sans objet

ATN

1986

sans objet

* Le stock indicateur de la rivière Nooksack - alevins automnaux (NKF), dans l’État de Washington, aux États-Unis, a été utilisé comme stock indicateur pour l’UD 1 (UC CK-02).

L’un des défis consistait à quantifier la gravité parce qu’il était impossible d’établir un lien de causalité direct entre la plupart des menaces/facteurs limitatifs et les impacts sur les populations. Toutefois, chez certaines populations, des paramètres (p. ex. la récolte) pouvaient être quantifiés s’il y avait un stock indicateur. Cette méthode préliminaire n’a pas fourni de données suffisamment détaillées et complètes pour déterminer l’impact global des menaces à l’aide du calculateur de menaces, mais elle a fourni des données utiles pour l’étape suivante.

Pour la deuxième étape, des spécialistes du saumon chinook se sont réunis au cours d’un atelier tenu à Nanaimo, en Colombie-Britannique, en février 2017, afin d’appliquer le calculateur des menaces de l’UICN au saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique. Ce groupe de spécialistes a examiné les données recueillies lors de la première étape et y a ajouté de nouvelles données fondées sur leurs connaissances des différentes UD. L’atelier a fourni une riche source de données, qui a permis d’étoffer les données existantes et de remplir le calculateur de menaces pour plusieurs UD, en plus d’assigner certaines UD comme indicateurs d’autres UD auxquelles le calculateur n’a pas pu être appliqué lors de l’atelier. Le tableau 9 présente la liste complète des UD et indique celles pour lesquelles le calculateur de menaces a été rempli lors de l’atelier, ainsi que celles pour lesquelles des indicateurs substituts ont été désignés. Des notes concernant l’état et le niveau de priorité, d’autres commentaires pertinents et l’impact global des menaces sont fournies le cas échéant.

Tableau 9. Résultats du calculateur des menaces rempli pour les UD lors de l’atelier de l’UICN de février 2017. A = très élevé; B = élevé; C = moyen; D = faible.

UD

Nom de l’UD

État, niveau de priorité et indicateurs

Commentaires

Impact global des menaces calculé

UD 1

Sud de la partie continentale de la C.-B. -baie Boundary, type océanique, automne

Calculateur à remplir (priorité élevée)

Petite population, peu de données quantitatives

sans objet

UD 2

Bas Fraser, type océanique, automne

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Moyen (C)

UD 3

Bas Fraser, type fluvial, printemps

sans objet sans objet sans objet

UD 4

Bas Fraser, type fluvial, été

sans objet sans objet sans objet

UD 5

Bas Fraser, type fluvial, été

sans objet sans objet sans objet

UD 6

Bas Fraser, type océanique, été

À remplir (priorité élevée)

UD unique, une seule frayère

sans objet

UD 7

Moyen Fraser, type fluvial

À remplir (priorité élevée)

UD unique, une seule frayère

sans objet

UD 8

Moyen Fraser, type fluvial, automne

À remplir (priorité élevée)

UD unique, une seule frayère

sans objet

UD 9

Moyen Fraser, type fluvial, printemps

Rempli au cours de l’atelier

Le groupe a utilisé l’UD 11 comme point de départ. Les deux UD sont de lignée béringienne et ont des habitats et périodes de montaison similaires.

Élevé à moyen (B-C)

UD 10

Moyen Fraser, type fluvial, été

Utiliser l’UD 17 comme indicateur

Ce sont tous des saumons chinooks d’été de lignée béringienne qui ont des habitats similaires, mais qui diffèrent des chinooks de printemps et dont l’habitat est plus stable que les sources.

sans objet

UD 11

Haut Fraser, type fluvial, printemps

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Élevé à moyen (B-C)

UD 12

Thompson Sud, type océanique, été

Non rempli (priorité faible)

Stock jugé être en bon état lors de l’atelier.

sans objet

UD 13

Thompson Sud, type océanique, été 1.3

Utiliser l’UD 15 comme indicateur

Sources sujettes à la sécheresse dans l’Intérieur sud de la C.-B. Les résultats du calculateur des menaces pourraient être les mêmes pour les UD 13, 14 et 15.

Élevé à moyen (B-C)

UD 14

Thompson Sud, type océanique, été 1.2

Utiliser l’UD 15 comme indicateur

Sources sujettes à la sécheresse dans l’Intérieur sud de la C.-B. Les résultats du calculateur des menaces pourraient être les mêmes pour les UD 13, 14 et 15.

Élevé à moyen (B-C)

UD 15

Thompson inférieure, type fluvial, printemps

Rempli au cours de l’atelier

Sources sujettes à la sécheresse dans l’Intérieur sud de la C.-B. Les résultats du calculateur des menaces pourraient être les mêmes pour les UD 13, 14 et 15.

Élevé à moyen (B-C)

UD 16

Thompson Nord, type fluvial, printemps

Utiliser l’UD 11 comme indicateur

Les deux UD sont de la lignée issue de la Béringie (un refuge glaciaire) et ont des habitats et périodes de montaison similaires.

Élevé à moyen (B-C)

UD 17

Thompson Nord, type fluvial, été

sans objet

Ce sont tous des saumons chinooks d’été de lignée béringienne qui ont des habitats similaires, mais qui diffèrent des chinooks de printemps et dont l’habitat est plus stable que les sources.

sans objet

UD 18

Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

sans objet sans objet sans objet

UD 19

Est de l’île de Vancouver, type fluvial, printemps

sans objet sans objet sans objet

UD 20

Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Élevé (B)

UD 21

Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Élevé (B)

UD 22

Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

sans objet sans objet sans objet

UD 23

Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EIV + SFj)

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Élevé à moyen (B-C)

UD 24

Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Élevé (B)

UD 25

Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

Rempli au cours de l’atelier

sans objet

Moyen (C)

UD 26

Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

sans objet sans objet sans objet

UD 27

Sud de la partie continentale de la C.-B., type océanique, été

Utiliser l’UD 28 comme indicateur

Données insuffisantes sur l’UD

Faible (D)

UD 28

Sud de la partie continentale de la C.-B., type fluvial, été

Rempli au cours de l’atelier

Données insuffisantes sur l’UD

Faible (D)

Les calculateurs des menaces pour les UD 20, 21, 24 et 25 ont été mis à jour par le SCS des poissons marins du COSEPAC pendant et peu après sa réunion annuelle du 19 au 22 août 2019. L’impact global des menaces ainsi calculé est passé à « Très élevé - Très élevé » pour l’UD 24 (remarque : la notation de l’élément 8.3 est provisoire et doit être validée par des spécialistes) et à « Très élevé - Élevé » pour l’UD 25. L’impact global des menaces est resté inchangé à « Élevé » pour les UD 20 et 21. Tous les calculateurs des menaces appliqués aux UD abordées dans la présente deuxième partie sont présentés à l’annexe 2.

Chapitres sur les unités désignables

Unité désignable 1 : population du sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

UD1 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

BB+GStr/océanique/automne

Zone adaptative conjointe (ZAC)

BB+GStr

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 3,8 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 4, veuillez lire la description longue

DU18 South Coast Georgia Strait Ocean Fall = UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

DU4 Lower Fraser River Stream Summer (Upper Pitt) = UD 4 - Bas Fraser, type fluvial, été (haute Pitt)

DU1 Southern Mainland Boundary Bay Ocean Fall = UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japon, METI, Esri Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 4. Carte de l’UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne.

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne.

L’UD 1 est l’UD la plus méridionale de la partie continentale de la Colombie-Britannique évaluée dans ce rapport (l’UD de l’Okanagan est aussi présente jusqu’à la frontière canado-états-unienne, mais elle n’est pas incluse dans ce rapport). L’UD 1 est située dans la zone adaptative conjointe BB+GStr. L’habitat d’eau douce rejoint l’habitat marin à la baie Boundary, en passant par la rivière Serpentine, la rivière Nicomekl et la (petite) rivière Campbell. Bien que cette UD se trouve près de la frontière avec les États-Unis, il n’y a pas de frayères connues aux États-Unis. L’étendue spatiale de cette UD est limitée par le fleuve Fraser au nord (lat. 49,20, long. 122,81) et le 49e parallèle au sud. Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,05, long. 122,83. La superficie totale de l’aire de l’UD 1 est de 405,44 km2, et elle englobe une grande zone urbaine.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’indice de zone d’occupation (IZO) est de 157 km2 selon une distance totale de montaison connue de 78 km, soit 0,76 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont très altérées (89,4 %), l’aménagement urbain représentant 59,9 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 28,6 %, et l’exploitation minière, 0,5 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 1 est de 6,4 km/km2, avec une moyenne de 1,39 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 87,6 % de l’habitat riverain de l’UD. Comme l’aire de cette UD est déjà très développée, il n’y a pas de perturbations actuelles de la forêt ni de peuplements de pins (pinèdes) touchés par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Bien que la fraye ait été observée dans trois rivières, cette UD compte un seul site persistant qui est mis en valeur (annexe 1). Pendant les années d’échantillonnage, tous les individus matures (nombre estimé) provenaient de cours d’eau qui présentaient des niveaux modérés à élevés de mise en valeur (figure 5a). La proportion d’individus sauvages au sein la population est estimée à environ 30 % (figure 5b). Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté à partir du début des années 1980, pour atteindre un maximum d’environ 250 000 par année en 2011, puis a diminué, s’établissant à environ 100 000 par année en 2013, avant d’augmenter de nouveau pour atteindre environ 225 000 en 2017 (figure 5c). Des lâchers de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD ont eu lieu de 1990 à 2003 (figure 5d).

Figure 5, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-02

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

% Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

% pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS =GON

Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 5. UD 1 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada; voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 1 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données, le nombre d’individus matures aurait augmenté de 121 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 960 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -57 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,03 (tableau 10, figure 6a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 387 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 1 148 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 90 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 10, figure 6a,c). L’augmentation à long terme du nombre total de géniteurs concorde avec l’augmentation globale du nombre de saumons chinooks d’écloserie lâchés (figure 5).

En ce qui concerne l’abondance estimée des individus sauvages, les tendances correspondantes sont les mêmes. La production des écloseries a permis d’augmenter le nombre total de saumons chinooks, mais, selon l’opinion consensuelle des spécialistes (réunion d’août 2019 du SCS des poissons marins), il resterait moins de 1 000 individus sauvages matures. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 175 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 54 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1), mais le SCS accorde la plus grande confiance au consensus des experts pour ce qui est de l’estimation du nombre d’individus sauvages matures restants.

Le taux d’exploitation dans l’UD 1 a varié entre 20 et 40 % dans les années 1990, puis a atteint un pic de près de 60 % en 2004, avant de chuter, fluctuant entre 30 et 50 % jusqu’en 2012 (figure 6). Le taux de survie du smolt au stade adulte a culminé à près de 5 % en 1994, puis a diminué au cours de la décennie suivante, atteignant un minimum de 0,5 % en 2000, mais augmentant légèrement depuis 2008, pour atteindre 3 % en 2012. Il n’y a aucune donnée disponible sur la productivité des stocks pour cette UD.

Tableau 10. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

3,8

2007-2018

121

-57; 960

0,07

0,03

0,01

12

UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

3,8

1980-2018

387

90; 1 148

0

0

0

38

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

3,8

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

3,8

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Figure 6, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

Trend in Spawner Abundance for DU1 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 1

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

% change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

% change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Campbell river = rivière Campbell

Figure 6. UD 1 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 1 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli pour cette UD. En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Il convient de souligner que cette UD est principalement composée d’individus d’écloserie, les individus sauvages restants étant peu nombreux (R. Bailey, comm. pers., 2019). Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient souvent de l’extérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Unité désignable 6 : population du bas Fraser, type océanique, été

UD6 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

LFR+GStr/océanique/été

Zone adaptative conjointe (ZAC)

LFR+GStr

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Été

La durée de génération moyenne de cette UD est de 3,8 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en été.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 7, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU6 Lower Fraser River Ocean Summer = UD 6 - Bas Fraser, type océanique, été

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 7. Carte de l’UD 6 - Bas Fraser, type océanique, été.

Description longue

LD : Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 6 - population du bas Fraser, type océanique, été.

La zone géographique de cette UD s’étend du nord, le long du lac Hicks (lat. 49,33, long. 121,70), au sud, au fleuve Fraser (lat. 49,22, long. 121,74). La limite ouest se trouve à la crête du mont Bear (lat. 49,29, long. 121,76), et la limite est, au fleuve Fraser (lat. 49,27, long. 121,68). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,23, long. 121,73, et la superficie totale de l’UD est de 53,49 km2. L’agriculture est la principale utilisation des terres dans cette UD.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 30 km2 selon une distance totale de montaison connue de 15 km, soit 0,15 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (29,3 %), l’aménagement urbain représentant 1,9 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 25,0 %, et l’exploitation minière, 0,07 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 6 est de 2 km/km2, avec une moyenne de 0,7 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 27,7 % de l’habitat riverain et 2,3 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où aucune pinède n’est touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD compte un seul site persistant qui est mis en valeur (annexe 1). Pendant les années d’échantillonnage, tous les individus matures (nombre estimé) provenaient de cours d’eau présentant des niveaux modérés à élevés de mise en valeur (figure 8a). En utilisant la méthode de correction en fonction de la pGON, on estime la proportion d’individus sauvages dans la population à 100 %, ce qui ne correspond pas au statut de mise en valeur de l’UD ni aux données sur les lâchers de saumons d’écloserie présentées à la figure 8c,d. Compte tenu de cette contradiction, la figure 8b a été omise (tableau 4). Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté entre le milieu des années 1990 et 2010, les pics ayant atteint environ 110 000 en 2008 (figure 8c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 8d).

Figure 8, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-07 = CK-07

(a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

(b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

NA = ND

(c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

(d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 8. UD 6 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques. Le pourcentage de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON [graphique b)] ne peut pas être calculé à cause de limites liées au nombre d’échantillons.

Description longue

Graphiques sur l’UD 6 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données, le nombre d’individus matures aurait diminué de 71 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 95 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -95 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,84 (tableau 11, figure 9a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 77 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 620 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -56 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,09 (tableau 11, figure 9a,c).

Les tendances relatives aux saumons sauvages sont inconnues, car aucune donnée n’est disponible pour séparer les saumons sauvages des saumons d’écloserie de l’UD. Selon l’opinion consensuelle des spécialistes (réunion d’août 2019 du SCS des poissons marins), il resterait moins de 1 000 individus sauvages matures. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 440 (annexe 1), mais le SCS accorde la plus grande confiance au consensus des experts pour ce qui est de l’estimation du nombre d’individus sauvages matures restants.

Aucune donnée sur la récolte, le taux de survie du smolt au stade adulte et la productivité des stocks n’est disponible pour cette UD, car il n’y a pas de stocks indicateurs munis de MMC de qualité suffisante.

Tableau 11. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 6 - Bas Fraser, type océanique, été

3,8

2006-2017

-71

-95; 95

0,84

0,74

0,51

12

UD 6 - Bas Fraser, type océanique, été

3,8

1996-2017

77

-56; 620

0,09

0,04

0,01

22

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 6 - Bas Fraser, type océanique, été

3,8

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

UD 6 - Bas Fraser, type océanique, été

3,8

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Figure 9, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU6 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 6

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Maria slough = marécage Maria

Year = Année

Figure 9. UD 6 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 6 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli pour cette UD. En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Le ruissellement agricole est élevé. De plus, le marécage Maria (qui se trouve à l’intérieur de l’aire de de l’UD et constitue le seul site de fraye) est un paléocanal du fleuve Fraser; toutefois, les faibles débits d’eau récents ont limité l’accès des géniteurs aux frayères, et un blocage complet s’est produit en 2018 (R. Bailey, comm. pers., 2019). En conséquence, une seule « localité » est prise en compte pour cette UD. Des débits périodiquement élevés du Fraser auraient préservé la complexité de l’habitat pour la fraye et la croissance, mais, désormais, les chenaux de ponte sont très envasés et envahis par la végétation. Le MPO a aménagé de l’habitat de fraye à plusieurs endroits (R. Bailey, comm. pers., 2019).

Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Unité désignable 13 : population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

UD13 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

STh+GStr/fluvial/été

Zone adaptative conjointe (ZAC)

STh+GStr

Cycle vital

Type fluvial

Période de montaison

Été

Contrairement à l’UD 14 (une autre UD de la Thompson Sud décrite ailleurs dans la première partie du rapport), la durée de génération moyenne de l’UD 13 est de 4,5 ans, ce qui est normal pour le saumon chinook (4,5 ans en utilisant l’UD du ruisseau Dome, printemps, comme indicateur, tel qu’indiqué dans le tableau 8). Cependant, comme pour l’UD 14, ces individus présentent des variantes du cycle vital de type fluvial et effectuent leur montaison en été - les suffixes 1.2 et 1.3 sont utilisés pour différencier ces stratégies relatives au cycle vital.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 10, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU15 Lower Thompson Stream Spring = UD 15 - Thompson inférieure, type fluvial, printemps

DU12 South Thompson Ocean Summer = UD 12 - Thompson Sud, type océanique, été

DU13 South Thompson Stream Summer 1.3 = UD 13 - Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

DU14 Lower Thompson Stream Summer 1.2 = UD 14 - Thompson inférieure, type fluvial, été 1.2

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 10. Carte de l’UD 13 - Thompson Sud, type fluvial, été 1.3.

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 13 - population de la Thompson Sud, type fluvial, été 1.3.

Cette UD est présente dans quatre parties géographiquement distinctes (ruisseau Scotch, rivière Seymour, rivière Eagle et rivière Salmon [Salmon Arm]). La partie la plus septentrionale s’étend depuis l’extrémité nord du parc provincial Upper Seymour River, puis longe le bassin versant du cours supérieur de la rivière Seymour vers le sud jusqu’à Seymour Arm, à l’extrémité nord du lac Shuswap (nord : lat. 51,69, long. 118,96; sud : lat. 51,24, long. 118,97; ouest : lat. 51,39, long. 119,05; est : lat. 51,51, long. 118,76). La partie la plus méridionale s’étend vers le sud-ouest depuis l’exutoire du lac Shuswap, à Salmon Arm, le long du bassin versant de la rivière Salmon, jusqu’à tout juste à l’ouest des lacs Salmon et Rush (nord : lat. 50,72, long. 119,34; sud : lat. 50,23, long. 120,08; ouest : lat. 50,35, long. 120,12, est : lat. 50,51, long. 119,24). La partie est comprend le bassin versant de la rivière Eagle, depuis le glacier Bourne, dans la chaîne (de montagnes) Jordan, et l’ouest du pic Probity, au nord, jusqu’au mont MacPherson et au mont English, au sud-est. Le bassin versant se poursuit jusqu’à Sicamous, puis jusqu’aux lacs Shuswap et Mara au sud-ouest (nord : lat. 51,30, long. 118,64; sud : lat. 50,84, 118,99; ouest : lat. 50,84, 118,99; est : lat. 50,89, 118,31). La partie nord-ouest comprend le bassin versant du ruisseau Scotch, depuis le mont Pukeashun, au nord, jusqu’à l’exutoire vers le lac Shuswap, près du ruisseau Scotch, au sud (nord : lat. 51,26, long. 119,35; sud : lat. 50,91, long. 119,50, ouest : lat. 51,10, long. 119,52). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 50,87, long. 119,20, et la superficie totale de l’UD est de 3 900,64 km2.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 424 km2 selon une distance totale de montaison connue de 212 km, soit 2,11 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (24,0 %), l’agriculture et l’aménagement rural représentant 8,0 % de la superficie occupée par l’UD, et l’aménagement urbain, 0,9 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 13 est de 1,7 km/km2, avec une moyenne de 0,7 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 20,4 % de l’habitat riverain et 15,7 % du couvert forestier de l’aire de l’UD. Le dendroctone du pin ponderosa touche 5,3 % des pinèdes dans l’aire de l’UD, où aucune exploitation minière n’a lieu.

Abondance

Cette UD compte à la fois des sites mis en valeur et des sites sauvages, et trois des quatre sites sont considérés comme persistants (annexe 1) (figure 11a). Pendant les années d’échantillonnage, environ 40 à 90 % du nombre estimé de géniteurs provenaient de sites sauvages (niveau de mise en valeur faible ou inconnu). On estime que la proportion d’individus sauvages au sein de la population a fluctué d’environ 40-50 %, atteignant près de 60 % à la fin des années 1990 et au début des années 2000 (figure 11b). Les lâchers de saumons d’écloserie ont été élevés de 1983 à 1990, atteignant un pic d’environ 1 150 000 individus en 1990, puis ont diminué, pour s’établir à moins de 100 000 individus en 1994 (figure 11c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 11d).

Figure 11, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-14 = CK-14

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a)% Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b)% pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS = GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d)Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 11. UD 13 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 13 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données, le nombre d’individus matures à 3 sites persistants (rivière Salmon, rivière Eagle, rivière Seymour) aurait diminué de 14 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 106 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -65 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,31 (tableau 12, figure 12a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 20 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 165 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -45 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,08 (figure 12a,c). Ce sont les réseaux hydrographiques des rivières Eagle et Salmon qui contribuent le plus à l’abondance globale du saumon chinook (figure 12f).

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que la tendance correspondante pour les 3 dernières générations est une diminution de 22 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 90 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -67 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,4 (tableau 12, figure 13a,b). Pour la série chronologique complète, la réduction du nombre d’individus matures est de 9 % (limite supérieure de l’IC = 93 %, limite inférieure de l’IC = -58 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,24 (tableau 12, figure 13a,c). La contribution relative de la rivière Eagle à la population sauvage a été moindre au fil du temps que sa contribution relative à la population dans son ensemble, alors que l’inverse est vrai pour les réseaux des rivières Salmon et Seymour (figures 12f et 13f). En ce qui concerne l’abondance globale, les réseaux des rivières Eagle et Salmon sont toujours ceux qui contribuent le plus à la population sauvage. Selon l’opinion consensuelle des spécialistes (réunion d’août 2019 du SCS des poissons marins), il resterait moins de 2 500 individus sauvages matures. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 1 049 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 443 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1), mais le SCS accorde la plus grande confiance au consensus des experts pour ce qui est de l’estimation du nombre d’individus sauvages matures restants.

Aucune donnée sur la récolte, le taux de survie du smolt au stade adulte et la productivité des stocks n’est disponible pour cette UD, car il n’y a pas de stocks indicateurs micromarqués.

Tableau 12. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 13 -Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

4,5

2004-2018

-14

-65; 106

0,31

0,1

0,01

15

UD 13 -Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

4,5

1999-2018

20

-45; 165

0,08

0,02

0

20

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 13 -Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

4,5

2004-2018

-22

-67; 90

0,4

0,15

0,02

15

UD 13 -Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

4,5

1999-2018

-9

-58; 93

0,24

0,06

0

20

Figure 12, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU13 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 13

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Eagle river = rivière Eagle

Salmon river = rivière Salmon

Seymour river = rivière Seymour

Year = Année

Figure 12. UD 13 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 13 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 13, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU13 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 13

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Eagle river = rivière Eagle

Salmon river = rivière Salmon

Seymour river = rivière Seymour

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Year = Année

Figure 13. UD 13 - Tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 13 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont recommandé l’utilisation du calculateur des menaces de l’UD 15 comme indicateur de cette UD (voir le tableau 9), la principale différence étant que les juvéniles de l’UD 13 demeurent en eau douce pendant un an et utilisent de plus petits cours d’eau. Ces caractéristiques rendent les individus plus vulnérables que ceux de l’UD 15 aux problèmes de gestion de l’eau (particulièrement dans la rivière Salmon) et à l’aménagement accru (rivière Eagle). Dans la rivière Salmon, par exemple, les saumons chinooks doivent composer avec des épisodes d’assèchement, le ruissellement agricole et l’augmentation des températures (R. Bailey, comm. pers., 2019). Compte tenu de ces éléments et des résultats obtenus pour l’UD 15, les participants ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « B/C » (élevé-moyen) à l’impact global des menaces pesant sur l’UD 13. Comme les femelles cherchent activement un mélange d’eaux souterraines et d’eaux de surface lorsqu’elles choisissent leurs sites de ponte à l’automne, les menaces les plus importantes pour cette UD sont les modifications de l’écosystème attribuables aux changements climatiques, les phénomènes climatiques marins cycliques (El Niño), et le changement de la disponibilité d’eaux souterraines causé par les changements du volume et de la période de fonte des neiges. Parmi les autres menaces moins importantes, on compte les espèces envahissantes (en particulier les poissons à rayons épineux), les avalanches et glissements de terrain, les sécheresses et les températures extrêmes.

Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Les tableaux du calculateur des menaces sont inclus dans le présent rapport (voir l’annexe 2).

Unité désignable 15 : population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps

UD15 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

LTh+GStr/fluvial/printemps

Zone adaptative conjointe (ZAC)

LTh+GStr

Cycle vital

Type fluvial

Période de montaison

Printemps

La durée de génération moyenne de cette UD est de 4 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type fluvial et effectuent leur montaison au printemps.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 14, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU10 Middle Fraser River Stream Summer = UD 10 - Moyen Fraser, type fluvial, été

DU16 North Thompon Stream Spring = UD 16 - Thompson Nord, type fluvial, printemps

DU17 North Thompson Stream Summer = UD 17 - Thompson Nord, type fluvial, été

DU8 Middle Fraser River Stream Fall = UD 8 - Moyen Fraser, type fluvial, automne

DU9 Middle Fraser River Stream Spring (MFR+GStr) = UD 9 - Moyen Fraser, type fluvial, printemps (MFR+GStr)

DU7 Middle Fraser River Stream Spring (FRCany+GStr) = UD 7 - Moyen Fraser, type fluvial, printemps (FRCany+GStr)

DU5 Lower Fraser River Stream Summer = UD 5 - Bas Fraser, type fluvial, été

DU15 Lower Thompson Stream Spring = UD 15 - Thompson inférieure, type fluvial, printemps

DU13 South Thompon Stream Summer 1.3 = UD 13 - Thompson Sud, type fluvial, été 1.3

DU14 Lower Thompson Stream Summer 1.2 = UD 14 - Thompson inférieure, type fluvial, été 1.2

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 14. Carte de l’UD 15 -Thompson inférieure, type fluvial, printemps.

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 15 - population de la Thompson inférieure, type fluviale, printemps.

Cette UD est présente dans deux parties géographiquement distinctes. La plus petite de ces parties, à l’est, comprend le bassin versant du ruisseau Louis jusqu’au confluent de celui-ci et de la rivière Thompson Nord (nord : lat. 51,14, long. 120,11; sud : lat. 50,75, long. 119,90; ouest : lat. 50,96, long. 120,09; est : lat. 51,02, long. 119,78). La plus grande partie, à l’ouest, s’étend vers le sud, du ruisseau Montana, près des collines Bonaparte, à la rivière Coldwater, juste au nord de l’aire de loisirs Coquihalla Summit. La limite ouest se trouve au confluent de la rivière Thompson et du fleuve Fraser, et la limite est, juste à l’est du lac Bonaparte et du parc provincial du Lac Le Jeune (nord : lat. 51,45, long. 120,6; sud : lat. 49,61, long. 121,16; ouest : lat. 50,23, long. 121,58; est : lat. 51,27, long. 120,33). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 50,38, long. 120,98, et la superficie totale de l’UD est de 12 324,88 km2.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 1 330 km2 selon une distance totale de montaison connue de 665 km, soit 6,61 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (13,5 %), l’aménagement urbain représentant 0,7 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 4,0 %, et l’exploitation minière, 0,04 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 15 est de 1,6 km/km2, avec une moyenne de 0,8 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 13,7 % de l’habitat riverain et 8,7 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où 18,1 % des pinèdes sont touchées par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD compte à la fois des sites mis en valeur et des sites sauvages, et six des sept sites sont considérés comme persistants (annexe 1). Pendant les années d’échantillonnage, la proportion du nombre estimé de géniteurs provenant de sites sauvages (niveau de mise en valeur faible ou inconnu) avait augmenté de 0 à environ 60 % en 2016, puis diminué, pour s’établir en deçà de 40 % en 2018 (figure 15a). On estime que la proportion d’individus sauvages au sein de la population a fluctué aux alentours d’un peu plus de 50 % (figure 15b). Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté entre 1980 et 1988, atteignant un pic d’environ 1 250 000, puis il a diminué en 1992, variant par la suite entre 220 000 et 420 000 environ par année (figure 15c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 15d).

D’autres renseignements sur l’échappée de 2018 dans cette UD ont été fournis par le MPO (R. Bailey, comm. pers., 2019); ils indiquent que l’échappée de 2018 a été l’une des plus faibles jamais enregistrées depuis 1995. Une défaillance de la passe migratoire de la rivière Bonaparte serait responsable des faibles remontes; on a observé peu de poissons retournant dans la rivière ou essayant de remonter par la passe migratoire défectueuse.

Figure 15, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-17 = CK-17

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS =GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 15. UD 15 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 15 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Compte tenu des données provenant de six sites persistants (voir la figure 16f), le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 47 % sur 3 générations (limite supérieure de l’IC à 95 % = 585 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -69 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,15 (tableau 13, figure 16a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a diminué d’environ 68 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = -18 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -87 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,95 (tableau 13, figure 16a,c). Les réseaux hydrographiques des rivières Nicola et Bonaparte sont historiquement les plus grands contributeurs à l’abondance globale (figure 16f). L’interprétation des taux de déclin sur l’ensemble de la série chronologique est peut-être faussée par le pic du nombre de saumons d’écloserie lâchés en 1989-1990.

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages, on estime que les tendances correspondantes sont les mêmes. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restant en 2018 est de 7 328 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 3 758 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1).

Entre 1985 et 2012, le taux d’exploitation total a fluctué d’environ 10 % à environ 60 % (figure 16d). L’estimation la plus récente du taux d’exploitation est d’environ 24 % (2012). Au cours de la même période (1985-2012), le taux de survie du smolt au stade adulte a fluctué entre 0,1 et 13 % environ, l’estimation la plus récente, soit celle de 2012, étant d’environ 1,2 % (figure 16e). Il n’y a aucune donnée disponible sur la productivité des stocks pour cette UD.

Tableau 13. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 15 -Thompson inférieure, type fluvial, printemps

4

2006-2018

47

-69; 585

0,15

0,07

0,02

13

UD 15 -Thompson inférieure, type fluvial, printemps

4

1995-2018

-68

-87; -18

0,95

0,83

0,44

24

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 15 -Thompson inférieure, type fluvial, printemps

4

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

UD 15 -Thompson inférieure, type fluvial, printemps

4

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Figure 16, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU15 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 15

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Nicola river = rivière Nicola

Bonaparte river = rivière Bonaparte

Deadman river = rivière Deadman

Coldwater river = rivière Coldwater

Spius creek = ruisseau Spius

Louis creek = ruisseau Louis

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Figure 16. UD 15 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 15 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « B/C » (élevé-moyen) à l’impact global des menaces pesant sur l’UD 15. Comme les femelles cherchent activement un mélange d’eaux souterraines et d’eaux de surface lorsqu’elles choisissent leurs sites de ponte à l’automne, les menaces les plus importantes pesant sur cette UD sont les modifications de l’écosystème attribuables aux changements climatiques, les phénomènes climatiques marins cycliques (El Niño) et le changement de la disponibilité d’eaux souterraines causé par les changements du volume et de la période de fonte des neiges. Une autre série de répercussions sur la survie en mer comme en 2003 et en 2007 pourrait faire disparaître des groupes de saumons chinooks de l’UD. Parmi les autres menaces moins importantes, on compte les espèces envahissantes (en particulier les poissons à rayons épineux), les avalanches et glissements de terrain, les sécheresses et les températures extrêmes. Le saumon chinook de cette UD doit aussi composer avec des épisodes d’assèchement et le ruissellement agricole (R. Bailey, comm. pers., 2019). L’extraction de l’eau à des fins agricoles et la réduction de l’habitat riverain par le pâturage du bétail peuvent entraîner des températures élevées dans les cours d’eau. De plus, les projets de développement du réseau ferroviaire, de construction de gazoducs et d’autoroutes ainsi que de stabilisation des berges ont entraîné un enrochement considérable des rives, ce qui a causé de l’érosion et la formation de méandres dans les chenaux (R. Bailey, comm. pers., 2019).

Depuis la tenue de l’atelier sur le calculateur des menaces, certains événements survenus dans l’aire de cette UD ont eu de graves répercussions sur la qualité de l’habitat. Selon l’opinion des experts qui ont participé à la réunion du SCS des poissons marins du COSEPAC en août 2019, la récente déforestation à grande échelle de certaines parties de l’aire occupée par l’UD pour « récupérer le bois » des arbres tués par le dendroctone, combinée au très grand incendie d’Elephant Hill, a entraîné une perte considérable de la stabilité des pentes et de la structure fosses-radiers-plats courants dans les rivières Bonaparte, Deadman et Nicola (les plus importants bassins versants de l’UD pour la production de saumons chinooks). Il y a maintenant de nombreux grands prismes sédimentaires dans les deux réseaux, et les répercussions combinées de la coupe à blanc et des incendies font en sorte que beaucoup plus de 50 % des pentes ascendantes des deux bassins sont perturbées (déboisées/brûlées), ce qui porte à croire que la couverture riveraine et la structure des chenaux ont peu de chances de se rétablir au cours des 20 prochaines années (R. Bailey, comm. pers., 2019).

Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Les tableaux du calculateur des menaces sont inclus dans le présent rapport (voir l’annexe 2).

Unité désignable 18 : population de la côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

UD18 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

SC+GStr/océanique/automne

Zone adaptative conjointe (ZAC)

SC+GStr

Cycle vital

Océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 3,6 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 17, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU27 Southern Mainland Ocean Summer = UD 27 - Sud de la partie continentale (C.-B.), type océanique, été

DU22 South Coast Southern Fjords Ocean Fall = UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

DU5 Lower Fraser River Stream Summer = UD 5 - Bas Fraser, type fluvial, été

DU3 Lower Fraser River Stream Spring = UD 3 - Bas Fraser, type fluvial, printemps

DU23 West Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

DU20 East Vancouver Island Ocean Summer = UD 20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

DU21 East Vancouver Island Ocean Fall = UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

DU18 South Coast Georgia Strait Ocean Fall = UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

DU7 Middle Fraser River Stream Spring (FRCany+GStr) = UD 7 - Moyen Fraser, type fluvial, printemps (FRCany+GStr)

DU24 West Vancouver Island Ocean Fall (South) = UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

DU19 East Vancouver Island Stream Spring = UD 19 - Est de l’île de Vancouver, type fluvial, printemps

DU1 Southern Mainland Boundary Bay Ocean Fall = UD 1 - Sud de la partie continentale (C.-B.) - baie Boundary, type océanique, automne

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 17. Carte de l’UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 18 - population de la côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne.

Cette UD est présente dans sept parties géographiquement distinctes et s’étend vers le sud-est, depuis le ruisseau Filer, près du mont Gilbert, jusqu’à la rivière Seymour, près du mont Seymour. La limite occidentale est située à la rivière Quatam, près du mont Doogie Dowler, et la limite orientale est située à la rivière Cheakamus, près du mont Nivalis (nord : lat. 50,86, long. 124,25; sud : lat. 49,30, long. 123,03; ouest : lat. 50,37, long. 124,93; est : lat. 50,01, long. 122,68). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,83, long. 123,58, et la superficie totale de l’UD est de 8 262,40 km2.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 504 km2 selon une distance totale de montaison connue de 252 km, soit 2,51 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (7,5 %), l’aménagement urbain représentant 1,4 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 0,03 %, et l’exploitation minière, 0,004 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 18 est de 0,7 km/km2, avec une moyenne de 0,5 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 9,0 % de l’habitat riverain et 6,0 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où 0,02 % des pinèdes sont touchées par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Bien que les données disponibles soient trop peu nombreuses pour tirer des conclusions, elles sont résumées ci-dessous.

Cette UD ne compte que des sites mis en valeur (figure 18a), et 2 des 19 sites sont considérés comme persistants (annexe 1). En utilisant la méthode de correction en fonction de la pGON, on estime la proportion d’individus sauvages dans la population à 100 %, ce qui ne correspond pas au statut de mise en valeur de l’UD ni aux données sur les lâchers de saumons d’écloserie présentées à la figure 18c,d. Compte tenu de cette contradiction, la figure 18b a été omise. Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués depuis la fin des années 1970. Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté régulièrement et atteint un pic d’environ 1 750 000 dans les années 1990. Depuis, le nombre d’individus lâchés a globalement diminué, pour s’établir à moins de 100 000 en 2017 (figure 18c). Des lâchers de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD ont eu lieu entre 1983 et 2013; un maximum d’environ 675 000 individus ont été lâchés en 1989, ce nombre ayant diminué à environ 40 000 en 2003 (figure 18d)Note de bas de page 1.

Figure 18, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-20 = CK-20

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

NA = ND

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 18. UD 18 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques. Le pourcentage de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON [graphique b)] ne peut pas être calculé à cause de limites liées au nombre d’échantillons.

Description longue

Graphiques sur l’UD 18 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Bien que les données disponibles soient trop peu nombreuses pour tirer des conclusions, elles sont résumées ci-dessous.

D’après la série chronologique relativement courte de données sur l’abondance dans deux sites persistants (rivière Squamish et rivière Cheakamus), le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 78 % sur 3 générations (limite supérieure de l’IC à 95 % = 710 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -61 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,1 (tableau 14, figure 19a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté de 2 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 308 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -74 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,27 (tableau 14, figure 19a,c). C’est le réseau hydrographique de la rivière Squamish qui contribue le plus à l’abondance globale du saumon chinook (figure 19f). En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages, on estime que les tendances correspondantes sont les mêmes (figure 19f). Bien que les tendances aient été stables de 2005 à 2018, on croit que la fraye a lieu ailleurs dans le secteur nord.

Aucune donnée sur la récolte, le taux de survie du smolt au stade adulte et la productivité des stocks n’est disponible pour cette UD, car il n’y a pas de stocks indicateurs micromarqués.

Tableau 14. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

3,6

2006-2018

78

-61; 710

0,1

0,05

0,01

12

UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

3,6

2005-2018

2

-74; 308

0,27

0,13

0,04

14

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

3,6

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

3,6

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Figure 19, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU18 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 18

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Squamish river = rivière Squamish

Cheakamus river = rivière Cheakamus

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Figure 19. UD 18 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 18 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli pour cette UD. En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction.

Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient souvent de l’extérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Unité désignable 20 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été

UD20 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

EVI+SFj/océanique/été

Zone adaptative conjointe (ZAC)

EVI+SFj

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Été

La durée de génération moyenne de cette UD est de 3,5 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en été.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 20, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU24 West Vancouver Island Ocean Fall (South) = UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

DU19 East Vancouver Island Stream Spring = UD 19 - Est de l’île de Vancouver, type fluvial, printemps

DU20 East Vancouver Island Ocean Summer = UD 20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 20. Carte de l’UD 20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 20 - population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été.

Cette UD est présente dans trois zones sur l’île de Vancouver. La zone la plus septentrionale comprend le bassin versant de la rivière Tsolum et le bassin versant de la rivière Puntledge en aval du lac Comox, qui se déversent tous deux dans le détroit de Georgia par la rivière Courtenay. Cette zone s’étend du nord au sud, depuis les eaux d’amont de la rivière Tsolum jusqu’à tout juste au nord du lac Maple. La limite ouest de la zone se situe à l’extrémité inférieure du lac Comox, et la limite est, au confluent de la rivière Courtenay et du détroit de Georgia (nord : lat. 49,81, long. 125,19; sud : lat. 49,64, long. 125,02; ouest : lat. 49,64, long. 125,10; est : lat. 49,69, long. 124,00). La plus petite zone, celle du milieu, comprend le bassin versant autour des lacs Nanaimo (nord : lat. 49,12, long. 124,18; sud : lat. 49,06, long. 124,18; ouest : lat. 49,09, long. 124,24; est : lat. 49,09, long. 124,13). La plus grande zone, au sud, comprend les bassins versants des rivières Cowichan, Koksilah et Chemainus. Cette zone s’étend vers le sud-est, depuis les boisés du tronçon d’amont du ruisseau Shaw jusqu’à Cobble Hill. La limite ouest de la zone se trouve dans le secteur supérieur du lac Cowichan, et sa limite est s’étend depuis tout juste au nord-est de Cobble Hill jusqu’au confluent de la rivière Koksilah et de la rivière Cowichan à Cowichan Bay, et près de Maple Bay, tout juste à l’est du lac Quamichan (nord : lat. 49,02, long. 124,44; sud : lat. 48,60, long. 123,76, ouest : lat. 48,89, long. 124,51, est : lat. 48,70, long. 123,60). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,12, long. 124,07, et la superficie totale de l’UD est de 1 727,05 km2. L’aire de l’UD 20 renferme une grande proportion de crêtes montagneuses insulaires côtières.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 311 km2 selon une distance totale de montaison connue de 156 km, soit 1,55 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (21,4 %), l’aménagement urbain représentant 3,5 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 2,3 %, et l’exploitation minière, 0,3 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 20 est de 2,3 km/km2, avec une moyenne de 0,8 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 18,4 % de l’habitat riverain et 15,3 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où aucune pinède n’est touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD ne compte que de deux sites mis en valeur, et les deux sites sont considérés comme persistants (annexe 1). Tous les géniteurs proviennent de cours d’eau où les niveaux de mise en valeur sont élevés (figure 21a). On estime que la proportion d’individus sauvages au sein de la population a fluctué autour de 20 % depuis les années 1980 (figure 21b). Les lâchers de saumons d’écloserie ont commencé en 1971, atteignant un pic de plus de 2 millions d’individus en 1988. Ils ont ensuite diminué, pour s’établir à moins de 500 000 à la fin des années 1990, puis augmenté de nouveau, pour atteindre un pic de plus de 3 millions en 2001, avant de chuter à moins de 500 000 en 2018 (figure 21c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 21d). L’influence des lâchers de saumons d’écloserie sur la population sauvage, mesurée par l’INP, est élevée et variable (voir l’annexe 1).

Figure 21, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-83 = CK-83

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS = GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 21. UD 20 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 20 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Compte tenu des données provenant de deux sites persistants (rivière Puntledge et rivière Nanaimo), le nombre d’individus matures au cours des 3 dernières générations a diminué d’environ 51 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 42 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -83 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,76 (tableau 15, figure 22a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 39 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 177 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -30 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,02 (tableau 15, figure 22a,c). Le réseau hydrographique de la rivière Puntledge est historiquement le plus grand contributeur à l’abondance globale, bien qu’il soit parfois dépassé par le réseau hydrographique de la rivière Nanaimo (figure 22f).

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que le nombre d’individus matures a diminué d’environ -1 % au cours des 3 dernières générations (limite supérieure de l’IC à 95 % = 155 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -86 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,6 (tableau 15, figure 23a,b). Pour l’ensemble de la série chronologique, la tendance correspondante est une variation du nombre d’individus matures d’environ 60 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 225 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -22 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 15, figure 23a,c). La contribution relative de la rivière Puntledge à la population sauvage a été moindre au fil du temps que sa contribution relative à la population dans son ensemble (figures 22f et 23f). C’est la rivière Nanaimo qui contribue le plus à l’abondance de la population sauvage. La détermination des tendances démographiques est faussée par les lâchers de saumons d’écloserie. Selon l’opinion consensuelle des spécialistes, il reste moins de 1 000 géniteurs sauvages dans cette population. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 1 012 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 191 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1), mais le SCS accorde la plus grande confiance au consensus des experts pour ce qui est de l’estimation du nombre d’individus sauvages matures restants.

Le taux d’exploitation dans cette UD était élevé dans les années 1970 et 1980 (atteignant jusqu’à ~80 %). Il a diminué dans les années 1990 et au début des années 2000, atteignant environ 10 %, puis a augmenté après le milieu des années 2000, pour atteindre environ 40 % en 2013 (figure 22d). Le taux de survie du smolt au stade adulte a diminué depuis le milieu des années 1970, mais est resté relativement stable à un taux moyen de 0,6 % depuis 1983 (figure 22e). Il n’y a aucune donnée disponible sur la productivité des stocks pour cette UD.

Tableau 15. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

DU20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

3,5

2007-2018

-51

-83; 42

0,76

0,51

0,16

12

DU20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

3,5

1990-2018

39

-30; 177

0,02

0

0

29

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

DU20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

3,5

2007-2018

-41

-86; 155

0,6

0,4

0,16

12

DU20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

3,5

1990-2018

60

-22; 225

0,01

0

0

29

Figure 22, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU20 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 20

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Puntledge river = rivière Puntledge

Nanaimo river = rivière Nanaimo

Year = Année

Figure 22. UD 20 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

LD : Graphiques sur l’UD 20 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 23, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU20 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 20

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Puntledge river = rivière Puntledge

Nanaimo river = rivière Nanaimo

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Year = Année

Figure 23. UD 20 - Tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 20 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « B » (élevé) à l’impact des menaces pesant sur cette UD. Les menaces les plus importantes touchant spécifiquement cette UD sont les modifications de l’écosystème et les sécheresses. Le SCS des poissons marins du COSEPAC a mis à jour le calculateur des menaces lors de sa réunion annuelle de 2019, avec l’aide d’experts locaux du MPO, en accordant une attention spéciale aux nouvelles données sur les menaces liées aux écloseries et l’incidence des barrages. L’impact des menaces mis à jour est demeuré élevé.

On retrouve, dans la partie nord de l’aire de cette UD, dans la rivière Puntledge, des individus de la remonte estivale, qui constituent également le stock indicateur micromarqué pour cette UD. Ces saumons ont été fortement touchés par la construction d’une installation hydroélectrique en 1955, composée du barrage de Comox (réservoir) ainsi que d’un barrage de dérivation sur la rivière Puntledge. On estime que les échappées d’individus de la remonte estivale de la rivière Puntledge ont diminué à cause de cette installation, passant d’une moyenne d’environ 3 000 individus à moins de 600 en 1975 (Guimond, 2008). Le barrage limite l’accès aux habitats de fraye, de croissance et d’hivernage en raison de son empreinte et de ses caractéristiques d’exploitation, y compris le débit et les dérivations connexes. Les répercussions de ce type d’aménagement ont probablement exacerbé la prédation par les phoques communs en raison de la canalisation du cours inférieur de la rivière Puntledge (BC Hydro, 2011). Les efforts de mise en valeur, y compris l’aménagement de chenaux de ponte, l’installation d’une passe migratoire, et l’application de fermetures et de restrictions de pêche, ont permis à la population de se rétablir et d’augmenter, pour atteindre environ 1 200 individus au milieu des années 1980, mais celle-ci a de nouveau diminué dans les années 1990 (BC Hydro, 2011b). Le MPO a déclaré que le rétablissement de la remonte estivale se fera par la remise en état, la pisciculture et la gestion des prédateurs (voir p. ex. Yurk et Trites, 2000). Une partie de cette population fait l’objet d’élevage en captivité. Le taux de survie du smolt au stade adulte de 0,6 % est probablement inférieur au seuil de renouvellement.

De nombreux saumons d’écloserie ont été lâchés dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace grave pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Parmi les menaces moins importantes, on compte le développement résidentiel et urbain, les incendies et la suppression des incendies, les espèces indigènes problématiques et les impacts des changements climatiques (déplacement et altération de l’habitat, températures extrêmes, tempêtes et inondations).

Les tableaux du calculateur des menaces sont inclus dans le présent rapport (voir l’annexe 2).

Unité désignable 21 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

UD21 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

EVI+GStr/océanique/automne

Zone adaptative conjointe (ZAC)

EVI+GStr

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 3,3 ans, exception faite des saumons chinooks des rivières Qualicum/Puntledge, qui ont une durée de génération moyenne de 3,6 ans. Les individus de cette UD présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison à l’automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Cette UD est présente dans quatre parties sur l’île de Vancouver, chacune renfermant plusieurs bassins versants se déversant dans le détroit de Georgia. La partie nord comprend les bassins versants des rivières Oyster, Tsolum, Comox, Puntledge, Trent et Tsable et du ruisseau Cowie. Elle s’étend vers le sud depuis le ruisseau Simms, à Campbell River, jusqu’aux boisés du lac Tsable. La limite ouest se situe dans les eaux d’amont de la rivière Oyster, juste à l’est du lac Buttle, et la limite est, là où la rivière Tsable et le ruisseau Cowie se jettent dans le détroit de Georgia (nord : lat. 50,05, long. 125,26; sud : lat. 49,44, long. 124,96; ouest : lat. 49,76, long. 125,55; est : lat. 49,52, long. 124,84). La grande partie, au centre, s’étend vers le sud, depuis le ruisseau Rosewall et la chaîne de montagnes Beaufort, le long du détroit de Georgia, jusqu’au ruisseau Haslam et aux eaux d’amont de la rivière Nanaimo. La limite ouest de cette partie se situe le long de la chaîne de montagnes Beaufort au nord, tandis que sa limite est se trouve près de Cedar et du parc régional de la rivière Nanaimo (nord : lat. 49,44, long. 124,89; sud : lat. 48,95, long. 124,01; ouest : lat. 49,41, long. 124,91; est : lat. 49,11, long. 123,85). Les deux parties sud comprennent le bassin versant du lac Prospect à l’est (nord : lat. 48,56, long. 123,45; sud : lat. 48,49, long. 123,44; ouest : lat. 48,52, long. 123,48; est : lat. 48,52, long. 123,41), qui se jette dans la baie Brentwood, et les bassins versants des lacs Butchart, Lubbe, Goldstream, Jack et Mavis à l’ouest, qui se jettent dans le bras Finlayson (nord : lat. 48,55, long. 123,65; sud : lat. 48,42, long. 123,58; ouest : lat. 48,47, long. 123,65; est : lat. 48,45, long. 123,52). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,63, long. 124,84, et la superficie totale de l’UD est de 4 727,02 km2. Tout comme l’aire de l’UD 20, celle de l’UD 21 renferme une grande proportion de crêtes montagneuses insulaires côtières.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 24, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU23 West Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

DU21 East Vancouver Island Ocean Fall = UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

DU24 West Vancouver Island Ocean Fall (South) = UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

DU19 East Vancouver Island Stream Spring = UD 19 - Est de l’île de Vancouver, type fluvial, printemps

DU20 East Vancouver Island Ocean Summer = UD 20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 24. Carte de l’UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne.

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 21 - population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 531 km2 selon une distance totale de montaison connue de 266 km, soit 2,64 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Cette UD est composée de quatre UC de la PSS, soit CK-21, CK-22, CK-25 et CK-27.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (25,7 %), l’aménagement urbain représentant 4,8 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 3,8 %, et l’exploitation minière, 0,06 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 21 est de 2,4 km/km2, avec une moyenne de 0,8 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 25,1 % de l’habitat riverain et 16,9 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où aucune pinède n’est touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD ne compte que des sites mis en valeur, la proportion estimée de géniteurs d’origine naturelle variant selon l’UC de la PSS (figures 25a,b, 26a,b, 27a,b et 28a,b). En tout, il existe 24 sites dans les 4 UC, et 8 sites sont considérés comme persistants (annexe 1). Pendant les années d’échantillonnage, les individus matures provenaient de cours d’eau qui présentaient des niveaux modérés à élevés de mise en valeur. Pour l’UC CK-21, en utilisant la méthode de correction en fonction de la pGON, on estime la proportion d’individus sauvages dans la population à 100 %, ce qui ne correspond pas au statut de mise en valeur de l’UC ni aux données sur les lâchers de saumons d’écloserie présentées à la figure 25c,d. Compte tenu de cette contradiction, la figure 25b a été omise. Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté à partir du milieu des années 1960, le plus grand nombre d’individus ayant été lâchés dans l’UC CK-27 (presque 8 millions d’individus en 2018, avec un pic de près de 15 millions en 1990) (figures 25c, 26c, 27c et 28c).

Figure 25, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-21 = CK-21

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

NA = ND

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 25. UD 21 (CK-21) - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques. Le pourcentage de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON [graphique b)] ne peut pas être calculé à cause de limites liées au nombre d’échantillons.

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 (CK-21) illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Figure 26, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-22 = CK-22

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS = GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 26. UD 21 (CK-22) - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 (CK-22) illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Figure 27, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-25 = CK-25

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS = GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 27. UD 21 (CK-25) - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 (CK-25) illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Figure 28, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-27 = CK-27

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS = GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 28. UD 21 (CK-27) - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 (CK-27) illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données dans les 4 UC de la PSS prises ensemble, y compris les 8 sites persistants (voir la figure 29f), le nombre d’individus matures aurait augmenté de 99 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 298 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 1 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 16, figure 29a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a diminué d’environ 7 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 50 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -43 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,12 (tableau 16, figure 29a,c). Ce sont les réseaux hydrographiques des rivières Cowichan, Puntledge et Qualicum qui contribuent le plus à l’abondance globale (figure 29f).

Selon une moyenne calculée pour les 4 UC de la PSS, le taux d’exploitation a diminué, passant d’environ 80 % en 1973 à environ 40 % au début des années 1990 (figure 29d). Les moyennes des taux de survie du smolt au stade adulte selon l’UC ont diminué d’un maximum d’environ 25 % durant les années 1970, et sont demeurées relativement constantes du début des années 1990 jusqu’en 1995, fluctuant entre 1 et 0,5 % environ (figure 29e). La productivité des stocks a diminué du milieu des années 1980 jusqu’en 1999, puis a augmenté de 2000 à 2008, pour atteindre environ 10 recrues par géniteur par année de ponte (voir « Fluctuations et tendances » dans la section « Structure des chapitres sur les unités désignables » pour les méthodes d’estimation) (figure 30).

Il existe des données permettant de ventiler les tendances entre les saumons d’écloserie et les saumons sauvages. En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que le nombre d’individus matures aurait augmenté de 180 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 411 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 51 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 16, figure 31a,b). Pour l’ensemble de la série chronologique, on estime que l’augmentation du nombre d’individus matures est de 40 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 155 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -24 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,01 (tableau 16, figure 31a,c). La contribution relative de la rivière Cowichan à la population sauvage a été sensiblement plus élevée au fil du temps que sa contribution relative à l’ensemble de la population, et c’est la rivière qui contribue le plus à la population sauvage, suivie par la rivière Englishman. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 est de 29 446 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 9 551 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1).

Tableau 16. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

3.3

2004-2018

99

1; 298

0

0

0

9

UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

3.3

2000-2018

-7

-43; 50

0,12

0,01

0

19

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

3.3

2004-2018

180

51; 411

0

0

0

9

UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

3.3

2000-2018

40

-24; 155

0,01

0

0

19

Figure 29, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU21 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 21

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Cowichan river = rivière Cowichan

Puntledge river = rivière Puntledge

Qualicum river = rivière Qualicum

Little qualicum river = rivière Little qualicum

Nanaimo river = rivière Nanaimo

Englishman river = rivière Englishman

Chemainus river = rivière Chemainus

Goldstream river = rivière Goldstream

Figure 29. DU21 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 30, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

Productivity R/Spn (BY) = Productivité R/géniteurs (AP)

Figure 30. UD 21 - Productivité des stocks calculée comme le nombre total d’adultes (géniteurs et prises) produits par les géniteurs d’une année de ponte (AP) divisé par le nombre de géniteurs pendant l’année de ponte. Les données sur la productivité sont seulement disponibles pour la CK-22. Cette figure est mise à jour à partir des données de Brown et al. 2013.

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 31, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU21 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 21

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Year = Année

Cowichan river = rivière Cowichan

Puntledge river = rivière Puntledge

Qualicum river = rivière Qualicum

Little qualicum river = rivière Little qualicum

Nanaimo river = rivière Nanaimo

Englishman river = rivière Englishman

Chemainus river = rivière Chemainus

Goldstream river = rivière Goldstream

Figure 31. UD 21 - Tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 21 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « B » (élevé) à l’impact des menaces pesant sur cette UD. Les menaces les plus importantes touchant spécifiquement cette UD sont les modifications de l’écosystème et la gestion et l’utilisation de l’eau. La population de la rivière Cowichan est en augmentation. Cependant, l’écosystème du détroit de Georgia est plus variable et plus vulnérable aux menaces que d’autres zones. L’utilisation domestique et industrielle de l’eau est élevée, et ses effets sont incertains. Le chargement de bombardiers d’eau pour la suppression des incendies pourrait également avoir un impact selon le moment où il a lieu. Le SCS des poissons marins du COSEPAC a mis à jour le calculateur des menaces lors de sa réunion annuelle de 2019, avec l’aide d’experts du MPO, en accordant une attention spéciale aux nouvelles données sur les menaces liées aux écloseries et l’incidence des barrages. Le SCS a noté que de nombreux lâchers d’écloseries ont eu lieu et se poursuivent dans cette UD, et que l’origine génétique des poissons lâchés provient parfois de l’extérieur de l’UD. Le SCS a conclu que les saumons d’écloserie errant dans la rivière Cowichan pourraient représenter une menace grave pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique. L’impact des menaces mis à jour est demeuré élevé.

L’exploitation totale s’est stabilisée, mais à un taux relativement élevé (~50 %). Riddell et al. (2013) notent que l’exploitation durable est fortement liée à la productivité des stocks, qui a diminué depuis le milieu des années 1980 jusqu’en 2000, mais a augmenté au cours des huit années de la période de 2000 à 2008 - un signe encourageant. Cependant, sur l’ensemble de l’horizon temporel de données disponibles (1973-2010), la survie en mer a diminué de 90 % dans l’ensemble pour ce stock. Les taux de survie récents du smolt au stade adulte sont probablement inférieurs au seuil de renouvellement.

Cette UD comprend les saumons chinooks de la rivière Puntledge (dans CK-27). Les estimations de l’abondance de ces stocks reflètent celles du stock de la remonte estivale (BC Hydro, 2011b), dont l’abondance était faible dans les années 1980 et 1990.

Parmi les menaces moins importantes, on compte le développement résidentiel et urbain, les incendies et la suppression des incendies, les espèces exotiques (non indigènes) envahissantes (la truite brune [Salmo trutta]), les espèces indigènes problématiques (phoques, otaries, oiseaux), et les effets des changements climatiques (déplacement et altération de l’habitat, sécheresses, températures extrêmes, tempêtes et inondations).

Les tableaux du calculateur des menaces sont inclus dans le présent rapport (voir l’annexe 2).

Unité désignable 22 : population de la côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

UD22 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

SC+SFj/océanique/automne

Zone adaptative conjointe (ZAC)

SC+SFj

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 3,6 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 32, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU28 Southern Mainland Stream Summer = UD 28 - Sud de la partie continentale (C.-B.), type fluvial, été

DU22 South Coast Southern Fjords Ocean Fall = UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

DU27 Southern Mainland Ocean Summer = UD 27 - Sud de la partie continentale (C.-B.), type océanique, été

DU18 South Coast Georgia Strait Ocean Fall = UD 18 - Côte sud - détroit de Georgia, type océanique, automne

DU23 West Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC =C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 32. Carte de l’UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne.

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 22 - population de la côte sud - fjords du sud, type océanique, automne.

Cette UD est présente dans sept parties géographiquement distinctes. La minuscule partie la plus à l’ouest est le bassin versant de quatre petits lacs qui se déversent dans la baie Warner de l’inlet Seymour, à l’ouest du lac Hibbard (les noms des lacs et des cours d’eau ne sont pas disponibles dans le répertoire toponymique de la Colombie-Britannique). La plus grande des six parties s’étend vers le sud-est depuis le pic Neechantz (au nord-ouest du mont Philley) jusqu’à l’embouchure du ruisseau Kwalate dans l’inlet Knight. La limite ouest de cette partie se situe près de l’embouchure du ruisseau Waump dans le bras Alison, et la limite est, se situe à l’embouchure de la rivière Sim dans la baie Wahshihlas (nord : lat. 51,47, long. 126,70; sud : lat. 50,79, long. 125,69; ouest : lat. 51,19, long. 126,98; est : lat. 51,03, long. 125,61). Des trois parties centrales, la partie la plus à l’ouest comprend les bassins versants des rivières Fulmore et Tuna ainsi que des ruisseaux Reed, Heydon et Glendale. Cette partie s’étend vers l’est depuis tout juste au sud du mont Burnt jusqu’à l’embouchure du ruisseau Heydon dans l’inlet Loughborough (nord : lat. 50,64, long. 125,87; sud : lat. 50,47, long. 125,95; ouest : lat. 50,55, long. 126,15; est : lat. 50,57, long. 125,57). Si l’on se déplace vers le nord-est, la partie principale suivante renferme les rivières Stafford, Apple et Phillips, ainsi que les bassins versants des ruisseaux Frazer et Mink qui se déversent dans la passe Cooper et le bras Phillips. Cette partie s’étend vers le sud-est depuis la partie supérieure du bassin versant de la rivière Stafford jusqu’aux eaux d’amont de la rivière Phillips, près du mont Gardner. La limite ouest se situe dans les eaux d’amont du ruisseau Frazer, et la limite est, dans le secteur nord des eaux d’amont de la rivière Phillips (nord : lat. 50,95, long. 125,31; sud : lat. 50,54, long. 125,18; ouest : lat. 50,69, long. 125,56; est : lat. 50,71, long. 125,03). Une cinquième partie, très petite, se trouve le long du bras Phillips, juste au sud de l’embouchure de la rivière Phillips. Plus vers le nord, la sixième partie renferme le bassin versant de la rivière Franklin, qui s’étend vers le sud du mont Waddington jusqu’à la partie supérieure du ruisseau Smyth. La limite ouest de cette partie se situe à l’embouchure de la rivière Franklin dans l’inlet Knight, et la limite est, près du mont Munday et du glacier de la vallée de glace (Ice Valley Glacier) (nor : lat. 51,40, long. 125,35; sud : lat. 51,02, long. 125,42; ouest : lat. 51,08, long. 125,57; est : lat. 51,32, long. 125,20). La dernière partie englobe les bassins versants des rivières Teaquahan, Southgate et Orford, qui se déversent dans l’inlet Bute. Cette partie s’étend vers le sud-ouest du ruisseau Boulanger au ruisseau Dupont. La limite ouest se situe à l’embouchure de la rivière Teaquahan dans le havre Waddington, et la limite est, au ruisseau Boulanger près des monts Marston et Durham (nord : lat. 51,14, long. 124,27; sud : lat. 50,53, long. 124,83; ouest : lat. 50,93, long. 124,84; est : lat. 51,11, long. 124,18). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 50,77, long. 125,78, et la superficie totale de l’UD est de 7 263,07 km2. Tout comme les aires de l’UD 20 et l’UD 21, celle de l’UD 22 renferme une grande proportion de crêtes montagneuses insulaires côtières.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 619 km2 selon une distance totale de montaison connue de 309 km, soit 3,07 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (4,1 %), l’agriculture et l’aménagement rural représentant 0,002 % de la superficie occupée par l’UD. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 22 est de 0,2 km/km2, avec une moyenne de 0,4 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 3,2 % de l’habitat riverain et 4,1 % du couvert forestier de l’aire de l’UD. Il n’y a pas de développement urbain ni d’exploitation minière dans l’aire de l’UD 22, qui n’est pas non plus touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD compte à la fois des sites mis en valeur et des sites sauvages (figure 33a), et, sur les 15 sites repérés, 3 sites sont considérés comme persistants (annexe 1). La couverture des relevés est incomplète dans le temps (annexe 1), de sorte qu’il est difficile de commenter les tendances en matière d’abondance. Seul le réseau hydrographique de la rivière Phillips, considéré comme fortement mis en valeur, fait désormais l’objet de relevés systématiques. Les lâchers de saumons d’écloserie ont fluctué entre environ 0 et 225 000 individus depuis les années 1990, et se sont maintenus aux alentours de 100 000 individus de 2016 à 2018 (figure 33c). On rapporte un lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD en 2005 (4 000 individus) (figure 33d).

Figure 33, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-28 = CK-28

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS =GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

Figure 33. UD 22 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiquesNote de bas de page 2.

Description longue

Graphiques sur l’UD 22 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

La couverture des relevés est incomplète dans le temps (annexe 1), de sorte qu’il est difficile de commenter les tendances en matière d’abondance. Il existe des données limitées permettant de ventiler les tendances entre les saumons d’écloserie et les saumons sauvages. Les tendances de l’abondance de la population sont difficiles à interpréter en raison de l’influence passée des lâchers de saumons d’écloserie et des changements de méthodologie des relevés.

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données provenant d’un site persistant (rivière Phillips), le nombre d’individus matures aurait augmenté de 718 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 3 000 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 114 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 17, figure 34a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 2 030 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 6 550 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 594 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 17, figure 34a,c). Il convient de noter que la méthode de relevé pour la rivière Phillips a été modifiée et qu’elle est désormais plus précise, de sorte que les estimations plus récentes ne sont pas comparables à celles d’avant 2012. Par conséquent, les estimations de la variation de l’abondance de la population présentées dans le tableau 17 doivent être considérées avec beaucoup de prudence.

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que la tendance correspondante pour l’ensemble de la série chronologique est une augmentation du nombre d’individus matures d’environ 2 055 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 6 548 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 593 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 17). Pour les trois dernières générations de données, les tendances correspondantes sont les mêmes. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 1 969 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 267 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1).

Le taux d’exploitation dans cette UD est passé de 10 à 30 % environ entre 2009 et 2013 (figure 34d), et la survie du smolt au stade adulte a diminué, passant de 10 à 3 % environ au cours de la même période (figure 34e). Il n’y a aucune donnée disponible sur la productivité des stocks pour cette UD.

Tableau 17. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

3,6

2007-2018

718

114; 3 000

0

0

0

12

UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

3,6

2002-2018

2030

594; 6 550

0

0

0

17

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

3,6

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

Identique aux données ci-dessus (aucune différence)

UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

3,6

2002-2018

2055

593; 6 548

0

0

0

17

Figure 34, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU22 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 22

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Phillips river = rivière Phillip

Figure 34. UD 22 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 22 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli pour cette UD. En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction.

Des lâchers de saumons d’écloserie ont eu lieu dans cette UD, et l’origine génétique des individus lâchés provient généralement de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Unité désignable 23 : population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

UD23 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

EVI+SFj/océanique/automne

Zone adaptative conjointe (ZAC)

EVI+SFj

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 4,4 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 35, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU22 South Coast Southern Fjords Ocean Fall = UD 22 - Côte sud - fjords du sud, type océanique, automne

DU26 West Vancouver Island Ocean Fall (WVI+WQCI) = UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI + WQCI)

DU23 East Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

DU25 West Vancouver Island Ocean Fall (Nootka et Kyuquot) = UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

DU21 East Vancouver Island Ocean Fall = UD 21 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

DU20 East Vancouver Island Ocean Summer = UD 20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

DU24 West Vancouver Island Ocean Fall (South) = UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia,  OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 35. Carte de l’UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj).

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 23 - population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj).

La zone géographique de cette UD s’étend vers le sud-est depuis la rivière Nahwitti, près du mont Waddington, jusqu’au ruisseau Thelwood, près du mont Septimus, et longe le détroit de Johnstone à l’est jusqu’à Campbell River. Son extrémité sud est située au mont Septimus et au mont Rousseau, tandis que son extrémité ouest se trouve au ruisseau Pinder, près du pic Pinder (nord : lat. 50,85, long. 128,00; sud : lat. 49,48, long. 125,50; ouest : lat. 50,09, long. 125,18; est : lat. 50,21, long. 127,04). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 50,37, long. 126,21, et la superficie totale de l’UD est de 7 181,18 km2. L’UD 23 renferme une grande proportion des crêtes montagneuses côtières de l’île de Vancouver.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 292 km2 selon une distance totale de montaison connue de 146 km, soit 1,45 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (17,9 %), l’aménagement urbain représentant 0,3 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 0,3 %, et l’exploitation minière, 0,09 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 23 est de 1,4 km/km2, avec une moyenne de 0,8 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 17,4 % de l’habitat riverain et 17,2 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où aucune pinède n’est touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD compte 18 sites, dont 5 sont considérés comme persistants (annexe 1). Une forte proportion des géniteurs de l’UD proviennent de cours d’eau mis en valeur (figure 36a), la proportion de géniteurs d’origine naturelle étant estimée à environ 20 % en moyenne (exception faite d’un pic d’environ 55 % au milieu des années 2010) (figure 36b). Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté depuis les années 1970, atteignant un maximum de presque 5 millions, puis se stabilisant à près de 3 millions par année (figure 36c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 36d).

Figure 36, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-29 = CK-29

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS =GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 36. UD 23 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 23 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Il existe des données permettant de ventiler les tendances entre les saumons d’écloserie et les saumons sauvages.

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données dans 5 sites persistants, le nombre d’individus matures aurait augmenté de 6 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 80 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -38 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,06 (tableau 18, figure 37a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a diminué d’environ 38 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = -5 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -59 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,72 (tableau 18, figure 37a,c). C’est le réseau hydrographique de la rivière Quinsam qui contribue le plus à l’abondance globale.

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 48 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 201 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -28 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,02 (tableau 18, figure 38a,b). Selon toute la série chronologique, le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 85 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 203 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 13 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 18, figure 38a,c). Les contributions relatives des réseaux hydrographiques des rivières Campbell, Nimpkish et Salmon à la population sauvage sont historiquement plus élevées au fil du temps que leurs contributions relatives à la population dans son ensemble, alors que l’inverse est vrai pour le réseau hydrographique de la rivière Quinsam (figures 37f et 38f). Le réseau hydrographique de la rivière Nimpkish est historiquement le plus grand contributeur à la population sauvage, suivi par les réseaux hydrographiques des rivières Salmon et Quinsam.

Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 est de 8 298 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 2 133 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1)

Les estimations d’abondance corrigées en fonction de la pGON présentées à la figure 38 tiennent compte des contributions des réseaux hydrographiques des rivières Campbell et Quinsam qui sont probablement représentatives; toutefois, ces deux systèmes sont actuellement traités comme un seul site en ce qui concerne le stock de géniteurs, mais comme deux sites pour les lâchers et les remontes. Ainsi, la proportion du stock de géniteurs d’origine naturelle et les estimations de l’INP pour la rivière Campbell pourraient être biaisées à la baisse, car elles ne tiennent pas compte du stock de géniteurs de la rivière Quinsam (voir la section « Activités et méthodes d’échantillonnage » pour passer en revue les méthodes de correction en fonction de la pGON).

Le taux d’exploitation dans cette UD a diminué par rapport à un sommet d’environ 80 % à la fin des années 1970, puis a fluctué entre environ 20 et 40 % du milieu des années 1990 jusqu’à 2012 (figure 37d). Le taux de survie du smolt au stade adulte a diminué par rapport au taux record de près de 10 % dans les années 1970 et est resté relativement stable à un taux moyen de 0,9 % depuis 1989 (figure 37e). Il n’y a aucune donnée disponible sur la productivité des stocks pour cette UD.

Tableau 18. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

4,4

2007-2018

6

-38; 80

0,06

0,01

0

12

UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

4,4

1999-2018

-38

-59; -5

0,72

0,15

0

20

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

4,4

2007-2018

48

-28; 201

0,02

0

0

12

UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

4,4

1999-2018

85

13; 203

0

0

0

20

Figure 37, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU23 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 23

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Quinsam river = rivière Quinsam

Nimpkish river = rivière Nimpkish

Campbell river = rivière Campbell

Salmon river = rivière Salmon

Adam river = rivière Adam

Figure 37. UD 23 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 23 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 38, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU23 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 23

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Year = Année

Quinsam river = rivière Quinsam

Nimpkish river = rivière Nimpkish

Campbell river = rivière Campbell

Salmon river = rivière Salmon

Adam river = rivière Adam

Figure 38. UD 23 - Tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 23 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « B/C » (élevé-moyen) à l’impact des menaces pesant sur cette UD. La menace la plus importante touchant spécifiquement cette UD est la gestion et l’utilisation de l’eau et l’exploitation de barrages. Les rejets d’eau des réservoirs peuvent avoir un impact sur l’habitat de fraye. De nombreux lâchers de saumons d’écloserie ont eu lieu et continuent d’avoir lieu dans cette UD, et l’origine génétique des individus lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace grave pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique. En particulier, l’influence des géniteurs d’écloserie dans la rivière Quinsam est élevée, et ces derniers constituent probablement une menace pour la population sauvage (DFO, 2014).

Le taux d’exploitation total s’est stabilisé, mais à un taux élevé (~0,4). De 1973 à 2010, le taux de survie du smolt au stade adulte a diminué de 90 % pour cette UD.

Parmi les menaces moins importantes, on compte les incendies et la suppression des incendies, les modifications de l’écosystème, les effluents agricoles et sylvicoles, les avalanches et glissements de terrain, et les effets des changements climatiques (déplacement et altération de l’habitat, tempêtes et inondations).

Les tableaux du calculateur des menaces sont inclus dans le présent rapport (voir l’annexe 2).

Unité désignable 24 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

UD24 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

WVI+WVI/océanique/automne (sud)

Zone adaptative conjointe (ZAC)

WVI+WVI

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 4 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 39, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU25 West Vancouver Island Ocean Fall (Nootka et Kyuquot) = UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

DU23 West Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

DU24 West Vancouver Island Ocean Fall (South) = UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

DU19 East Vancouver Island Stream Spring = UD 19 - Est de l’île de Vancouver, type fluvial, printemps

DU20 East Vancouver Island Ocean Summer = UD 20 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, été

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 39. Carte de l’UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud).

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 24 - population de l’ouest de Vancouver, type océanique, automne (sud).

La zone géographique de cette UD s’étend au nord de la rivière Sydney près du pic Pretty Girl (lat. 49,57, long. 126,36) et longe le canyon Clayoquot, à l’ouest, jusqu’à la rivière Klanawa (lat. 48,92, long. 125,51). La limite sud de la zone est située à la rivière Sooke, près du mont Empress (lat. 48,39, long. 123,58), et la limite est, au ruisseau Lanterman, près du mont Harmston (lat. 49,52, long. 125,07). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,03, long. 125,15, et la superficie totale de l’UD est de 6 785,59 km2. Tout comme l’aire de l’UD 23, celle de l’UD 24 renferme une grande proportion des crêtes montagneuses côtières de l’île de Vancouver.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 761 km2 selon une distance totale de montaison connue de 381 km, soit 3,79 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (18,0 %), l’aménagement urbain représentant 0,9 % de la superficie occupée par l’UD, l’agriculture et l’aménagement rural, 0,4 %, et l’exploitation minière, 0,1 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 24 est de 1,2 km/km2, avec une moyenne de 0,6 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 18,2 % de l’habitat riverain et 16,5 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, qui n’est pas pas touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Cette UD compte 53 sites, et 14 sites sont considérés comme persistants (annexe 1). Une forte proportion des géniteurs de l’UD proviennent de cours d’eau mis en valeur (figure 40a), la proportion de géniteurs d’origine naturelle étant estimée, en moyenne, à moins de 20 % environ (figure 40b). Les lâchers de saumons d’écloserie ont augmenté, atteignant un pic de près de 20 millions d’individus en 1990, puis ont diminué au cours des 20 années suivantes, pour s’établir à environ 12,5 millions en 2018 (figure 40c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 40d).

Figure 40, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-31 = CK-31

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS =GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d0 Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 40. UD 24 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 24 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Les indices d’abondance disponibles pour les trois dernières générations et pour toutes les années montrent des tendances contradictoires difficiles à concilier. Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données dans 14 sites persistants, le nombre d’individus matures aurait augmenté de 83 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 163 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 28 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 19, figure 41a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a diminué d’environ 14 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 49 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -49 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0.21 (tableau 19, figure 41a,c). Ce sont les réseaux hydrographiques des rivières Somass-Sproat et Nitinat qui contribuent le plus à l’abondance globale (figure 46f).

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que le nombre d’individus matures a augmenté d’environ 43 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 129 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -10 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 19, figure 42a,b). Pour la série chronologique complète, le nombre d’individus matures a diminué d’environ 19 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 24 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -47 %). À l’exception des réseaux hydrographiques des rivières Somass-Sproat, Nitinat et Sarita, les contributions relatives de la plupart des sites à la population sauvage sont historiquement plus élevées que leurs contributions relatives à la population dans son ensemble, mais le réseau hydrographique des rivières Somass-Sproat reste le plus grand contributeur à la population sauvage.

Selon l’opinion consensuelle des spécialistes, il resterait moins de 10 000 individus sauvages matures. Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 53 036 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 6 365 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1), mais le SCS accorde la plus grande confiance au consensus des experts pour ce qui est de l’estimation du nombre d’individus sauvages matures restants.

Le taux d’exploitation total a diminué assez régulièrement, passant d’un maximum d’environ 80 % en 1973 à environ 25 % au milieu des années 1990, avant de fluctuer entre environ 25 et 60 % jusqu’en 2014 (figure 41d). Il convient de noter que le taux d’exploitation de la pêche terminale visant cette UD reflète la composante de mise en valeur du ruisseau Robertson - les individus sauvages des bassins versants situés ailleurs dans l’aire de l’UD font l’objet d’un taux d’exploitation plus faible (W. Luedke, comm. pers., 2019). La ventilation des taux d’exploitation de la pêche en milieu marin et de la pêche terminale est illustrée à la figure 43. En outre, les résultats pour certaines années de ponte incomplètes doivent être interprétés avec prudence.

Le taux de survie du smolt au stade adulte a diminué depuis les années 1970, où il atteignait un maximum d’environ 20 % (figure 41e). Du début des années 1990 jusqu’en 2013, le taux a fluctué d’environ 0,03 à environ 10 %. Il n’y a aucune donnée disponible sur la productivité des stocks pour cette UD.

Tableau 19. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

4

2004-2018

83

28; 163

0

0

0

12

UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

4

1995-2018

-14

-49; 49

0,21

0,02

0

24

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

4

2004-2018

43

-10; 129

0

0

0

12

UD 24 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

4

1995-2018

-19

-47; 24

0,24

0,01

0

24

Figure 41, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU24 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 24

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Somass-sproat-gc system = réseau Somass-sproat-great central

Nitinat river = rivière Nitinat

Sarita river = rivière Sarita

San juan river = rivière San juan

Thornton creek = ruisseau Thornton

Cypre river = rivière Cypre

Tranquil creek = ruisseau Tranquil

Sooke river = rivière Sooke

Nahmint river = rivière Nahmint

Toquart river = rivière Toquart

Bedwelll system = réseau Bedwelll

Clemens creek = ruisseau Clemens

Moyeha river = rivière Moyeha

Megin river = rivière Megin

Figure 41. UD 24 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques). Il convient de noter que les données sur le taux d’exploitation pour les plus récentes cohortes sont incomplètes dans cette figure.

Description longue

Graphiques sur l’UD 24 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 42, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU24 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 24

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

Exploitaiton rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

Smolt-to-adult survival (%) = Taux de survie du smolt au stade adulte (%)

Year = Année

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Year = Année

Somass-sproat-gc system = réseau Somass-sproat-great central

Nitinat river = rivière Nitinat

Sarita river = rivière Sarita

San juan river = rivière San juan

Thornton creek = ruisseau Thornton

Cypre river = rivière Cypre

Tranquil creek = ruisseau Tranquil

Sooke river = rivière Sooke

Nahmint river = rivière Nahmint

Toquart river = rivière Toquart

Bedwelll system = réseau Bedwelll

Clemens creek = ruisseau Clemens

Moyeha river = rivière Moyeha

Megin river = rivière Megin

Figure 42. UD 24 - Tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 24 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 43, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

OceanER = TE de la pêche en milieu marin

TerminalER = TE de la pêche terminale

Exploitation Rate (%) = Taux d’exploitation (%)

Year = Année

Figure 43. UD 24 - Ventilation des taux d’exploitation de la pêche en milieu marin et de la pêche terminale de 1970 à 2015. Il convient de noter que les données pour les années de ponte 2014 et 2015 sont incomplètes et que les taux d’exploitation devraient donc être interprétés avec prudence.

Description longue

Graphique illustrant la tendance des taux d’exploitation de l’UD 24 de la pêche en milieu marin et de la pêche terminale de 1970 à 2015.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « B » (élevée) à l’impact des menaces pesant sur cette UD. Les menaces les plus importantes touchant spécifiquement cette UD sont les modifications de l’écosystème, et les effluents agricoles et sylvicoles. Le SCS des poissons marins du COSEPAC a mis à jour le calculateur des menaces pour cette UD lors de sa réunion annuelle de 2019, avec l’aide d’experts du MPO, en accordant une attention spéciale aux nouvelles données sur les menaces liées aux écloseries et l’incidence des barrages. De nombreux lâchers de saumons d’écloserie ont eu lieu et continuent d’avoir lieu dans cette UD, et l’origine génétique des individus lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace grave pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique. L’errance de géniteurs d’écloserie a été notée dans l’UD, ce qui appuie l’opinion selon laquelle la composition génétique des géniteurs sauvages et, par conséquent des espèces sauvages, est menacée par les activités des écloseries. La valeur de l’impact global attribuée a été mise à jour à « très élevée-très élevée » (annexe 2).

Parmi les menaces moins importantes, on compte les zones touristiques et récréatives, les effluents industriels, les avalanches et glissements de terrain, et les sécheresses (lesquelles sont attendues tous les deux ans et peuvent retarder le retour des adultes à cause du faible niveau d’eau).

Les préoccupations potentielles comprennent le taux d’augmentation du nombre de salmonicultures dans la baie Clayoquot, le grand nombre de concessions de ferme forestière (ce qui sous-entend un niveau élevé d’exploitation forestière) et l’alluvionnement (gravier; perte potentielle d’habitat de fraye à cause de l’augmentation de l’élévation du fond due au dépôt de sédiments).

Unité désignable 25 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

UD25 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

WVI/océanique/automne (Nootka et Kyoquot)

Zone adaptative conjointe (ZAC)

WVI+WVI

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 4 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 44, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU26 West Vancouver Island Ocean Fall (WVI+WQCI) = UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

DU23 West Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI+SFj)

DU25 West Vancouver Island Ocean Fall (Nootka et Kyuquot) = UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 44. Carte de l’UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot).

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 25 - population de l’ouest de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot).

La zone géographique de cette UD s’étend vers le sud, depuis la rivière Tahsish, près du mont Merry Widow, jusqu’au ruisseau Bancroft, près du mont Thelwood. La limite ouest s’étend le long du canyon Esperanza jusqu’au ruisseau Tatchu, tandis que la limite est se situe à la rivière Gold, près du mont Tyee (nord : lat. 50,34, long. 127,09; sud : lat. 49,52, long. 125,76; ouest : lat. 49,89, long. 127,17; est : lat. 50,01, long. 125,91). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 49,91, long. 126,85, et la superficie totale de l’UD est de 3 601,55 km2. L’aire de l’UD 25 renferme une grande proportion des crêtes montagneuses côtières de l’île de Vancouver.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 375 km2 selon une distance totale de montaison connue de 187 km, soit 1,86 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (13,1 %), l’aménagement urbain représentant 0,2 % de la superficie occupée par l’UD, et l’exploitation minière, 0,005 %. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 25 est de 0,9 km/km2, avec une moyenne de 0,8 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 13,8 % de l’habitat riverain et 12,9 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où il n’y a pas d’agriculture ou d’aménagement rural ni de pinède touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Les données sur l’abondance des géniteurs pour la plupart des années proviennent de sites où le niveau d’activités d’échantillonnage et la qualité des relevés étaient modérés. Toutefois, une grande proportion des sites (29 sur 41) sont considérés par le MPO comme des sites pour lesquels les données sont insuffisantes (annexe 1). Dans la plupart de ces sites, le suivi a cessé ces dernières années en raison de l’absence de fraye naturelle.

Une forte proportion des géniteurs de l’UD proviennent de cours d’eau mis en valeur (figure 45a), la proportion de géniteurs d’origine naturelle étant estimée à environ 20 % en moyenne (sauf dans les années 1980) (figure 45b). Pendant les années d’échantillonnage, la plupart des individus provenaient de cours d’eau dont le niveau de mise en valeur était modéré à élevé. Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté de très faible à la fin des années 1970 à plus de 4 millions au milieu des années 1990, puis a fluctué entre 2 millions et 4 millions environ jusqu’en 2018 (figure 45c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 45d).

Figure 45, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-32 = CK-32

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

Other = Autres

NOS =GON

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 45. UD 25 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques.

Description longue

Graphiques sur l’UD 25 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Les indices d’abondance disponibles pour les trois dernières générations et pour toutes les années ne révèlent pas de déclin. Bien que cette espèce sauvage fraye dans un grand nombre de sites, comme en témoignent les données tirées des relevés qui y ont été réalisés, il est très probable que les lâchers d’individus d’écloserie destinés à augmenter la production naturelle influent fortement sur les tendances de la population.

Selon une estimation faite à partir des 3 dernières générations de données dans 9 sites persistants (figure 46f), le nombre d’individus matures aurait augmenté de 116 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 654 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -38 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,04 (tableau 20). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a augmenté de 17 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 151 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -45 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,09 (tableau 20, figure 46a,c). C’est le réseau hydrographique de la rivière Conuma qui contribue le plus à l’abondance globale (figure 46f).

En ce qui concerne l’abondance des individus sauvages seulement, on estime que la tendance correspondante pour les 3 dernières générations est une augmentation de 169 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 473 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = 25 %), avec une probabilité nulle de déclin de 30 % (tableau 20, figure 47a,b). Selon la série chronologique complète, il y aurait une augmentation d’environ 9 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 107 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -42 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,08 (tableau 20, figure 47a,c). À l’exception du réseau hydrographique de la rivière Conuma, les contributions relatives de tous les sites à la population sauvage sont historiquement plus élevées que leurs contributions relatives à la population dans son ensemble (figures 46f et 47f). Les réseaux hydrographiques des rivières Conuma et Gold sont les plus grands contributeurs à la population sauvage (figure 47f).

Selon l’opinion consensuelle des spécialistes, le nombre restant de géniteurs serait inférieur au seuil (10 000), l’UD compterait une seule sous-population. Il est possible que le nombre d’individus matures restants soit inférieur à 2 500, ce qui correspond au seuil de la catégorie « en voie de disparition ». Les données du MPO indiquent que le nombre moyen d’individus matures restants en 2018 était de 35 271 (valeur non corrigée en fonction de la pGON) et de 5 568 (valeur corrigée en fonction de la pGON) (annexe 1), mais le SCS accorde la plus grande confiance au consensus des experts pour ce qui est de l’estimation du nombre d’individus sauvages matures restants.

Aucune donnée sur la récolte, le taux de survie du smolt au stade adulte et la productivité des stocks n’est disponible pour cette UD, car il n’y a pas de stocks indicateurs micromarqués.

Tableau 20. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

4

2004-2018

116

-38; 654

0,04

0,01

0

12

UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

4

1995-2018

17

-45; 151

0,09

0,02

0

24

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

4

2004-2018

169

25; 473

0

0

0

12

UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

4

1995-2018

9

-42; 107

0,08

0,01

0

24

Figure 46, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU25 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 25

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

Conuma river = rivière Conuma

Burman river = rivière Burman

Gold river = rivière Gold

Tahsis river = rivière Tahsis

Leiner river = rivière Leiner

Tahsish river = rivière Tahsish

Kaouk river = rivière Kaouk

Zeballos river = rivière Zeballos

Artlish river = rivière Artlish

Figure 46. UD 25 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 25 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Figure 47, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in pNOS Adjusted Spawner Abundance for DU25 = Tendance de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON dans l’UD 25

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

pNOS Adj Spawner Abundance = Abondance des géniteurs corrigée en fonction de la pGON

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

pNOS Adj Contribution (%) = Contribution corrigée en fonction de la pGON (%)

Year = Année

Conuma river = rivière Conuma

Burman river = rivière Burman

Gold river = rivière Gold

Tahsis river = rivière Tahsis

Leiner river = rivière Leiner

Tahsish river = rivière Tahsish

Kaouk river = rivière Kaouk

Zeballos river = rivière Zeballos

Artlish river = rivière Artlish

Figure 47. UD 25 - Tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, taux d’exploitation, taux de survie en mer (du smolt au stade adulte) et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 25 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs corrigée en fonction de la proportion moyenne des géniteurs d’origine naturelle, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction. Les spécialistes du saumon chinook qui ont participé à l’atelier sur le calculateur des menaces de l’UICN en février 2017 ont conclu qu’il faudrait attribuer la valeur « C » (moyen) à l’impact des menaces pesant sur cette UD. La menace la plus importante touchant cette UD découle des modifications de l’écosystème. Les menaces toujours présentes comprennent les débits élevés dus à la déforestation, qui entraînent divers changements de l’habitat (p. ex. température, sédimentation, sources de nourriture, gros débris ligneux, déplacement de gravier vers différentes parties du cours d’eau). Des plans de gestion des sédiments sont en cours d’élaboration. La zone était précédemment exploitée (coupe forestière), et le taux d’exploitation s’est stabilisé, mais l’exploitation pourrait reprendre de nouveau. Le SCS des poissons marins du COSEPAC a mis à jour le calculateur des menaces pour cette UD lors de sa réunion annuelle de 2019, avec l’aide d’experts du MPO, en accordant une attention spéciale aux nouvelles données sur les menaces liées aux écloseries et l’incidence des barrages. De nombreux lâchers de saumons d’écloserie ont eu lieu et continuent d’avoir lieu dans cette UD, et l’origine génétique des individus lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace grave pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique. Tout comme dans l’aire de l’UD 24, l’errance de géniteurs d’écloserie a été notée dans l’UD, ce qui compromet vraisemblablement la composition génétique des géniteurs sauvages et, par conséquent, menace l’espèce sauvage. L’impact des menaces s’est accentué; il a été mis à jour à « élevé-très élevé ».

Bien que les données soient insuffisantes, on pense que les taux de survie sont en déclin pour cette UD.

Parmi les menaces moins importantes, on compte les zones touristiques et récréatives (le nombre de camps de pêche a grimpé à ~100 - ces camps étant situés dans des zones importantes pour la croissance des saumons chinooks), les effluents industriels (les usines de pâte à papier sont fermées, mais les effluents sont toujours présents), les effluents agricoles et sylvicoles (aquaculture, herbicides/pesticides, envasement causé par l’exploitation forestière), les avalanches et glissements de terrain, et les sécheresses. Des sécheresses sont attendues tous les deux ans et peuvent retarder le retour des adultes à cause du faible niveau d’eau.

Unité désignable 26 : population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

UD26 sommaire

Sujet

Information

Nom abrégé de l’UD

WVI+WQCI/océanique/automne

Zone adaptative conjointe (ZAC)

WVI+WQCI

Cycle vital

Type océanique

Période de montaison

Automne

La durée de génération moyenne de cette UD est de 4 ans. Les individus présentent des variantes du cycle vital du type océanique et effectuent leur montaison en automne.

Pour examiner les méthodes concernant les données déclarées dans les chapitres sur chaque UD, consulter les sections préliminaires du présent rapport.

Zone d’occurrence et zone d’occupation

Figure 48, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

DU26 West Vancouver Island Ocean Fall (WVU+WQCI) = UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

DU23 West Vancouver Island Ocean Fall (EVI+SFj) = UD 23 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI+SFj)

DU25 West Vancouver Island Ocean Fall (Nootka et Kyuquot) = UD 25 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

YT = Yn

NWT = T.N.-O.

BC = C.-B.

AB = Alb.

Pacific Ocean = Océan Pacifique

WA = Wash.

Service Layer Credits: Sources: Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, NRCAN, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, Esri Japan, METI, Esri China (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó OpenStreetMap contributors, and the GIS User Community = Couche service - sources : Esri, HERE, DeLorme, Intermap, increment P Corp., GEBCO, USGC, FAO, NPS, RNCan, GeoBase, IGN, Kadaster NL, Ordnance Survey, ESRI Japon, METI, ESRI Chine (Hong Kong), swisstopo, MapmyIndia, Ó contributeurs OpenStreetMap et la communauté d’utilisateurs du SIG

Figure 48. Carte de l’UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

Description longue

Carte montrant l’étendue spatiale de la zone d’eau douce de l’UD 26 - population de l’ouest de Vancouver, type océanique, automne (WVI + WQCI).

Cette UD est présente dans quatre parties géographiquement distinctes. La partie la plus septentrionale contient les bassins versants du ruisseau Jensen, de la rivière Goodspeed et du ruisseau Denad et s’étend du lac Eric, au nord-ouest, jusqu’au bassin versant de la rivière Goodspeed, à l’est, et à l’embouchure du ruisseau Denad dans le havre Winter, au sud (nord : lat. 50,76, long. 128,01; sud : lat. 50,54, long. 128,00; ouest : lat. 50,70, long. 128,29; est : lat. 50,66, long. 127,88). Les deux plus petites parties, situées plus loin au sud-est, renferment les bassins versants des ruisseaux Wanokana et Stephens, qui se déversent tous deux dans l’inlet Holberg. La partie la plus grande et la plus méridionale contient les bassins versants de la rivière Marble, du ruisseau Mahatta, de la rivière Keith, du ruisseau Klootchlimmis, de la rivière Klaskish et du ruisseau East. La limite nord de cette partie se situe tout juste au nord-est du parc provincial Marble River, et la limite sud, près des eaux d’amont de la rivière Marble. La zone géographique de l’UD s’étend depuis la rivière Keith, à l’ouest, jusqu’à la rivière Raging, près du mont Waddington à l’est (nord : lat. 50,57, long. 127,47; sud : lat. 50,23, long. 127,30; ouest : lat. 50,34, long. 127,87; est : lat. 50,35, long. 127,08). Le centre de la zone de l’UD se trouve à lat. 50,46, long. 127,71, et la superficie totale de l’UD est de 1 307,62 km2.

Comme pour toutes les UD examinées dans le présent rapport, la zone d’occurrence englobe les cours d’eau de fraye et l’aire de répartition océanique, et sa superficie est donc supérieure à 20 000 km2. L’IZO est de 95 km2 selon une distance totale de montaison connue de 48 km, soit 0,48 % de la distance de montaison connue de l’ensemble des UD.

Tendances en matière d’habitat

Les terres entourant l’habitat d’eau douce de cette UD sont altérées (18,5 %), mais l’aménagement urbain ne représente que 0,02 % de la superficie occupée par l’UD. La densité du réseau routier dans l’aire de l’UD 26 est de 1,2 km/km2, avec une moyenne de 0,9 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons (pour l’ensemble des UD, la densité moyenne du réseau routier est de 1,33 km/km2, et le nombre moyen de franchissements de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons est de 0,62). Des perturbations touchent 17,7 % de l’habitat riverain et 18,4 % du couvert forestier de l’aire de l’UD, où il n’y a actuellement pas d’agriculture, d’aménagement rural ou d’exploitation minière; toutefois, une mine a déjà été exploitée près de Coal Harbour et de l’inlet Rupert (M. Trudel, comm. pers., 2019). Aucune pinède n’est touchée par le dendroctone du pin ponderosa.

Abondance

Bien que la fraye ait été documentée dans plusieurs sites de l’UD, des données de relevé ne sont disponibles que pour la rivière Marble (annexe 1). Les données sur la proportion de géniteurs d’origine naturelle ne sont pas disponibles pour ce site. La figure 49b a donc été omise. Le nombre d’individus d’écloserie lâchés a augmenté entre le milieu des années 1980 et 2001, avec un maximum d’environ 1 000 000 en 2001. Après 2001, le nombre d’individus lâchés a diminué jusqu’en 2005, puis il a augmenté de nouveau et atteint plus de 800 000 en 2017 (figure 49c). Aucun lâcher de saumons d’écloserie provenant de l’extérieur de l’UD n’a été effectué (figure 49d).

Figure 49, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-33 = CK-33

Quality Filtered, Verified Sites = Sites filtrés selon la qualité des données et vérifiés

a) % Wild Sites = = % de géniteurs dans les sites sauvages

Enh Sites = Sites mis en valeur

Wild Sites = Sites sauvages

b) % pNOS Adjusted = % de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON

NA = ND

c) Hatch Rel from within CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’intérieur de l’UD

d) Hatch Rel from outside CU = Lâchers de saumons d’écloserie de l’extérieur de l’UD

NA = ND

Figure 49. UD 26 - Mise en valeur, proportion de géniteurs d’origine naturelle et lâchers de saumons d’écloserie. Graphiques fournis par Pêches et Océans Canada, voir le tableau 4 pour l’interprétation des différents graphiques. Le pourcentage de géniteurs sauvages corrigé en fonction de la pGON [graphique b)] n’a pas pu être calculé.

Description longue

Graphiques sur l’UD 26 illustrant les données sur la mise en valeur, la proportion de géniteurs d’origine naturelle et les lâchers d’écloseries.

Fluctuations et tendances

Cette espèce sauvage est réputée frayer dans plusieurs sites, mais l’on ne dispose de données de relevé que pour un seul site. Cet unique site de suivi est fortement touché par les lâchers d’individus d’écloserie et n’est probablement pas représentatif de la population entière. Les données disponibles sont insuffisantes pour déterminer les tendances du nombre d’individus matures ou pour estimer de manière fiable le nombre d’individus matures restants.

Selon les 3 dernières générations de données dans un seul site persistant qui a aussi fait l’objet de mise en valeur artificielle (rivière Marble), le nombre d’individus matures a diminué d’environ 41 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 307 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -91 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,58 (tableau 21, figure 50a,b). Selon toute la série chronologique de données, le nombre d’individus matures a diminué d’environ 29 % (limite supérieure de l’IC à 95 % = 62 %, limite inférieure de l’IC à 95 % = -70 %), avec une probabilité de déclin de 30 % de 0,49 (tableau 21, figure 50a,c).

En ce qui concerne l’abondance estimée des individus sauvages, les tendances correspondantes sont les mêmes.

Aucune donnée sur la récolte, le taux de survie du smolt au stade adulte et la productivité des stocks n’est disponible pour cette UD, car il n’y a pas de stocks indicateurs micromarqués.

Tableau 21. Résumé du taux de variation estimé (intervalle de crédibilité à ±95 %) de l’abondance des géniteurs et de la probabilité d’un déclin (> 30 %, > 50 %, > 70 %) pour les 3 dernières générations et l’ensemble de la série chronologique, tant pour la population totale que pour la population sauvage estimée.

Abondance combinée des géniteurs d’écloserie et des géniteurs sauvages

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

4

2007-2018

-41

-91; 307

0,58

0,42

0,21

12

UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

4

1996-2018

-29

-70; 62

0,49

0,2

0,02

23

Abondance estimée des géniteurs sauvages seulement (après correction en fonction de la pGON)

Nom de l’UD

Durée d’une génération

Fourchette d’années

Taux de variation médian

IC à 95 %

Proba-bilité de déclin de 30 %

Proba-bilité de déclin de 50 %

Proba-bilité de déclin de 70 %

Nombre d’observations

UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

4

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

UD 26 - Ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (WVI+WQCI)

4

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Aucune donnée à ventiler

Figure 50, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

a) Trend in Spawner Abundance for DU26 = Tendance de l’abondance des géniteurs dans l’UD 26

3 gen = 3 générations

all years = Toutes les années

Spawner Abundance = Abondance des géniteurs

Year = Année

b) % change over last 3 gen. (last 3 gen. posterior distribution) = % de variation au cours des 3 dernières gén. (distribution a posteriori)

% change = % de variation

c) % change over all years (all years posterior distribution) = % de variation au cours de toutes les années (distribution a posteriori)

% change = % de variation

d) Exploitation Rate = Taux d’exploitation

No Data = Aucune donnée

e) Smolt-to-Adult Survival = Survie du smolt au stade adulte

No Data = Aucune donnée

f) Site Contribution to Abundance = Contribution de chaque site à l’abondance

Contribution (%) = Contribution (%)

Year = Année

MARBLE RIVER = RIVIÈRE MARBLE

Figure 50. UD 26 - Tendances de l’abondance des géniteurs, taux d’exploitation, taux de survie du smolt au stade adulte et pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance (voir le tableau 7 pour l’interprétation des différents graphiques).

Description longue

Graphiques sur l’UD 26 illustrant les tendances de l’abondance des géniteurs, le taux d’exploitation, le taux de survie du smolt au stade adulte et le pourcentage de contribution de chaque site à l’abondance.

Menaces et facteurs limitatifs

Un calculateur des menaces n’a pas été rempli pour cette UD. En ce qui concerne les menaces et les facteurs limitatifs généraux qui s’appliquent à toutes les UD, voir la section « Menaces et facteurs limitatifs » dans l’introduction.

Des lâchers de saumons d’écloserie ont été effectués dans cette UD, et l’origine génétique des saumons lâchés provient de l’intérieur de l’UD. Le SCS a conclu que ces lâchers représentent une menace pour les individus sauvages de l’UD en raison de la compétition et de l’introgression génétique.

Sommaire biographique des rédacteurs du rapport

Brian O. Ma (premières étapes du rapport) est écologiste principal des systèmes chez ESSA Technologies ltée à Vancouver, en Colombie-Britannique. Auparavant, il était boursier postdoctoral du CRSNG à Pêches et Océans Canada, où il a travaillé comme modélisateur écologique pour un important projet de génomique sur le saumon rouge. Cedar Morton (dernières étapes du rapport) est écologiste principal des systèmes, également chez ESSA Technologies ltée à Vancouver. Il est titulaire d’un doctorat de la School of Resource and Environmental Management de l’Université Simon Fraser à Burnaby, en Colombie-Britannique. Diana Abraham (premières étapes du rapport) est chercheuse et rédactrice scientifique ayant travaillé pour ESSA Technologies ltée; elle compte plus de 20 ans d’expérience. Aline Litt (dernières étapes du rapport) est assistante de recherche chez ESSA Technologies ltée à Ottawa, en Ontario, et est titulaire d’une maîtrise en biologie de l’Université Carleton, à Ottawa.

Sources d’information

Alderdice, D.F. et F.P.J. Velsen. 1978. Relation between temperature and incubation time for eggs of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha). Journal of the Fisheries Research Board of Canada 35:69-75.

Alexander, R.F., K.K. English, B.L. Nass et S.A. Bickford. 1998. Distribution, timing and fate of radio-tagged adult Sockeye Salmon, Chinook Salmon, and Steelhead Salmon tracked at or above Wells Dam on the mid-Columbia River in 1997. Prepared for Public Utility District No. 1 of Douglas County, Washington.

Bailey, R., comm. pers. 2017; 2019. Rencontre en personne à ESSA Technologies Ltd. les 1er et 2 novembre 2017 et correspondance par courriel, 2019. Chef du programme d’évaluation des stocks du saumon chinook et du saumon coho du Fraser et du secteur de l’intérieur, Direction des sciences, Pêches et Océans Canada, 985 McGill Place, Kamloops (Colombie-Britannique) V2C 6X6.

Bakun, A. 1973. Coastal upwelling indices, west of North America, 1946-71. NOAA Tech. Rep. NMFS SSRF-671, 163 p. (disponible auprès de Natl. Mar. Fish. Serv., 2725 Montlake Blvd. E., Seattle, WA 98 1 12.)

Bakun, A. 1975. Daily and weekly upwelling indices, West Coast of North America, 1967-73. NOAA Tech. Rep. NMFS SSRF-693,114 p. (disponible auprès de Natl. Mar. Fish. Serv., 2725 Montlake Blvd. E., Seattle, WA 981 12.)

Barraclough, W.E. et A.C. Phillips. 1978. Distribution of juvenile salmon in the southern Strait of Georgia during the period April to July 1966-1969. Fish. Mar. Serv. Tech. Rep. 826:47p.

BC Hydro. 2011a. Bridge/Seton River Watershed: Salmonid Action Plan. 24 pp.

BC Hydro. 2011b. Puntledge River Watershed Salmonid Action Plan. 20 pp.

Beacham, T.D. et C.B. Murray. 1990. Temperature, egg size, and development of embryos and alevins of five species of Pacific salmon: a comparative analysis. Trans. Am. Fish. Soc. 119(6): 927-945.

Beacham, T.D., K.J. Supernault, M. Wetklo, B. Deagle, K. Labaree, J.R. Irvine, J.R. Candy, K.M. Miller, R.J. Nelson et R.E. Withler. 2003. The geographic basis for population structure in Fraser River Chinook salmon (Oncorhynchus tshawytscha). Fishery Bulletin, 101(2), pp.229-243.

Beacham, T. D. et R.E. Withler. 2010. Comment on “Gene flow increases temporal stability of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) populations in the Upper Fraser River, British Columbia, Canada”Appears in Can. J. Fish. Aquat. Sci. 66: 167-176. Journal of the Fisheries Board of Canada, 67(1), 202-205.

Beamish, R.J. 1993. Climate and exceptional fish production off the west coast of North America. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 50: 2270-2291.

Beamish, R.J. et D.R. Bouillon. 1993. Pacific salmon production trends in relation to climate. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 50:1002-1016.

Beamish, R.J., K.L. Lange, C.M. Neville, R.M. Sweeting et T.D. Beacham. 2011. Structural patterns in the distribution of ocean- and stream-type juvenile Chinook Salmon populations in the Strait of Georgia in 2010 during the critical early marine period. NPAFC Doc. 1354. 27 pp. (Site Web : www.npafc.org).

Beamish, R.J. et C. Mahnken. 2001. A critical size and period hypothesis to explain natural regulation of salmon abundance and the linkage to climate and climate change. Progress in Oceanography 49: 423-437.

Beamish, R.J. et C.M. Neville. 2000. Predation-based mortality on juvenile salmon in the Strait of Georgia. N. Pac. Anadr. Fish Comm. Tech. Rep. 2: 11-12. Site Web : http://www.npafc.org/new/publications/Bulletin/Bulletin%20No.%204/077-091Heard.pdf [consulté le 8 avril 2014].

Beamish, R.J., I.A. Pearsall et M.C. Healey. 2003. A history of research on the early marine life of Pacific salmon off Canada’s Pacific Coast. N. Pac. Anadr. Fish Comm. Bull 3:1-40.

Beamish, R. J., R.M. Sweeting, T.D. Beacham, K.L. Lange et C.M. Neville. 2010. A late ocean entry life-history strategy improves the marine survival of Chinook Salmon in the Strait of Georgia. North Pacific Anadromous Fish Commission Doc. 1282. 14 pp. Fisheries and Oceans Canada, Pacific Biological Station. Site Web : www.npafc.org

Beamish, R.J., R.M. Sweeting, C.M. Neville, K.L. Lange, T.D. Beacham et D. Preikshot. 2012. Wild Chinook Salmon survive better than hatchery salmon in a period of poor production. Env. Biol. Fish. 91:135-148.

Becker, C.D. 1973. Food and growth parameters of juvenile Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha, in central Columbia River. Fish. Bull, (U.S.) 71:387-400.

Becker, L.A., M.A. Pascual et N.G. Basso. 2007. Colonization of the southern Patagonia Ocean by exotic Chinook salmon. Conservation Biology, 21(5), pp.1347-1352.

Bell, R. 1958. Time, size, and estimated numbers of seaward migrants of Chinook Salmon and Steelhead Trout in the Brownlee-Oxbow section of the middle Snake River. State of Idaho Department of Fish and Game, Boise, ID. 36 p.

Bentzen P., J.B. Olsen, J.E. McLean, T.R. Seamons et T.P. Quinn. 2001. Kinship analysis of pacific salmon: insights into mating, homing, and timing of reproduction. The Journal of Heredity 92(2): 127-136.

Berejikian, B. et M. Ford. 2003. A review of relative fitness of hatchery and natural salmon (Preliminary Review Draft). National Marine Fisheries Service. 29 p.

Bjornn, T.C. 1971. Trout and salmon movements in two Idaho streams as related to temperature, food, stream flow, cover and population density. Trans. Am. Fish. Soc. 100:423-438.

Bond, N.A., M.F. Cronin, H. Freeland et N. Mantua. 2015. Causes and impacts of the 2014 warm anomaly in the NE Pacific. Geophysical Research Letters, 42(9), pp.3414-3420.

Bradford, M.J. et J.R. Irvine. 2000. Land use, fishing, climate change, and the decline of Thompson River, British Columbia, Coho Salmon. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 57:13-16.

Bradford, M.J. et Taylor, G.C. 1997. Individual variation in dispersal behaviour of newly emerged Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) from the Upper Fraser River, British Columbia. Can. J. Fish. Aquat. Sci.54:1585 - 1592.

Brady, J.A. 1983. Lower Yukon River salmon test and commercial fisheries, 1981. Alaska Dep. Fish and Game ADF and G Tech. Data Rep. 89:91 p.

Brannon, E.L. et A. Setter. 1987. Marine distribution of a hatchery fall Chinook Salmon population. In E. Brannon et B. Jonsson (eds.), Proceedings of the Salmonid Migration and Distribution Symposium, p. 63-69. Trondheim, Norway.

Brannon, E.L., M.S. Powell, T.P Quinn et A. Talbot. 2004. Population structure of Columbia River Basin Chinook Salmon and Steelhead Trout. Reviews in Fisheries Science, 12:99-232.

Braun, D.C., J.W. Moore, J. Candy et R.E. Bailey. 2015. Population diversity in salmon: linkages among response, genetic and life-history diversity. Ecography, 39(3), 317-328.

Briggs, J.C. 1953. The behaviour and reproduction of salmonid fishes in a small coastal stream, Calif. Dep. Fish Game Fish. Bull. 94:62 p.

Brown, G. 2019. comm. pers. 2019. Pêches et Océans Canada, Évaluation des stocks du saumon, Station biologique du Pacifique, 3190 Hammond Bay Road, Nanaimo (Colombie-Britannique) V9T 6N7.

Brown, M.E. Thiess et G. Pestal (sous presse). Updated Status Information For Conservation Units of Southern BC Chinook Salmon. Canadian Technical Report of Fisheries and Aquatic Sciences.

Brown, G., S.J. Baillie, M.E. Thiess, J.R. Candy, C.K. Parken, G. Pestal et D.M. Willis. 2013a. Pre-COSEWIC assessment of southern British Columbia Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) populations. CSAP 2012/13 P23.

Brown, G.S., S.J. Baillie, R.E. Bailey, J.R. Candy, C.A. Holt, C.K. Parken, G.P. Pestal, M.E. Thiess et D.M. Willis. 2013b. Pre-COSEWIC review of southern British Columbia Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) conservation units, Part II: Data, analysis and synthesis. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2013/nnn. vi + xx p.

Brown, T. G. et P.M. Winchell. 2004. Fish Community of Shuswap Lake’s Foreshore (Canadian Technical Report of Fisheries and Aquatic Sciences 2568) (pp. 1-60). Fisheries and Oceans Canada Science Branch, Pacific Region, Pacific Biological Station.

Brown, G., Thiess, M.E., Pestal, G., Holt, C.A et Patten, B. Sous presse. Integrated Biological Status Assessments under the Wild Salmon Policy Using Standardized Metrics and Expert Judgement: Southern British Columbia Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) Conservation Units. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2018/nnn. vi + xx p.

Buhle, E. R., K.K. Holsman, M.D Scheuerell et A. Albaugh. 2009. Using an unplanned experiment to evaluate the effects of hatcheries and environmental variation on threatened populations of wild salmon. Biological Conservation, 142(11), 2449-2455.

Burner, C.J. 1951. Characteristics of spawning nests of Columbia River salmon. Fish. Bull. Fish Wildl. Serv. 61:97-110.

California HSRG (California Hatchery Scientific Review Group). 2012. California Hatchery Review Report. Prepared for the US Fish and Wildlife Service and Pacific States Marine Fisheries Commission. 100 p.

Candy, J. 2013. Quantifying genetic variation in southern BC Chinook Salmon. Presentation during Pre-COSEWIC workshop held on Feb 6, 2013.

Candy J.R., J.R. Irvine, C.K. Parken, S.L. Lemke, R.E. Bailey, M. Wetklo et K. Jonsen. 2002. A discussion paper on possible new stock groupings (Conservation Units) for Fraser River Chinook Salmon. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2002/085.

Carl, L.M. 1982. Natural reproduction of Coho Salmon and Chinook Salmon in some Michigan streams. N. Am. J. Fish. Manage. 2:375-380.

Cavalli-Sforza, L.L. et W.F. Edwards. 1967. Phylogenetic analysis models and estimation procedures. Am. J. Hum. Genet., 19, 233-257.

Chapman, D.W. et T.C. Bjornn. 1969. Distribution of salmonids in streams, with special reference to food and feeding, p. 153-176. In: T.G. Northcote (ed.). Symposium on Salmon and Trout in Streams. H.R. MacMillan Lectures in Fisheries. Institute of Fisheries, University of British Columbia, Vancouver, BC. 388 p.

Chilcote, M. W., K.W. Goodson et M.R Falcy. 2011. Reduced recruitment performance in natural populations of anadromous salmonids associated with hatchery-reared fish. Journal of the Fisheries Board of Canada, 68(3), 511-522.

Clarke, C. N., D.J. Fraser et C.F. Purchase. 2016. Lifelong and carry-over effects of early captive exposure in a recovery program for Atlantic salmon (Salmo salar). Animal Conservation, 19(4).

Chasco, B., I. C. Kaplan, A. Thomas, A. Acevedo-Gutiérrez, D. Noren, M.J. Ford, M. Bradley Hanson, J. Scordino, S. Jeffries, S. Pearson, K. N. Marshall et E. J. Ward. 2017. Estimates of Chinook Salmon consumption in Washington State inland waters by four marine mammal predators from 1970 to 2015. Journal of the Fisheries Board of Canada, 74(8), 1173-1194.

Christie, M.R., M.L. Marine, R.A. French et M.S. Blouin. 2012. Genetic adaptation to captivity can occur in a single generation. Proceedings of the National Academy of Sciences, 109(1), pp.238-242.

COSEWIC 2006. COSEWIC assessment and status report on the Chinook Salmon Oncorhynchus tshawytscha (Okanagan population) in Canada. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa. vii + 41 pp. (www.sararegistry.gc.ca/status/status_e.cfm). [Également disponible en français : COSEPAC. 2006. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le saumon chinook (Oncorhynchus tshawytscha) population de l’Okanagan, au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. viii + 46 p. (www.sararegistry.gc.ca/status/status_e.cfm).]

COSEWIC 2010. Appendix E7: COSEWIC Guidelines on Manipulated Populations. [Également disponible en français : COSEPAC. 2010. Annexe E7 : Lignes directrices du COSEPAC concernant les populations manipulées.]

COSEWIC ATK Subcommittee. 2014. ATK Assessment Report on Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) in Canada for Vancouver Island, Sunshine Coast, and Fraser River [Revised]. Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada. Ottawa ON.

COSEWIC. 2015. COSEWIC Report on Proposed Designatable Units for Chinook Salmon Oncorhynchus tshawytcsha in Southern British Columbia.

Cullon, D. L., M.B. Yunker, C. Alleyne, N.J. Dangerfield, S. O’Neill, M.J. Whiticar et P.S. Ross. 2009. Persistent organic pollutants in Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha): Implications for resident killer whales of British Columbia and adjacent waters. Environmental Toxicology and Chemistry, 28(1), 148-161.

d’Eon-Eggertson, N.K. Dulvy et R.M. Peterman. 2014. Reliable identification of declining populations in an uncertain world. Conservation Letters doi: 10.1111/conl.12123.

Dahlberg, M. et D. Phinney. 1967. The use of adipose fin pigmentation for distinguishing between juvenile Chinook Salmon and Coho Salmon in Alaska. Journal of the Fisheries Research Board of Canada, 24(1), 209-210.

Dahlberg, M.L. 1982. Report of incidence of codedwire tagged salmonids in catches of foreign commercial and research vessels operating in the North Pacific Ocean and Bering Sea during 19801982. (Submitted to annual meeting International North Pacific Fisheries Commission, Tokyo, Japan, November 1982.) Auke Bay Laboratory, Northwest and Alaska Fisheries Center, National Marine Fisheries Service, Auke Bay, AK. 11p.

Dahlberg, M.L. et S. Fowler. 1985. Report of incidence of coded-wire-tagged salmonids in catches of foreign commercial and research vessels operating in the North Pacific Ocean and Bering Sea during 1984-85. (Submitted to annual meeting International North Pacific Fisheries Commission, Tokyo, Japan, November 1985.) Auke Bay Laboratory, Northwest and Alaska Fisheries Center, National Marine Fisheries Service, Auke Bay, AK. 16 p.

Dahlberg, M.L., P.P. Thrower et S. Fowler. 1986. Incidence of coded-wire-tagged salmonids in catches of foreign commercial and research vessels operating in the North Pacific Ocean and Bering Sea in 1985-1986. (Submitted to annual meeting International North Pacific Fisheries Commission, Anchorage, Alaska, November 1986.) Auke Bay Laboratory, Northwest and Alaska Fisheries Center, National Marine Fisheries Service, Auke Bay, AK. 26 p.

de Mestral Bezanson, L., M.J. Bradford, S. Casley, K. Benner, T. Pankratz et M. Porter. 2012. Evaluation of Fraser River Sockeye Salmon (Oncorhynchus nerka) spawning distribution following COSEWIC and IUCN Redlist guidelines. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2012/064. v + 103 p.

Dery, S.J., M.A. Hernandez-Henriquez, P.N. Owens, M.W. Parkes et E. L. Petticrew. 2012. A century of hydrological variability and trends in the Fraser River Basin. Environmental Research Letters. 7: 0204019 (10 pp).

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2005a. Canada’s Policy for Conservation of wild Pacific Salmon. Fisheries and Oceans Canada, 401 Burrard Street, Vancouver, BC V6C 3S4. p. 49+v. [Également disponible en français : MPO (Pêches et Océans Canada). 2005a. La politique du Canada pour la conservation du saumon sauvage du Pacifique. Pêches et Océans Canada, 401 Burrard Street, Vancouver, C.-B. V6C 3S4. p. 49+v.]

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2005b (ébauche). Evaluation of Hatchery Practices in the Salmonid Enhancement Program (SEP) based on System Wide Recommendations from the Hatchery Reform Project for Puget Sound and Coastal Washington. Fisheries and Oceans Canada; Oceans, Habitat and Enhancement Branch, Pacific Region.

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2005c (ébauche). Operational Guidelines for Pacific Salmon Hatcheries. Fisheries and Oceans Canada, Salmonid Enhancement Program. Pacific Region.

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2008. Aquatic Species at Risk - Chinook Salmon (Okanagan population). Site Web : http://www.dfo-mpo.gc.ca/species-especes/species-especes/ChinookSalmon-saumonquinnat-eng.htm [consulté le 8 avril 2014]. [Également disponible en français : MPO (Pêches et Océans Canada). 2008. Espèces aquatiques en péril - Saumon Quinnat (population de l’Okanagan). Site Web : http://www.dfo-mpo.gc.ca/species-especes/species-especes/ChinookSalmon-saumonquinnat-fra.htm.]

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2012 (ébauche). SEP Production Planning: A Framework. Fisheries and Oceans Canada, Salmonid Enhancement Program. Pacific Region, Vancouver, BC.

DFO (Fisheries and Oceans Canada) 2013a. Review and update of southern BC Chinook Salmon conservation unit assignments. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Sci. Resp. 2013. [Également disponible en français : MPO (Pêches et Océans Canada) 2013a. Examen et mise à jour des désignations d’unités de conservation du saumon quinnat du sud de la Colombie-Britannique. Secr. can. de consult. sci. du MPO, Rép. des Sci. 2013/022.]

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2013b (ébauche). Biological Risk Management Framework for Enhancing Salmon in the Pacific Region. Fisheries and Oceans Canada, Vancouver, BC.

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2016. State of the Physical, Biological and Selected Fishery Resources of Pacific Canadian Marine Ecosystems in 2015 (No. 3179). (P. C. Chandler, S. A. King et R. I. Perry, Eds.) (pp. 1-240). Fisheries and Oceans Canada.

DFO (Fisheries and Oceans Canada). 2017. State of the Physical, Biological and Selected Fishery Resources of Pacific Canadian Marine Ecosystems in 2016 (No. 3225). (P. C. Chandler, S. A. King et J. Boldt, Eds.) (pp. 1-251). Fisheries and Oceans Canada.

Diewart, R. 2007. Habitat requirements for ten Pacific salmon life-history strategies. Données inédites. Prepared for Heather Stalberg, WSP Habitat Strategy Coordinator, Fisheries and Oceans Canada, Habitat and Enhancement Branch, Kamloops, BC.

Di Lorenzo, E. et N. Mantua. 2016. Multi-year persistence of the 2014/15 North Pacific marine heatwave. Nature Climate Change, 6(11), pp. 1042-1047.

Dorner, B., M.J. Catalano et R.M. Peterman. 2017. Spatial and temporal patterns of covariation in productivity of Chinook Salmon populations of the Northeastern Pacific. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, cjfas-2017-0197.

Ducommun, G. 2013. ATK Source Report on Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) (Vancouver Island, Sunshine Coast, and Fraser River populations) in Canada. Prepared for Aboriginal Traditional Knowledge Sub-Committee of the Committee on the Status of Endangered Wildlife in Canada.

Dunford, W.E. 1975. Space and food utilization by salmonids in marsh habitats of the Fraser River estuary. Mémoire de maîtrise ès sciences. University of British Columbia, Vancouver, BC. 81 p.

Dunmall, K.M., J.D. Reist, E.C. Carmack, J.A. Babaluk, M.P Heide-Jørgensen et M.F. Docker. 2013. Pacific salmon in the Arctic: harbingers of change. Responses of Arctic Marine Ecosystems to Climate Change. Alaska Sea Grant, University of Alaska Fairbanks, pp. 141-160.

Einum, S., A.P. Hendry et I.A. Fleming. 2002. Egg-size evolution in aquatic environments: does oxygen availability constrain size? Proceedings. Biological Sciences / the Royal Society, 269(1507), 2325-2330.

English, K.K., D. Peacock et B. Spilsted. 2006. North and central coast core stock assessment program for salmon. Prepared by LGL Limited for the Pacific Salmon Foundation and Fisheries and Oceans Canada. 78 pp.

English, K. K., R.E. Bailey et D. Robichaud. 2007. Assessment of Chinook Salmon returns to the Fraser River watershed using run reconstruction techniques, 1982-04. Research Document 2007/020. Fisheries and Oceans Canada-Canadian Science Advisory Secretariat. pp. 1-84.

Everest, F.H. et D.W. Chapman. 1972. Habitat selection and spatial interaction by juvenile Chinook Salmon and Steelhead trout in two Idaho streams. J. Fish. Res. Board Can. 29:91-100.

Fabry V. J., B. A. Seibel, R. A. Feely et J. C. Orr. 2008. Impacts of ocean acidification on marine fauna and ecosystem processes. ICES Journal of Marine Science 65: 414-432.

Farley, E.V., J.H. Moss et R.J. Beamish. 2007. A review of the critical size, critical period hypothesis for juvenile Pacific salmon. North Pacific Anadromous Fish Commission Bulletin 4: 311-317.

Fedorenko, A.Y. et B.G. Shepherd. 1986. Review of Salmon Transplant Procedures and Suggested Transplant Guidelines. Salmonid Enhancement Program, Department of Fisheries and Oceans, Vancouver British Columbia. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci. No. 1479. 144 p.

Felsenstein, J. 2004. PHYLIP (Phylogeny Inference Package) version 3.6. Distributed by the author. Department of Genome Sciences, University of Washington, Seattle.

Ferrari, M.R., J.R. Miller et G.L. Russell. 2007. Modelling changes in summer temperature of the Fraser River during the next century. Journal of Hydrology 342: 336-346.

Ford, J.K.B. et G.M. Ellis. 2005. Prey selection and food sharing by fish-eating ‘resident’ killer whales (Orcinus orca) in British Columbia. Can. Sci. Advisory Secretariat. Res. Doc. 2005/041. Fisheries and Oceans Canada, Pacific Biological Station, Nanaimo, B.C. (Site Web : http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas).

Ford, J.K.B. et G.M. Ellis. 2006. Selective foraging by fish-eating killer whales Orcinus orca in British Columbia. Marine Ecology Progress Series 316:185-199.

Ford, J.K.B. et Olesiuk, P.F. 2010. Hypothesis: Predation by marine mammals is an important contributor to the Fraser Sockeye Salmon situation. Summary of presentation at the Workshop on the Decline of Fraser River Sockeye Salmon, 15-17 June 2010, Nanaimo, B.C.

Ford, M., A. Murdoch et S. Howard, S. 2012. Early male maturity explains a negative correlation in reproductive success between hatchery-spawned salmon and their naturally spawning progeny. Conservation Letters, 5(6), 450-458.

Ford, M.J., J. Hempelmann, M.B. Hanson, K.L. Ayres, R.W. Baird, C.K. Emmons, J.I. Lundin, G.S. Schorr, S.K. Wasser et L.K. Park. 2016. Estimation of a killer whale (Orcinus orca) population’s diet using sequencing analysis of DNA from feces. Plos one, 11(1), p.e0144956.

Fraser D.J., Starr, P.J. et A.Y. Federenko. 1982. A review of Chinook Salmon and Coho Salmon of the Fraser River. Canadian Technical Report of Fisheries and Aquatic Sciences 1125.

Gardner, J., D.L. Peterson, A. Wood et V. Maloney. 2004. Making Sense of the Debate about Hatchery Impacts: Interactions Between Enhanced and Wild Salmon on Canada’s Pacific Coast. Pacific Fisheries Resource Conservation Council. 187 pp.

Goodman, D. 1975. A synthesis of the impacts of proposed expansion of the Vancouver International Airport and other developments on the fisheries resources of the Fraser River estuary. Vol. I and II, Section II. In: Fisheries resources and food web components of the Fraser River estuary and an assessment of the impacts of proposed expansion of the Vancouver International Airport and other developments on these resources. Prepared by Department of Environment, Fisheries and Marine Service. Environment Canada, Vancouver, BC.

Goudet, J., Raymond, M., de Meeus, T. et Rousset, F., 1996. Testing differentiation in diploid populations. Genetics 144: 1931-1938.

Groot, C. et L. Margolis eds., 1991. Pacific salmon life histories. UBC press.

Guimond, E. 2008. Puntledge River impoundment and diversion dam fishway assessment 2007. Prepared for Comox Valley Project Watershed Society. 21 pp.

Gustafson R.G., W.H. Lenarz, B.B. McCain, C.C. Schmitt, W.S. Grant, T.L. Builder et R.D. Methot. 2000. Status review of Pacific Hake, Pacific Cod, and Walleye Pollock from Puget Sound,Washington. U.S. Dept. Commer., NOAA Tech. Memo. NMFS-NWFSC- 44, 275 p.

Hallock, R.J., D.H. Fry, Jr. et D.A. LaFaunce. 1957. The use of wire fyke traps to estimate the runs of adult salmon and Steelhead Salmon in the Sacramento River. Calif. Fish Game 43:271-298.

Hankin, D.G., J.H. Clark, R.B. Deriso, J.C. Garza, G.S. Morishima, B.E. Riddell, C. Schwarz et J.B. Scott. 2005. Report of the Expert Panel on the Future of the Coded Wire Tag Program for Pacific Salmon. PSC Tech. Rep. No. 18, November 2005. 300 p (includes agency responses as appendices).

Hanson, M. B., R.W. Baird, J.K.B. Ford, J. Hempelmann-Halos, D.M. Van Doornik, J.R. Candy, C.K. Emmons, G.S. Schorr, B. Gisborne, K.L. Ayres, S. K. Wasser, K.C. Balcomb, K. Balcomb-Bartok, J.G. Sneva et M.J. Ford 2010. Species and stock identification of prey consumed by endangered southern killer whales in their summer range. Endangered Species Research 11: 69-82.

Hart, J.L. 1973. Pacific fishes of Canada. Bull. Fish. Res. Board Can. 180:740 p.

Harvell, C.D., C.E. Mitchell, J.R. Ward, S. Altizer, A.P. Dobson, R.S. Ostfeld et M.D. Samuel. 2002. Climate warming and disease risk for terrestrial and marine biota. Science 296: 2158-2162 plus Supplemental material.

Healey, M.C. 1980a. The ecology of juvenile salmon in Georgia Strait, British Columbia, p. 203-229. In: W.J. McNeil et D.C. Himsworth (eds.). Salmonid ecosystems of the North Pacific. Oregon State University Press, Corvallis, OR.

Healey, M.C. 1980b. Utilization of the Nanaimo River estuary by juvenile Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha. Fish. Bull, (u.s.) 77:653-668.

Healey, M.C. 1982. Catch, escapement, and stock-recruitment for British Columbia Chinook Salmon since 1951. Canadian Technical Report of Fisheries and Aquatic Sciences 1107.

Healey, M.C. 1983. Coastwide distribution and ocean migration patterns of stream- and ocean-type Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha. Canadian Field-Naturalist 97(4): 427-433.

Healey, M.C. 1991. Life history of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha). Pages 311-394 in C. Groot and L. Margolis, editors. Pacific Salmon Life Histories. University of British Columbia Press, Vancouver, B.C.

Healey. M.C. 2001. Patterns of gametic investment by female stream- and ocean-type Chinook Salmon. Journal of Fish Biology 58: 1545-1556.

Healey, M.C. et C. Groot. 1987. Marine migration and orientation of ocean-type Chinook Salmon and Sockeye Salmon. Am. Fish. Soc. Symp. 1:2998-312.

Healey, M.C. et F.P. Jordan. 1982. Observations on juvenile Chum Salmon and Chinook Salmon and spawning Chinook Salmon in the Nanaimo River, British Columbia, during 1975-1981. Canadian Manuscript Report of Fisheries and Aquatic Science. 1659: 1-31.

Healey, M.C et W.R. Heard. 1984. Inter- and intra-population variation in the fecundity of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) and its relevance to life-history theory. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 41:476-483.

Heard, W.R., E. Shevlyakov, O.V. Zikunova et R.E. McNicol. 2007. Chinook Salmon - trends in abundance and biological characteristics. North Pacific Anadromous Fish Commission. Bulletin No. 4: 77-91.

Hertz, E., M. Trudel, R. El-Sabaawi, S. Tucker, J.F. Dower, T.D. Beacham, A. Edwards et A. Mazumder. 2016a. Hitting the moving target: modelling gradual ontogenetic niche shifts using stable isotopes. J. Anim. Ecol. 85: 681-691.

Hertz, E., M. Trudel, R. El-Sabaawi, S. Tucker, J.F. Dower, T.D. Beacham, C. Parken, D. Mackas et A. Mazumder. 2016b. Influences of ocean conditions and feeding ecology on the survival of juvenile Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha). Fish. Oceanogr. 25: 407-419.

Hillman, T.W., J.S. Griffith et W.S. Platts. 1987. Summer and winter habitat selection by juvenile Chinook Salmon in a highly sedimented Idaho stream. Trans. Am. Fish. SOC. 116: 185-195.

Hoekstra, J. M., K. K. Bartz, M. H. Ruckelshaus, J. M. Moslemi et T. K. Harms. 2007. Quantitative threat analysis for management of an imperiled species-Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha). Ecological Applications, 17:2061-2073.

Holsman, K.K., M.D. Scheuerell, E.R. Buhle et R. Emmett. 2012. Interacting effects of translocation, artificial propagation, and environmental conditions on the marine survival of Chinook Salmon from the Columbia River, Washington, U.S.A. Conservation Biology 26: 912-922.

Holt, C.A. et Ogden, A., 2013. Software for Assessing Status of Conservation Units under Canada’s Wild Salmon Policy: Instruction Manual, Nanaimo, Canada.

Holtby, L.B. et K.A. Ciruna. 2007. “Conservation Units for Pacific Salmon Under the Wild Salmon Policy”. Vol. 3848.

HSRG (Hatchery Scientific Review Group). April 2004. Hatchery Reform: Principles and Recommendations of the HSRG. 1305 Fourth Avenue, Suite 810, Seattle, WA 98101 (Site Web : www.hatcheryreform.org).

Irvine, J.R. 1986. Effects of varying discharge on the downstream movement of salmon fry, (Oncorhynchus tshawytscha) Walbaum. J. Fish Biol. 28:17-28

Irvine, J. R., E. Linn, K. Gillespie, J.D. Reist et C. McLeod. 2009. Pacific Salmon in Canada’s Arctic Draining rivers, With Emphasis on Those in British Columbia and the Yukon (pp. 1-32). Pacific Fisheries Resource Conservation Council.

Irvine, J.R. et Crawford, W.R. 2012. State of the physical biological, and selected fishery resources of Pacific Canadian marine ecosystems in 2011. DFO Can. Sci. Advis. Sec.Res. Doc. 2012/072.

IUCN 2009. Salmon and Climate Change: Fish in Hot Water. International Union for the Conservation of Nature Salmon (IUCN) SSC Salmonid Specialist Group, 4 p.

IUCN 2014. IUCN Red List of Threatened Species. Version 2014.1. www.iucnredlist.org (téléchargée le 2 juillet 2014).

Johnson, J., T. Johnson et T. Copeland. 2012. Defining life histories of precocious male parr, minijack, and jack Chinook Salmon using scale patterns. Transactions of the American Fisheries Society, (141), 1545-1556.

Kapoor, B.G. et B. Khanna. 2004. Ichthyology Handbook. Pages 137-140, Springer. ISBN 978-3-540-42854-1.

Keefer, M.L., C.C. Caudill, C.A. Peery et C.T. Boggs. 2008. Non-direct homing behaviours by adult Chinook Salmon in a large, multi-stock river system. Journal of Fish Biology 72: 27-44.

Kjelson, M.A., P.P. Raquel et F.W. Fisher. 1981. Influences of freshwater inflow on Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) in the Sacramento-San Joaquin estuary, p. 88-102. In: R.D. Cross et D.L. Williams (eds.). Proceedings of the National Symposium on Freshwater Inflow to Estuaries, U.S. Fish Wildl. Serv. Biol. Serv. Prog. Fws/OBS-81/04(2).

Kilduff, D.P., E. Di Lorenzo, L.W. Botsford et S.L. Teo. 2015. Changing central Pacific El Niños reduce stability of North American salmon survival rates. Proceedings of the National Academy of Sciences, 112(35), pp.10962-10966.

Kjelson, M.A., P.P. Raquel et F.W. Fisher. 1982. Life history of fall-run juvenile Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha, in the Sacramento-San Joaquin estuary, California, p. 393-411. In: V.S. Kennedy (ed.). Estuarine comparisons. Academic Press, New York, NY.

Komori, V. 1997. Strategic fisheries overview for the Bridge/Seton Habitat Management Area. Prepared for the Fraser River Action Plan, Fisheries and Oceans Canada. 88 pp. + appendices.

Lehnert, S.J., T.E. Pitcher, R.H. Devlin et D.D. Heath. 2016. Red and white Chinook Salmon: genetic divergence and mate choice. Molecular Ecology, 25(6), 1259-1274.

Leitritz, E. et R.C. Lewis. 1976. Trout and salmon culture. California Department of Fish and Game, Fish Bull, Sacramento, CA.

Levings, C.D. 1982. Short term use of a low tide refuge in a sandflat by juvenile Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha, Fraser River estuary. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci. 1111:33 p.

Levy, D.A. et T.G. Northcote. 1981. The distribution and abundance of juvenile salmon in marsh habitats of the Fraser River estuary. Westwater Res. Cent. Univ. Br. Col. Tech. Rep. 25:117 p.

Levy, D.A. et T.G. Northcote. 1982. Juvenile salmon residency in a marsh area of the Fraser River estuary. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 39:270-276.

Levy, D.A., T.G. Northcote et G.J. Birch. 1979. Juvenile salmon utilization of tidal channels in the Fraser River estuary, British Columbia. Westwater Res. Cent. Univ. Br. Col. Tech. Rep. 23: 70p.

Lister, D.B. et C.E. Walker. 1966. The effect of flow control on freshwater survival of Chum Salmon, Coho Salmon, and Chinook Salmon in the Big Qualicum River. Can. Fish Cult. 37:3-25.

Lister, D.B., C.E. Walker et M.A. Giles. 1971. Cowichan River Chinook Salmon escapements and juvenile production 1965-1967. Fish. Serv. (Can.) Pac. Reg. Tech. Rep. 1971-3: 8 p.

Luedtke, W. 2019. Correspondance par courriel. Chef de secteur, Stock de la côte Sud, Division de l’évaluation, Pêches et Océans Canada, 3225 Stephenson Point Road, Nanaimo (Colombie-Britannique) V9T 1K3, Canada.

MacKinlay, D.D., S. Lehmann, J. Bateman et R. Cook. 2004. Pacific salmon hatcheries in British Columbia. Pages 57-75 in M. J. Nickum, P. M. Mazik, J. G. Nickum et D. D. MacKinlay (eds.). Propagated fish in resource management. American Fisheries Society, Symposium 44, Bethesda, Maryland.

Magnusson, A. 2001. Survival rates of Coho Salmon and Chinook Salmon released from hatcheries on the US and Canadian coast 1972-1998, with respect to climate and habitat effects. Mémoire de maîtrise ès sciences, University Washington Scholl Fisheries Aquatic Sciences. 115 p.

Mains, E.M. et J.M. Smith. 1964. The distribution, size, time, and current preferences of seaward migrant Chinook Salmon in the Columbia and Snake rivers. Wash. Dep. Fish. Fish. Res. Pap. 2:5-43.

Major, R.L. et J.L. Mighell. 1969. Egg-to-migrant survival of spring Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) in the Yakima River, Washington. Fish. Bull. (u.s.) 67:347-359.

Major, R.L., J. Ito, S. Ito et H. Godfrey. 1978. Distribution and origin of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) in offshore waters of the North Pacific Ocean. Int. North Pac. Fish. Comm. Bull. 38:54 p.

Malick, M.J., S.P. Cox, F.J. Mueter, B. Dorner et R.M. Peterman. 2017. Effects of the North Pacific Current on the productivity of 163 Pacific salmon stocks. Fisheries Oceanography, 26(3), pp.268-281.

Manchester-Neesvig, J.B., K. Valters et W.C. Sonzogni. 2001. Comparison of polybrominated diphenyl ethers (PBDEs) and polychlorinated biphenyls (PCBs) in Lake Michigan salmonids. Environmental science and technology, 35(6), pp.1072-1077.

Mantua, N.J., S.R. Hare, Y. Zhang, J.M. Wallace et R.C. Francis. 1997. A Pacific interdecadal climate oscillation with impacts on salmon production. Bulletin of the American Meteorological Society 78: 1069-1079.

Master, L. L., D. Faber-Langendoen, R. Bittman, G. A. Hammerson, B. Heidel, L. Ramsay, K. Snow, A. Teucher et A. Tomaino. 2012. NatureServe Conservation Status Assessments: Factors for Evaluating Species and Ecosystem Risk. NatureServe, Arlington, VA.

McCullough, D.A. 1999. A review and synthesis of effects of alterations to the water temperature regime on freshwater life stages of salmonids with special reference to Chinook Salmon. U.S. EPA, Region 10, Seattle, WA.

McDowall, R.M. 1994. The origins of New Zealand’s Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha. Mar. Fish. Rev. 56: 1-7.

McGregor, E.A. 1922. Observations on the egg yield of Klamath River king salmon. Calif. Fish Game 8:160-164.

McGregor, E.A. 1923. A possible separation of the river races of king salmon in ocean-caught fish by means of anatomical characters. Calif. Fish Game 9:138-150.

McLeod, C.L. et J.P. O’Neil. 1983. Major range extensions of anadromous salmonids and first record of Chinook Salmon in the Mackenzie River drainage. Can. J. Zool. 61:2183-2184.

McPhail, J.D. 2007. The Freshwater Fishes of British Columbia. University of Alberta Press, lxxiv + 620 pp.

McPhail, J.D. et C.C. Lindsey. 1970. Freshwater fishes of northwestern Canada and Alaska. Bull. Fish. Res. Board. Can. 173:381p.

McPhail, J.D. et R. Carveth. 1994. Field key to the Freshwater Fishes of British Columbia. Province of British Columbia, Resources Inventory Committee.

McPhail, J.D. et Lindsey, C.C. 1986. Zoogeography of the freshwater fishes of Cascadia (the Columbia system and rivers north to the Stikine). Pages 615-637 In Hocutt, C.H. et E.O. Wiley eds. The zoogeography of North American freshwater fishes. John Wiley and Sons, New York.

Meehan, W.R. et D.B. Siniff. 1962. A study of the downstream migrations of anadromous fishes in the Taku River, Alaska. Trans. Am. Fish. Soc. 91:399-407.

Middleton, K.A. 2011. Factors affecting overwinter mortality and early marine growth in the first ocean year of juvenile Chinook Salmon in Quatsino Sound, British Columbia.

Miller K.M., A.D. Schulze, N. Ginther, S. Li, P.A. Patterson, A.P. Farrell et S.G. Hinch. 2009. Salmon spawning migration: metabolic shifts and environmental triggers. Comparative Biochemistry and Physiology, D: 75-89.

Mooney, H., A. Larigauderie, M. Cesario, T. Elmquist, O. Hoegh-Guldberg, S. Lavorel, G. M. Mace, M. Palmer, R. Scholes et T. Yahara 2009. Biodiversity, climate change, and ecosystem services. Current Opinion in Environmental Sustainability 1: 46-54.

Moore, S.K., V.L. Trainer, N.J. Mantua, M. S. Parker, E.A. Laws, L.C. Backer et L.E. Fleming. 2008. Impacts of climate variability and future climate change on harmful algal blooms and human health. Environmental Health 7 (Suppl 2): S4 (12 pg.).

Moran, P., D.J. Teel, M.A. Banks, T.D. Beacham, M.R. Bellinger, S.M. Blankenship et al. 2013. Divergent life-history races do not represent Chinook Salmon coast-wide: the importance of scale in Quaternary biogeography. Journal of the Fisheries Board of Canada, 70(3), 415-435.

Morrison, J., M.C. Quick et M.G.G. Foreman. 2002 Climate change in the Fraser River watershed: flow and temperature projections. Journal or Hydrology 263: 230-244.

Morley, R.B., A.Y. Fedorenko, H.T. Bilton et S.J. Lehmann. 1996. The effects of time and size at release on returns at maturity of Chinook Salmon from Quinsam River Hatchery, B.C., 1982 and 1983 releases. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci. 2105:88 p.

Moritz, C. 2002. Strategies to protect biological diversity and the evolutionary processes that sustain it. Systematic Biology 51(2): 238 - 254.

Morrison, J., M.C. Quick et M.G.G. Foreman. 2002 Climate change in the Fraser River watershed: flow and temperature projections. Journal or Hydrology 263: 230-244.

Mueter, F.J., B.J. Pyper et R.M. Peterman. 2002. Opposite effects of ocean temperature on survival rates of 120 stocks of Pacific salmon (Oncorhynchus spp.) in northern and southern areas. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 59: 456-463.

Mueter, F. J., B. J. Pyper et R. M. Peterman. 2005. Relationships between coastal ocean conditions and survival rates of northeast Pacific salmon at multiple lags. Transactions of the American Fisheries Society 134: 105-119.

Mundie, J.H. 1969. Ecological implications of the diet of juvenile Coho Salmon in streams, p. 135-152. In: T.G. Northcote (ed.). Symposium on Salmon and Trout in streams. H.R. MacMillan Lectures in- Fisheries. Institute of Fisheries, University of British Columbia, Vancouver, BC.

Murphy, M.L., J. Heifetz, J.F. Thedinga, S.W. Johnson et K.V. Koski. 1989. Habitat utilization by juvenile Pacific salmon (Oncorhynchus) in the glacial Taku River, southeast Alaska. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 46:1677-1685.

Myers, K.W., C.K. Harris, C.M. Knudsen, R.V. Walker, N.D. Davis et D.E. Rogers. 1987. Stock origins of Chinook Salmon in the area of the Japanese mothership salmon fishery. N. Am. J. Fish. Manag. 7:459-474.

Myers, J.M., R.G. Kope, G.J. Bryant, D. Teel, L.J. Lierheimer, T.C. Wainwright, W.S. Grand, F.W. Waknitz, K. Neely, S.T. Lindley et R.S. Waples. 1998. Status Review of Chinook Salmon from Washington, Idaho, Oregon and California. U.S. Dept. Commerce, NOAA. Tech. Memo. NMFS-NWFSC-35, 443 p.

Myers, K.W., R.V. Walker, N.D. Davis, J.A. Armstrong, W.J. Fournier, N.J. Mantua et J. Raymond-Yakoubian. 2010. Climate-ocean effects on Chinook Salmon. Arctic-Yukon Kuskokwim Sustainable Salmon Initiative, Project Final Product. SAFS-UW-1003. School of Aquatic and Fishery Sciences, University of Washington, Seattle, WA. Site Web : http://www.aykssi.org/project/climate-ocean-effects-on-chinook-salmon/ (consulté le 8 avril 2014).

Nandor, G.F., J.R. Longwill et D.L. Webb. 2010. Overview of the coded-wire tag program in the Greater Pacific Region of North America, in Wolf, K.S. et O’Neal, J.S., eds., PNAMP Special Publication: Tagging, Telemetry and Marking Measures for Monitoring Fish Populations-A compendium of new and recent science for use in informing technique and decision modalities: Pacific Northwest Aquatic Monitoring Partnership Special Publication 2010-002, chap. 2, p. 5 - 46.

National Wildlife Federation. 2002. Chinook Salmon. Site Web : http://www.nwf.org/Wildlife/Wildlife-Library/Amphibians-Reptiles-and-Fish/Chinook-Salmon.aspx (consulté le 11 avril 2014).

Neave, F. 1943. Diurnal fluctuations in the upstream migration of Coho Salmon and spring salmon. J. Fish. Res. Board Can. 6:158-163.

Neilson, J.D. et C.E. Banford. 1983. Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) spawner characteristics in relation to redd physical features. Can. J. Zool. 61:1524-1531.

Neilson, J.D. et G.H. Geen. 1981. Enumeration of spawning salmon from spawner residence time and aerial counts. Trans. Am. Fish. Soc. 110:554-556.

Netboy, A. 1958. Salmon of the Pacific Northwest. Fish vs. Dams. Binfords and Mort, Portland, OR, 119 p.

Nickelson, T. E. 1986. Influences of upwelling, ocean temperature, and smolt abundance on marine survival of Coho Salmon (Oncorhynchus kisutch) in the Oregon Production Area. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 43: 527-535.

Nickelson, T. 2003. The influence of hatchery Coho Salmon (Oncorhynchus kisutch) on the productivity of wild Coho Salmon populations in Oregon coastal basins. Journal of the Fisheries Board of Canada, 60(9), 1050-1056.

NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) Fisheries. 2014a. Pacific Salmonids: Major Threats and Impacts. Site Web : http://www.nmfs.noaa.gov/pr/species/fish/salmon.htm (consulté le 8 avril 2014).

NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) Fisheries. 2014b. Chinook Salmon (Onchorhynchus tshawytscha). Site Web : http://www.nmfs.noaa.gov/pr/species/fish/chinooksalmon.htm (consulté le 8 avril 2014).

NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration). NOAA National Centers for Environmental Information, State of the Climate: Global Climate Report for November 2017, publié en ligne en décembre 2017, consulté le 22 décembre 2017. Site Web : https://ncdc.noaa.gov/sotc/global/201711.

Northcote, T.G., N.T. Johnston et K. Tsumura. 1979. Feeding relationships and food web structure of lower Fraser River fishes. Westwater Res. Cent. Univ. Br. Col. Tech. Rep. 16:73 p.

Noyes, P.D., M.K. McElwee, H.D. Miller, B.W. Clark, L.A. Van Tiem, K.C. Walcott, K.N. Erwin et E.D. Levin. 2009. The toxicology of climate change: environmental contaminants in a warming world. Environment International 35: 971-986.

Olesiuk, P.F. 1993. Annual prey consumption by harbor seals (Phoca vitulina) in the Strait of Georgia, British Columbia. Fish. Bull. 91:491-515.

Olesiuk, P.F. 2010. An assessment of population trends and abundance of Harbour Seals (Phoca vitulina) in British Columbia. DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2009/105. vi + 157 p.

Olesiuk, P.F., G. Horonowitsch, G.M. Ellis, T.G. Smith, L. Flostrand et S. Warby. 1996. Predation by Harbour Seals (Phoca vitulina) on outmigrating salmon (Oncorhynchus spp.) fry and smolts in the lower Puntledge River, British Columbia. PSARC working paper S96-12. 112p.

Olesiuk, P. F., G. M. Ellis et J.K. Ford. 2006. Life History and Population Dynamics of Northern Resident Killer Whales (Ornicus orca) in British Columbia. Research Document 2005/045. pp. 1-81. DFO - Canadian Science Advisory Secretariat.

Olesiuk, P.F., S.J. Jeffries, M.M. Lance, A.W. Trites, P.J. Gearing, K. Miller-Saunders, A. Tabata, S.D. Riemer et D.M. Lambourn. 2010. Prey requirements and salmon consumption by Steller Sea Lions (Eumetopias jubatus) in southern British Columbia and Washington State. Unpubl. Draft working paper reviewed at National Marine Mammal Peer Review Committee meeting, November 2010, Mont Joli, QC.

Orr, J. C., V.J. Fabry, O. Aumont et al. 2005. Anthropogenic ocean acidification over the twenty-first century and its impact on calcifying organisms. Nature 437, 681-686.

Parken, C.K., J.R. Candy, J.R. Irvine et T.D. Beacham, T.D. 2008. Genetic and coded-wire results combine to allow more-precise management of a complex Chinook Salmon aggregate. North American Journal of Fisheries Management 28:328-340.

Pearcy, W.G. 1992. Ocean Ecology of North Pacific Salmonids. University of Washington Press, Seattle, WA.

Pearcy, W. G. et S. M. McKinnell. 2007. The ocean ecology of salmon in the northeast Pacific Ocean - man abridged history. American Fisheries Society Symposium 57: 7-30.

Perry, R. W., J. M. Plumb et C. W. Huntington. 2015. Using a laboratory-based growth model to estimate mass- and temperature-dependent growth parameters across populations of juvenile Chinook salmon. Transactions American Fisheries Society 144:331-336.

Peterman, R.M. 1987. Review of the components of recruitment of Pacific salmon. In: M. Dadswell, R. Klauda, C. Moffitt, R. Saunders, R. Rulifson et J.E. Cooper (eds.), Common Strategies of Anadromous and Catadromous Fishes, American Fisheries Society Symposium 1: 417-429.

Pike, R.G., K.E. Bennett, T.E. Redding, A.T. Werner, D.L. Spittlehouse, R.D. Moore, T.Q. Murdock, J. Beckers, B.D. Smerdon, D.D. Bladon, V.N. Foord, D.A. Campbell et P.J. Tschaplinski. 2010. In Compendium of forest hydrology and geomorphology in British Columbia. Pike, R.G., T.E. Redding, R.D. Moore, R.D. Winker et K.D. Bladon (eds.). Compendium of forest hydrology and geomorphology in British Columbia. B.C. Min. For. Range, For. Sci. Prog., Victoria, B.C. and FORREX Forum for Research and Extension in Natural Resources, Kamloops, B.C. Land Manag. Handb. 66. www.for.gov.bc.ca/hfd/pubs/Docs/Lmh/Lmh66.htm.

Plumb, J. M. et C. M. Moffitt. 2015. Re-estimating temperature-dependent consumption parameters in bioenergetics models for juvenile Chinook salmon. Transactions of the American Fisheries Society 144:323-330.

Plummer, Martyn. 2011. Jags. Sourceforge. http://mcmc-jags.sourceforge.net/.

Porszt, E.J., R.M. Peterman, N.K. Dulvy, A.B. Cooper et J.R. Irvine. 2012. Reliability of indicators of decline in abundance. Conservation Biology 26: 894-904.

Porter, M. et M. Nelitz. 2009. A future outlook on the effects of climate change on Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) habitats in the Cariboo-Chilcotin. Prepared by ESSA Technologies Ltd. for Fraser Salmon and Watersheds Program, B.C. Ministry ofmEnvironment, and Pacific Fisheries Resource Conservation Council.

Porter, M., S. Casley, D. Pickard, M. Nelitz et N. Ochoski. 2013. Southern Chinook Salmon Conservation Units: Habitat Indicators Report Cards. Report prepared by ESSA Technologies Ltd. for Fisheries and Oceans Canada.

Prakash, A. 1962. Seasonal changes in feeding of Coho Salmon and Chinook Salmon (spring) salmon in southern British Columbia waters. J. Fish. Res. Board Can. 19:851-866.

Preikshot, D., R.J. Beamish et C.M. Neville. 2013. A dynamic model describing ecosystem-level changes in the Strait of Georgia from 1960 to 2010. Progress in Oceanography, 115, pp.28-40.

Pritchard, A.L. et A.L. Tester. 1944. Food of spring and Coho Salmon in British Columbia. Bull. Fish. Res. Board Can. 65:23p.

PSC-CTC (Pacific Salmon Commission Joint Chinook Salmon Technical Committee). 1987. Data report of the CTC on unaccounted for sources of fishing associated mortalities of Chinook Salmon in west coast salmon fisheries. TCCHINOOK (87)-3. 14 pg. Vancouver, B.C.

PSC-CTC (Pacific Salmon Commission Joint Chinook Salmon Technical Committee). 2012a. 2012 Exploitation Rate Analysis and Model Calibration. Pacific Salmon Commission Report TCCHINOOK (12)-04. Vancouver, B.C.

PSC-CTC (Pacific Salmon Commission Joint Chinook Salmon Technical Committee). 2012b. 2012 annual report of the exploitation rate analysis and model calibration. Pacific Salmon Commission Report TCCHINOOK (12)-4, Vancouver, B.C.

PSC-CTC (Pacific Salmon Commission Joint Chinook Salmon Technical Committee). 2016. Special Report Investigation of Maturation-Rate Estimation Models and their Influence on PSC Chinook Salmon Model Abundance Indices. Pacific Salmon Commission Report No. TCCHINOOK (16)-1) (pp. 1-90). Vancouver, BC.

PSC-CTC (Pacific Salmon Commission Joint Chinook Salmon Technical Committee). 2017a. 2016 Exploitation Rate Analysis and Model Calibration Supplement Data Notebook. Pacific Salmon Commission Report TCCHINOOK (17)-01). 1-97, Vancouver, B.C.

PSC-CTC (Pacific Salmon Commission Joint Chinook Salmon Technical Committee). 2017b. Annual Report of Catch and Escapement for 2016. Pacific Salmon Commission Report TCCHINOOK (17)-2 (pp. 1-225), Vancouver, B.C.

Puget Sound Partnership Climate and Chinook Salmon Guidance (Version 1.0 September 2017), 32 p.

Pyper, B.J., F.J. Mueter et R.M. Peterman. 2005. Across-species comparisons of spatial scales of environmental effects on survival rates of Northeast Pacific salmon. Transactions of the American Fisheries Society 134(1): 86-104.

Quinn, T.P. 2005. The behavior and ecology of Pacific salmon and trout. Univ. Wash. Press. 278p.

Quinn, T.P. et S. Bloomberg. 1992. Fecundity of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) from the Waitaki and Rakaia rivers, New Zealand. New Z. J. Mar. and Freshwater Res. 26:429-434.

R Core Team. 2017. R: A language and environment for statistical computing. Vienna, Austria: R Foundation for Statistical Computing. Site Web : http://www.R-project.org.

Raymond, M. et F. Rousset. 1995. GENEPOP (version 1.2): population genetics software for exact tests and ecumenicism. J. Heredity, 86:248-249.

Raymond, H.L. 1968. Migration rates of yearling Chinook Salmon in relation to flows and impoundments in the Columbia and Snake rivers. Trans. Am. Fish. Soc. 97:356-359.

Raymond, H.L. 1988. Effects of hydroelectric development and fisheries enhancement on spring and summer Chinook Salmon and Steelhead Salmon in the Columbia River basin. North American Journal of Fisheries Management. 8:1-24.

Real, L.A. 1980. Fitness, uncertainty, and the role of diversification in evolution and behavior. Amer. Nat. 155:623-638.

Reid, G. 1961. Stomach content analysis of trollcaught king and Coho Salmon, southeastern Alaska, 1957-1958. u.s. Fish Wildl. Serv. Spec. Sci. Rep. Fish. 379:8 p.

Reimers, P.E. 1968. Social behaviour among juvenile fall Chinook Salmon. J. Fish. Res. Board Can. 25:2005-2008.

Reimers, P.E. 1971. The length of residence of juvenile fall Chinook Salmon in Sixes River, Oregon. Thèse de doctorat. Oregon State University, Corvallis, OR. 99 p.

Rensel, J.E., N. Haigh et T.J. Tynan. 2010. Fraser River Sockeye Salmon marine survival decline and harmful blooms of Heterosigma akashiwo. Harmful Algae 10:98-115.

Rich, W.H. 1925. Growth and degree of maturity of Chinook Salmon in the ocean. Bull. Bur. Fish. (U.S.) 41:15-90.

Rich, W.H. 1942. The salmon runs of the Columbia River in 1938. Fish. Bull. Fish Wildl. Serv. 50:101-147.

Richter A. et S.A. Kolmes. 2005. Maximum temperature limits for Chinook Salmon, Coho Salmon, and Chum Salmon, and Steelhead Trout in the Pacific Northwest. Rev. Fish. Sci. 13:23-49.

Ricker, W.E. 1972. Hereditary and environmental factors affecting certain salmonid populations. In: R. C. Simon et P. A. Larkin (eds.), The Stock Concept in Pacific Salmon. MacMillan Lectures in Fisheries, p. 27-160. Univ. B.C., Vancouver, B.C.

Riddell, B., M. Bradford, R. Carmichael, D. Hankin, R. Peterman et A. Wertheimer. 2013. Assessment of Status and Factors for Decline of Southern BC Chinook Salmon: Independent Panel’s Report. Prepared with the assistance of D.R. Marmorek and A.W. Hall, ESSA Technologies Ltd., Vancouver, B.C. for Fisheries and Oceans Canada (Vancouver. BC) and Fraser River Aboriginal Fisheries Secretariat (Merritt, BC). xxix + 165 pp. + Appendices.

Robinson, C.K., L.A. Lapi et E.W. Carter. 1982. Stomach contents of spiny dogfish (Squalus acanthias) caught near the Qualicum and Fraser rivers, April-May, 1980-1981. Can. MS Rep. Fish. Aquat. Sci. 1656:21 p.

Roseneau, M.L. 2014. Nearshore Habitat Utilization by Spawning Lake Char and Rearing Rainbow Trout in Shuswap, Little Shuswap and Mara Lakes (Manuscript Report for Fraser Basin Council) (pp. 1-130). British Columbia Institute of Technology Fish Wildlife and Recreation Program and rivers Institute.

Ruggerone, G.T. et B.A. Agler. 2010. AYK-Norton Sound Chinook Salmon growth and production. Arctic-Yukon-Kuskokwim Sustainable Salmon Initiative, Anchorage, AK.

Ruggerone, G.T. et J.L. Nielsen. 2009. A review of growth and survival of salmon at sea in response to competition and climate change. American Fisheries Society Symposium 70: 241-265.

Ruggerone, G.T. et J.R. Irvine. 2018. Numbers and Biomass of Natural‐and Hatchery‐Origin Pink Salmon, Chum Salmon, and Sockeye Salmon in the North Pacific Ocean, 1925-2015. Marine and Coastal Fisheries, 10(2), pp.152-168.

Ruff, C., J. Anderson, I. Kemp, N. Kendall, P. McHugh, A. Velez-Espino, C. Greene, M. Trudel, C. Holt, K. Ryding et K. Rawson. 2017. Salish Sea Chinook salmon exhibit weaker coherence in early marine survival trends than coastal populations. Fish. Oceanogr. 26: 625-637.

Sanderson, B.L., K.A. Barnas et M. M. Wargo Rub. 2009. Nonindigenous species of the Pacific Northwest: an overlooked risk to endangered species. Bioscience 59(3): 245-256.

Scheuerell, M.D. 2012. A hierarchical Bayesian model framework for evaluating the relative effects of environmental conditions on productivity of Chinook Salmon from the AYK region. Workshop Review Paper (document de travail inédit). In AYK SSI Chinook Salmon Synthesis Workshop, May 2-3, 2012. Arctic-Yukon-Kuskokwim Sustainable Salmon Initiative, Anchorage, AK.

Scheuerell, M.D., Zabel, R.W. et Sanford, B.P. 2009. Relating juvenile migration timing and survival to adulthood in two species of threatened Pacific salmon (Oncorhynchus spp.). Journal of Applied Ecology2 46: 983-990.

Schiefer, E., B. Menounos et R. Wheate. 2007. Recent volume loss of British Columbia glaciers, Canada. Geophysical Research Letters 34, L16503. 6 pg.

Schindler, D., C. Krueger, P. Bisson, M. Bradford, B. Clark, J. Conitz, K. Howard, M. Jones, J. Murphy, K. Myers, M. Scheuerell, E. Volk et J. Winton. 2013. Arctic-Yukon-Kuskokwim Chinook Salmon Research Action Plan: Evidence of Decline of Chinook Salmon Populations and Recommendations for Future Research. Prepared for the AYK Sustainable Salmon Initiative (Anchorage, AK). v + 70 pp. Site Web : http://www.aykssi.org/wp-content/uploads/AYK-SSI-Chinook Salmon-Salmon-Action-Plan-83013.pdf. (Consulté le 8 avril 2014).

Scott, W.B. et E.J. Crossman. 1973. Freshwater fishes of Canada. Bull. Fish. Res. Board Can. 184:1-966. [Également disponible en français : Scott, W.B. et E.J. Crossman. 1974. Poissons d’eau douce du Canada. Bull. Off. rech. pêch. Can. 184 : 1-1026.]

Scrivener, J. C., T.G. Brown et B.C. Andersen. 1994. Juvenile Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) Utilization of Hawks Creek, a Small and Nonnatal Tributary of the Upper Fraser River. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 51(5), 1139-1146.

Shelton, J.M. 1955. The hatching of Chinook Salmon eggs under simulated stream conditions. Prog. Fish-Cult.95:183-187.

Snyder, J.O. 1931. Salmon of the Klamath River, California. Calif. Fish Game Fish. Bull. 34:130 p.

Stahl, K., R.D. Moore, J.M. Shea, D. Hutchinson et A.J. Cannon. 2008. Coupled modelling of glacier and stream flow response to future climate scenarios. Water Resources Research 44 W02422: 13.

Stalberg, H.C., R.B. Lauzier, E.A. MacIsaac, M. Porter et C. Murray. 2009. Canada’s policy for conservation of wild pacific salmon: Stream, lake, and estuarine habitat indicators. Can. Man. Fish. Aquat. Sci. 2859: xiii + 135p.

Stearns, S.C. 1976. Life history tactics: a review of the ideas. Q. Rev. Biol. 51:3-47.

Stein, R.A., P.E. Reimers et J.D. Hall. 1972. Social interaction between juvenile Coho Salmon (Oncorhynchus kisutch) and fall Chinook Salmon (O. tshawytscha) in Sixes River, Oregon. J. Fish. Res. Board Can. 29:1737-1748.

Stephen, C., T. Stitt, J. Dawson-Coates et A. McCarthy. 2011. Assessment of the potential effects of diseases present in salmonid enhancement facilities on Fraser River Sockeye Salmon. Cohen Commission Tech. Rept. 1A: 180p. Vancouver, B.C. www.cohencommission.ca. [Également disponible en français : Stephen, C., T. Stitt, J. Dawson-Coates et A. McCarthy. 2011. Évaluation des effets possibles des maladies présentes dans les installations de mise en valeur des salmonidés sur le saumon rouge du fleuve Fraser. Rapport technique 1A, Commission Cohen : 230 p. Vancouver (Colombie-Britannique), www.cohencommission.ca.]

Stephenson, S.A., 2006. A review of the occurrence of Pacific salmon (Oncorhynchus spp.) in the Canadian Western Arctic. Arctic, pp. 37-46.

Su, Yu-Sung, M. Yajima. 2015. R2jags: Using R to Run ‘JAGS’. R package version 0.5-7. https://CRAN.R-project.org/package=R2jags

Sykes, G.E., C.J. Johnson et J.M. Shrimpton. 2009. Temperature and flow effects on migration timing of Chinook Salmon smolts. Transactions of the American Fisheries Society 138: 1252-1262.

Taylor, E.B. 1988. Adaptive variation in rheotactic and agonistic behavior in newly emerged fry of Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha, from ocean- and stream-type populations. Can. J. Fish. Aquat. Sci. 45:237-243.

Taylor, E.B. 1991. Behavioural interaction and habitat use in juvenile Chinook Salmon, Oncorhynchus tshawytscha, and Coho Salmon, O. kissutch, salmon. Animal Behaviour 42(5): 729-744.

Thomas, A.C., B.W. Nelson, M.M. Lance, B.E. Deagle et A.W. Trites. 2016. Harbour seals target juvenile salmon of conservation concern. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 74(6), pp. 907-921.

Tompkins, A., B. Riddell et D.A. Nagtegaal. 2005. A Biologically-based Escapement Goal for Cowichan River Fall Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha). DFO Can. Sci. Advis. Sec. Res. Doc. 2005/095. iii + 42 p.

Trudel, M. Comm. pers. 2017. Commentaires suivant l’examen provisoire. Juin 2017. Chercheur scientifique, Pêches et Océans Canada, St. Andrews (Nouveau-Brunswick).

Trudel, M. et E. Hertz. 2013. Recent advances in marine juvenile Pacific salmon research in North America. N. Pac. Anadr. Fish Comm. Tech. Rep, 9, pp. 11-20.

Trudel, M., J. Fisher, J. Orsi, J.F.T. Morris, M.E. Thiess, R.M. Sweeting, S. Hinton, E. Fergusson et D.W. Welch. 2009. Distribution and migration of juvenile Chinook Salmon derived from coded-wire tag recoveries along the continental shelf of western North America. Trans. Am. Fish. Soc.138: 1369-1391.

Trudel, M., K.R. Middleton, S. Tucker, M.E. Thiess, J.F.T. Morris, J.R. Candy, A. Mazumder et T.D. Beacham. 2012a. Estimating winter mortality in juvenile Marble River Chinook Salmon. NPAFC Doc. 1426. 14 pp. (Site Web : http://www.npafc.org).

Trudel, M., M.E. Thiess, S. Tucker, D. Mackas, R. Tanasichuk, S. Baillie, C. Parken, D. Dobson et B. Peterson. 2012b. Average ocean conditions for salmon on the west coast of Vancouver Island in 2011. pp. 79-82 In Irvine, J. et Crawford, W.R. (Eds). State of physical, biological, and selected fishery resources of Pacific Canadian marine ecosystems in 2011. Canadian Science Advisory Research Document 2012/072.

Tucker, S., M. Trudel, D.W. Welch, J.R. Candy, J.F.T. Morris, M.E. Thiess, C. Wallace et T.D. Beacham. 2011. Life history and seasonal stock-specific migration of juvenile Chinook Salmon. Trans. Am. Fish. Soc. 140:1101-1119.

Van Vleck, G.K., G. Deukmejian et D.N. Kennedy. 1988. Water Temperature Effects on Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) with Emphasis on the Sacramento River. A Literature Review. Prepared by G.L. Boles, Environmental Specialist IV.

Vedan, A. 2002. Traditional Okanagan environmental knowledge and fisheries management. Okanagan Nation Fisheries Commission, Westbank, B.C.

Vronskiy, B.B. 1972. Reproductive biology of the Kamchatka River Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha (Walbaum)). J. Ichthyol. 12:259-273.

Walker, P.J. et J.R. Winton. 2010. Emerging viral diseases of fish and shrimp. Veterinary Research 41: 24.

Walter, R.P., T. Aykanat, D.W. Kelly, J.M. Shrimpton et D.D. Heath. 2009. Gene flow increases temporal stability of Chinook Salmon (Oncorhynchus tshawytscha) populations in the Upper Fraser River, British Columbia, Canada. Journal of the Fisheries Board of Canada, 66(2), 167-176.

Waples, R.S., D.J. Teel, J.M. Myers et A.R. Marshall. 2004. Life-history divergence in Chinook Salmon: historic contingency and parallel evolution. Evolution 58:386-403.

Weber, E.D. et K.D. Fausch. 2003. Interactions between hatchery and wild salmonids in streams: differences in biology and evidence for competition. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Science 60: 1018-1036.

Weitkamp, L. 2010. Marine distributions of Chinook Salmon from the west coast of North America determined by coded-wire tag recoveries. Trans. Am. Fish. Soc. 139: 147-170.

Wertheimer, A.C. et M.L. Dahlberg. 1983. Report of the incidence of coded-wire tagged salmonids in catches of foreign commercial and research vessels operating in the North Pacific Ocean and Bering Sea during 1982-1983. (Submitted to annual meeting International North Pacific Fisheries Commission, Anchorage, Alaska, November, 1983.) Auke Bay Laboratory, Northwest and Alaska Fisheries Center, National Marine Fisheries Service, Auke Bay, AK. 14 p.

Wertheimer A.C., W. W. Smoker, J. Maselko et W. R. Heard. 2004. Does size matter: environmental variability, adult size, and survival of wild and hatchery Pink Salmon in Prince William Sound, Alaska. Reviews in Fish Biology and Fisheries 14(3): 321-334.

Westley, P. Comm. pers. 2017. Commentaires suivant l’examen provisoire. Juin 2017. Chargé de cours - pêches, University of Alaska, membre du Sous-comité de spécialistes des poissons marins du COSEPAC, Anchorage (Alaska).

Westley, P.A., T.P. Quinn et A.H. Dittman. 2013. Rates of straying by hatchery-produced Pacific salmon (Oncorhynchus spp.) and steelhead (Oncorhynchus mykiss) differ among species, life history types, and populations. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences, 70(5), pp. 735-746.

Williams, G.L. 1989. Coastal/Estuarine fish habitat description and assessment manual. Part I. Species/Habitat outlines. Prepared for DFO by G.L. Williams and Associates.

Withler, R.E., Bradford, M.J., Willis, D.M. et Holt, C. 2018. Genetically Based Targets for Enhanced Contributions to Canadian Pacific Chinook Salmon Populations. Department of Fisheries and Oceans Canadian Science Advisory Secretariat Research Document 2018/019. xii + 88 p.

Yancey, R.M. et F.V. Thorsteinson. 1963. The king salmon of Cook Inlet Alaska, U.S. Fish Wildl. Serv. Spec. Sci. Rep. Fish. 440:18 p.

Yates, D., H. Galbraith, D. Purkey, A. Huber-Lee, J. Sieber, J. West, S. Herrod-Julius et B. Joyce. 2008. Climate warming, water storage, and Chinook Salmon in California’s Sacramento Valley. Climate Change 91(304):335-350.

Yurk, H. et A.W. Trites. 2000. Experimental attempts to reduce predation by harbor seals on out-migrating juvenile salmonids. Transactions of the American Fisheries Society 129: 1360-1366.

Zimmerman, M.S., J.R. Irvine, M. O’Neill, J.H. Anderson, C.M. Greene, J. Weinheimer, M. Trudel et K. Rawson. 2015. Smolt survival patterns of wild and hatchery Coho Salmon in the Salish Sea. Mar. Coast. Fish. 7: 116-134.

Annexe 1. Qualité des données et tendances de l’influence naturelle proportionnelle (INP) par site pour chaque unité désignable.

Pour chacune des 12 UD visées dans la présente deuxième partie du rapport, l’annexe présente un graphique de la qualité des données à l’échelle du site (tous les sites) ainsi que de l’information sur l’INP, s’il y a lieu.

Qualité des données à l’échelle du site

Les images sur la qualité des données à l’échelle du site indiquent le niveau de mise en valeur (faible [« L » pour « low »] ou élevé [« H » pour « high »] et le type de site dans l’ensemble (persistant [« P »] ou données insuffisantes [« DD » pour « data deficient »]). Le type de site a été déterminé à l’aide du processus et des critères décrits dans la section « Activités et méthodes d’échantillonnage » du présent rapport. La qualité des données par année est décrite à l’aide des symboles affichés à la figure 51.

Figure 51, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

High quality escapement estimate = Estimation des échappées de haute qualité

Moderate quality escapement estimate = Estimation des échappées de moyenne qualité

Low quality escapement estimate = Estimation des échappées de faible qualité

Unknown qualité escapement estimate = Estimation des échappées de qualité inconnue

Gap fill = Comblement des lacunes

Other source = Autre source

Merged Sites = Sites fusionnés

High quality-Zero escapement = Haute qualité - Aucune échappée

Logical error = Erreur logique

Quality Filtered = Qualité filtrée

Figure 51. Définitions des symboles utilisés dans les figures illustrant la qualité des données à l’échelle du site fournies pour chaque UD.

Description longue

Légende définissant les symboles utilisés dans les figures sur la qualité des données à l’échelle des sites de chaque UD.

INP par site

L’influence naturelle proportionnelle (INP) est une mesure de l’effet des écloseries sur la population sauvage. L’INP spécifique au site au fil du temps est indiquée lorsque de telles données sont disponibles pour chaque UD. Les données proviennent des micromarques magnétisées codées (MMC) ou de marques thermiques.

UD 1

Figure 52, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-02: Boundary Bay_FA_0.3 = CK-02 : Baie Boundary_FA_0.3

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Campbell River = Rivière Campbell

Nicomekl River = Rivière Nicomekl

Serpentine River = Rivière Serpentine

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 52. UD 1 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; DD = données insuffisantes).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 1.

586 Rivière Campbell (Élevée) UD 1 / CK−02 / Baie Boundary_FA_0.3
Figure 53, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 53. INP de la rivière Campbell au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’influence naturelle proportionnelle (INP) de la rivière Campbell au fil du temps dans l’UD 1.

UD 6

Figure 54, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-07: Maria Slough_SU_0.3 = CK-07 : Lac Maria_SU_0.3

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Maria Slough = Lac (marécage) Maria

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 54. UD 6 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 6.

UD 13

Figure 55, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-14: South Thompson_SU_1.3 = CK-14 : Thompson Sud_SU_1.3

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Eagle river = rivière Eagle

Salmon river = rivière Salmon

Seymour river = rivière Seymour

Scotch River = Rivière Scotch

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 55. UD 13 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; DD = données insuffisantes).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 13.

46366 Rivière Eagle (Inconnue) UD 13 / CK−14 / Thompson Sud_SU_1.3
Figure 56, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 56. INP de la rivière Eagle au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Eagle au fil du temps dans l’UD 13.

46407 Rivière Salmon (Élevée) UD 13 / CK−14 / Thompson Sud_SU_1.3
Figure 57, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 57. INP de la rivière Salmon au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Salmon au fil du temps dans l’UD 13.

UD 15

Figure 58, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-17: Lower Thompson_SP_1.2 = CK-17 : Basse Thompson_SP_1.2

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Bonaparte River = Rivière Bonaparte

Coldwater River = Rivière Coldwater

Deadman River = Rivière Deadman

Louis Creek = Ruisseau Louis

Nicola River = Rivière Nicola

Spius Creek = Ruisseau Spius

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 58. UD 15 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 15.

46176 Rivière Nicola (Modérée) UD 15 / CK−17 / Basse Thompson_SP_1.2
Figure 59, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 59. INP de la rivière Nicola au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Nicola au fil du temps dans l’UD 15.

46186 Ruisseau Spius (Élevée) UD 15 / CK−17 / Basse Thompson_SP_1.2
Figure 60, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 60. INP du ruisseau Spius au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Spius au fil du temps dans l’UD 15.

46196 Rivière Coldwater (Élevée) UD 15 / CK−17 / Basse Thompson_SP_1.2
Figure 61, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 61. INP de la rivière Coldwater au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Coldwater au fil du temps dans l’UD 15.

46206 Rivière Bonaparte (Faible) UD 15 / CK−17 / Basse Thompson_SP_1.2
Figure 62, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 62. INP de la rivière Bonaparte au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Bonaparte au fil du temps dans l’UD 15.

46216 Rivière Deadman (Modérée) UD 15 / CK−17 / Basse Thompson_SP_1.2
Figure 63, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 63. INP de la rivière Deadman au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Deadman au fil du temps dans l’UD 15.

UD 18

Figure 64, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-20: Southern Mainland-Georgia Strait_FA_0.x = CK-20 : Zone continentale du sud - détroit de Georgia_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Cheakamus River = Rivière Cheakamus

Squamish River = Rivière Squamish

Ashlu Creek = Ruisseau Ashlu

Klite River = Rivière Klite

Mamquam River = Rivière Mamquam

Shovelnose Creek = Ruisseau Shovelnose

Tenderfoot Creek = Ruisseau Tenderfoot

Indian River = Rivière Indian

Lynn Creek = Ruisseau Lynn

Quatam River = Rivière Quatam

Richards Creek = Ruisseau Richards

Seymour River = Rivière Seymour

Skwawka River = Rivière Skwawka

Theodosia River = Rivière Theodosia

Angus Creek = Ruisseau Angus

Pender Harbour Creek = Ruisseau Pender Harbour

Roberts Creek = Ruisseau Roberts

Vancouver River = Rivière Vancouver

Wilson Creek = Ruisseau Wilson

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 64. UD 18 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 18.

UD 20

Figure 65, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-83: East Vancouver Island-Georgia Strait_SU_0.3 = CK-83 : Est de l’île de Vancouver - détroit de Georgia_SU_0.3

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Nanaimo River = Rivière Nanaimo

Puntledge River = Rivière Puntledge

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 65. UD 20 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 20.

51518 Rivière Nanaimo (Élevée) UD 20 / CK−83 / Est de l’île de Vancouver - détroit de Georgia_SU_0.3_SU_0.3
Figure 66, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 66. INP de la rivière Nanaimo au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Nanaimo au fil du temps dans l’UD 20.

53068 Rivière Puntledge (Élevée) UD 20 / CK−83 / Est de l’île de Vancouver - détroit de Georgia_SU_0.3_SU_0.3
Figure 67, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 67. INP de la rivière Puntledge au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Puntledge au fil du temps dans l’UD 20.

UD 21

Figure 68, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-21: East Vancouver Island-Goldstream_FA_0.x = CK-21 : Est de l’île de Vancouver - rivière Goldstream_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Goldstream River = Rivière Goldstream

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 68. UD 21 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 21 (CK-21).

Figure 69, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-22: East Vancouver Island-Cowichan et Koksilah_FA_0.x = CK-22 : Est de l’île de Vancouver - Cowichan et Koksilah_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Cowichan River = Rivière Cowichan

Mesachie Creek = Ruisseau Mesachie

Patricia Creek = Ruisseau Patricia

Robertson River = Rivière Robertson

Shaw Creek = Ruisseau Shaw

Koksilah River = Rivière Koksilah

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 69. UD 21 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site de recensement agrégé; DD = données insuffisantes).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 21 (CK-22).

Figure 70, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-25: East Vancouver Island-Nanaimo et Chemainus_FA_0.x = CK-25 : Est de l’île de Vancouver - Nanaimo et Chemainus_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Chemainus River = Rivière Chemainus

Nanaimo River = Rivière Nanaimo

Haslam Creek = Ruisseau Haslam

Napoleon Creek = Ruisseau Napoleon

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 70. UD 21 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé.

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 21 (CK-25).

Figure 71, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-27: East Vancouver Island-Qualicum et Puntledge_FA_0.x = CK-27 : Est de l’île de Vancouver - Qualicum et Puntledge_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Englishman River = Rivière Englishman

Little Qualicum River = Rivière Little Qualicum

Puntledge River = Rivière Puntledge

Qualicum River = Rivière Qualicum

Morrison Creek = Ruisseau Morrison

Oyster River = Rivière Oyster

Simms Creek = Ruisseau Simms

Tsable River = Rivière Tsable

Willow Creek = Ruisseau Willow

Black Creek = Ruisseau Black

Nanoose Creek = Ruisseau Nanoose

Rosewall Creek = Ruisseau Rosewall

Woods Creek = Ruisseau Woods

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 71. UD 21 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données. (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 21 (CK-27).

39984 Rivière Chemainus (Élevée) UD 21 / CK−25 / Est de l’île de Vancouver − Nanaimo et Chemainus_FA_0.x
Figure 72, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 72. INP de la rivière Chemainus au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Chemainus au fil du temps dans l’UD 21.

40023 Rivière Cowichan (Élevée) UD 21 / CK−22 / Est de l’île de Vancouver − Cowichan et Koksilah_FA_0.x
Figure 73, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 73. INP de la rivière Cowichan au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Cowichan au fil du temps dans l’UD 21.

51368 Rivière Qualicum (Élevée) UD 21 / CK−27 / Est de l’île de Vancouver − Qualicum et Puntledge_FA_0.x
Figure 74, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 74. INP de la rivière Qualicum au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Qualicum au fil du temps dans l’UD 21.

51388 Rivière Little Qualicum (Élevée) UD 21 / CK−27 / Est de l’île de Vancouver − Qualicum et Puntledge_FA_0.x
Figure 75, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 75. INP de la rivière Little Qualicum au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Little Qualicum au fil du temps dans l’UD 21.

51519 Rivière Nanaimo (Élevée) UD 21 / CK−25 / Est de l’île de Vancouver − Nanaimo et Chemainus_FA_0.x
Figure 76, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 76. INP de la rivière Nanaimo au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Nanaimo au fil du temps dans l’UD 21.

53069 Rivière Puntledge (Élevée) UD 21 / CK−27 / Est de l’île de Vancouver − Qualicum et Puntledge_FA_0.x
Figure 77, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 77. INP de la rivière Puntledge au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Puntledge au fil du temps dans l’UD 21.

UD 22

Figure 78, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Kingcome River = Rivière Kingcome

Phillips River = Rivière Phillips

Wakeman River = Rivière Wakeman

Ahnuhati River = Rivière Ahnuhati

Apple River = Rivière Apple

CK-28: Southern Mainland-Southern Fjords_FA_0.x = CK-28 : Sud de la partie continentale - fjords du sud_FA_0.x

Heydon Creek = Ruisseau Heydon

Kakweiken River = Rivière Kakweiken

Kwalate Creek = Ruisseau Kwalate

Orford River = Rivière Orford

Southgate River = Rivière Southgate

Stafford River = Rivière Stafford

Warner Bay Creek = Ruisseau Warner Bay

Ahta River = Rivière Ahta

Fanny Bay Creek = Ruisseau Fanny Bay

Glendale Creek = Ruisseau Glendale

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 78. UD 22 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données. Il est à noter que, à la suite d’un examen plus récent, Pêches et Océans Canada considère maintenant les rivières Kingcome et Wakeman comme ayant des données insuffisantes (P = site persistant; EX = site d’échantillonnage disparu; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 22.

50618 Rivière Phillips (Élevée) UD 22 / CK−28 / Sud de la partie continentale − fjords du sud_FA_0.x
Figure 79, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 79. INP de la rivière Phillips au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Phillips au fil du temps dans l’UD 22.

UD 23

Figure 80, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-29: East Vancouver Island-North_FA_0.x = CK-29 : Est de l’île de Vancouver - Nord_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Adam River = Rivière Adam

Campbell River = Rivière Campbell

Nimpkish River = Rivière Nimpkish

Quinsam River = Rivière Quinsam

Salmon River = Rivière Salmon

Eve River = Rivière Eve

Amos De Cosmos Creek = Ruisseau Amos De Cosmos

Cluxewe River = Rivière Cluxewe

Kokish River = Rivière Kokish

Menzies Creek = Ruisseau Menzies

Mohun Creek = Ruisseau Mohun

Warner Bay Creek = Ruisseau Warner Bay

Quatse River = Rivière Quatse

Tsitika River = Ruisseau Tsitika

White River = Rivière White

Drew Creek = Ruisseau Drew

Granite Bay Creek = Ruisseau Granite Bay

Mckercher Creek = Ruisseau Mckercher

Nahwitti River = Rivière Nahwitti

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 80. UD 23 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 23.

52718 Rivière Salmon (Élevée) UD 23 / CK−29 / Est de l’île de Vancouver − Nord_FA_0.x
Figure 81, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 81. INP de la rivière Salmon au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Salmon au fil du temps dans l’UD 23.

52918 Rivière Campbell (Élevé) DU23 / CK−29 / Est de l’île de Vancouver − Nord_FA_0.x
Figure 82, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 82. INP de la rivière Campbell au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Campbell au fil du temps dans l’UD 23.

52948 Rivière Quinsam (Élevée) UD 23 / CK−29 / Est de l’île de Vancouver − Nord_FA_0.x
Figure 83, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 83. INP de la rivière Quinsam au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Quinsam au fil du temps dans l’UD 23.

UD 24

Figure 84, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-31: West Vancouver Island-South_FA_0.x = CK-31 : Ouest de l’île de Vancouver - Sud_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Bedwell System = Système Bedwell

Clemens Creek = Ruisseau Clemens

Cypre River = Rivière Cypre

Megin River = Rivière Megin

Moyeha River = Rivière Moyeha

Nahmint River = Rivière Nahmint

Nitinat River = Rivière Nitinat

San Juan River = Rivière San Juan

Sarita River = Rivière Sarita

Somass-Sproat-Gc System = Système Somass-Sproat-GC

Sooke River = Rivière Sooke

Thornton Creek = Creek Thornton

Toquart River = Rivière Toquart

Tranquil Creek = Ruisseau Tranquil

Ayum Creek = Ruisseau Ayum

Charters River = Rivière Charters

Clayoquot River-Lower = Rivière Clayoquot-Cours inférieur

Clayoquot River-Upper = Rivière Clayoquot-Cours supérieur

De Mamiel Creek = Ruisseau De Mamiel

Drinkwater Creek = Ruisseau Drinkwater

Harris Creek = Ruisseau Harris

Kennedy River-Upper = Rivière Kennedy-Cours supérieur

Lens Creek = Ruisseau Lens

Renfrew Creek = Ruisseau Renfrew

Rocky Creek = Ruisseau Rocky

Sand River = Rivière Sand

Somass River = Rivière Somass

Carnation Creek = Ruisseau Carnation

Caycuse River = Rivière Caycuse

Cœur d’Alene Creek = Ruisseau Cœur d’Alene

Cous Creek = Ruisseau Cous

Effingham River = Rivière Effingham

Franklin River = Rivière Franklin

Gordon River = Rivière Gordon

Henderson Lake Creek = Ruisseau du lac Henderson

Ice River = Rivière Ice

Kennedy River-Lower = Rivière Kennedy-Cours inférieur

Klanawa River = Rivière Klanawa

Macktush Creek = Ruisseau Macktush

Mercantile Creek = Ruisseau Mercantile

Smith Creek = Ruisseau Smith

Sydney River = Rivière Sydney

Tofino Creek = Ruisseau Tofino

Warn Bay Creek = Ruisseau Warn Bay

Watta Creek = Ruisseau Watta

Atleo River = Rivière Atleo

Consinka Creek = Ruisseau Consinka

Doobah Creek = Ruisseau Doobah

Itatsoo Creek = Ruisseau Itatsoo

Maggie River = Rivière Maggie

Pipestem Creek = Ruisseau Pipestem

Snug Basin Creek = Ruisseau Snug Basin

Sugsaw Creek = Ruisseau Sugsaw

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Figure 84. UD 24 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 24.

3306 Système Somass−Sproat−Gc (Élevée) UD 24 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver − Sud_FA_0.x
Figure 85, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 85. INP du système Somass-Sproat-Great Central au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP du système Somass-Sproate-Great Central au fil du temps dans l’UD 24.

40153 Rivière Sooke (Élevée) UD 24 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver − Sud_FA_0.x
Figure 86, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 86. INP de la rivière Sooke au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Sooke au fil du temps dans l’UD 24.

40253 Rivière San Juan (Élevée) UD 24 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver − Sud_FA_0.x
Figure 87, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 87. INP de la rivière San Juan au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

LD : Graphique illustrant l’INP de la rivière San Juan au fil du temps dans l’UD 24.

40363 Rivière Nitinat (Élevée) UD 24 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver Island − Sud_FA_0.x
Figure 88, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 88. INP de la rivière Nitinat au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Nitinat au fil du temps dans l’UD 24.

40458 Rivière Sarita (Élevée) UD 24 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver − Sud_FA_0.x
Figure 89, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 89. INP de la rivière Sarita au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Sarita au fil du temps dans l’UD 24.

40618 Rivière Nahmint (Élevée) UD 4 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver − Sud_FA_0.x
Figure 90, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 90. INP de la rivière Nahmint au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Nahmint au fil du temps dans l’UD 24.

45190 Système Bedwell (Modérée) UD 24 / CK−31 / Ouest de l’île de Vancouver − Sud_FA_0.x
Figure 91, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 91. INP de la rivière Bedwell au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Bedwell au fil du temps dans l’UD 24.

UD 25

Figure 92, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-32: West Vancouver Island-Nootka et Kyuquot_FA_0.x = CK-32 : Ouest de l’île de Vancouver - Nootka et Kyuquo _FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Artlish River = Rivière Artlish

Conuma River = Rivière Conuma

Gold River = Rivière Gold

Kaouk River = Rivière Kaouk

Leiner River = Rivière Leiner

Tahsis River = Rivière Tahsis

Tahsish River = Rivière Taahsish

Zeballos River = Rivière Zeballos

Muchalat River = Rivière Muchalat

Oktwanch River = Rivière Oktwanch

Deserted Creek = Ruisseau Deserted

Amai Creek = Ruisseau Amai

Battle Bay River = Rivière Battle Bay

Canton Creek = Ruisseau Canton

Chamiss Creek = Ruisseau Chamiss

Chum Creek = Ruisseau Chum

Easy Creek = Ruisseau Easy

Espinosa Creek = Ruisseau Espinosa

Hoiss Creek = Ruisseau Hoiss

Kashutl River = Rivière Kashutl

Kauwinch River = Rivière Kauwinch

Kleeptee Creek = Ruisseau Kleeptee

Little Zeballos River = Rivière Little Zeballos

Malksope River = Rivière Malksope

Marvinas Bar Creek = Ruisseau Marvinas Bar

Mckay Cove Creek = Ruisseau Mckay Cove

Mooyah River = Rivière Mooyah

Narrowgut Creek = Ruisseau Narrowgut

Nasparti River = Rivière Nasparti

Ououkinsh River = Rivière Ououkinsh

Park River = Rivière Park

Sucwoa River = Rivière Sucwoa

Tlupana River = Rivière Tlupana

Tsowwin River = Rivière Tsowwin

Black Creek = Ruisseau Black

Cachalot Creek = Ruisseau Cachalot

Eliza East River = Rivière Eliza Est

Inner Basin River = Rivière Inner Basin

Kapoose Creek = Ruisseau Kapoose

Tatchu Creek = Ruisseau Tatchu

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Type = Type

Figure 92. UD 25 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé; EX = site d’échantillonnage disparu; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 25.

41328 Rivière Burman (Élevée) UD 25 / CK−32 / Ouest de l’île de Vancouver − Nootka et Kyuquot_FA_0.x
Figure 93, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 93. INP de la rivière Burman au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Burman au fil du temps dans l’UD 25.

41438 Rivière Conuma (Élevée) UD 25 / CK−32 / Ouest de l’île de Vancouver − Nootka et Kyuquot_FA_0.x
Figure 94, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 94. INP de la rivière Conuma au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Conuma au fil du temps dans l’UD 25.

41498 Rivière Leiner (Modérée) UD 25 / CK−32 / Ouest de l’île de Vancouver − Nootka et Kyuquot_FA_0.x
Figure 95, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 95. INP de la rivière Leiner au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Leiner au fil du temps dans l’UD 25.

41518 Rivière Tahsis (Élevée) UD 25 / CK−32 / Ouest Vancouver Island−Nootka et Kyuquot_FA_0.x
Figure 96, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 96. INP de la rivière Tahsis au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Tahsis au fil du temps dans l’UD 25.

41713 Rivière Zeballos (Élevée) UD 25 / CK−32 / Ouest de l’île de Vancouver − Nootka et Kyuquot_FA_0.x
Figure 97, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

PNI = INP

CWT = MMC

Thermal = Marques thermiques

Return Year = Année de montaison

Figure 97. INP de la rivière Zeballos au fil du temps. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « INP par site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données.

Description longue

Graphique illustrant l’INP de la rivière Zeballos au fil du temps dans l’UD 25.

UD 26

Figure 98, veuillez lire la description longue

Veuillez voir la traduction française ci-dessous :

CK-33: Southern Mainland-Southern Fjords_FA_0.x = CK-33 : Ouest de l’île de Vancouver - Nord_FA_0.x

Data_Stage3_Infill = Données_Étape3_Comblement

Return Year = Année de montaison

Marble River = Rivière Marble

Benson River = Rivière Benson

Cayeghle System = Système Cayeghle

East Creek = Ruisseau East

Goodspeed River = Rivière Goodspeed

Keith River = Rivière Keith

Klaskish River = Rivière Klaskish

Denad Creek = Ruisseau Denad

Klootchlimmis Creek = Ruisseau Klootchlimmis

Stephens Creek = Ruisseau Stephens

Enh level = Mise en valeur

popID = ID pop.

Figure 98. UD 26 - Qualité des données par site. Graphique fourni par Pêches et Océans Canada, voir la section « Qualité des données à l’échelle du site » de la présente annexe 1 pour aider à l’interprétation des données (P = site persistant; AGG = site d’échantillonnage agrégé; DD = données insuffisantes; DEL = relevé supprimé).

Description longue

Graphique illustrant la qualité des données à l’échelle des sites de l’UD 26.

Annexe 2. Calculateurs des menaces

Tableau d’évaluation des menaces - DU 15

Nom scientifique de l’espèce ou de l’écosystème :

Oncorhynchus tshawytscha - saumon chinook

Identification de l’élément :

UD 15 - Population de la Thompson inférieure, type fluvial, printemps

Date :

11/06/2014

Évaluateurs :

Brian O. Ma; modifié le 22 février 2017 durant l’atelier sur les calculateurs des menaces du COSEPAC et de l’UICN, avec Nicole Trouton, Greg Wilson, Jeff Grout, Cedar Morton, Carolyn Churchland, Richard Bailey, Marla Maxwell

Références :

Porter et al. (2013), Riddell et al. (2013), Brown et al. (2013), rapport pré-COSEPAC (en préparation)

Guide pour le calcul de l’impact global des menaces :

Comptes des menaces de niveau 1 selon l’intensité de leur impact

Tableau des scores

Impact des menaces

Maximum de la plage d’intensité

Minimum de la plage d’intensité

A

Très élevé

0

0

B

Élevé

1

0

C

Moyen

1

0

D

Faible

2

4

Impact global des menaces calculé :

Élevé

Moyen

Valeur de l’impact global attribuée :

BC = Modéré-élevé

Impact global des menaces - commentaires :

Durée d’une génération = un peu moins de 4 ans. Dans cette UD, les menaces les plus importantes sont les modifications de l’écosystème (mauvais taux de survie en mer à cause d’El Niño; mélange des eaux souterraines et du ruissellement et changement du moment et du volume d’eau de la fonte des neiges). Le taux de récolte a augmenté, tandis que le taux de survie en mer a diminué. Cependant, Riddell et al. (2013) notent que l’exploitation durable est fortement liée à la productivité des stocks; on ne possède pas d’estimations fiables de la productivité des stocks pour cette UD. Parmi les autres menaces moins problématiques, notons : les espèces envahissantes, les avalanches et glissements de terrain, les sécheresses et les températures extrêmes.

Tableau des menaces

No

Menace

Impact

Impact (calculé)

Portée (10 prochaines années)

Gravité (10 ans ou 3 générations)

Immédiateté

Commentaires

1

Développement résidentiel et commercial

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

1.1

Zones résidentielles et urbaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Le développement urbain est considéré comme faible dans la zone terrestre occupée par cette UD (0,2 %) (Porter et al., 2013). Ce taux d’urbanisation devrait se maintenir.

1.2

Zones commerciales et industrielles

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

1.3

Zones touristiques et récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

2

Agriculture et aquaculture

sans objet

Négligeable

Grande (31-70 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

2.1

Cultures annuelles et pérennes de produits autres que le bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Seul 0,4 % de la zone terrestre occupée par cette UD est agricole (Porter et al., 2013), et ce taux devrait se maintenir.

2.2

Plantations pour la production de bois et de pâte

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

2.3

Élevage de bétail

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

2.4

Aquaculture en mer et en eau douce

sans objet

Négligeable

Grande (31-70 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Les élevages de saumons atlantiques sont plutôt situés au nord de l’embouchure du Fraser, mais la plupart des saumons chinooks sauvages passent par ces élevages à un moment donné. Ainsi, la portée est grande. Les risques que pose la salmoniculture en parcs en filets ouverts pour les saumons chinooks sauvages sont considérés comme faibles dans la littérature, mais les données à ce sujet sont limitées (Riddell et al., 2013). La pisciculture continuera probablement de prendre de l’expansion, mais, dans cette catégorie, les répercussions proximales proviennent de la perte d’habitat causée par l’empreinte des élevages. La transmission des maladies et l’amélioration génétique sont abordées à la menace 8.3.

3

Production d’énergie et exploitation minière

sans objet

Inconnu

Petite (1-10 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

3.1

Forage pétrolier et gazier

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

3.2

Exploitation de mines et de carrières

sans objet

Inconnu

Petite (1-10 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Les mines couvrent 0 % de la surface terrestre (Porter et al., 2013), mais il pourrait y avoir certaines exploitations de placers non signalées. Mike Bradford recueillera plus d’information à ce sujet.

3.3

Énergie renouvelable

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

4

Corridors de transport et de service

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

4.1

Routes et voies ferrées

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Dans cette région, la densité du réseau routier est de 1,2 km/km2, et il y a 0,6 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons. Il s’agit de valeurs modérées si on les compare à celles d’autres UD du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique. La densité du réseau routier est présentée en dimension linéaire dans Porter et al. (2013). En supposant que chaque route a une largeur de 100 m (0,1 km), ce qui est une surestimation, moins de 1 % de la superficie terrestre est couverte par des routes. L’infrastructure routière existante devrait demeurer en place, mais les tendances de développement sont inconnues. Le plus important effet des routes sur cette UD est la pollution par le ruissellement (menace 9). Les routes elles-mêmes ne constituent pas un problème.

4.2

Lignes de services publics

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

4.3

Voies de transport par eau

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

4.4

Corridors aériens

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

5

Utilisation des ressources biologiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.1

Chasse et capture d’animaux terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

5.2

Cueillette de plantes terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

5.3

Exploitation forestière et récolte du bois

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

17,2 % de la forêt a été perturbée dans cette région (Porter et al., 2013). Il y aura certaines activités d’exploitation forestière dans le futur.

5.4

Pêche et récolte de ressources aquatiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Le taux d’exploitation total du saumon chinook dans le sud de la Colombie-Britannique a atteint de 25 à 50 % au cours des dernières années (depuis 1995) (Riddell et al., 2013). Des taux comparables devraient continuer dans un avenir prévisible. Il convient de mentionner que, bien que l’UICN juge l’impact très élevé, les niveaux d’exploitation sont généralement comparables à l’exploitation prévue au rendement maximum durable (RMD), et que tout chiffre inférieur à ce rendement est considéré comme durable. Cependant, puisqu’il n’y a aucun stock indicateur pour cette UD, le RMD n’a pas été estimé et il n’y a aucune mesure directe de l’exploitation totale. Tout au long de la migration, les individus de l’UD 15 doivent traverser des secteurs de pêche (p. ex. cours inférieur de la rivière Chilcotin) et rencontrent des filets de pêche.

6

Intrusions et perturbations humaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.1

Activités récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

6.2

Guerre, troubles civils et exercices militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

6.3

Travail et autres activités

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

7

Modifications des systèmes naturels

BD

Élevée-faible

Généralisée (71-100 %)

Élevée-légère (1-70 %)

Élevée (continue)

sans objet

7.1

Incendies et suppression des incendies

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

7.2

Gestion et utilisation de l’eau et exploitation de barrages

sans objet

Inconnu

Grande (31-70 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Selon Porter et al. (2013), 237,1 m3/ha d’eau sont alloués. Aucun barrage n’empêche les déplacements dans l’aire de cette UD. La perte du lac Sumas, l’endiguement et le creusement de fossés ont eu des conséquences importantes sur l’habitat du bas Fraser, par où les poissons de cette UD passent. Un nombre considérable de saumons chinooks dépendent de cet habitat (p. ex. croissance, hivernage), mais on ne sait pas combien sont touchés.

7.3

Autres modifications de l’écosystème

BD

Élevée-faible

Généralisée (71-100 %)

Élevée-légère (1-70 %)

Élevée (continue)

15,4 % de la zone riveraine de cette UD a été perturbée (Porter et al., 2013). Les juvéniles de ce stock migrent le long de la côte jusqu’à l’Alaska. Une autre série de répercussions sur la survie en mer comme en 2003 et en 2007 pourrait faire disparaître ce stock. Cependant, ce n’est pas seulement la période en mer qui est problématique; la période fluviale l’est également. Si le taux de survie en mer pouvait revenir à 5 %, le déclin serait renversé. Dans les cours d’eau, au printemps, les femelles cherchent activement un mélange d’eaux souterraines et d’eaux de surface. Les changements de la fonte des neiges et du manteau neigeux modifient l’alimentation en eaux souterraines. Ici, l’évaluation est fondée sur une combinaison des conséquences possibles de la survie en mer (p. ex. El Niño) et des problèmes entourant les eaux souterraines et de surface. El Niño empire la situation, tandis que La Niña l’améliore.

8

Espèces et gènes envahissants ou autrement problématique

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

8.1

Espèces exotiques (non indigènes) envahissantes

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Dans la rivière Quesnel, les poissons à rayons épineux (achigan, percidés, etc.), l’achigan à petite bouche et la perchaude entraînent certaines conséquences. La maladie du tournis pourrait avoir un impact dans le futur - le vecteur de transmission n’est pas encore connu, mais pourrait être lié aux pêcheurs à la ligne.

8.2

Espèces indigènes problématiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

3,3 % des pinèdes ont été détruites par le dendroctone du pin ponderosa dans cette région (Porter et al., 2013), mais les effets sont déjà passés. Tous les poissons de cette UD sont touchés par des prédateurs océaniques (p. ex. phoques, otaries). Les effets sont considérés comme relativement stables (c.-à-d. que la situation est mauvaise, mais qu’elle n’empirera probablement pas).

8.3

Matériel génétique introduit

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Lors des années d’échantillonnage, les individus matures provenaient tous de cours d’eau dont le niveau de mise en valeur était faible ou inconnu. Il n’y a eu que deux lâchers d’écloseries connus dans cette UD dans les années 1980.

9

Pollution

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

9.1

Eaux usées domestiques et urbaines

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Aucun rejet d’eaux usées autorisé dans l’aire de cette UD (Porter et al., 2013). Toutefois, des usines de traitement des eaux usées se trouvent tout le long du Fraser. Les conséquences des eaux usées domestiques sont omniprésentes. Le volume augmentera avec la croissance de la population, mais il sera difficile d’établir un lien direct avec le déclin des populations de saumons chinooks de cette UD au cours des 12 prochaines années.

9.2

Effluents industriels et militaires

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Beaucoup de conséquences du développement industriel dans toute la voie migratoire du bas Fraser.

9.3

Effluents agricoles et sylvicoles

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Les effets des effluents agricoles dans les cours moyen et inférieur du Fraser qui touchent tous les poissons de cette UD sont indéniables. Des activités forestières qui ont lieu en amont se déplaceront davantage encore plus vers l’amont. Ces activités modifient l’alimentation en eaux souterraines.

9.4

Déchets solides et ordures

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Les saumons consomment des plastiques (micro et macro) - 2-7 particules de microplastiques par jour. Des recherches sont en cours.

9.5

Polluants atmosphériques

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

9.6

Apports excessifs d’énergie

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

10

Phénomènes géologiques

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

10.1

Volcans

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

10.2

Tremblements de terre et tsunamis

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

10.3

Avalanches et glissements de terrain

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Seulement des conséquences mineures.

11

Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

CD

Moyen-faible

Généralisée (71-100 %)

Modérée-légère (1-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.1

Déplacement et altération de l’habitat

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Dans leur récent rapport d’évaluation des menaces pesant sur le saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique, Riddell et al. (2013) ont conclu que les conditions de l’habitat marin durant la première année de séjour en mer étaient très probablement un facteur clé des tendances récentes en matière de survie et de productivité. L’habitat marin de tous les saumons chinooks de cette UD subira un déplacement (c.-à-d. portée = généralisée). Cependant, la gravité de ce phénomène est inconnue, car il n’existe pas de stock indicateur pour cette UD, de sorte que la survie en mer ne peut être estimée. Des changements importants sont prévus dans l’océan en termes de remontées d’eau et de zones anoxiques (la « masse » ou « The Blob »). De plus, une autre série de répercussions sur la survie en mer comme en 2003 et en 2007 pourrait faire disparaître ce stock. Ici, l’évaluation est fondée sur les conséquences possibles de la survie en mer (p. ex. El Niño). El Niño empire la situation, tandis que La Niña l’améliore.

11.2

Sécheresses

CD

Moyen-faible

Généralisée (71-100 %)

Modérée-légère (1-30 %)

Élevée (continue)

Ces saumons sont relativement résilients, mais la gravité pourrait être supérieure à 10 % au cours des 10 à 15 prochaines années. Difficile à prévoir. La situation changerait beaucoup si le Fraser devenait un obstacle à la migration, mais si cela se produisait, d’autres problèmes bien pires que les sécheresses se manifesteraient.

11.3

Températures extrêmes

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Selon les projections actuelles, la température des cours d’eau continuera d’augmenter jusqu’à des niveaux critiques (> 18 °C) (Porter et al., 2013). Ces augmentations devraient toucher l’ensemble de la population (c.-à-d. que la portée est généralisée). Les conséquences devraient se poursuivre dans l’avenir. Cependant, la gravité de ce phénomène est inconnue, car il existe peu de données à ce sujet (Riddell et al., 2013).

11.4

Tempêtes et inondations

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Classification des menaces d’après l’IUCN-CMP, Salafsky et al. (2008).

Tableau d’évaluation des menaces - UD 20

Nom scientifique de l’espèce ou de l’écosystème :

Oncorhynchus tshawytscha - saumon chinook

Identification de l’élément :

UD 20 - population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, été

Date

22/02/2021

Évaluateurs :

Évalué à l’origine par Brian O. Ma en novembre 2014. Révisé en février 2017 dans le cadre d’un atelier par Wilf Luedke, Steve Baillie, Arlene Tompkins, Jason Mahoney, Cheryl Lynch, John Neilson (coprésident du SCS des poissons marins), David Fraser (animateur), Bev McBride (Secrétariat du COSEPAC). Mis à jour en août 2019 par le SCS des poissons marins et les observateurs spécialisés du MPO.

Références :

Porter et al. (2013), Riddell et al. (2013), Brown et al. (2013), rapport pré-COSEPAC (en préparation)

Guide pour le calcul de l’impact global des menaces :

Comptes des menaces de niveau 1 selon l’intensité de leur impact

Tableau des scores

Impact des menaces

Maximum de la plage d’intensité

Minimum de la plage d’intensité

A

Très élevé

0

0

B

Élevé

0

0

C

Moyen

2

2

D

Faible

2

2

Impact global des menaces calculé :

Élevé

Élevé

Valeur de l’impact global attribuée :

B = Élevé

Impact global des menaces - commentaires :

La durée d’une génération est de 3,5 ans. Comme il y a une certaine incertitude au sujet de la situation des individus effectuant leur montaison estivale dans la rivière Cowichan, ces commentaires portent seulement sur les individus de la rivière Nanaimo (plusieurs centaines) et de la rivière Puntledge (environ 1 000). Une partie de la population se reproduit en captivité.

Tableau des menaces

No

Menace

Impact

Impact (calculé)

Portée (10 prochaines années)

Gravité (10 ans ou 3 générations)

Immédiateté

Commentaires

1

Développement résidentiel et commercial

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

1.1

Zones résidentielles et urbaines

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

1.2

Zones commerciales et industrielles

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Estacades dans les estuaires.

1.3

Zones touristiques et récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2

Agriculture et aquaculture

sans objet

Inconnu

Petite (1-10 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

2.1

Cultures annuelles et pérennes de produits autres que le bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.2

Plantations pour la production de bois et de pâte

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.3

Élevage de bétail

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

2.4

Aquaculture en mer et en eau douce

sans objet

Inconnu

Petite (1-10 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

3

Production d’énergie et exploitation minière

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

3.1

Forage pétrolier et gazier

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

3.2

Exploitation de mines et de carrières

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

L’affaissement d’une ancienne mine de cuivre va avoir un effet sur le régime hydrologique, bien que l’on ne sache pas exactement comment. Une nouvelle mine de charbon est prévue.

3.3

Énergie renouvelable

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4

Corridors de transport et de service

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.1

Routes et voies ferrées

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.2

Lignes de services publics

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.3

Voies de transport par eau

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.4

Corridors aériens

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5

Utilisation des ressources biologiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.1

Chasse et capture d’animaux terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.2

Cueillette de plantes terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.3

Exploitation forestière et récolte du bois

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.4

Pêche et récolte de ressources aquatiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

6

Intrusions et perturbations humaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.1

Activités récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Quelques inquiétudes quant à l’interférence de nageurs dans la rivière Puntledge.

6.2

Guerre, troubles civils et exercices militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.3

Travail et autres activités

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

7

Modifications des systèmes naturels

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

7.1

Incendies et suppression des incendies

D

Faible

Petite (1-10 %)

Modérée (11-30 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

7.2

Gestion et utilisation de l’eau et exploitation de barrages

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Les barrages peuvent apporter un avantage net, mais celui de Comox crée un obstacle.

7.3

Autres modifications de l’écosystème

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

Canalisation et d’autres menaces dues à l’altération de l’habitat.

8

Espèces et gènes envahissants ou autrement problématique

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

8.1

Espèces exotiques (non indigènes) envahissantes

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

8.2

Espèces indigènes problématiques

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

8.3

Matériel génétique introduit

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Il faut d’autres avis de spécialistes pour déterminer la « gravité ».

9

Pollution

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

9.1

Eaux usées domestiques et urbaines

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

9.2

Effluents industriels et militaires

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

9.3

Effluents agricoles et sylvicoles

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.4

Déchets solides et ordures

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.5

Polluants atmosphériques

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

9.6

Apports excessifs d’énergie

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10

Phénomènes géologiques

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

10.1

Volcans

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10.2

Tremblements de terre et tsunamis

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

Des tsunamis sont possibles. Des glissements de terrain sous-marins pourraient avoir des conséquences sur les niveaux d’eau.

10.3

Avalanches et glissements de terrain

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

11

Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.1

Déplacement et altération de l’habitat

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.2

Sécheresses

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.3

Températures extrêmes

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.4

Tempêtes et inondations

D

Faible

Grande (31-70 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

Classification des menaces d’après l’IUCN-CMP, Salafsky et al. (2008).

Tableau d’évaluation des menaces - UD 21

Nom scientifique de l’espèce ou de l’écosystème :

Oncorhynchus tshawytscha - saumon chinook

Identification de l’élément :

UD 21 - population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne

Date :

22/02/2017

Évaluateurs :

Évalué à l’origine par Brian O. Ma en novembre 2014. Révisé en février 2017. Participants à l’atelier : Wilf Luedke, Steve Baillie, Arlene Tompkins, Jason Mahoney, Cheryl Lynch, Roger Gallant, John Neilson (coprésident du SCS des poissons marins), David Fraser (facilitateur), Bev McBride (Secrétariat du COSEPAC). Mis à jour en août 2019 par le SCS des poissons marins et les observateurs spécialisés du MPO.

Références :

Porter et al. (2013), Riddell et al. (2013), Brown et al. (2013), rapport pré-COSEPAC (en préparation)

Guide pour le calcul de l’impact global des menaces :

Comptes des menaces de niveau 1 selon l’intensité de leur impact

Tableau des scores

Impact des menaces

Maximum de la plage d’intensité

Minimum de la plage d’intensité

A

Très élevé

0

0

B

Élevé

0

0

C

Moyen

1

1

D

Faible

3

3

Impact global des menaces calculé :

Élevé

Élevé

Valeur de l’impact global attribuée :

B = Élevé

Impact global des menaces - commentaires :

La durée d’une génération est de 3,5 ans.

Tableau des menaces

No

Menace

Impact

Impact (calculé)

Portée (10 prochaines années)

Gravité (10 ans ou 3 générations)

Immédiateté

Commentaires

1

Développement résidentiel et commercial

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

1.1

Zones résidentielles et urbaines

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Les modifications de la zone riveraine sont principalement dues à l’aménagement paysager près du littoral. La gravité se situe vers la limite inférieure de la fourchette de 1 à 10 %.

1.2

Zones commerciales et industrielles

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Voir la menace « Exploitation de mines et de carrières » ci-dessous au sujet de l’exploitation de mines. On s’attend à un développement plus important qui ne devrait toutefois pas toucher l’habitat du saumon chinook. On ne s’attend pas à ce que les milieux humides soient remblayés en raison de la réglementation.

1.3

Zones touristiques et récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2

Agriculture et aquaculture

sans objet

Inconnu

Modérée (11-30 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

2.1

Cultures annuelles et pérennes de produits autres que le bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

L’empreinte de l’agriculture n’augmente pas.

2.2

Plantations pour la production de bois et de pâte

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.3

Élevage de bétail

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

2.4

Aquaculture en mer et en eau douce

sans objet

Inconnu

Restreinte (11-30 %)

Inconnue

Élevée (continue)

La conchyliculture pourrait augmenter au cours des dix prochaines années, ce qui pourrait toucher le saumon chinook à cause de l’utilisation du milieu intertidal.

3

Production d’énergie et exploitation minière

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

3.1

Forage pétrolier et gazier

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

3.2

Exploitation de mines et de carrières

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

3.3

Énergie renouvelable

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4

Corridors de transport et de service

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.1

Routes et voies ferrées

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.2

Lignes de services publics

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.3

Voies de transport par eau

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.4

Corridors aériens

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5

Utilisation des ressources biologiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.1

Chasse et capture d’animaux terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.2

Cueillette de plantes terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.3

Exploitation forestière et récolte du bois

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

De nombreuses exploitations privées, qui pourraient ne pas être bien réglementées. Près de Qualicum, le bassin versant est en cours de défrichage pour aménager des parcs d’engraissement.

5.4

Pêche et récolte de ressources aquatiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Les taux de prises sont plus élevés que les cibles. Cela comprend les prises accessoires, les pêches par les Premières Nations et le braconnage. (Les poissons d’écloserie proviennent de l’intérieur de l’UD; ils sont donc inclus comme il se doit dans la portée, laquelle serait différente s’ils étaient exclus.)

6

Intrusions et perturbations humaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.1

Activités récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.2

Guerre, troubles civils et exercices militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.3

Travail et autres activités

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

7

Modifications des systèmes naturels

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

La gravité des menaces 7.2 et 7.3 serait cumulative, mais pas suffisante pour mériter d’augmenter la gravité.

7.1

Incendies et suppression des incendies

D

Faible

Petite (1-10 %)

Modérée (11-30 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

Possibilité que des produits ignifuges pénètrent dans les cours d’eau.

7.2

Gestion et utilisation de l’eau et exploitation de barrages

CD

Moyen-faible

Généralisée (71-100 %)

Modérée-légère (1-30 %)

Élevée (continue)

Prélèvement d’une grande quantité d’eau pour les usages domestiques et industriels; incertitude quant aux conséquences. Les variations du niveau de l’eau pourraient à la fois être un avantage et un inconvénient. Le chargement de bombardiers d’incendie pourrait avoir des effets en fonction de la période.

7.3

Autres modifications de l’écosystème

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

L’écosystème du détroit de Georgia est plus variable et dans un pire état que d’autres milieux. La population de la rivière Cowichan augmente, mais l’UD est stable dans son ensemble.

8

Espèces et gènes envahissants ou autrement problématique

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

8.1

Espèces exotiques (non indigènes) envahissantes

D

Faible

Grande (31-70 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

La truite brune est un prédateur introduit. Cette menace est gérée pour les poissons d’écloserie, mais pas pour les poissons sauvages.

8.2

Espèces indigènes problématiques

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Les phoques, les otaries et les oiseaux constituent des prédateurs. On ne sait pas si la population de phoques augmente, mais il est probable qu’elle sera soumise à une plus grande pression à cause de l’augmentation du nombre d’épaulards migrateurs.

8.3

Matériel génétique introduit

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Extrême-élevée (31-100 %)

Élevée (continue)

Il est peu probable qu’il s’agisse d’une préoccupation pour cette UD. La portée doit être prise en compte : elle pourrait être négligeable parce que la migration se fait en provenance de la rivière Cowichan et non pas à destination de la rivière, si bien que seul un petit nombre de poissons d’écloserie errants pénètrent dans la rivière (portée négligeable). Cependant, si des poissons d’écloserie pénètrent dans la rivière Cowichan, la portée pourrait être généralisée.

9

Pollution

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

9.1

Eaux usées domestiques et urbaines

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

On pense que les eaux usées domestiques sont l’une des raisons pour lesquelles le détroit de Georgia devient moins productif. Cela pourrait également avoir un effet sur la note de la menace « Modifications des systèmes naturels », ci-dessus.

9.2

Effluents industriels et militaires

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Il y a une grande base militaire à Comox ainsi que des usines de pâte et papier et d’autres développements industriels dans le réseau fluvial.

9.3

Effluents agricoles et sylvicoles

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.4

Déchets solides et ordures

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.5

Polluants atmosphériques

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

9.6

Apports excessifs d’énergie

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10

Phénomènes géologiques

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

10.1

Volcans

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10.2

Tremblements de terre et tsunamis

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

Des tsunamis sont possibles. Les glissements de terrain sous-marins pourraient avoir des conséquences sur les niveaux d’eau.

10.3

Avalanches et glissements de terrain

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

11

Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.1

Déplacement et altération de l’habitat

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.2

Sécheresses

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

La sécheresse retardera le retour des adultes en eau douce. Elle pourrait également entraîner l’échouage des juvéniles et une diminution de la productivité. La gravité se situerait vers la limite supérieure de la fourchette de 1 à 10 %.

11.3

Températures extrêmes

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Affecte la viabilité des gamètes.

11.4

Tempêtes et inondations

D

Faible

Grande (31-70 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

L’affouillement n’est pas un problème dans les frayères de cette UD.

Classification des menaces d’après l’IUCN-CMP, Salafsky et al. (2008).

Tableau d’évaluation des menaces - UD 23

Nom scientifique de l’espèce ou de l’écosystème :

Oncorhynchus tshawytscha - saumon chinook

Identification de l’élément :

UD 23 - population de l’est de l’île de Vancouver, type océanique, automne (EVI + SFj)

Date :

22/02/2017

Évaluateurs :

Évalué à l’origine par Brian O. Ma en novembre 2014. Révisé en février 2017 dans le cadre d’un atelier par Wilf Luedke, Steve Baillie, Arlene Tompkins, Jason Mahoney, Cheryl Lynch, John Neilson (coprésident du SCS des poissons marins), David Fraser (animateur), Bev McBride (Secrétariat du COSEPAC)

Références :

Porter et al. (2013); Riddell et al. (2013), Brown et al. (2013), rapport pré-COSEPAC (en préparation)

Guide pour le calcul de l’impact global des menaces :

Comptes des menaces de niveau 1 selon l’intensité de leur impact

Tableau des scores

Impact des menaces

Maximum de la plage d’intensité

Minimum de la plage d’intensité

A

Très élevé

0

0

B

Élevé

0

0

C

Moyen

1

0

D

Faible

3

4

Impact global des menaces calculé :

Élevé

Moyen

Valeur de l’impact global attribuée :

BC = Élevé-modéré

Impact global des menaces - commentaires :

La durée d’une génération est de 4,4 ans.

Tableau des menaces

No

Menace

Impact

Impact (calculé)

Portée (10 prochaines années)

Gravité (10 ans ou 3 générations)

Immédiateté

Commentaires

1

Développement résidentiel et commercial

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

1.1

Zones résidentielles et urbaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

1.2

Zones commerciales et industrielles

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Il y a des estacades sur la rivière Eve et peut-être ailleurs.

1.3

Zones touristiques et récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2

Agriculture et aquaculture

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

2.1

Cultures annuelles et pérennes de produits autres que le bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.2

Plantations pour la production de bois et de pâte

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

La plantation au nord de la rivière Campbell ne devrait pas avoir d’effets.

2.3

Élevage de bétail

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.4

Aquaculture en mer et en eau douce

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

3

Production d’énergie et exploitation minière

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

3.1

Forage pétrolier et gazier

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

3.2

Exploitation de mines et de carrières

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Légère (1-10 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

L’exploitation de mines pourrait être un facteur, mais de plus amples recherches sont nécessaires au sujet de la nouvelle mine de cuivre. La mine de charbon plus en amont du bassin versant ne devrait pas avoir de conséquences.

3.3

Énergie renouvelable

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4

Corridors de transport et de service

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.1

Routes et voies ferrées

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.2

Lignes de services publics

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.3

Voies de transport par eau

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.4

Corridors aériens

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5

Utilisation des ressources biologiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.1

Chasse et capture d’animaux terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.2

Cueillette de plantes terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.3

Exploitation forestière et récolte du bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Il s’agit d’une menace passée pour cette UD.

5.4

Pêche et récolte de ressources aquatiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

6

Intrusions et perturbations humaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.1

Activités récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.2

Guerre, troubles civils et exercices militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.3

Travail et autres activités

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

7

Modifications des systèmes naturels

CD

Moyen-faible

Restreinte (11-30 %)

Modérée-légère (1-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

7.1

Incendies et suppression des incendies

D

Faible

Petite (1-10 %)

Modérée (11-30 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

7.2

Gestion et utilisation de l’eau et exploitation de barrages

CD

Moyen-faible

Restreinte (11-30 %)

Modérée-légère (1-30 %)

Élevée (continue)

Le rejet d’eau par des barrages peut entraîner le déplacement des frayères.

7.3

Autres modifications de l’écosystème

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

8

Espèces et gènes envahissants ou autrement problématique

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Inconnu

sans objet

8.1

Espèces exotiques (non indigènes) envahissantes

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

8.2

Espèces indigènes problématiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Il s’agit moins d’un problème ici que dans le détroit de Georgia.

8.3

Matériel génétique introduit

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

9

Pollution

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.1

Eaux usées domestiques et urbaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Il s’agit moins d’un problème ici que dans le détroit de Georgia.

9.2

Effluents industriels et militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Cela ne constitue plus un problème depuis le nettoyage de l’estuaire à Campbell River.

9.3

Effluents agricoles et sylvicoles

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Cette UD compte plus de chemins forestiers que d’autres.

9.4

Déchets solides et ordures

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.5

Polluants atmosphériques

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

9.6

Apports excessifs d’énergie

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10

Phénomènes géologiques

D

Faible

Petite (1-10 %)

Élevée-modérée (11-70 %)

Élevée (continue)

sans objet

10.1

Volcans

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10.2

Tremblements de terre et tsunamis

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

sans objet

10.3

Avalanches et glissements de terrain

D

Faible

Petite (1-10 %)

Élevée-modérée (11-70 %)

Élevée (continue)

sans objet

11

Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.1

Déplacement et altération de l’habitat

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Pas aussi grave que dans le détroit de Georgia. La gravité sera à la limite inférieure de la fourchette.

11.2

Sécheresses

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Cette région semble subir moins de sécheresses que d’autres.

11.3

Températures extrêmes

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

11.4

Tempêtes et inondations

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Il s’agit d’une problématique dans la rivière Campbell.

Classification des menaces d’après l’IUCN-CMP, Salafsky et al. (2008).

Tableau d’évaluation des menaces - UD 24

Nom scientifique de l’espèce ou de l’écosystème :

Oncorhynchus tshawytscha - saumon chinook

Identification de l’élément :

UD 24 - Population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (sud)

Date :

23/02/2017

Évaluateurs :

Évalué à l’origine par Brian O. Ma en novembre 2014. Révisé en février 2017 dans le cadre d’un atelier par Wilf Luedke, Steve Baillie, Arlene Tompkins, Jason Mahoney, Cheryl Lynch, John Neilson (coprésident du SCS des poissons marins), David Fraser (animateur), Bev McBride (Secrétariat du COSEPAC). Mis à jour en août 2019 par le SCS des poissons marins et les observateurs spécialisés du MPO. Voir également la note au sujet de l’élément 8.3.

Références :

Porter et al. (2013), Riddell et al. (2013), Brown et al. (2013), rapport pré-COSEPAC (en préparation)

Guide pour le calcul de l’impact global des menaces :

Comptes des menaces de niveau 1 selon l’intensité de leur impact

Tableau des scores

Impact des menaces

Maximum de la plage d’intensité

Minimum de la plage d’intensité

A

Très élevé

0

0

B

Élevé

1

1

C

Moyen

2

2

D

Faible

3

3

Impact global des menaces calculé :

Très élevé

Très élevé

Valeur de l’impact global attribuée :

A = Très élevé

Impact global des menaces - commentaires :

La durée d’une génération est de 4 ans. La menace 8.3 avait été provisoirement évaluée par le réviseur du rapport, et nécessite une vérification par des spécialistes (voir le commentaire de la menace 8.3). L’impact global est semblable à celui pour l’UD 25, mais la proportion de l’influence naturelle sur les géniteurs est uniformément faible dans les sites.

Tableau des menaces

No

Menace

Impact

Impact (calculé)

Portée (10 prochaines années)

Gravité (10 ans ou 3 générations)

Immédiateté

Commentaires

1

Développement résidentiel et commercial

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

1.1

Zones résidentielles et urbaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

1.2

Zones commerciales et industrielles

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

1.3

Zones touristiques et récréatives

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

2

Agriculture et aquaculture

sans objet

Négligeable

Généralisée-grande (31-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

2.1

Cultures annuelles et pérennes de produits autres que le bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.2

Plantations pour la production de bois et de pâte

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.3

Élevage de bétail

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

2.4

Aquaculture en mer et en eau douce

sans objet

Négligeable

Généralisée-grande (31-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

La taille des piscicultures dans la baie Clayoquot a quadruplé.

3

Production d’énergie et exploitation minière

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

3.1

Forage pétrolier et gazier

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

3.2

Exploitation de mines et de carrières

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Un projet de mine dans la partie supérieure du bassin versant est préoccupant. Voir la menace 9.2.

3.3

Énergie renouvelable

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4

Corridors de transport et de service

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

4.1

Routes et voies ferrées

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

4.2

Lignes de services publics

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.3

Voies de transport par eau

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

4.4

Corridors aériens

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5

Utilisation des ressources biologiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.1

Chasse et capture d’animaux terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.2

Cueillette de plantes terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

5.3

Exploitation forestière et récolte du bois

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Il y a dans cette UD des licences de vastes propriétés forestières.

5.4

Pêche et récolte de ressources aquatiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

6

Intrusions et perturbations humaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.1

Activités récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.2

Guerre, troubles civils et exercices militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.3

Travail et autres activités

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

7

Modifications des systèmes naturels

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

7.1

Incendies et suppression des incendies

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

7.2

Gestion et utilisation de l’eau et exploitation de barrages

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

7.3

Autres modifications de l’écosystème

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

Les activités proposées d’exploitation de barrages se dérouleraient à altitude plus élevée que celle de l’aire de répartition du saumon chinook.

8

Espèces et gènes envahissants ou autrement problématique

B

Élevé

Généralisée (71-100 %)

Grande (31-70 %)

Élevée (continue)

sans objet

8.1

Espèces exotiques (non indigènes) envahissantes

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

8.2

Espèces indigènes problématiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

8.3

Matériel génétique introduit

AB

Très élevé-élevé

Généralisée (71-100 %)

Extrême-élevée (31-100 %)

Élevée (continue)

L’errance de géniteurs d’écloserie a été notée dans l’UD, ce qui a vraisemblablement compromis la composition génétique des géniteurs et, ainsi, menace l’espèce sauvage. **L’évaluation de cette menace a été faite par le réviseur (J. Neilson) et nécessite une vérification par des spécialistes. Le réviseur s’est fondé sur les données de l’INP spécifique au site (voir annexe 1).

9

Pollution

C

Moyen

Grande (31-70 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.1

Eaux usées domestiques et urbaines

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.2

Effluents industriels et militaires

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.3

Effluents agricoles et sylvicoles

C

Moyen

Grande (31-70 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.4

Déchets solides et ordures

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Les poissons consomment des microplastiques et des macroplastiques. Des recherches sont en cours à ce sujet.

9.5

Polluants atmosphériques

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

9.6

Apports excessifs d’énergie

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10

Phénomènes géologiques

D

Faible

Petite (1-10 %)

Élevée-modérée (11-70 %)

Élevée (continue)

sans objet

10.1

Volcans

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

10.2

Tremblements de terre et tsunamis

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnu

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/ 3 gén.)

Il y a un certain risque de gros tremblements de terre qui pourraient radicalement changer les côtes et l’écoulement des cours d’eau.

10.3

Avalanches et glissements de terrain

D

Faible

Petite (1-10 %)

Élevée-modérée (11-70 %)

Élevée (continue)

Il y a une possibilité d’épisodes localisés. La probabilité et la gravité sont inconnues. L’augmentation des précipitations hivernales peut entraîner davantage de glissements de terrain.

11

Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

11.1

Déplacement et altération de l’habitat

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Le déplacement de matériaux présents dans le lit des cours d’eau peut empêcher les saumons d’accéder aux cours d’eau. Cela peut augmenter la vulnérabilité à la prédation.

11.2

Sécheresses

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

On prévoit des sécheresses tous les deux ans; les sécheresses retardent le retour des adultes en eau douce à cause des bas niveaux d’eau.

11.3

Températures extrêmes

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Il est difficile de séparer cette menace du déplacement de l’habitat. Les températures extrêmes peuvent avoir des conséquences sur la remontée et la plongée des eaux le long de la côte, mais il peut être difficile de lier les causes et les effets.

11.4

Tempêtes et inondations

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

Classification des menaces d’après l’IUCN-CMP, Salafsky et al. (2008).

Tableau d’évaluation des menaces - UD 25

Nom scientifique de l’espèce ou de l’écosystème :

Oncorhynchus tshawytscha - saumon chinook

Identification de l’élément :

UD 25 - population de l’ouest de l’île de Vancouver, type océanique, automne (Nootka et Kyuquot)

Date :

11/06/2014

Évaluateurs :

Brian O. Ma; modifié le 21 février 2017 durant l’atelier sur les calculateurs des menaces du COSEPAC et de l’UICN, avec Wilf Litke, Nicole Trouton, Greg Wilson, Jeff Grout, Jeffrey Lemieux, Cedar Morton, Carolyn Churchland, Richard Bailey, Steve Bailey, Bev McBride, John Nielsen, Gayle Brown. Mis à jour en août 2019 par le SCS des poissons marins et les observateurs spécialisés du MPO.

Références :

Porter et al. (2013), Riddell et al. (2013), Brown et al. (2013), rapport pré-COSEPAC (en préparation), opinion des spécialistes du groupe ci-dessus

Guide pour le calcul de l’impact global des menaces :

Comptes des menaces de niveau 1 selon l’intensité de leur impact

Tableau des scores

Impact des menaces

Maximum de la plage d’intensité

Minimum de la plage d’intensité

A

Très élevé

1

0

B

Élevé

0

0

C

Moyen

1

2

D

Faible

2

2

Impact global des menaces calculé :

Très élevé

Élevé

Valeur de l’impact global attribuée :

AB = Très élevé-élevé

Ajustement de la valeur de l’impact global calculée - justification :

L’impact global est passé de moyen à très élevé-élevé à cause de l’évaluation de la gravité de la menace 8.3, qui était auparavant inconnue.

Impact global des menaces - commentaires :

La durée d’une génération est de 4 ans. Selon ce que les spécialistes ont dit durant l’atelier sur les calculateurs des menaces, les modifications de l’écosystème constituent une menace moyenne pour cette UD. Les autres menaces sont considérées comme faibles (zones touristiques et récréatives, effluents industriels, effluents agricoles et sylvicoles, avalanches et glissements de terrain, sécheresses). Les taux de survie de cette UD ont continué de baisser, et la population devrait continuer de diminuer à un taux relativement faible. L’examen par un entrepreneur avant l’atelier (ESSA) fait ressortir un taux de récolte généralement à la hausse (de 25 à 50 % depuis 1995; non spécifique aux populations de cette UD). Cependant, Riddell et al. (2013) notent que l’exploitation durable est fortement liée à la productivité des stocks; on ne possède pas d’estimations fiables de la productivité des stocks pour cette UD. De nombreux enjeux touchant cette UD doivent faire l’objet d’un examen plus approfondi.

Tableau des menaces

No

Menace

Impact

Impact (calculé)

Portée (10 prochaines années)

Gravité (10 ans ou 3 générations)

Immédiateté

Commentaires

1

Développement résidentiel et commercial

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

1.1

Zones résidentielles et urbaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Le développement urbain est considéré comme faible dans la zone terrestre de cette UD (0,2 %) (Porter et al., 2013). Cette urbanisation devrait continuer, mais les spécialistes sont d’avis qu’il n’y aura aucune conséquence sur le saumon chinook de cette UD.

1.2

Zones commerciales et industrielles

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

La moitié de l’estuaire de la rivière Gold a été éliminé par les activités industrielles passées. Ce constat vaut également pour la rivière Tahsis.

1.3

Zones touristiques et récréatives

D

Faible

Petite (1-10 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Le nombre de gîtes a augmenté, atteignant la centaine environ. Des gîtes flottants sont situés dans des aires de croissance importantes pour le saumon chinook sans brise-lames. Questions en suspens : Est-ce que les gîtes créent un abri pour les prédateurs ou les attirent-ils? Causent-ils la mort de la zostère marine? La gravité est difficile à déterminer - on n’en sait pas assez au sujet des relations. Il y a un moratoire sur la construction de maisons flottantes, et donc aucun nouveau développement n’est prévu.

2

Agriculture et aquaculture

sans objet

Négligeable

Généralisée-grande (31-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

2.1

Cultures annuelles et pérennes de produits autres que le bois

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Aucune portion (0 %) de la zone terrestre de cette UD n’est agricole (Porter et al., 2013), et ce taux devrait se maintenir.

2.2

Plantations pour la production de bois et de pâte

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

2.3

Élevage de bétail

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

2.4

Aquaculture en mer et en eau douce

sans objet

Négligeable

Généralisée-grande (31-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Les élevages de saumons atlantiques sont plutôt situés au nord de l’embouchure du Fraser, mais la plupart des saumons chinook sauvages passent par ces élevages à un moment donné. Ainsi, la portée est grande. Les risques que pose la salmoniculture en parcs en filets ouverts pour les saumons chinooks sauvages sont considérés comme faibles dans la littérature, mais les données sont limitées (Riddell et al., 2013). La pisciculture continuera probablement de prendre de l’expansion, mais, dans cette catégorie, les répercussions proximales proviennent de la perte d’habitat causée par l’empreinte des élevages. La transmission des maladies et l’amélioration génétique sont abordées à la menace 8.3.

3

Production d’énergie et exploitation minière

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

3.1

Forage pétrolier et gazier

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Il y a un moratoire sur le forage pétrolier et gazier au large de l’ouest de l’île. Si le moratoire était levé, le forage pourrait constituer une menace pour cette UD.

3.2

Exploitation de mines et de carrières

sans objet

Négligeable

Négligeable (< 1 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

La couverture terrestre de la zone minière est de 0,005 % (Porter et al., 2013), et, en supposant une répartition aléatoire des individus dans le bassin versant, la portée de l’exploitation de mines serait petite. Pour cette UD, la gravité des effets proximaux de l’exploitation de mines est inconnue, tout comme la tendance du développement minier.

3.3

Énergie renouvelable

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Il y a une centrale géothermique à Gold River, des parcs éoliens au large de Haida Gwaii et un développement au fil de l’eau dans l’aire de cette UD; on considère qu’aucun de ces éléments ne génère d’effets proximaux qui toucheraient les populations de saumons chinooks de cette UD. Effets possibles des parcs éoliens du cap Scott?

4

Corridors de transport et de service

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

4.1

Routes et voies ferrées

sans objet

Négligeable

Petite (1-10 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Dans cette région, la densité du réseau routier est de 0,9 km/km2, et il y a 0,8 franchissement de cours d’eau par kilomètre de cours d’eau accessible aux poissons. Il s’agit de valeurs modérées si on les compare à celles d’autres UD du saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique. La densité du réseau routier est présentée en dimension linéaire dans Porter et al. (2013). En supposant que chaque route a une largeur de 100 m (0,1 km), ce qui est une surestimation, moins de 1 % de la superficie terrestre est couverte par des routes. L’infrastructure routière existante devrait demeurer en place, mais les tendances de développement sont inconnues. Les ponts et les ouvrages de franchissement de route sont la principale préoccupation, car ils peuvent limiter l’accès à l’habitat de fraye disponible, générer des déplacements de gravier et détruire l’habitat des chenaux de ponte.

4.2

Lignes de services publics

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

4.3

Voies de transport par eau

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

4.4

Corridors aériens

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

5

Utilisation des ressources biologiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

sans objet

5.1

Chasse et capture d’animaux terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

5.2

Cueillette de plantes terrestres

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

5.3

Exploitation forestière et récolte du bois

sans objet

Négligeable

Restreinte (11-30 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

13,0 % de la forêt a été perturbée dans cette région (Porter et al., 2013), mais tout effet proximal dû à l’empreinte de l’exploitation forestière est du passé et ne devrait pas modifier la situation actuelle de la population. Les nouvelles activités d’exploitation forestière sont plus préoccupantes, car une deuxième coupe vient de commencer. L’effet proximal est la réduction de l’habitat.

5.4

Pêche et récolte de ressources aquatiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Le taux d’exploitation total du saumon chinook dans le sud de la Colombie-Britannique a varié de 25 à 50 % au cours des dernières années (depuis 1995) (Riddell et al., 2013). Des taux comparables devraient continuer dans un avenir prévisible. Les niveaux d’exploitation sont généralement comparables à l’exploitation prévue au rendement maximal durable (RMD), et tout chiffre inférieur à ce rendement est considéré comme durable. Cependant, puisqu’il n’y a aucun stock indicateur pour cette UD, le RMD n’a pas été estimé et il n’y a aucune mesure directe de l’exploitation totale de cette UD. Les populations de saumons chinooks ont connu un fort déclin dans les années 1990; cependant, les spécialistes qui participaient à l’atelier sur les calculateurs des menaces ont convenu que la population est actuellement stable, même si elle est réduite. Les résultats présentés ici laissent penser à un maintien de la stabilité actuelle, compte tenu des taux de récolte actuels et de l’absence de conséquences des poissons mis en valeur sur la population. Il est difficile d’analyser les conséquences sur les populations de poissons sauvages par rapport à celles sur les populations de poissons mis en valeur (le calculateur des menaces est censé ne prendre en compte que les poissons sauvages de la population). Chaque année, les poissons d’écloserie sont de plus en plus nombreux à s’égarer (errance). Au cours des deux dernières années, la proportion de poissons d’écloserie a été plus élevée que prévu.

6

Intrusions et perturbations humaines

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

6.1

Activités récréatives

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Aucune; quelques VTT passent dans les cours d’eau, mais il n’y a aucun impact proximal sur la population de saumons chinooks.

6.2

Guerre, troubles civils et exercices militaires

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

6.3

Travail et autres activités

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Aucune; un peu de piégeage de juvéniles et de pêche électrique, mais il ne s’agit pas d’une menace.

7

Modifications des systèmes naturels

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

sans objet

7.1

Incendies et suppression des incendies

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

7.2

Gestion et utilisation de l’eau et exploitation de barrages

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Selon Porter et al. (2013), 12 764,8 m3/ha d’eau sont alloués. Aucun barrage n’entrave les déplacements. Il n’existe que des projets indépendants de production d’électricité à haute altitude. Aucun effet proximal connu.

7.3

Autres modifications de l’écosystème

C

Moyen

Généralisée (71-100 %)

Modérée (11-30 %)

Élevée (continue)

13,8 % de la zone riveraine de cette UD a été perturbée (Porter et al., 2013), mais les conséquences sur la population de saumons chinooks de l’UD 25 sont inconnues. Il existe une tendance limitée, mais continue à l’urbanisation. Les spécialistes présents à l’atelier sur les calculateurs des menaces s’accordent à dire qu’aucune autre altération de l’habitat n’est prévue - les dommages ont déjà été faits. L’impact en cours comprend des débits élevés dus à la déforestation qui créent diverses modifications de l’habitat (p. ex. température, sédimentation, sources de nourriture, gros débris ligneux, déplacement de gravier vers différentes parties du cours d’eau). Des plans de gestion des sédiments sont en cours d’élaboration. Le système était auparavant exploité; la situation s’est stabilisée, mais il pourrait maintenant être de nouveau exploité.

8

Espèces et gènes envahissants ou autrement problématique

AC

Très élevée-modérée

Généralisée (71-100 %)

Extrême-modérée (11-100 %)

Élevée (continue)

La gravité de la menace 8.3 est passée d’inconnue à 11 % dans les bassins versants/groupes de poissons ayant une INP faible, tandis qu’elle est de 100 % chez les poissons ayant une INP élevée (les poissons ayant une INP élevée sont plus sauvages, et les poissons ayant une INP faible subissent plus l’influence des écloseries)

8.1

Espèces exotiques (non indigènes) envahissantes

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

8.2

Espèces indigènes problématiques

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Aucun dendroctone du pin ponderosa n’a été signalé dans cette région (Porter et al., 2013), mais les épisodes d’El Niño sont plus fréquents. Il est probable que nous en ayons un autre dans la prochaine décennie, ce qui rend plus fréquente la présence d’espèces indigènes problématiques (notamment les phoques, les otaries et les maquereaux, mais également l’encornet géant et l’épaulard). Durant un épisode d’El Niño, les maquereaux dans le détroit de Barklay peuvent avoir un effet dévastateur. La population de cette UD est déjà faible et stable. On s’attend à une augmentation au cours des trois prochaines générations, mais cette menace fait partie du problème, qui maintient la population à un seuil bas.

8.3

Matériel génétique introduit

AC

Très élevée-modérée

Généralisée (71-100 %)

Extrême-modérée (11-100 %)

Élevée (continue)

Cette UD est mise en valeur. Parmi les années d’échantillonnage, la plupart des individus provenaient de cours d’eau où la mise en valeur est modérée à élevée. Le nombre de lâchers d’écloseries provenant de l’UD 25 a augmenté du milieu des années 1980 à 2012. Il existe une incertitude quant à l’origine des poissons mis en valeur/provenant d’écloserie dans cette UD. Certains proviennent des ruisseaux Robertson et Thornton (les deux étant des stocks d’écloseries du ruisseau Robertson), mais la plupart sont de la rivière Gold. L’écloserie de Conuma se trouve également dans cette UD, et il existe quelques écloseries indépendantes à petite échelle. Peu de poissons sauvages reviennent. La production en écloseries vise à augmenter la capacité de récolte, et non la conservation. Le MPO réalise actuellement des travaux pour déterminer la quantité de matériel génétique des populations sauvages nécessaire pour maintenir les besoins en matière de conservation. Il est également à noter que les dommages causés par les écloseries sont déjà présents. On ne sait pas si l’impact changera au cours des trois prochaines générations. En outre, en termes de souche génétique, les poissons de l’écloserie de Conuma proviennent de cette UD.

9

Pollution

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

sans objet

9.1

Eaux usées domestiques et urbaines

sans objet

Négligeable

Généralisée (71-100 %)

Négligeable (< 1 %)

Élevée (continue)

Le nombre moyen autorisé de rejets d’eaux usées dans l’aire de cette UD est de 0,9 (Porter et al., 2013). Les eaux usées ne sont pas nécessairement traitées et sont évacuées directement dans l’eau ou les fosses septiques.

9.2

Effluents industriels et militaires

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Les usines de pâte sont fermées, mais les effluents sont toujours présents. L’accumulation de produits pétroliers se frayant un chemin dans le sol affecte la communauté benthique (p. ex. huile hydraulique de l’industrie lourde, gaz flottant dans l’estuaire). La plupart des effets sont dus à l’exploitation forestière en amont des cours d’eau où se trouvent les poissons.

9.3

Effluents agricoles et sylvicoles

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Impacts de l’aquaculture, des herbicides et des pesticides. Les impacts peuvent être réduits grâce à de meilleures pratiques d’élimination (p. ex. recyclage d’huiles usées), mais, en l’absence de lois et de règlements incitant à la conformité, il est difficile de le prouver. Les dommages ont déjà été causés par les pratiques forestières passées; ils ne s’aggravent pas et n’exacerberont pas les effets sur les populations de saumons chinooks, qui sont stables. Cependant, l’envasement dû aux activités forestières est un problème qui contribue à l’évaluation de la gravité comme étant « légère ».

9.4

Déchets solides et ordures

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Les poissons consomment des plastiques (micro et macro) - 2-7 particules de microplastiques par jour. Des recherches sont en cours.

9.5

Polluants atmosphériques

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Aucun; les polluants atmosphériques doivent polluer l’eau avant d’avoir des effets sur les poissons.

9.6

Apports excessifs d’énergie

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

10

Phénomènes géologiques

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

10.1

Volcans

sans objet sans objet sans objet sans objet sans objet

Sans objet

10.2

Tremblements de terre et tsunamis

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Modérée (peut-être à court terme, < 10 ans/3 gén.)

Il y a un certain risque de gros tremblements de terre qui pourraient radicalement changer les côtes et l’écoulement des cours d’eau.

10.3

Avalanches et glissements de terrain

D

Faible

Petite (1-10 %)

Extrême-modérée (11-100 %)

Élevée (continue)

L’UD présente des pentes abruptes et des caractéristiques hydrologiques « agressives ». Le risque de glissement de terrain augmente en raison des modifications des conditions météorologiques (notamment l’augmentation des précipitations hivernales), mais les épisodes seraient localisés.

11

Changements climatiques et phénomènes météorologiques violents

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

sans objet

11.1

Déplacement et altération de l’habitat

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Dans leur récent rapport d’évaluation des menaces pesant sur le saumon chinook du sud de la Colombie-Britannique, Riddell et al. (2013) ont conclu que les conditions de l’habitat marin durant la première année de séjour en mer étaient très probablement un facteur clé des tendances récentes en matière de survie et de productivité. L’habitat marin de tous les saumons chinooks de cette UD subira un déplacement (c.-à-d. portée = généralisée). Cependant, la gravité de ce phénomène est inconnue, car il n’existe pas de stock indicateur pour cette UD, de sorte que la survie en mer ne peut être estimée. Il existe déjà des exemples d’entrée retardée, d’augmentation de la prédation et de déplacements géographiques des espèces prédatrices (p. ex. phoques, otaries).

11.2

Sécheresses

D

Faible

Généralisée (71-100 %)

Légère (1-10 %)

Élevée (continue)

Au cours de deux des trois dernières années, le niveau d’eau a baissé jusqu’à la hauteur du gravier dans de nombreux cours d’eau. On prévoit des sécheresses tous les deux ans, ce qui retarde le retour des adultes en eau douce (moins d’eau, plus de gravier).

11.3

Températures extrêmes

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

Selon les projections actuelles, la température des cours d’eau continuera d’augmenter jusqu’à des niveaux critiques (> 18 °C) (Porter et al., 2013). Ces augmentations devraient toucher l’ensemble de la population (c.-à-d. que la portée est généralisée). Les conséquences devraient se poursuivre dans l’avenir. Cependant, la gravité de ce phénomène est inconnue, car il existe peu de données à ce sujet (Riddell et al., 2013). Pour cette UD, il n’y a pas de déclin de la population dû à la température parce que les saumons quittent la zone en septembre, lorsque la température est plus basse. Il est difficile de séparer cette menace du déplacement de l’habitat. On ne peut déterminer assez précisément les facteurs proximaux.

11.4

Tempêtes et inondations

sans objet

Inconnu

Généralisée (71-100 %)

Inconnue

Élevée (continue)

L’emplacement et la fréquence de la plongée et de la remontée des eaux le long du plateau continental ont définitivement des conséquences, mais il est difficile de les attribuer aux changements climatiques.

Classification des menaces d’après l’IUCN-CMP, Salafsky et al. (2008).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :