Les opérations de la Garde côtière canadienne en Arctique pour 2020 après la mi-saison

Communiqué de presse

Le 10 septembre 2020

Yellowknife (T.N.-O.) - La Garde côtière canadienne a dépassé le milieu de sa saison opérationnelle 2020 dans l'Arctique, qui assure la sécurité et l'efficacité des déplacements des navires dans les eaux nordiques du Canada, et permet le réapprovisionnement estival des communautés du Nord canadien.

Les huit navires réguliers ont tous été déployés dans l'Arctique, le dernier étant le NGCC Des Groseilliers, qui a quitté Québec le 19 août. Tous les brise-glaces de la Garde côtière appuient les engagements opérationnels et les programmes, notamment en fournissant des escortes sécuritaires aux navires dans les eaux couvertes de glace, en effectuant des relevés hydrographiques, en entretenant les aides à la navigation, et en soutenant les programmes scientifiques dans l’Arctique.

Le Centre des services de communication et de trafic maritimes (SCTM) d'Iqaluit a ouvert ses portes le 20 mai 2020. En date du 31 août, les SCTM d'Iqaluit ont fourni un soutien à 87 navires, pour un total de 179 voyages dans la zone de services de trafic maritime du Nord canadien (NORDREG). Ces navires comprennent des navires de la Garde côtière canadienne, des cargos, des pétroliers, et des vraquiers. Depuis le 1er juin 2020, il est interdit aux embarcations de plaisance et aux navires de croisière de circuler dans les eaux côtières de l'Arctique canadien ainsi que dans les zones côtières du nord du Québec et du Labrador, en vertu des mesures de Transports Canada visant à diminuer les risques de propagation de la COVID-19 dans les communautés éloignées et vulnérables.

La station nord d’embarcations de sauvetage côtier (ESC) de la Garde côtière canadienne à Rankin Inlet, au Nunavut, a ouvert ses portes le 17 juin, pour fournir des services de recherche et de sauvetage pendant la saison estivale. Avant d'arriver à Rankin Inlet, les équipages se sont isolés à Winnipeg pendant 14 jours dans le cadre des mesures prises pour aider à prévenir la propagation de COVID-19. Jusqu'à présent, les équipes de la station nord d’ESC ont mené à bien 5 cas de recherche et sauvetage, et ont effectué 3 exercices de formation.

En plus des capacités de recherche et de sauvetage, tous les navires travaillant dans l'Arctique sont équipés et prêts à faire face à des situations d'urgence telles que les incidents de pollution marine. Les activités de préparation et la capacité opérationnelle telles que la planification des mesures d'urgence, la formation et l’entraînement du personnel¸ ainsi que la liaison avec nos partenaires d'intervention se poursuivent tout au long de l'année. Des relations étroites avec les partenaires communautaires sont essentielles à la réussite des interventions environnementales, car la connaissance locale d'une région est inestimable.

Dans le cadre du travail de soutien au Service hydrographique du Canada (SHC), un certain nombre de navires de la Garde côtière ont mis en place des programmes de cartographie des fonds marins. Grâce à l'utilisation de systèmes de sonar multifaisceaux de pointe, les hydrographes augmentent la quantité de fonds marins étudiés dans l'Arctique, ce qui permet d'obtenir un environnement marin plus sûr et plus sécurisé. Cette année, quatre navires de la Garde côtière soutiennent directement divers programmes du SHC.

La Garde côtière canadienne fournit également des services d'aides saisonnières à la navigation sur le fleuve Mackenzie et le Grand lac des Esclaves, dans les Territoires du Nord-Ouest. Ces services sont essentiels pour les barges qui naviguent sur le fleuve pendant les mois d'été. Le déploiement, le repositionnement et la réparation des aides à la navigation sur le fleuve Mackenzie et le Grand lac des Esclaves sont effectués par deux baliseurs spécialisés, le NGCC Dumit et le NGCC Eckaloo.

La Garde côtière canadienne continue de surveiller activement la pandémie de COVID-19. Elle travaille notamment en étroite collaboration avec les organisations et les gouvernements des Inuits, des Premières Nations et des Métis, les gouvernements territoriaux et provinciaux, les communautés de l'Arctique, l'industrie et d'autres partenaires pour la prise de décisions, en se fondant sur les orientations des autorités de santé publique. Les niveaux de service de la Garde côtière ont été maintenus à un niveau opérationnel normal depuis le début de la pandémie. Des procédures opérationnelles normalisées à l’échelle nationale sont en place, notamment des tests pour tous les membres d'équipage qui montent à bord des brise-glaces dans l'Arctique, et des mesures sanitaires accrues à bord de tous les navires. La santé et la sécurité des équipages et des marins restent la priorité absolue de la Garde côtière.

En raison de la pandémie, toutes les interactions publiques des équipages des navires, y compris les activités de mobilisation, les visites des communautés et les visites des navires ont été annulées. Pour protéger les populations de l'Arctique, les équipages et les navires évitent tout contact avec les communautés, sauf en cas d'urgence ou de travail critique, auquel cas les responsables de la santé publique sont consultés et toutes les précautions nécessaires sont prises pour limiter les interactions humaines.

La saison en Arctique de la Garde côtière s'étend jusqu'en novembre. Toutefois, les plans opérationnels sont susceptibles d'être modifiés en raison de l'état des glaces et/ou des conditions météorologiques, de changements apportés par l'industrie à ses horaires de navigation ou d'autres situations imprévues. Les changements météorologiques peuvent survenir rapidement, en particulier dans l'Arctique.

Multimédia supplémentaire

NGCC Terry Fox dans la baie Frobisher, près d’Iqaluit, au Nunavut, en attente de déglaçage. Photo : Brian Tattuinee.

Citations

« Tous les Canadiens peuvent être très fiers de notre Garde côtière qui a réussi à fournir des services essentiels dans l'Arctique en bravant la COVID-19. La croissance continue de la navigation commerciale et les effets croissants des changements climatiques ont imposé à nos officiers et à nos équipages des exigences plus élevées que jamais. Il n'a pas été aisé de s'adapter à notre nouvelle réalité opérationnelle pendant cette pandémie, mais ils ont persisté à veiller à ce que nos marins et notre milieu marin continuent d'être protégés. »

L’honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« Nous continuons à nous engager et à travailler étroitement avec les gouvernements et les organisations inuits, des Premières Nations et métis, les gouvernements provinciaux et territoriaux et les partenaires de l'industrie pour assurer la sécurité de nos équipages et des communautés arctiques que nous servons. À mesure que la pandémie COVID-19 évolue, nous adaptons nos plans et nos opérations en fonction des besoins. La Région de l’Arctique de la Garde côtière continue de croître. Nous restons déterminés à construire notre nouvelle Région avec nos partenaires, et à travailler en étroite collaboration pour assurer la prestation soutenue de programmes et de services essentiels dans l'Arctique. »

Neil O’Rourke, commissaire adjoint, Région de l’Arctique de la Garde côtière canadienne

Faits en bref

  • En date du 31 août 2020, nos opérations dans l'Arctique ont enregistré ce qui suit :

    • 37 escortes commerciales
    • 15 missions de reconnaissance des glaces en hélicoptère
    • 1 dégagement de ports commerciaux
    • 45 situations d'urgence dans l'Arctique nécessitant le déploiement/l'affectation de moyens de recherche et sauvetage

    - 30 -

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada et la
Garde côtière canadienne
Région de l’Arctique
204-984-4715

XCA.Media@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés



Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :