Le gouvernement du Canada et l'Assemblée des chefs mi'kmaq de la Nouvelle-Écosse annoncent un partenariat pour changer le nom du navire de la Garde côtière canadienne Edward Cornwallis

Communiqué de presse

Le 30 juin 2020

Dartmouth (Nouvelle-Écosse) - Le gouvernement du Canada travaille avec les peuples autochtones pour redresser les torts de notre passé, et ouvrir la voie à une nouvelle relation fondée sur les droits, le respect, la coopération, et le partenariat.

Dans cet esprit, la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, l'honorable Bernadette Jordan, a annoncé aujourd'hui, aux côtés du chef Terry Paul, qu'elle demandera à l'Assemblée des chefs mi'kmaq de la Nouvelle-Écosse de recommander un nouveau nom pour le navire de la Garde côtière canadienne (NGCC) Edward Cornwallis. La Ministre annoncera le nom du navire avant qu'il ne quitte le chantier naval de Shelburne plus tard cette année.

Les Mi'kmaq et de nombreux autres citoyens de la Nouvelle-Écosse ont exprimé de nombreuses préoccupations concernant l’attribution du nom de Edward Cornwallis en raison du mauvais traitement qu’il a infligé au peuple mi'kmaq. En 1749, Edward Cornwallis a cherché à chasser les Mi'kmaq de leurs terres sur la péninsule de la Nouvelle-Écosse par des mesures barbares, dont une prime contre les hommes, les femmes et les enfants mi'kmaq.

Alors que les Canadiens continuent d'écouter la voix des peuples autochtones et d'en apprendre plus sur les chapitres les plus sombres de l'histoire de notre pays, ils remettent en question la façon dont nous continuons à commémorer les anciens dirigeants. L'héritage de Cornwallis ne reflète pas les valeurs que les Canadiens défendent aujourd'hui, et son nom est un rappel douloureux, pour de nombreux peuples autochtones, du racisme et de l'inégalité que leurs ancêtres ont subis, et que beaucoup subissent encore aujourd'hui. En conséquence, son nom a déjà été retiré de divers endroits de la Nouvelle-Écosse. 

Le NGCC Edward Cornwallis portera bientôt un nouveau nom, qui sera choisi en partenariat avec les Mi'kmaq de la Nouvelle-Écosse. Le changement de nom suivra la politique officielle de la Garde côtière pour cette classe de navire, qui est nommée pour honorer les anciens dirigeants canadiens qui ont apporté une contribution significative au pays. Le navire se trouve actuellement à Shelburne, en Nouvelle-Écosse, où il fait l'objet de travaux de prolongation de sa durée de vie jusqu'au début de 2021. La GCC organisera une cérémonie de remise en service pour honorer ce changement.

Le Canada s’est engagé à établir une relation de Nation à Nation, de gouvernement à gouvernement, entre les Inuits et la Couronne avec les peuples autochtones du Canada. Les personnalités que nous choisissons de commémorer peuvent contribuer à faire avancer cette relation. Les valeurs fondamentales de la Garde côtière canadienne sont l'honneur, le respect, et le sens du devoir, et nous sommes fiers que ce navire ait bientôt un nom qui reflète ces principes.

Citations

« La réconciliation est impérative pour l'avenir de notre pays, et la faire progresser est la responsabilité de chaque individu et de chaque institution. En rebaptisant le Cornwallis, nous faisons un autre pas dans le redressement des torts du passé de notre pays. Alors que nous faisons place à un nouveau nom, choisi en partenariat avec le peuple mi'kmaq, nous avons une nouvelle occasion de mettre en lumière un dirigeant dont les actions incarnent les valeurs que nous défendons aujourd'hui. La réconciliation est un voyage commun, et je remercie vivement le chef Paul et les dirigeants de l'Assemblée des chefs mi'kmaq de la Nouvelle-Écosse pour leur conseils et partenariat continus. »

L’honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« En collaborant avec la ministre Jordan pour remédier à la longue histoire négative des personnages de notre passé, nous assistons aujourd'hui à la réconciliation en action. Les Mi'kmaq ont fait de cette terre leur foyer depuis des temps immémoriaux, mais le sombre héritage des premiers colons continue de nous rappeler douloureusement les inégalités qui existent encore aujourd'hui. En redressant les torts du passé, nous bâtissons des relations plus solides pour l'avenir. »

Terry Paul, chef et président-directeur général, Première Nation de Membertou

« Lorsque j'ai été informé que le NGCC Edward Cornwallis serait rebaptisé, j’en ai été très heureux. C'est cela la réconciliation, et notre société devrait être à l’aise avec toutes les races qui résident dans notre pays. Ce n'est pas possible quand on laisse un tort historique s'envenimer et être un affront à la dignité humaine d'une autre race, dans ce cas, les Mi'kmaq. Chapeau à l'honorable Bernadette Jordan pour avoir pris cette décision. C'est une dame qui a vu un tort et qui a décidé de le corriger, Wela'lin, (merci). »

Mi'kmaw Saqmawiey, Daniel N. Paul, Confederacy of Mainland, Ordre de la Nouvelle-Écosse

« Les hommes et les femmes de la Garde côtière canadienne sont fiers de servir les peuples autochtones et les autres Canadiens en Nouvelle-Écosse et dans l’ensemble du pays, alors que nous travaillons ensemble à la recherche et au sauvetage, à l'intervention environnementale, aux aides à la navigation, et à la protection maritime. Le nouveau nom du navire reflétera cette fierté. »

Mario Pelletier, commissaire, Garde côtière canadienne

Faits en bref

  • Le NGCC Edward Cornwallis est un navire polyvalent à grand rayon d’action, qui effectue des activités de déglaçage léger et de balisage, qui sont essentielles pour maintenir les eaux ouvertes et sécuritaires pour le trafic maritime.

  • Le navire est entré en service en 1986 et son port d'attache est situé sur la base de la Garde côtière canadienne à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

  • Le 2 mars 2020, un contrat de 12,1 millions de dollars a été attribué à Shelburne Ship Repair, de Shelburne, en Nouvelle-Écosse, pour des travaux de prolongation de la durée de vie du navire. Ces travaux devraient être achevés au début de 2021.

  • Le gouvernement du Canada espère que le nouveau nom reflète non seulement les valeurs fondamentales de la Garde côtière, mais aussi l'engagement du Canada en faveur de la réconciliation.

Personnes-ressources

Jane Deeks
Attachée de presse
Cabinet de la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne
343-550-9594
Jane.Deeks@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :