Document d’information : MONTRÉAL - Une nouvelle aide financière viendra appuyer un mouvement dynamique pour l’égalité entre les sexes au Canada

Document d'information

Action travail des femmes- $398,045

Action travail des femmes offre des services aux femmes de tous les âges et de tous les milieux qui sont à la recherche d’un emploi ou de formation. Ces services comprennent de l’aide à la recherche d’emploi et de l’information sur les programmes d’aide financière pour la formation professionnelle. L’organisme offre aussi un accompagnement aux immigrantes qui cherchent à faire reconnaître les compétences et les connaissances qu’elles ont acquises à l’étranger, et les épaulent en cas de discrimination en milieu de travail (normes de travail, harcèlement, discrimination, parité salariale, assurance emploi, etc.).

Action travail des femmes du Québec Inc. recevra 398 045 $ pour ce projet de trois ans qui s’attaquera aux obstacles systémiques au maintien en poste des femmes dans le secteur de la construction. Il formulera des protocoles d’intervention et des recommandations pour améliorer les dispositions législatives visant la violence et le harcèlement sexuels dans l’industrie. Le projet mettra en place des mécanismes de soutien en collaboration avec quatre syndicats du secteur et un regroupement  provincial de centres d'aide aux victimes d'agression sexuelle, pour que les travailleuses de la construction victimes de violence et de harcèlement sexuels aient accès aux services appropriés. Il inclura une analyse genrée du cadre juridique qui gouverne le travail et les droits de la personne. Les recommandations seront transmises aux principales parties prenantes institutionnelles et communautaires.

Bibliothèque et centre d’informatique Atwater - 284 670 $

Bibliothèque et centre d’informatique Atwater est une bibliothèque communautaire, un centre d’apprentissage numérique et un lieu de rencontre situé au centre-ville de Montréal. Il enregistre plus de 100 000 visites par année. En plus de livres, on y trouve un centre informatique de pointe, qui offre des cours et des ateliers afin d’aider les utilisatrices et utilisateurs — jeunes et moins jeunes — à maîtriser la technologie numérique. L’établissement offre aussi des espaces pour la tenue de diverses activités littéraires et éducatives, des ateliers de littératie financière et des réunions communautaires. Depuis quelques années, il travaille avec des femmes et des filles, spécifiquement pour prévenir la cyberviolence.

Bibliothèque et centre d’informatique Atwater recevra 284 670 $ pour ce projet de trois ans qui améliorera la collaboration entre différents groupes communautaires, organismes publics et établissements d’enseignement afin d’apporter des solutions à la violence fondée sur le sexe  sur les campus des collèges montréalais. Le projet examinera les liens entre la violence en ligne et hors ligne. L’organisme aidera ensuite les parties prenantes à élaborer des pratiques, des protocoles et des politiques visant à faire en sorte que les établissements disposent de mesures d’intervention efficaces et largement disponibles. Les pratiques exemplaires seront mises à l’essai dans certains collèges anglophones du Grand Montréal. On rédigera ensuite des recommandations qui seront communiquées au milieu collégial anglophone et francophone, de même qu’aux intervenantes et intervenants du monde des médias, des technologies et des jeux vidéo pour favoriser l’avènement de changements systémiques semblables au sein de leurs réseaux.

Fédération des femmes du Québec - 385 067 $

La Fédération des femmes du Québec est une organisation féministe qui se consacre à l’élimination des obstacles à l’égalité des femmes dans tous les aspects de la vie et à la promotion de la pleine reconnaissance de leur contribution dans la société. La Fédération réunit divers organismes dans le but de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, en particulier celles des femmes marginalisées.

La Fédération des femmes du Québec reçoit 385 067 $ pour ce projet de trois ans qui améliorera les possibilités d’avancement des femmes qui travaillent au sein d’organisations militantes et de syndicats à Montréal, de même que leur participation aux décisions. La Fédération travaillera avec la section locale d’un syndicat provincial et une organisation provinciale qui défend les droits des bénéficiaires de l’aide sociale pour modifier les politiques et pratiques organisationnelles afin de créer des milieux plus inclusifs et équitables. Une démarche intersectionnelle sera utilisée afin de tenir compte des facteurs de diversité au moment de définir et de mettre à l’essai des solutions de nature à améliorer les possibilités d’avancement des travailleuses. Les résultats du projet seront diffusés à l’échelle de la province, notamment par l’intermédiaire d’un forum et d’une communauté de pratique sur le Web.

Relais-femmes - 399 977$

Relais-femmes est une organisation féministe sans but lucratif qui fait la promotion du changement social et des droits des femmes, en plus de contribuer au développement des capacités  des groupes de femmes. Elle rassemble plus de quatre-vingt-dix groupes de femmes locaux, régionaux et provinciaux. Par l’information qu’elle fournit, la formation qu’elle offre et les recherches qu’elle mène, cette organisation contribue à l’identification et la résolution des enjeux qui touchent les femmes, qu’ils soient de nature politique, sociale, économique ou culturelle.

Relais-femmes recevra 399 977 $ pour ce projet de trois ans qui encouragera la collaboration entre des groupes de femmes et des universités pour mettre en œuvre des projets conjoints faisant la promotion de l’égalité entre les sexes dans la ville de Québec et le Bas-Saint-Laurent. Des structures et mécanismes de collaboration permanents seront développés et mis en œuvre en partenariat avec une université et une table régionale de groupe de femmes dans chacune de ces deux régions en vue de soutenir le développement et l’implantation de projets communs. Une communauté de pratique virtuelle sera créée pour appuyer la mise en œuvre du projet, la collaboration et l’échange de pratiques exemplaires.

Table de concertation en violence conjugale de Montréal - 379 114 $

L’objectif de la Table de concertation en violence conjugale de Montréal est de rassembler et de mobiliser différentes parties prenantes qui travaillent en partenariat afin de prévenir la violence et de protéger les femmes, les enfants et autres victimes de la violence conjugale et de ses conséquences.

La Table de concertation en violence conjugale de Montréal recevra 379 114 $ pour ce projet de trois ans qui vise à améliorer les mesures de soutien à l’intention des femmes en situation de violence conjugale où des facteurs liés à la santé mentale, à la toxicomanie et aux mauvais traitements des enfants sont également en jeu. Les parties prenantes de trois régions mettront en commun leur expertise pour élaborer un modèle efficace de collaboration intersectorielle. Les parties prenantes incluent les intervenantes et intervenants du milieu associatif et du secteur public qui jouent un rôle dans la lutte contre la violence, la santé mentale, le traitement de la toxicomanie et la protection de l’enfance. Le modèle élaboré sera mis à l’essai et des recommandations seront formulées pour améliorer les pratiques et les approches cliniques existantes. Un comité permanent élaborera des plans d’action annuels pour assurer le suivi de la mise en œuvre et des outils. Un guide sur les pratiques exemplaires sera également rédigé et fera l’objet d’une vaste diffusion afin de promouvoir l’utilisation et la pérennisation du modèle.

Table de concertation pour les organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes - 352 993 $

La Table de concertation pour les organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes regroupe plus d’une centaine d’organismes qui travaillent auprès de personnes réfugiées, immigrantes et sans statut officiel. Sa mission vise la défense des droits et la protection des personnes réfugiées et immigrantes du Québec, à travers le partage d’information, l’organisation de formations à l’intention des intervenants œuvrant auprès des nouvelles arrivantes et nouveaux arrivants, et l’élaboration de recherches en partenariat avec les universités.

La Table de concertation pour les organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes reçoit 352 993 $ pour ce projet de trois ans qui vise à accroître le soutien offert aux femmes et aux filles victimes de mutilation génitale grâce à des démarches intersectorielles coordonnées. Une évaluation des besoins sera réalisée dans six régions du Québec, et les résultats éclaireront l’élaboration de pratiques coordonnées et améliorées. Les intervenantes et intervenants des secteurs de l’immigration, de la santé, des services sociaux et de la protection de la jeunesse seront mobilisés afin d’améliorer la prévention, les interventions et le soutien continu aux victimes. L’élaboration de protocoles à l’intention des parties prenantes des secteurs ciblés contribuera au maintien des pratiques exemplaires. Les leçons apprises seront documentées et largement diffusées afin de fournir un continuum d’interventions et de faciliter leur mise en œuvre à l’extérieur du Québec pour mieux répondre aux besoins spécifiques des victimes de mutilation génitale.    

Youth Employment Services Foundation (YES) - 340 024 $

YES (Fondation des services d’emploi pour les jeunes) est un fournisseur de services communautaires en langue anglaise qui, depuis 20 ans, aide les Québécoises et les Québécois dans l’ensemble de la province à trouver un emploi ou à créer des entreprises et les faire prospérer. Tout au long de l’année, Yes offre du counseling de carrière individuel, des services d’encadrement professionnel, des ateliers de jour et de soir, du mentorat, des conférences et des occasions de réseautage. Pour ce faire, YES compte sur un personnel interne et sur un réseau de partenaires du milieu des affaires, des organismes sans but lucratif, des médias, du milieu universitaire et du secteur des entreprises qui fournissent des services, du mentorat et une orientation stratégique.

YES reçoit 340 024 $ pour ce projet de trois ans ayant pour but de créer des changements systémiques pour améliorer le maintien en poste et l’avancement professionnel des femmes dans les industries de la science, des technologies, du génie et des mathématiques (STEGMA) à Montréal. L’objectif est de générer des changements dans les pratiques organisationnelles de trois entreprises de diverses tailles dans les milieux des STEGMA, grâce à l’élaboration et à la mise en œuvre de plans d’action stratégiques et d’outils de soutien qui modifieront les principales structures et fonctions de gestion afin de promouvoir l’égalité entre les sexes.

Les méthodes seront adaptées aux divers environnements de travail avant d’être mises en œuvre, et les résultats seront diffusés auprès d’un vaste réseau d’entreprises à l’aide d’une plateforme virtuelle. Cette plateforme constituera une infrastructure durable pour la promotion d’outils, de pratiques exemplaires, d’histoires de réussite et d’entreprises modèles, afin de favoriser dans le futur les changements systémiques dans d’autres milieux de travail des STEGMA.

Appel de propositions : Financement pour l’avancement de l’égalité entre les sexes au Canada – plus de 18 millions de dollars accordés

En octobre 2016, Condition féminine Canada a invité des organismes à proposer des projets pour faire avancer l’égalité entre les sexes au Canada. En juin 2017, quelque 50 projets avaient été approuvés, pour une valeur de plus de 18 millions de dollars, au titre du Financement pour l’avancement de l’égalité entre les sexes.

D’une durée de 36 mois, les projets s’attaqueront à des obstacles systémiques dans les trois domaines prioritaires de Condition féminine Canada, à savoir : l’amélioration de la sécurité et de la prospérité économiques des femmes et des filles; l’accès des femmes et des filles aux postes de responsabilité et de décision; et l’élimination de la violence faite aux femmes et aux filles.

La Fondation canadienne des femmes établira un solide réseau pancanadien indépendant de femmes chefs de file afin d’appuyer l’action féministe ciblant l’égalité des sexes à l’échelle nationale. Ces dirigeantes ont été choisies en raison des efforts remarquables qu’elles ont déployés dans leur localité pour promouvoir l’égalité des femmes, des filles et des personnes allosexuelles. En créant un réseau de femmes visionnaires, nous élargirons le rayonnement de leurs efforts au-delà de leur collectivité – et inciterons des personnes vivant dans d’autres coins du pays à faire entendre leur voix et à mettre à contribution leurs idées pour marquer de véritables progrès.

Il est temps : La stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe

En réponse à la violence fondée sur le sexe (VFS), le gouvernement du Canada a adopté Il est temps : La stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Il est temps s’inscrit dans la foulée d’initiatives fédérales déjà en cours et coordonne les programmes existants. Elle jette aussi les bases pour d’autres interventions.

Cette stratégie comporte trois piliers :

  • Prévention;
  • Soutien aux personnes survivantes et à leur famille;
  • Réactivité du système juridique et judiciaire aux besoins
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :