ARCHIVÉ – Notes en vue d’une allocution de l’honorable Jason Kenney, C.P., député, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme

Lors d’un événement pour faire l’annonce de changements au Programme d’immigration des investisseurs

Vancouver (Colombie-Britannique)
Le 13 avril 2012

Tel que prononcé

Je suis Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, et je viens tout juste de terminer la première d’une série de consultations en table ronde au Canada sur la restructuration du Programme d’immigration des investisseurs. Comme vous le savez, l’immigration est un moteur permettant d’alimenter la prospérité du Canada, mais, malheureusement, depuis trois décennies, nous constatons une détérioration des résultats économiques des immigrants – revenus plus bas et taux de chômage plus élevés.

C’est la raison pour laquelle le premier ministre, lors de son discours devant le Forum économique mondial plus tôt cette année, et le ministre Flaherty, en annonçant son Plan d’action économique il y a deux semaines, ont souligné que notre gouvernement apportera une série de modifications aux programmes canadiens d’immigration de manière à générer une plus grande prospérité économique pour le Canada, en tirant profit du grand nombre de nouveaux arrivants que nous accueillons. Et mieux garantir le succès des nouveaux arrivants afin qu’ils puissent se trouver un bon emploi et le conserver.

Alors nous amorçons un certain nombre de réformes. Une des réformes que nous avons l’intention d’effectuer consiste à restructurer notre Programme d’immigration des investisseurs. Il y a actuellement des millions de millionnaires partout dans le monde qui aimeraient venir au Canada pour investir dans notre pays. Mais nous imposons des normes qui sont de loin inférieures à celles imposées par nos principaux compétiteurs, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et le Royaume-Uni. Nous pensons que l’économie canadienne peut tirer un avantage nettement supérieur de ce programme, créer beaucoup plus d’emplois, retenir beaucoup plus de capitaux et créer de plus grandes richesses pour les Canadiens grâce à la restructuration du programme dans le but d’exiger un investissement plus important ainsi qu’une contribution continue à l’économie canadienne.

C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui le lancement d’une série de consultations à l’échelle nationale sur la restructuration du Programme d’immigration des investisseurs afin que le Canada puisse optimiser les résultats de ce programme. J’annonce également aujourd’hui que je déposerai bientôt au Parlement un projet de loi pour permettre au ministre de l’Immigration de créer des projets pilotes spéciaux visant à faciliter l’immigration d’entrepreneurs qui ont de bonnes idées pour innover et créer des richesses et des emplois ici, au Canada.

Ces deux réformes à nos programmes d’immigration des investisseurs et des entrepreneurs s’inscrivent dans une initiative plus large dans le cadre de laquelle d’autres changements seront apportés à notre système d’immigration. Le principal élément de ces changements consistera en la mise en place d’un système d’immigration beaucoup plus rapide qui permettra la mise en correspondance entre les nouveaux arrivants et les emplois disponibles. Je pense qu’il est ridicule d’accueillir plus d’un quart de millions de nouveaux arrivants et qu’au bout du compte bon nombre d’entre eux sont sous-employés, coincés avec un travail de survie ou au chômage.

En fait, le taux de chômage chez les immigrants au Canada est deux fois plus élevé que celui de la population en général. C’est inacceptable. Comme je l’ai dit, nous devons assurer une meilleure liaison entre les nouveaux arrivants et les emplois disponibles. Et pour cela, nous avons besoin d’un système rapide. Mais notre système ne sera jamais rapide si nous devons traiter toutes les demandes d’un imposant arriéré dont le temps d’attente peut s’élever à sept ou huit ans dans certains de nos programmes d’immigration clés.

C’est pourquoi le Plan d’action économique, le Budget annoncé il y a deux semaines, souligne que le gouvernement prend des mesures décisives pour éliminer l’ancien arriéré au titre de notre Programme des travailleurs qualifiés du volet fédéral, de manière à ce que le Canada puisse compter, d’ici 2014, sur un programme d’immigration rapide et juste-à-temps dans le cadre duquel les demandeurs recevront une réponse et seront en mesure de venir au Canada quelques mois après avoir présenté leur demande, et non plusieurs années après.

Voilà donc quelques-unes des autres réformes que nous annonçons cette semaine. J’ai également annoncé que nous allons créer un volet spécial pour les gens de métier spécialisés dans le cadre de programme d’immigration. Ainsi, les soudeurs, les opérateurs d’équipement lourd, les mécaniciens et les personnes dont les compétences sont très demandées pourront venir au Canada, parce qu’ils ne pouvaient auparavant pratiquement pas venir ici au titre de l’un de nos programmes fédéraux d’immigration.

Dans le même ordre d’idées, nous avons indiqué que nous collaborerons avec les provinces pour veiller à ce que les personnes désignées aux fins de la résidence permanente dans le cadre du Programme des candidats des provinces possèdent au minimum certaines compétences en anglais ici, en Colombie-Britannique, ainsi qu’en français dans d’autres régions du pays bien évidemment. Cette exigence vise à assurer leur réussite. Toutes les recherches que nous avons menées révèlent que le principal facteur de réussite des nouveaux arrivants au Canada est lié à leurs compétences linguistiques. Nous voulons nous assurer que les personnes peuvent participer pleinement dans notre société et travailler de manière sécuritaire dans nos milieux de travail. Et les compétences linguistiques sont essentielles à cette fin.

Donc tous ces changements font partie de notre très ambitieuse réforme du programme d’immigration. Après la mise en œuvre de cette réforme, nous pourrons compter sur un système rapide garantissant des taux d’emploi et de revenu plus élevés pour les nouveaux arrivants; dans le cadre duquel les nouveaux Canadiens réalisent leur plein potentiel, travaillent dans leur domaine de compétences peu de temps après leur arrivée et contribuent de manière productive à l’économie canadienne; et ce, tout en perpétuant la tradition d’ouverture de notre pays et en alimentant sa prospérité.

Je serai maintenant heureux de répondre à vos questions.

En vedette

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :