Document d'information – Aide financière fédérale pour améliorer la sécurité économique des femmes au Québec

Document d'information

Condition féminine Canada – Programme de promotion de la femme

Condition féminine Canada fait progresser l’égalité entre les sexes de plusieurs façons, notamment au moyen de son Programme de promotion de la femme, qui finance les projets d’organismes admissibles. Les projets sont sélectionnés au moyen d’appels de propositions portant sur des thèmes précis ou parmi l’arrivage continu de propositions, reçues en tout temps par le Programme.

Le Programme de promotion de la femme finance des projets d’une durée qui peut aller jusqu’à cinq ans et qui ciblent les obstacles systémiques à l’égalité des femmes dans trois domaines prioritaires, à savoir : l’élimination de la violence faite aux femmes, l’amélioration de la sécurité économique des femmes et des filles, et favoriser l’accès des femmes et des filles aux postes de décision et de responsabilité.

Appels de propositions – Promouvoir la sécurité économique des femmes et Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones

Le 2 octobre 2017, l’honorable Maryam Monsef, ministre de la Condition féminine, a lancé deux appels de propositions. Le premier appel, intitulé Promouvoir la sécurité économique des femmes, invitait les organismes à présenter une demande de financement pour des projets favorisant la sécurité économique des femmes tout en contribuant à l’avancement de l’égalité entre les sexes au Canada. À l’issue de cet appel de propositions, plus de 30 projets recevront la somme totale de 10 millions de dollars.

Cet appel de proposition comprenait deux thèmes. Le premier, Aplanir les obstacles systémiques grâce au partenariat, finance des projets visant à éliminer les obstacles majeurs à la sécurité économique des femmes, entre autres, l’accès aux services de garde, l’écart salarial entre les femmes et les hommes et les iniquités salariales.

Le second thème, Mobiliser le secteur privé et augmenter ses investissements dans la cause des femmes, invite les organismes à établir des partenariats avec le secteur privé pour trouver des solutions novatrices permettant d’améliorer la sécurité économique des femmes.

Le second appel de propositions, Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones, invitait les organismes à encourager la collaboration entre les parties prenantes – femmes, organismes et communautés autochtones et le secteur privé – pour favoriser la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones au Canada. En vertu de cet appel de propositions, 14 projets répartis un peu partout au pays se partageront plus de 4,3 millions de dollars.

Projets financés

Créé en 1990, Camo-route est le comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie du camionnage au Québec. Il travaille avec des partenaires sectoriels et régionaux dans le domaine de l’emploi, du transport et de l’éducation pour cerner les besoins de l’industrie en matière de ressources humaines, améliorer la mobilité de la main-d’œuvre, perfectionner les compétences de la main-d’œuvre et faciliter l’accès à la formation partout dans la province.

Description du projet

Camo-route recevra 294 000 $ pour réaliser son projet, Conductrices de camions : Objectif 10 %. Au cours des trois prochaines années, Camo-route collaborera avec ses principaux partenaires pour cerner et éliminer les obstacles qui empêchent les femmes d’accéder en plus grand nombre à l’industrie du camionnage au Québec. Le projet vise à modifier les pratiques de recrutement, d’intégration et de formation des entreprises et des centres de formation, pour augmenter le nombre de camionneuses. Aux côtés de ses partenaires, Camo-route préparera un plan d’action, puis prendra des mesures concrètes dans six régions du Québec. Les entreprises privées, les centres de formation, l’association provinciale de camionnage et Via Prévention prêteront des ressources pour élaborer et implanter de nouveaux outils, offrir du soutien au secteur et faire connaître de nouvelles pratiques. Un comité consultatif composé de chefs de file du secteur veillera à la bonne gouvernance du projet et à la diffusion des résultats au sein de l’industrie du camionnage, notamment lors d’événements provinciaux organisés par l’industrie du camionnage, d’activités promotionnelles, et par l’entremise des sites Web de partenaires et d’autres parties prenantes.

Statistiques – Sécurité économique des femmes

  • En 2017, les femmes comptaient pour la moitié de la main-d’œuvre au Québec, mais seulement 7 % dans la catégorie du « Personnel en opération d'équipement de transport et de machinerie lourde et autre personnel assimilé à l'entretien ».
  • Au Québec, le salaire moyen à l’heure pour le « Personnel en opération d'équipement de transport et de machinerie lourde et autre personnel assimilé à l'entretien » était de 21,06 $. Pour les femmes, il était de 19,33 $; tandis que pour les hommes, il était de 21,18 $.

  • Les femmes sont nettement sous-représentées dans la profession de camionneur. On en comptait 1 875 en 2011 dans la population active expérimentée, ce qui représente 3 % du total.

  • À l’intérieur de cette catégorie d’emploi, on constate que les femmes gagnent légèrement moins que les hommes sur une base hebdomadaire (821 $ contre 924 $ chez les hommes).

  • En 2015, 82 % des femmes de 25 à 54 ans (six millions) ont participé au marché du travail.

  • En 2015, les femmes représentaient 47,2 % de la population active, comparativement à 45,7 % en 1999 et à 37,1 % en 1976.

  • En 2015, le taux d’emploi des femmes à l’échelle du Canada était de 77,5 %, comparativement à 85,3 % pour les hommes.

  • Les femmes travaillent en moyenne 5,6 heures de moins par semaine que les hommes (35,5 heures/semaine, comparativement à 41,1 heures/semaine).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :