Le gouvernement du Canada annonce un investissement pour améliorer la sécurité économique des femmes dans la région de la Mauricie

Communiqué de presse

Le projet favorise l’emploi pour les femmes en réduisant les obstacles systémiques tels que ceux liés au transport, à l’accès aux services de garde d’enfants ou aux mesures pour l’équilibre famille-travail-études.

Le 13 juillet 2020 – Trois-Rivières (Québec) – Femmes et Égalité des genres Canada

La pandémie de la COVID-19 n’est pas une crise comme les autres. Ce sont les femmes qui ont été le plus durement touchées en termes d’emplois perdus, et ce sont aussi elles qui font davantage de travail non rémunéré, comme s’occuper des enfants ainsi que des aînés. De plus, la majorité des travailleurs de première ligne dans la lutte contre la COVID-19 sont des femmes. Cela inclut le personnel infirmier, bien sûr, mais aussi les préposés aux bénéficiaires et les autres travailleurs de la santé, des garderies, du secteur alimentaire et des services sociaux.

Le gouvernement du Canada est résolu à faire progresser l’égalité des genres et reconnaît que la création d’un nombre plus important de possibilités pour les femmes peut jouer un rôle important dans le renforcement de leur pouvoir dans tous les secteurs de la vie au Canada. En investissant dans des projets qui améliorent la sécurité économique des femmes, nous aidons à faire en sorte que les femmes, les familles et les collectivités puissent prospérer, ce qui signifie une économie plus forte pour toute la population canadienne.

C’est pourquoi l’honorable Pablo Rodriguez, Lieutenant du Québec et Leader du gouvernement à la Chambre des communes, au nom de l’honorable Maryam Monsef, ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural, a annoncé aujourd’hui un investissement de 249 066 dollars dans un projet qui accroît la sécurité et la prospérité économiques des femmes dans la région de la Mauricie.

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie va pouvoir utiliser ce financement afin de soutenir une initiative qui réduit les obstacles systémiques à l’emploi, tels que ceux liés au transport, à l’accès aux services de garde d’enfants ou aux mesures pour l’équilibre famille-travail-études. Les partenaires du projet issus de secteurs clés de l’emploi reçoivent de l’aide pour adapter leurs pratiques. L’initiative applique également une analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) aux plateformes de revendication d’au moins une coalition régionale afin qu’elle puisse mieux défendre les droits des femmes en situation de vulnérabilité, y compris les nouvelles arrivantes et les femmes autochtones. Afin de promouvoir ces changements, un plan d’action intersectoriel régional est en élaboration et sera mis en œuvre.

Il s’agit là de l’un des 45 projets approuvés dans le cadre du Programme de promotion de la femme dans deux appels de propositions intitulés Promouvoir la sécurité économique des femmes et Améliorer la sécurité et la prospérité économiques des femmes autochtones. Ces projets s’appuieront sur les efforts déployés actuellement afin d’accroître l’autonomisation économique des femmes et de faire progresser l’égalité des genres pour l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens.

Citations

« Ce projet est si important car il crée de meilleures conditions pour que les femmes puissent s’épanouir dans leur carrière et dans leur vie. En finançant des organismes comme la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie, qui œuvrent pour éliminer les obstacles qui empêchent les femmes de progresser, nous veillons à ce que toutes les Canadiennes et tous les Canadiens aient une chance réelle et équitable de réussir, peu importe leur genre. Notre gouvernement sait que lorsque nous investissons dans les femmes, nous accélérons la croissance économique pour tout le monde. »

L’honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural

« Le financement de ce projet fait une réelle différence dans la vie des gens de toute la province. En aidant les femmes en situation de vulnérabilité à s’assurer une place sur le marché du travail et en aidant les secteurs clés à adapter leurs pratiques pour faire tomber les barrières systémiques, nous faisons progresser l’égalité des genres, ce qui profite à tous. »

L’honorable Pablo Rodriguez, C.P., député
Lieutenant du Québec
Leader du gouvernement à la Chambre des communes

« Nous savons qu’il y a plusieurs obstacles à l’accès à l’emploi des femmes. C’est pourquoi nous sommes reconnaissantes au gouvernement fédéral pour son soutien financier. Ce projet nous permet de mettre en place des mesures concrètes, comme des conditions d’emploi plus inclusives et égalitaires, pour faire une meilleure place aux femmes sur le marché du travail dans la région de la Mauricie. »

Joanne Blais, directrice
Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie

Faits en bref

  • Le gouvernement du Canada investit 15 millions de dollars supplémentaires pour soutenir les femmes entrepreneures pendant la pandémie de COVID-19 au moyen de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat.

  • Le gouvernement du Canada investit 207,5 millions de dollars dans des organismes qui soutiennent les personnes qui sont les plus vulnérables à la pandémie de COVID-19 – dont les personnes en situation d’itinérance et les femmes fuyant la violence fondée sur le sexe. 

  • La McKinsey Global Institute estime que l’adoption de mesures pour favoriser l’avancement de l’égalité des genres – comme employer davantage de femmes dans le secteur des technologies et stimuler la présence des femmes dans la population active – enrichirait le produit intérieur brut du Canada de 150 milliards de dollars d’ici 2026.

  • Les femmes sont toujours touchées de façon disproportionnée par l’insécurité économique. La comparaison des salaires horaires médians des femmes et des hommes de 15 ans et plus et du travail à temps plein au Canada en 2019 permet de constater que les femmes gagnaient seulement 88 cents pour chaque dollar gagné par les hommes. Les femmes en âge de travailler (25 à 54 ans) sont également beaucoup plus susceptibles de travailler à temps partiel, représentant 73 % de toutes les personnes travaillant à temps partiel dans cette tranche d’âge en 2019. Un peu plus du quart (28 %) des femmes en âge de travailler à temps partiel ont déclaré que les responsabilités liées à la garde d’enfants expliquaient pourquoi elles travaillaient à temps partiel en 2019.

  • La sécurité économique se compose de la sécurité sociale de base, définie par l’accès aux besoins fondamentaux comme la santé, l’éducation et le logement.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Marie-Pier Baril
Attachée de presse
Cabinet de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural
613-295-8123

Relations avec les médias
Femmes et Égalité des genres Canada
1-855-969-9922

Suivez Femmes et Égalité des genres Canada sur :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :