Les immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec et le marché du travail

Définition : Aux fins de la présente étude, les immigrants d’expression française vivant à l’extérieur du Québec comprennent ceux qui n’ont que le français comme première langue officielle parlée (PLOP français) et ceux qui ont le français et l’anglais (PLOP français-anglais). Lorsque les immigrants de PLOP français et ceux de PLOP français-anglais sont examinés comme des sous-populations distinctes d’immigrants d’expression française au Canada, des différences se manifestent dans la représentation et la composition de la population immigrante d’expression française à l’extérieur du Québec.

Les taux de participation à la population active des immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec sont plus élevés

Selon l’Enquête nationale auprès des ménages (ENM), les immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec affichent des taux de participation à la population active globalement plus élevés que les francophones nés au Canada et les immigrants non francophones. En 2011, chez les hommes, le taux de participation à la population active atteignait 73,1 % pour les immigrants de PLOP français et à 71 % pour les immigrants de PLOP français-anglais, contre 68,3 % pour les francophones nés au Canada et les immigrants non francophones de sexe masculin à l’extérieur du Québec. Chez les femmes, 60,9 % des immigrantes de PLOP français et 62,3 % des immigrantes de PLOP français-anglais participaient à la population active, alors que 59,5 % des femmes francophones nées au Canada et 56,4 % des immigrantes non francophones participaient au marché du travail canadien.

En 2011, les hommes de la population immigrante d’expression française étaient plus susceptibles que les femmes de participer à la population active. En outre, les immigrants de PLOP français de sexe masculin avaient plus de succès sur le marché du travail que les immigrants de PLOP français-anglais de sexe masculin, tandis que c’était la situation inverse chez les femmes, et les immigrants de PLOP français-anglais affichaient des taux de participation à la population active plus élevés.

Les taux de chômage sont plus élevés chez les immigrants d’expression française

Bien qu’ils soient plus susceptibles de participer au marché du travail et qu’ils aient des niveaux de scolarité plus élevés, les immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec affichent des taux de chômage plus élevés que les francophones nés au Canada et les immigrants non francophones.

En 2011, le taux de chômage global chez les immigrants d’expression française de sexe masculin âgés de 15 ans et plus était de 9 % pour les immigrants de PLOP français et de 10,3 % pour les immigrants de PLOP français-anglais, comparativement à 7 % chez les immigrants non francophones et à 8,7 % chez les hommes francophones nés au Canada. Chez les femmes âgées de 15 ans et plus, la proportion de chômeuses dans la population immigrante d’expression française était de 10,5 % pour les immigrantes de PLOP français et de 11,4 % pour les immigrantes de PLOP français-anglais en 2011, tandis que la proportion était de 8,7 % pour les femmes appartenant à la population immigrante non francophone et de 6,2 % pour les femmes francophones nées au Canada. Les immigrantes d’expression française, tout comme les immigrantes non francophones, affichaient des taux de chômage plus élevés que les hommes, tandis que les femmes francophones nées au Canada avaient plus de succès sur le marché du travail que leurs homologues masculins.

Les caractéristiques sociodémographiques des immigrants d’expression française ont une incidence sur leur degré d’intégration au marché du travail

Comme le montrent les taux de participation à la population active selon l’âge a la figure 1, les immigrants d’expression française sont plus susceptibles de participer au marché du travail à un âge légèrement moins avancé que les immigrantes d’expression française. En 2011, les taux de participation à la population active les plus élevés chez les immigrants de sexe masculin de PLOP français (91,5 %) et de PLOP français-anglais (90,5 %) ont été enregistrés par ceux âgés de 35 à 44 ans, tandis que les immigrantes âgées de 45 à 54 ans des groupes de PLOP français (82 %) et de PLOP français-anglais (81 %) affichaient le taux de participation à la population active le plus élevé.

Comme l’indiquent les taux de chômage selon le groupe d’âge du figure 2, en 2011, les hommes et les femmes du groupe d’âge de 15 à 24 ans affichaient les taux de chômage les plus élevés. Cependant, chez les hommes de ce groupe d’âge, le taux de chômage des immigrants de PLOP français-anglais était de 27,8 %, soit supérieur de 8,9 points de pourcentage au taux des immigrants de PLOP français. Les immigrantes de PLOP français de ce groupe d’âge affichaient un taux de chômage de 25,8 %, ce qui est légèrement plus élevé que celui de 23,3 % enregistré par les immigrantes de PLOP français-anglais.

La durée de séjour au Canada des immigrants d’expression française à l’extérieur du Québec a une incidence sur leur intégration au marché du travail. En général, les nouveaux immigrants sont moins susceptibles de participer à la population active et plus susceptibles d’être au chômage que les immigrants qui vivent au Canada depuis un certain temps. En 2011, le taux de chômage prévu pour les immigrants de PLOP français qui sont arrivés au Canada depuis 2006 était de 13,7 %, tandis qu’il était de 7,8 % pour ceux qui sont arrivés en 1980 ou avant. De même, les immigrants de PLOP français-anglais qui sont arrivés entre 2006 et 2011 étaient moins susceptibles de participer à la population active que ceux qui sont arrivés au Canada en 1980 ou avant, les taux de participation à la population active s’établissant à 69,9 % et 76,5 % respectivement.

Le pays d’origine des immigrants d’expression française a une incidence sur leur participation au marché du travail canadien et leur chômage à l’extérieur du Québec, les ressortissants africains étant particulièrement désavantagés. Chez les immigrants de PLOP français, ceux qui sont venus d’Afrique affichaient le taux de chômage le plus élevé (11,8 %) et le taux de participation à la population active le plus faible (75,3 %) en 2011, comparativement aux immigrants de PLOP français nés dans d’autres régions du monde. Parmi les immigrants de PLOP français-anglais, les ressortissants asiatiques ont enregistré les pires résultats en 2011 et affichaient le taux de chômage prévu le plus élevé (11,7 %) et le taux de participation le plus faible (72,2 %). Cependant, les ressortissants africains faisant partie des immigrants de PLOP français-anglais ne s’en tiraient que légèrement mieux, leur taux de chômage prévu s’établissant à 11 % et leur taux de participation à 73,1 %. À l’inverse, pour ce qui est des immigrants de PLOP français-anglais et ceux de PLOP français, ceux qui sont nés en Europe étaient généralement les plus susceptibles de s’intégrer au marché du travail canadien en 2011. Parmi les immigrants de PLOP français-anglais, les ressortissants européens ont enregistré les taux de chômage les plus faibles (7,4 %) et le taux de participation le plus élevé (81,6 %). Dans le cas des immigrants de PLOP français, ceux qui venaient d’Europe affichaient également le taux de chômage le plus faible (6,9 %), tandis que leur taux de participation n’était que légèrement inférieur (81,2 %) à celui des ressortissants américains (81,4 %).

Figure 1 : Taux de participation à la population active selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011

Figure 1 : Taux de participation à la population active selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011, décrit ci-dessous
Version texte : Figure 1 : Taux de participation à la population active selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011
Figure 1 : Taux de participation à la population active selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011
Immigrants de
PLOP français (hommes)
Immigrants de
PLOP français-anglais (hommes)
Immigrantes de PLOP
français
Immigrantes de
PLOP français-anglais
15 à 24 49 % 45 % 48 % 46 %
25 à 34 88 % 86 % 76 % 72 %
35 à 44 93 % 93 % 80 % 78 %
45 à 54 92 % 91 % 82 % 81 %
55 à 64 79 % 80 % 62 % 65 %

PLOP = Population des groupes définis en fonction de la première langue officielle parlée.
La catégorie « PLOP autre » englobe les groupes de PLOP « anglais » et « ni anglais ni français ».
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages 2011.

Figure 2 : Taux de participation à la population active selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011

Figure 2 : Taux de chômage selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011, décrit ci-dessous
Version texte : Figure 2 : Taux de chômage selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011
Figure 2 : Taux de chômage selon l’âge des immigrants d’expression française de 15 à 64 ans, selon le sexe et la première langue officielle parlée, au Canada (sauf au Québec), en 2011
Immigrants de
PLOP français (hommes)
Immigrants de
PLOP français-anglais (hommes)
Immigrantes de PLOP
français
Immigrantes de
PLOP français-anglais
15 à 24 19 % 28 % 26 % 23 %
25 à 34 11 % 11 % 12 % 10 %
35 à 44 8 % 8 % 12 % 10 %
45 à 54 8 % 7 % 7 % 9 %
55 à 64 6 % 7 % 5 % 6 %

PLOP = Population des groupes définis en fonction de la première langue officielle parlée.
La catégorie « PLOP autre » englobe les groupes de PLOP « anglais » et « ni anglais ni français ».
Source : Statistique Canada, Enquête nationale auprès des ménages 2011.

Cette note de recherche est basée sur l’étude suivante : Houle, R., Pereira, D. et Corbeil, J. P. (2014). Portrait statistique de la population immigrante de langue française à l’extérieur du Québec (1991 à 2011). Ottawa : CIC.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :