Réserve nationale de faune des îles de Contrecoeur

Description

La Réserve nationale de faune (RNF) des îles de Contrecoeur est constituée de 22 îlots et d'îles basses entourées de marais et d'herbiers qui se répartissent sur 10 kilomètres (km) le long du fleuve Saint-Laurent à 35 km au nord-est de Montréal. Créée en 1981 par Environnement et Changement climatique Canada, cette réserve a pour but de conserver un ensemble remarquable d'herbiers émergents et submergés et des îles à potentiel de nidification élevé pour la sauvagine de la région de Montréal.

Paysage de plaines herbeuses, la réserve comprend des îles alluvionnaires basses dont une grande partie se trouve complètement submergées lors des crues printanières. Soumises aux variations saisonnières des niveaux d'eau du Saint-Laurent, ces îles sont principalement recouvertes par des hautes herbes et certaines comptent quelques arbres comme le saule, l'érable argenté et le frêne de Pennsylvanie. Le phalaris roseau, composante favorable à la nidification de la sauvagine, couvre parfois des îles entières.

Des étendues marécageuses, peuplées de quenouilles de scirpes, de sagittaires et d'herbiers submergés à myriophylles, bordent les îles en les reliant entre elles et servent à l'alimentation de milliers de canetons, de canards et d'oiseaux aquatiques en période de reproduction et de migration. La réserve abrite plus de 205 espèces végétales, 78 espèces d'oiseaux et 12 espèces de mammifères. De plus, des espèces en péril, comme le Hibou des marais, y sont parfois observés.

Les îles de Contrecoeur représentent le plus important site de nidification du Canard chipeau au Québec ainsi que d'une dizaine d'autres espèces de canards barboteurs comme les canards pilet, d'Amérique et colvert. On y observe aussi d'autres espèces comme le Butor d'Amérique, le Râle de Virginie, le Troglodyte des marais, le Phalarope de Wilson, le Carouge à épaulettes, le Bruant des marais et la Paruline jaune. L'archipel supporte aussi une imposante colonie de Goélands à bec cerclé estimée à près de 13 000 couples. Chez les mammifères, le rat musqué est souvent vu dans l'archipel de Contrecoeur. On y observe également la moufette rayée, le raton laveur, le renard roux ainsi que des musaraignes, des campagnols et des chauves-souris.

La réserve est exposée à certaines menaces et défis de gestion tels que le dérangement occasionné par les activités non-autorisées sur les îles, la présence d'espèces exotiques envahissantes telles que le roseau commun et la salicaire pourpre, les rejets de métaux lourds dans le Saint-Laurent, ainsi que les déversements accidentels.

Pour plus d'information sur la RNF des îles de Contrecoeur, consultez le tableau sommaire ci-dessous.

Réserve nationale de faune des îles de Contrecoeur, Canard d'Amérique Photo : © Benoît Audet

Gestion

Les RNF sont protégées et gérées conformément au Règlement sur les réserves d'espèces sauvages en vertu de la Loi sur les espèces sauvages du Canada. Le but premier des RNF est la protection et la conservation des espèces sauvages et de leur habitat. À cet effet, et selon la législation, Environnement et Changement climatique Canada à le pouvoir d'interdire toute activité dans une RNF qui pourrait nuire à la conservation des espèces sauvages. En conséquence, la plupart d'entre elles ne sont pas accessibles au public et toute activité y est interdite. Le Ministère peut cependant autoriser la tenue de certaines activités, soit par des avis publics ou par l'émission de permis, tant que ces activités sont compatibles avec les buts de conservation du plan de gestion pour la RNF. Pour plus d'information, consulter la section sur la gestion et activités de la section Web des RNF.

En raison de la fragilité des espèces sauvages et des milieux insulaires, l'accès à la RNF des îles de Contrecoeur est interdit de façon générale, à moins de détenir un permis délivré par le ministre, tel que pour la chasse à la sauvagine à l'automne.

De plus, des permis pourraient être émis pour des activités de recherche qui cadrent avec les priorités établies dans le plan de gestion de la réserve. Des permis pourraient aussi être émis pour des activités reliées à la conservation telles que des inventaires, des aménagements ou restaurations d'habitats.

La collaboration avec des agences et organismes du milieu pour contribuer à la protection et à la conservation des espèces sauvages et de leurs habitats de la RNF sera privilégiée. Par exemple, des collaborations pourraient être développées ou poursuivies avec des universités et des centres de recherche pour combler les lacunes en connaissances scientifiques, avec la province pour mettre en œuvre les mesures de rétablissement des espèces en péril, particulièrement celles qui relèvent de la juridiction provinciale, avec les organismes non-gouvernementaux et les autorités municipales pour sensibiliser la population sur les objectifs de la réserve.

De plus amples informations sur l'accès et l'émission de permis pour la RNFdes îles de Contrecoeur peuvent être obtenues en contactant le bureau d'Environnement et Changement climatique Canada de la région.

RNF des îles de Contrecoeur, paysage. Photo : © Léo-Guy de Repentigny
Avis d'Environnement et Changement climatique Canada

Avis public

Réserve nationale de faune des Îles-de-Contrecoeur

Environnement et Changement climatique Canada désire informer le public que la réserve nationale de faune des Îles-de-Contrecoeur, qui comprend de nombreuses îles s’étendant sur 10 km entre les villes de Contrecoeur et de Lavaltrie, toutes deux situées sur les rives du fleuve Saint-Laurent, est un territoire protégé. La réserve a été créée en 1981 afin de protéger les espèces sauvages et leurs habitats, particulièrement ceux des oiseaux migrateurs et des espèces en péril présentes sur ce territoire.

Afin de protéger ce territoire, le Ministère informe les personnes de leur obligation de se conformer aux règles dictées par la Loi sur les espèces sauvages du Canada et les règlements qui en découlent. Toute personne qui omet de se conformer à ces règles ou aux lois en vigueur est passible d’amendes et de poursuites.

L’accès aux îles de cette réserve est interdit au public. Toutefois, la chasse automnale aux oiseaux migrateurs et la pêche sportive sont autorisées autour des îles uniquement, à partir d’une embarcation, selon la réglementation en vigueur (voir les notes ci-dessous).

À moins de détenir un permis délivré par le ministre à cet égard, il est interdit à quiconque se trouve sur la réserve de :

  • pêcher1
  • chasser, sauf les oiseaux migrateurs2
  • détruire ou enlever un végétal3
  • laisser un animal domestique en liberté4
  • nager, camper ou allumer un feu
  • pique-niquer
  • se livrer à une activité non autorisée
  • utiliser tout moyen de transport5
  • enlever, endommager ou détruire, une affiche, une enseigne ou toute autre structure
  • jeter ou laisser des déchets.

1 sauf pour la pêche sportive exercée après le 15 juillet, à partir d’une embarcation et sur le pourtour des îles uniquement (zone aquatique). La circulation en embarcation doit se faire à basse vitesse (10 km/h maximum).

2 uniquement à partir d’une embarcation, dans les herbiers situés en périphérie des îles de la réserve (zone aquatique) aux périodes, aux conditions, aux endroits et avec les engins de chasse autorisés selon la réglementation.

3 incluant toute fauche ou coupe de la végétation pour la chasse aux oiseaux migrateurs.

4 Les chiens sans laisse sont autorisés pour la chasse uniquement.

5 à l’exception des embarcations pour la pêche et la chasse (voir les notes 1 et 2 ci dessus).

Ces interdictions constituent une version abrégée de la réglementation qui s’applique. Pour plus de détails, veuillez consulter la Loi sur les espèces sauvages du Canada, la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et leurs règlements.

Pour obtenir des informations générales ou rapporter une infraction, communiquez avec le Centre de renseignements à la population du Ministère au 1-800-668-6767 ou à ec.enviroinfo.ec@canada.ca.

Rien dans le présent avis ne porte atteinte aux droits ancestraux ni à ceux issus de traités autochtones.

Carte de la réserve

Cette carte est à titre indicatif seulement et ne doit pas être utilisée pour définir les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer la RNF des îles de Contrecoeur. Notez cependant que Google Maps est une source d'information complémentaire et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site.

  • Description longue 

    Carte montrant une partie du fleuve Saint-Laurent située entre Contrecœur et Lavaltrie. Les limites de la RNF des îles de Contrecœur sont indiquées. L'aire protégée recouvre plusieurs îles dans le fleuve Saint-Laurent ainsi qu'une partie des terres entourant ces îles. L'échelle de la carte est en km. Les eaux permanentes, les routes ainsi que les autoroutes sont indiquées sur la carte. Un petit encart montre l'emplacement de la RNF dans le Canada.

Tableau sommaire

Tableau sommaire affichant diverses données sur la réserve nationale de faune des îles de Contrecoeur
Catégorie Information
Désignation de l'aire protégée RNF
Province/territoire Québec
Latitude/longitude 45°22' Nord / 73°15' Ouest
Superficie 299 ha
Raison pour la désignation de l'aire protégée Protéger un ensemble remarquable d'herbiers émergents et submergés et des îles à potentiel de nidification élevé pour la sauvagine dans la région de Montréal.
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1981 - Description légale
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Ia - Réserve naturelle intégrale : aire protégée gérée principalement à des fins scientifiques ou de protection des ressources sauvages.
Désignations supplémentaires
Espèces vedettes ou phares Canard chipeau, Goélands à bec cerclé, Phalarope de Wilson
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Quelques espèces en péril au Canada peuvent occasionnellement fréquenter le site dont le Hibou des marais et l' Hirondelle rustique.
Type d'habitat principal Milieux humides : herbiers émergents et marais peu profonds.
Importance de la faune et de la flore Site important pour les oiseaux migrateurs, en particulier la sauvagine, à proximité de Montréal.
Espèces envahissantes Butome à ombelles, roseau commun, salicaire pourpre. Dans les eaux environnantes, moules zébrée et quagga.
Liens additionnels

Oiseaux: Canard pilet, Canard colvert, Râle de Virginie, Troglodyte des marais, Carouge à épaulettes, et Paruline jaune.

Mammifères: Rat musqué, moufette rayée, raton laveur, renard roux, musaraigne, campagnol, et chauves-souris.

Défis et pressions Le dérangement occasionné par les activités non-autorisées, la présence d'espèces exotiques envahissantes, l'érosion des îles, les rejets de métaux lourds dans le Saint-Laurent et les déversements accidentels.
Organisme de gestion Environnement et Changement climatique Canada (Service canadien de la faune)
Accès public et utilisation Accès interdit sauf pour la chasse à la sauvagine à l'automne.

Remarque : En cas d'incompatibilité entre les renseignements présentés sur cette page web et l'avis affiché sur le site de la RNF, l'avis prévaudra à titre d'instrument juridique autorisant l'activité.

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région du Quebec
Service canadien de la faune
Conservation des Écosystèmes
801-1550, avenue d'Estimauville
Québec, Québec
G1J 0C3
Ligne sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Documents connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :