Échange entre le Canada et l’Australie avec EIC: travailler et voyager à l’étranger

Mikaela et Sean ont participé à un échange pour travailler à l’étranger dans le cadre d’Expérience internationale Canada (EIC) pendant l’été 2018. Regardez la vidéo pour en apprendre plus sur la façon dont EIC aide les jeunes à se développer personnellement et professionnellement, tout en travaillant à l’étranger!

Échange entre le Canada et l’Australie avec EIC: travailler et voyager à l’étranger

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

Titre : « Échange entre le Canada et l’Australie avec EIC: travailler et voyager à l’étranger »

Durée de la vidéo : 5:13 minutes

Une musique inspirante est entendue du début à la fin.

Sean (parle en anglais) : Je m’appelle Sean. Je suis Australien.

Texte affiché : « Sean ».

Sean est debout sur dans une rue du centre-ville de Toronto. Il sourit.

Sean (parle en anglais) : Je travaille au Canada grâce à Northern Youth Abroad (NYA).

Sean (parle en anglais) : Donc, je suis ici dans le cadre d’un programme d’échange.

Mikaela (parle en anglais) : Je m’appelle Mikaela.

Texte affiché : « Mikaela ».

Mikaela semble fière et se tient devant un belvédère en Australie.

Mikaela (parle en anglais) : Je suis une Inuvialiut dénée du Nord du Canada.

Mikaela (parle en anglais) : Je suis ici, en Australie, dans le cadre du programme EIC, et je travaille pour Australian Indigenous Mentoring Experience (AIME/Expérience de mentorat pour les Autochtones de l’Australie) pendant l’été.

Mikaela rit.

Sean travaille avec des participants de NYA.

Mikaela travaille avec des participants d’AIME.

Texte affiché : « Expérience internationale Canada » et « Travail et voyage à l’étranger ».

La caméra s’incline vers le haut afin d’afficher une balise de sentier.

Plan moyen de Rebecca Bisson à l’extérieur, regardant la caméra.

Texte affiché : « Rebecca Bisson, Directrice générale, Northern Youth Abroad ».

Rebecca Bisson (parle en anglais) : Je m’appelle Rebecca Bisson et je suis la directrice générale du programme Northern Youth Abroad (NYA).

Sean dirige un groupe de jeunes dans le cadre d’un exercice. Le groupe est assis à des tables de pique-nique à l’extérieur.

Rebecca Bisson (parle en anglais) : On travaille avec les jeunes du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, et principalement des jeunes autochtones.

La caméra se déplace sur une des tables pour montrer les livrets d’activités sur lesquels on peut lire « Northern Youth Abroad », qui y est imprimé.

Rebecca Bisson (parle en anglais) : Environ 98 % des participants au programme sont autochtones : ce sont des Inuits, des membres des Premières Nations ou des Métis.

Les jeunes du camp interagissent entre eux en groupes et 2 à 2.

La caméra s’incline vers le bas sur un tableau blanc montrant une liste intitulée « règles ». La liste comprend des consignes comme « être respectueux », « être à l’heure », « prêt », « participer », « pas de négativisme », « lever la main pour parler », « ne pas jurer », « pas de téléphone au cours de la séance ».

Rebecca Bisson (parle en anglais) : Nous proposons des programmes d’éducation fondés sur l’expérience aux jeunes de 15 à 23 ans vivant dans les communautés.

Une personne portant un tee-shirt d’AIME dirige un groupe de jeunes adultes.

Texte affiché : « Expérience de mentorat autochtone en Australie ».

Rebecca Bisson (parle en anglais) : Il y a environ un an, nous avons découvert AIME, une organisation partenaire d’EIC, et avons essentiellement proposé l’idée de stages pour anciens étudiants autochtones.

Un homme parle devant un auditorium plein de jeunes adultes.

Un autre homme parle devant un grand groupe d’adultes à l’extérieur.

Le même homme salue maintenant les gens dans le corridor.

La caméra fait un panoramique sur une murale illustrant l’histoire d’AIME depuis 2005.

Plan moyen de Ben Abbatangelo, assis à une table de pique-nique à l’extérieur et regardant la caméra.

Ben Abbatangelo (parle en anglais) : Je m’appelle Ben Abbatangelo, je suis codirecteur général d’AIME.

Texte affiché : « Ben Abbatangelo, codirecteur général d’AIME ».

Gros plan de Ben Abbatangelo assis à une table de pique-nique à l’extérieur et regardant la caméra.

Ben Abbatangelo (parle en anglais) : Nous sommes enthousiastes à l’idée de tirer parti des connaissances et du leadership autochtones provenant de différentes régions du monde, et ce programme sera tout à fait intéressant.

Un groupe de jeunes adultes est rassemblé autour d’un squelette humain en plastique. Un sac pour perfusion intraveineuse est accroché au support du squelette.

Mikaela se tient debout avec le groupe regardant le squelette en plastique.

Plan moyen de Sean, assis avec 2 autres personnes. Sean sourit.

Rebecca Bisson (parle en anglais) : Nous avons été en mesure de sélectionner Mikaela, actuellement à Sydney et d’accueillir Sean, qui est ici, avec nous, pour 4 mois.

Mikaela se tient devant la murale illustrant l’histoire d’AIME. Elle regarde la caméra et sourit.

La caméra passe à un plan moyen de Mikaela assise devant un fond coloré, regardant la caméra.

La caméra passe à un gros plan de Mikaela, parlant devant la caméra.

Texte affiché : « Mikaela, Programme EIC vacances-travail en Australie ».

Mikaela (parle en anglais) : Au sein d’AIME, je suis gestionnaire de programme. Je fais essentiellement tout le travail en coulisse pour les journées de programme et les équipes de tuteurs. Je m’assure simplement que tous les détails sont réglés.

On voit un auditorium avec un certain nombre de jeunes adultes.

Texte affiché : « Université de Sydney, Australie ».

Mikaela (parle en anglais) : Voici à quoi ressemble une journée du programme à AIME : les jeunes arrivent sur le campus, puis des mentors de l’université donnent de leur temps, pour organiser des séances et des activités avec eux, afin de les sortir de leur zone de confort et de leur permettre d’être fiers de leur identité autochtone.

Plan moyen de certains des jeunes marchant côte à côte en tapant des mains.

Une femme portant un tee-shirt AIME sourit et parle à un groupe de jeunes.

Un homme donne des explications et pointe la caméra devant un groupe de jeunes.

Mikaela examine le squelette humain en plastique avec un groupe de jeunes.

La caméra s’incline vers le haut afin de montrer une bannière verticale affichant « AIME » sur le dessus.

Sean (parle en anglais) : Je suis mentor-responsable à AIME. Mon rôle consiste à organiser les journées de programme et à diriger les équipes de tuteurs de chaque école secondaire.

Plan moyen de Sean à l’extérieur dans une forêt, regardant la caméra.

Texte affiché : « Sean, Programme EIC vacances-travail au Canada ».

Plan d’ensemble de Sean debout devant un groupe de jeunes avec une femme membre du personnel de NYA. Sean tient un ordinateur portable pour que le groupe puisse voir l’écran.

Texte affiché : « Ottawa, Canada ».

Sean (parle en anglais) : Je suis totalement ravi de mon expérience ici, avec NYA.

La caméra fait un panoramique du groupe de jeunes assis à une table de pique-nique en regardant la présentation.

Sean (parle en anglais) : Le travail est similaire à celui que je fais chez moi.

Plan moyen de Sean avec une femme membre du personnel de NYA qui s’entretient avec le groupe de jeunes. Sean tient un ordinateur portable pour que le groupe puisse voir l’écran.

Sean (parle en anglais) : Mais j’ai pu ajouter quelques cordes à mon arc en ce qui concerne le mentorat des jeunes.

Plan moyen de Sean à l’extérieur dans une forêt, regardant la caméra.

Sean (parle en anglais) : C’est beaucoup de travail et ce n’est pas toujours facile, mais je trouve toujours le moyen de m’amuser et je profite pleinement de l’expérience.

La scène se dissout sur un plan du port de Sydney, avec l’Opéra de Sydney en arrière-plan.

Texte affiché : « Sydney, Australie ».

On voit Mikaela debout et souriante dans le port de Sydney, regardant l’Opéra de Sydney.

Mikaela (parle en anglais) : Travailler et voyager en Australie m’a vraiment appris à devenir plus indépendante.

Panoramique depuis le pont du port de Sydney de tout le port de Sydney.

Mikaela apprend comment allumer un feu à l’aide d’une perceuse à main, guidée par un aîné autochtone australien.

Mikaela (parle en anglais) : J’ai dû faire beaucoup de choses par moi-même, comme m’orienter, planifier les choses comme ça. Vous savez, faire le voyage, ces choses-là.

Mikaela s’éloigne de la caméra et marche dans un sentier surplombant l’océan.

Texte affiché : « Parc national Ku Ring Gai, Australie ».

Mikaela passe devant la caméra et marche jusqu’au belvédère.

Mikaela (parle en anglais) : J’ai vécu beaucoup de « premières fois » toute seule, et j’ai compris que quand on veut vraiment, tout est possible.

Mikaela regarde une plaque en laiton représentant la zone en relief, avec l’eau en arrière-plan.

Mikaela regarde au-dessus de la baie depuis le belvédère.

Sean (parle en anglais) : Être ici pendant 3 mois sans avoir personne de chez moi a été un énorme changement pour moi.

Sean est à bord d’un traversier dans le port de Toronto et il regarde la Tour du CN.

Texte affiché : « Toronto, Canada ».

La caméra descend pour montrer la ligne d’horizon du centre-ville de Toronto.

Sean (parle en anglais) : Je n’étais jamais parti plus de 3 semaines seul avant.

La caméra remonte vers la flamme éternelle sur la Colline du Parlement à Ottawa pour montrer la Chambre des communes et la Tour de la Paix.

Texte affiché : « Ottawa, Canada ».

Sean (parle en anglais) : Par conséquent, de me rendre aussi loin dans le monde, seul, c’est réellement une expérience qui a changé ma vie et que j’ai vraiment appréciée.

Sean se penche sur des pièces d’artisanat autochtone canadien dans un marché.

Sean marche le long d’un trottoir bondé dans le marché By d’Ottawa.

On voit un plan moyen de Mikaela devant un fond coloré, parlant devant la caméra.

Mikaela (parle en anglais) : Je ne connaissais pas grand-chose des aborigènes de l’Australie avant d’arriver ici.

Un groupe de jeunes Australiens autochtones interprètent une danse traditionnelle.

Mikaela (parle en anglais) : Beaucoup des enjeux auxquels nous sommes confrontés en tant que Canadiens existent aussi pour les Australiens, mais j’ai pu en apprendre un peu plus sur leur culture et leur mode de vie et sur la façon dont ils chassent. Nous sommes très semblables.

Mikaela est assise avec un groupe de personnes qui apprennent comment faire du tissage d’herbe autochtone australien traditionnel. Elle est assise à côté d’un aîné autochtone australien donnant des directives.

Texte affiché : « Gatineau, Canada ».

La caméra se déplace sur une exposition et un diorama illustrant les Autochtones du Nord canadien.

Sean (parle en anglais) : Le fait de venir ici, de travailler avec NYA et de juste découvrir le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest, ont été une expérience extraordinaire pour moi.

Sean parle avec un interprète du musée devant un présentoir intitulé « La Loi sur les Indiens ».

Sean (parle en anglais) : Je ne connaissais pas du tout les jeunes et les gens de ces communautés.

La caméra se déplace autour d’une aire d’exposition qui présente des animations des premiers peuples autochtones du Canada et des vitrines de verre contenant des artéfacts.

Sean (parle en anglais) : Ce qui m’a frappé, c’est le peu de connaissances que je possède sur ma propre culture autochtone.

Texte affiché : « Toronto, Canada ».

On voit une séquence de plans montrant Sean qui façonne une pagaie pour canot à l'aide d’un rabot, sous la supervision d’une aînée autochtone.

Sean (parle en anglais) : Je pensais très bien connaître le sujet, mais j’ai beaucoup appris ici.

Plan moyen de Sean à l’extérieur dans une forêt, regardant la caméra.

Sean (parle en anglais) : Je veux maintenant retourner chez moi et en apprendre davantage sur ma propre culture.

L’écran se dissout pour montrer un auditorium où chantent de jeunes adultes, en tapant des mains.

L’écran se dissout pour montrer au ralenti un plan de Mikaela travaillant avec les jeunes adultes.

Mikaela (parle en anglais) : Travailler pour AIME m’ouvrira certainement des portes, chez moi. C’est même déjà fait.

Gros plan au ralenti de Mikaela dans l’auditorium, écrivant dans un livre.

On voit ensuite quelques plans de Mikaela en interaction avec de jeunes adultes dans l’auditorium.

Mikaela (parle en anglais) : J’ai décroché un emploi d’ambassadrice auprès des jeunes à Expérience internationale Canada. À mon retour, je ferai la promotion du programme et je raconterai mon histoire à d’autres jeunes. C’est vraiment parfait, parce que tout ce que je veux faire maintenant, c’est inspirer d’autres jeunes à partir et à voler de leurs propres ailes.

Mikaela est assise avec un collègue d’AIME, travaillant sur des ordinateurs portables et riant.

Nous voyons ensuite Sean assis à l’extérieur avec un jeune Autochtone devant un livre ouvert. Ils parlent et sourient tous les deux.

Sean (parle en anglais) : La prochaine étape pour moi est de rentrer à la maison. Je reprendrai le travail immédiatement, la semaine de mon retour.

La caméra fait un panoramique sur une table de pique-nique à l’extérieur sur laquelle se trouve un certain nombre de livrets. L’un d’entre eux porte le titre « Northern Youth Abroad » en page couverture. La caméra continue de montrer Sean, qui mène une activité avec un certain nombre de jeunes.

Sean (parle en anglais) : Je retournerai à l’école secondaire où je travaille pour offrir un soutien aux étudiants et je reprendrai mon rôle de mentor à AIME 2 jours par semaine.

Un plan moyen de Sean qui fait encore une activité avec les jeunes. Ils rient et ils s’amusent.

La caméra s’incline sur un panneau de sentier extérieur.

Sean (parle en anglais) : J’ai l’intention de revenir l’an prochain pour faire la même chose. J’aimerais revenir à Ottawa et travailler de nouveau pour Northern Youth Abroad.

Sean est assis à une table de pique-nique avec un groupe de jeunes qui regardent un dépliant et qui parlent.

Plan moyen de Sean, assis à une table de pique-nique avec des jeunes. Il sourit.

Sean (parle en anglais) : Ça a été l’expérience la plus phénoménale de ma vie.

Gros plan de Mikaela assise devant un fond coloré.

Mikaela (parle en anglais) : J’ai constaté que de quitter ma communauté m’avait vraiment permis de prendre du recul et de l’apprécier pleinement.

Mikaela est accroupie et nourrit un jeune kangourou de la main. Elle sourit.

Mikaela (parle en anglais) : Je crois vraiment que d’autres personnes devraient saisir cette occasion offerte par EIC.

Mikaela marche le long d’un grand mur sur lequel on trouve des œuvres des arts de la rue. Elle passe la main sur le mur et sourit.

Mikaela (parle en anglais) : C’est un excellent moyen d’acquérir de l’expérience et on d’en apprendre plus sur soi‑même.

On voit Sean à l’extérieur, avec le canal Rideau en arrière-plan, parler devant la caméra.

Sean (parle en anglais) : Découvrir les gens d’ici… C’est ce que j’aime le plus du Canada : les gens. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles je reviendrai.

Sean est assis sur une couverture dans un parc avec un petit groupe de personnes qui font un pique-nique. Ils sourient et ils rient.

Sean attrape un frisbee dans le parc.

Sean (parle en anglais) : Je pense qu’il est important pour les jeunes de partir à la découverte d’autres pays et de faire des rencontres, parce que c’est très différent de chez nous, peu importe d’où l’on vient.

Texte affiché : Canada.ca/eic.

Fondu au noir.

Texte affiché : « Expérience internationale Canada ».

Image affiché : Logos de Facebook, Instagram et Twitter.

On voit la signature ministérielle d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ainsi que le message sur les droits d’auteur : « Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, 2019. »

Le mot-symbole « Canada » est affiché sur un fond d’écran noir.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :