ARCHIVÉ – Discours – Notes pour une allocution prononcée par l’honorable Jason Kenney, C.P., député, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme au lancement d’une mise à jour du guide Découvrir le Canada

Vancouver (Colombie Britannique), le 14 mars 2011

Tel que prononcé

Félicitations. Vous êtes tous de nouveaux Canadiens et nous sommes très fiers de vous. Félicitations à tous et chacun de vous.

Vous vous joignez aujourd’hui aux quelque 180 000 autres nouveaux arrivants qui, au cours de la présente année, deviendront des citoyens canadiens, des membres à part entière de notre famille canadienne. Qui plus est, l’an dernier, nous avons accueilli 280 000 nouveaux immigrants, dont la plupart deviendront des citoyens canadiens parce que notre pays est une terre d’ouverture d’esprit, de générosité. Notre nation est également une terre de liberté, où règne la primauté du droit et le respect des droits de la personne, une terre de possibilités et de prospérité.

Donc, je crois que vous avez pris la bonne décision d’avoir immigré au Canada. Est-ce que nous avons des francophones? Quelques-uns? Voilà.

J’encourage tous ceux d’entre vous qui ne parlez pas français et qui, dans certains cas, veulent encore perfectionner leurs connaissances linguistiques en anglais, à apprendre également un peu de français, notre autre langue officielle. Merci beaucoup, Monsieur le juge, de votre accueil dans votre tribunal. Merci à ma secrétaire parlementaire Alice Wong, au juge Watt qui est présent parmi nous, en particulier au gendarme Yakub et au lieutenant-colonel Ng d’avoir rendu cette journée tout à fait spéciale.

Le lieutenant-colonel Ng et le gendarme Yakub portent tous deux des uniformes de notre pays. Le lieutenant-colonel a servi dans l’Armée canadienne et le gendarme Yakub fait partie de la Gendarmerie royale du Canada. Tous deux sont les meilleurs exemples de ce que signifie réellement et essentiellement la citoyenneté canadienne que vous venez tout juste d’acquérir. Tous deux rendent à la société une partie de ce qu’elle leur a donné, tous deux ont servi notre pays et, à n’en pas douter, ceux qui font partie de nos forces policières ou armées sont prêts à mettre en péril leur vie pour défendre le Canada, ses citoyens et ses valeurs. Nous vous remercions tous deux de même que tous les membres de nos forces policières ou militaires des services que vous rendez au Canada. Merci.

Vous avez choisi de devenir citoyens d’un des plus grands pays de l’histoire du monde, où les possibilités et la prospérité abondent et le droit prime. Ces caractéristiques ne sont pas l’effet du hasard; elles ne se sont pas développées spontanément. Ce n’est pas une coïncidence que le Canada soit devenu un modèle pour le reste du monde. Il en va ainsi parce que ceux qui nous ont précédés ont fait d’énormes sacrifices pour bâtir ce grand pays. Ils ont également amené avec eux des valeurs, des institutions et des traditions qui ont débouché sur nos institutions parlementaires démocratiques stables, prenant modèle sur le Parlement britannique de Westminster, ce qui explique que nous ayons pour tradition de garantir la primauté du droit, principe en vertu duquel tous les citoyens bénéficient d’un traitement juste et équitable devant les tribunaux, d’où notre ouverture d’esprit envers les nouveaux arrivants de tous les pays du monde.

Aujourd’hui, en votre qualité de citoyen, j’espère que vous aurez une pensée pour vos prédécesseurs. Les peuples autochtones, les nations fondatrices représentées par les colons et pionniers français et anglais et les immigrants qui se sont installés ici depuis des dizaines d’années et, en particulier, les personnes qui ont fait le sacrifice suprême pour défendre notre pays, dont plus de 110 000 ne sont jamais revenues au Canada. Ces personnes ont donné leur vie pour défendre ce pays et faire en sorte que vous et vos enfants puissiez vivre en paix et en liberté.

J’estime, et je suis persuadé que vous êtes du même avis, qu’il est très important que tous les nouveaux Canadiens comme vous, tous les Canadiens nés au pays ou à l’étranger, connaissent cette histoire et ces valeurs et comprennent ces institutions démocratiques. Voilà pourquoi le Parlement exige que tous les nouveaux citoyens réussissent l’examen pour la citoyenneté, ce qui indique qu’ils possèdent une connaissance de base du Canada, de son système politique, de ses valeurs, de ses lois, de ses institutions et de ses symboles. Vous avez tous subi cet examen, sauf ceux d’entre vous qui seraient des personnes âgées et auraient été exemptées pour cette raison et, évidemment, les tout-petits que voici. Toutefois, la plupart d’entre vous avez réussi l’examen pour la citoyenneté et je vous en félicite.

Reconnaissez-vous ce guide? Oui, c’est Découvrir le Canada. L’avez-vous examiné attentivement? Bien. L’un de vous a-t-il obtenu une note de 20 sur 20? Oh, vos notes ne vous ont pas été communiquées. D’accord. En bien, félicitations pour avoir réussi l’examen. Nous croyons qu’il est très important que les Canadiens de toutes origines connaissent notre histoire, nos institutions et nos valeurs communes. Car nous venons de tous les pays du monde, n’est-ce pas? Nous avons ici des représentants de combien de pays d’origine? Vingt. Au Canada, nous trouvons des représentants de plus de 180 pays d’origine. Notre principal défi est donc de faire en sorte que toutes ces personnes soient au courant de nos valeurs, de nos obligations, de nos responsabilités et de notre histoire. Qu’elles tirent de la fierté du meilleur de nos diverses cultures. La mienne par exemple, moi qui suis d’ascendance irlandaise, alors que nous nous préparons justement à célébrer la Saint-Patrick, cette grande fête des Irlandais. Chacun de nous peut célébrer ses propres origines mais nous devons également trouver un terrain d’entente en tant que Canadiens. Il s’agit de découvrir le Canada, de définir ce terrain d’entente et de l’exprimer en termes clairs que tous peuvent comprendre. Je suis également ravi que vous ayez étudié le guide Découvrir le Canada et que vous ayez réussi l’examen pour la citoyenneté.

Autrefois, l’examen était beaucoup plus simple et la réussite allait presque de soi. Quatre-vingt-dix-huit pour cent des demandeurs réussissaient l’ancien examen, fondé sur le guide antérieur à Découvrir le Canada, qui, franchement, ne renfermait que peu de renseignements sur le terrain d’entente, l’histoire, les valeurs et les institutions que nous avons en commun.

Par exemple, il n’était même pas fait mention dans cet ouvrage du sacrifice des Canadiens dans la Première et la Seconde Guerres mondiales, des 110 000 Canadiens qui ont servi dans les forces armées à l’instar du lieutenant-colonel Ng. Il n’y était pas fait mention du jour du Souvenir où nous nous réunissons pour célébrer la mémoire sacrée de ceux qui ont fait le sacrifice ultime. Il n’indiquait pas ce que représente le coquelicot que nous portons tous, je l’espère, le 11 novembre, en leur mémoire. Il ne décrivait pas vraiment non plus le mode d’élaboration de nos institutions politiques et de notre démocratie parlementaire. Il ne renfermait pas beaucoup de renseignements, il n’abordait pas la question de l’égalité entre les femmes et les hommes. Il n’évoquait pas les nombreux épisodes malheureux de notre histoire, entre autres celui auquel le juge Dillon a fait allusion, soit la discrimination dont ont été victimes les Canadiens d’origine chinoise qui devaient acquitter l’impôt de capitation et étaient visés par la Loi d’exclusion des Chinois, ou l’internement des Canadiens d’origine japonaise.

Nous avons donc décidé qu’il faillait fournir beaucoup plus de renseignements car nous souhaitons la réussite des nouveaux arrivants, nous voulons qu’ils s’intègrent et qu’ils acquièrent le plus de connaissances possible sur le pays dont ils font désormais partie en tant que citoyens. D’où la publication en 2009 du guide Découvrir le Canada. Je suis heureux de vous annoncer que ce dernier a remporté un énorme succès. Il est vrai qu’il contribue à rendre un peu plus difficile l’examen pour la citoyenneté. La réussite n’étant plus quasi systématique, nous constatons que de 80 à 85 % des candidats environ réussissent l’examen et ceux qui échouent une première fois peuvent étudier encore plus fort et revenir plus tard lorsqu’ils sont prêts à subir l’examen. De la sorte, tous les nouveaux arrivants seront mieux renseignés sur le pays dans lequel ils viennent vivre.

Nous avons également pris d’autres mesures qui, soit dit en passant, ont été très fructueuses. Nous avons distribué à des Canadiens intéressés un million d’exemplaires de ce guide, par voie électronique ou directement. Nous tenons à ce qu’il devienne un ouvrage de référence, non seulement pour les nouveaux Canadiens, mais également pour tous les Canadiens car, en toute franchise, les immigrants au Canada en savent d’ordinaire plus sur l’histoire, les valeurs et les institutions du Canada que les jeunes hommes et femmes qui sont nés dans le pays étant donné que ceux-ci n’étudient pas l’histoire. Par conséquent, j’aimerais que vous qui avez réussi l’examen transmettiez vos connaissances de nos valeurs, de nos symboles, de notre histoire à quelques-uns des Canadiens nés dans le pays car vous constaterez que vous en savez plus qu’eux sur le Canada.

Veuillez répandre l’enthousiasme que vous éprouvez, nous l’espérons, pour l’identité de notre pays. Nous tentons de le faire grâce à des programmes spéciaux pour les enfants. Nous diffusons des passages de Découvrir le Canada dans une revue d’histoire destinée aux enfants intitulée Kayak. Nous avons des outils spéciaux sur le Web à l’intention des jeunes et des enseignants. En collaboration avec l’Institut Historica-Dominium, nous avons mis au point un programme appelé Défi de la citoyenneté canadienne en vertu duquel les jeunes Canadiens nés dans le pays qui fréquentent les écoles secondaires sont invités à subir l’examen pour la citoyenneté pour s’assurer qu’ils connaissent aussi bien le pays que vous.

Je lance aujourd’hui la version révisée du guide Découvrir le Canada. Les modifications apportées sont mineures. Nous misons sur les points forts de notre version initiale et nous n’avons rien retranché de celle-ci. Nous avons ajouté quelques précisions, à la suite des consultations auprès des nouveaux Canadiens et des suggestions transmises par ces derniers, afin de faire de cet ouvrage un guide étoffé et plus exhaustif.

Au nombre des modifications apportées à cette nouvelle version, mentionnons le nouvel encadré intitulé Devenir Canadien qui souligne qu’on s’attend à ce que les nouveaux arrivants….attendez, je vais vous lire ce passage… mais ne vous inquiétez pas, vous n’aurez pas à répondre à des questions à ce sujet puisque vous avez déjà réussi l’examen : « Certains nouveaux Canadiens arrivent de régions ravagées par des affrontements et des conflits armés. Quelles que soient ces expériences, elles ne peuvent aucunement justifier qu’ils transposent au Canada des préjugés violents, extrêmes ou haineux. On s’attend à ce que les nouveaux arrivants adoptent les principes démocratiques lorsqu’ils deviennent des citoyens canadiens, notamment la primauté du droit. »

Pourquoi avons-nous inséré ce passage dans le guide d’étude? Malheureusement, parce nous avons parfois constaté, au fil des ans, que des personnes qui ont vécu des conflits dans leurs pays d’origine transposent ces derniers au Canada et font quelquefois preuve de violence, et même d’une terrible violence. Nous voulons faire en sorte que les nouveaux arrivants sachent qu’ils sont les bienvenus au Canada, quel que soit leur pays ou culture d’origine, mais que nous nous attendons à ce qu’ils respectent notre principe de la primauté du droit et que, s’ils n’aimaient pas certaines personnes en raison de leur religion, de leur culture ou de leurs opinions politiques lorsqu’ils se trouvaient dans leur pays d’origine, ils doivent laisser cette aversion, ces préjudices dans leur pays d’origine et, comme le juge l’a déclaré, voir tous les autres Canadiens comme des égaux.

Voici qui est très important. J’ai récemment visité un monastère bouddhiste à Toronto qui avait été atteint par une bombe incendiaire lancée par des personnes venant du même pays. Il n’y a pas longtemps, je me suis également rendu dans une mosquée à Montréal qui avait été vandalisée par des personnes originaires du même pays. Souvenons-nous de l’explosion tragique, survenue il y a 35 ou 25 ans, d’un avion transportant 329 passagers à la suite de l’attentat à la bombe commis par des personnes qui, même si elles résidaient au Canada, étaient parties prenantes d’un conflit politique à l’étranger. Nous voulons qu’il soit parfaitement clair pour tout le monde que de telles pratiques sont inacceptables au Canada.

Deuxièmement, nous avons étoffé la section portant sur la diversité au Canada, la reconnaissance du fait que les Canadiens gais et lesbiennes jouissent de la pleine protection de la loi et d’un traitement équitable à son égard.

Nous avons ajouté à la section sur la diversité au Canada le fait que les Canadiens gais et lesbiennes jouissent de l’entière protection de la loi et d’un traitement légal en vertu de la loi, notamment de l’accès au mariage civil.

Nous avons également précisé que le mariage forcé n’est pas toléré au Canada et cet ajout à été apporté à la section traitant de l’égalité entre les femmes et les hommes. En ma qualité de ministre responsable du Multiculturalisme, je tiens à préciser que nous encourageons les gens à être fiers de ce qu’il y a de meilleur au sujet de leur culture d’origine, mais que le multiculturalisme ne justifie pas l’instauration au Canada de certaines pratiques culturelles qui, à nos yeux, sont inappropriées ou illégales ou constituent une violation des droits d’autrui. Nous devons donc faire clairement savoir ce que le multiculturalisme signifie ou ne signifie pas.

D’autres éléments ont également été ajoutés au nouveau guide, entre autres un complément d’information sur le rôle important des femmes ayant marqué l’histoire du Canada, telles Agnes Macphail, la première femme à siéger au Parlement, et Laura Secord, l’héroïne canadienne de la guerre de 1812. Nous avons ajouté des renseignements sur cette guerre pour l’indépendance du Canada dont nous célébrerons le bicentenaire l’an prochain. Il y a lieu de se réjouir de l’ajout, au verso du guide, de la photo de l’équipe de hockey masculine du Canada qui a gagné la médaille d’or aux Jeux Olympiques tenus à Vancouver l’an dernier. Nous estimons que ce guide présente, d’une manière colorée et intéressante, les faits essentiels concernant le Canada afin que tous les Canadiens connaissent mieux notre pays.

Nous prenons d’autres moyens pour renforcer la valeur de la citoyenneté que vous venez d’acquérir. Le projet de loi déposé devant le Parlement aura cet effet. Nous sommes en voie de prendre des mesures pour lutter contre la fraude en matière de résidence car il arrive malheureusement que des gens nous cachent parfois depuis combien de temps ils vivent ici. Nous veillons également à l’existence d’une norme uniforme aux fins d’évaluation de l’exigence juridique selon laquelle les nouveaux citoyens doivent parler français ou anglais. Nous ne relevons pas cette norme, nous voulons seulement nous assurer qu’elle est appliquée de manière équitable.

Nous commençons également à utiliser une nouvelle méthode plus uniforme et plus structurée pour évaluer les capacités linguistiques des demandeurs de la citoyenneté. Je tiens à ce que les choses soient claires. Cela ne signifie aucunement que l’exigence linguistique liée à la citoyenneté a changé, ce n’est pas le cas. Mais les études montrent que la capacité de parler anglais ou français est essentiel pour une citoyenneté responsable et active et ce changement nous aidera à mieux évaluer la maîtrise de la langue.

Par conséquent mes amis, l’avenir du Canada repose sur notre capacité à cohabiter en adhérant à des valeurs communes, en nous inspirant de notre histoire, en respectant nos institutions et en préservant nos traditions. Il s’agit d’un cadeau que nous devons transmettre aux générations suivantes, par exemple aux enfants qui sont ici aujourd’hui. Nos responsabilités seront celles qui leur incomberont.

En conclusion, au nom du gouvernement du Canada et de tous les Canadiens, j’aimerais vous remercier d’avoir choisi le Canada car je sais que vous avez laissé derrière vous certaines choses dans votre pays d’origine, des membres de votre famille ou des choses qui vous étaient familières, pour assumer un risque, pour prendre la chance de venir ici. Comme la grande majorité des nouveaux arrivants, vous savez qu’en travaillant fort et en respectant nos lois vous aurez un avenir illimité au Canada.

Notre dernière gouverneure générale est venue au Canada en qualité de réfugiée démunie, fuyant la violence et la persécution dans son pays d’origine, et elle a été la représentante de notre reine. À son arrivée dans notre pays, le PDG de l’une de nos plus importantes sociétés valant plusieurs milliards de dollars était un réfugié musulman démuni en provenance d’Afrique orientale.

Peu importe que vous soyez né ou non dans le pays; ce qui compte au Canada c’est l’objectif que vous vous fixez et non pas le lieu d’où vous venez. Aujourd’hui, vous êtes tous des Canadiens. Il s’agit d’un cadeau spécial comportant une responsabilité spéciale. Nous vous remercions d’assumer avec autant de séreux cette responsabilité et, en tant que Canadiens. Nous vous souhaitons à vous, et en particulier à vos enfants et aux enfants de ceux-ci, une vie remplie de succès.

Merci beaucoup. Je vous souhaite bonne chance et vive le Canada.

En vedette

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :