Le rôle des conjoints et des enfants lors de la décision de s’établir ou non dans une collectivité particulière : un aperçu des villes autres que Montréal, Toronto et Vancouver

IntroductionNote de bas de page 1

Il n’existe que très peu de données relatives à la prise de décisions collective d’une famille concernant son établissement. La majorité des chercheurs seraient d’avis que peu de familles migrent en fonction de l’avenir prévu pour une seule personne. Cependant, la documentation n’explique pas la manière dont ces stratégies de migration collective sont négociées et élaborées. Plus particulièrement, peu de choses sont connues concernant la manière dont les expériences des conjoints et des enfants contribuent à l’établissement et au processus d’intégration après l’arrivée des familles migrantes, lorsqu’elles tentent de s’établir au Canada. Les mécanismes d’adaptation, les stratégies familiales et l’obtention du bien-être de la famille sont insuffisamment étudiés. Les données que l’on trouve sont souvent de nature anecdotique.

Le rôle des conjoints et des enfants lors d’une prise de décisions en matière d’établissement a été désigné comme une priorité clé par la Table démographique de l’Atlantique (TDA), dans le cadre des discussions en cours sur les politiques et les programmes aux niveaux provincial et fédéral concernant la capacité des régions moins peuplées d’attirer des immigrants et de faire en sorte qu’ils y demeurent. Plus particulièrement, on exige que des recherches ciblent la mesure dans laquelle les conjoints et les enfants influent la décision de s’établir ou non dans une collectivité donnée. Il était évident à ce moment que le type de données nécessaires pour comprendre la question nécessitait une recherche localisée et qualitative. En réponse, et en partenariat avec la TDA, la Direction de la recherche et de l’évaluation de CIC a commandité un projet de recherche de Madine VanderPlaat (Université Sainte-Marie) à titre de chercheuse principale, appuyée par les professeurs adjoints Yoko Yoshida (Université Dalhousie) et Howard Ramos (Université Dalhousie)

La recherche commandée est composée de deux parties qui seront présentées dans ce compte rendu de recherche.

  1. un résumé des conclusions pertinentes et des facteurs importants découlant de l’analyse documentaire commandée sur le rôle joué par les conjoints et les enfants lors de la prise de décisions relatives à l’établissement dans certaines collectivités, et
  2. un aperçu du cadre méthodologique qualitatif proposé en réponse au manque de données concernant la question des stratégies d’établissement des familles migrantes.

Conclusions de l’analyse documentaire

La décision de qui émigre, du lieu et du moment est souvent prise en famille et dans le contexte des intérêts primordiaux de cette dernière, surtout des enfants.Note de bas de page 2 Plusieurs chercheurs ont avancé que la famille, plutôt que l’individu, est l’unité d’analyse intégrante de l’expérience d’immigration.Note de bas de page 3 La famille est le lien vital entre les individus et leur milieu structurel plus vaste. Elle est reconnue pour le rôle clé qu’elle joue en vue de comprendre la prise de décisions et les résultats liés à la migration, à l’immigration et à l’établissement.Note de bas de page 4 Cependant, nous en connaissons très peu sur la dynamique des familles vers l’atteinte des objectifs économiques, sociaux et culturels.

L’analyse documentaire vise le rôle de la famille dans le contexte de la prise de décisions en matière d’établissement selon trois thèmes centraux : premièrement, la recherche menée sur le rôle des familles lors de la migration et de l’établissement; deuxièmement, la recherche explorant le résultat de l’établissement pour les conjoints et les enfants; troisièmement, la recherche visant la prise de décisions en matière d’établissement de la famille dans des villes autres que Montréal, Toronto et Vancouver, avec un accent particulier sur le Canada atlantique. Les constatations de l’analyse documentaire ont ensuite servi à créer une représentation théorique visant à alimenter un cadre méthodologique et à repérer les lacunes de recherche devant être comblées du point de vue qualitatif.

Les principales constatations de l’analyse documentaire sont les suivantes:

Le rôle de la famille dans un contexte de migration et d’établissement

Très peu de données existent sur la manière dont les familles travaillent ensemble pour décider où, quand et pourquoi s’établir. Tout en soulignant le besoin et l’importance de ce questionnement, la recherche a tendance à se pencher sur l’établissement au niveau de l’individu, puis de passer directement à celui de la collectivité, malgré le fait que la famille est reconnue en tant qu’élément médiateur important. Il est important de noter que la documentation ne fait pas de distinction entre les besoins des différents membres de la famille et le bien-être de la famille en général. La mention des familles a tendance à être anecdotique ou en périphérie de l’étude.

Dans leur analyse de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC), Houle et Schellenberg (2010) ont constaté que la majorité des immigrants (y compris ceux se trouvant dans la catégorie de l’immigration économique) ont déménagé au Canada pour des raisons qui ne sont pas d’ordre économique, comme rejoindre d’autres membres de la famille et offrir un meilleur avenir à leurs enfants. Ils soulignent que l’évaluation de la vie au Canada faite par les immigrants n’est pas associée de manière significative à l’état civil ou à la présence d’enfants. Les auteurs soulignent que ceci pourrait témoigner davantage des limites de l’ELIC dans le contexte de questionnement au niveau des familles que du rôle véritable des familles lors de la prise de décisions. Cela illustre le besoin d’une approche méthodologique qui évalue et analyse véritablement la prise de décisions d’une en matière d’établissement. Cette approche est présentée plus loin dans ce compte rendu.

Il existe également des lacunes sur ce point à l’international, mais les études effectuées à l’étranger comportent un élément clé : le rôle du conjoint, qui est dans la majorité des cas une femme. On a déterminé que les femmes jouent un rôle actif lors de la création d’une perception familiale positive de l’expérience d’immigration [et d’établissement] grâce à leur « engagement envers la réussite de l’intégration des enfants. »Note de bas de page 5

Les enfants ont également une incidence sur l’expérience d’établissement de la famille. La documentation revient toujours à l’idée selon laquelle, pour ceux qui ont immigré, l’objectif d’un avenir meilleur pour les enfants est l’un des principaux moteurs de la migration. Wulff et Dharmalingam (2008) ont constaté que la présence d’enfants augmente la probabilité de la création de liens sociaux forts de 72 %. Les parents sont également plus portés à participer aux activités du voisinage que les personnes n’ayant pas d’enfants. Le rapport de 2008 de la Commission européenne a conclu que les enfants semblent être prédestinés à être les médiateurs entre la population migrante plus âgée et la société d’accueil. Le rapport a également souligné que « l’avenir des enfants est un puissant agent qui peut entraîner le sacrifice délibéré du statut professionnel des parents » et que « souvent, la présence d’enfants peut être une source d’énergie qui les fait avancer, malgré leurs pertes personnelles. »Note de bas de page 6

Il est évident dans la documentation que des hypothèses sont formulées en ce qui a trait aux rôles des membres de la famille en fonction du sexe dans le contexte de la migration et de l’établissement. En recherche, il est souvent présumé que le terme « conjoint » fait référence aux femmes et que ces femmes sont souvent des personnes à charge (c’est le cas dans le cadre du processus de demande de migration et, de manière plus générale, on présuppose que le conjoint n’est pas la principale source de revenus).

Résultats en matière d’établissement pour les conjoints et les enfants

Les études menées dans le domaine des résultats en matière d’établissement pour les familles illustrent l’importance de faire la distinction entre les diverses étapes de l’immigration, surtout entre les étapes d’établissement et d’intégration. Les auteurs notent que les résultats d’établissement semblent être associés à l’obtention d’un logement et d’un travail, l’apprentissage de la langue et l’accès aux services, tandis que l’intégration signifie que les nouveaux venus deviennent des partenaires égaux et à part entière dans diverses facettes de la société. Comme le soutiennent Wulff et Dharmalingam (2008), l’intégration, ou ce qui pourrait autrement être nommé la réussite de l’établissement, comprend la viabilité économique, les réseaux sociaux et la capacité à tirer pleinement profit des occasions qui se présentent dans la société d’accueil. Henderson (2004) suggère une étape « d’adaptation » entre l’établissement et l’intégration. Le manque de cohérence de la définition du terme « intégration » pose problème lors de l’élaboration de politiques, car la comparabilité des éléments mesurés s’en trouve affectée, et la situation ne permet pas de mettre le doigt sur les politiques et les programmes qui devraient être ciblés à des fins d’examen et d’analyses plus poussées.

La documentation existante sur les résultats de l’établissement et de l’intégration des membres de la famille est à la fois limitée et inutile. Les auteurs allèguent que la recherche a tendance à viser les résultats de l’intégration de manière isolée tandis que, pour une évaluation familiale de l’établissement, il faut tenir compte des liens entre divers résultats et diverses expériences possibles des membres de l’unité familiale. Une analyse selon le sexe est également nécessaire, car les hommes et les femmes peuvent vivre l’immigration et l’établissement/ intégration de manière différente. La documentation indique que la compréhension des résultats d’intégration pourrait ne pas saisir correctement le rôle important que jouent les femmes en matière de prestation de soins et de soutien, et son effet sur la prise de décisions en matière d’établissement.Note de bas de page 7 De même, le rapport de la Commission européenne (2008) suggère que les femmes sont plus aptes à relever les défis associés à l’intégration (comme la mobilité professionnelle), car leurs nombreux rôles au sein de la famille leur permettent de trouver de nouvelles sources d’accomplissement. La documentation dans ce domaine suggère également le besoin de se pencher sur les contacts sociaux dans le contexte de résultats en matière d’établissement au niveau des familles.

Les auteurs affirment que, bien qu’aucune documentation ne soit disponible sur les résultats d’intégration uniquement chez les conjoints et la manière dont ces derniers peuvent avoir un effet sur les décisions d’établissement immigrant, il existe un nombre restreint de résultats sur l’intégration des enfants et la manière dont leurs résultats peuvent affecter la prise de décisions des familles immigrantes. Tel qu’il est expliqué ci-dessus, les familles choisissent souvent de migrer pour offrir à leurs enfants un avenir meilleur. En conséquence, plusieurs études ont souligné, à titre de facteur important lors de l’établissement, l’importance des occasions sur le plan de l’éducationNote de bas de page 8. Un environnement sécuritaire est également important en ce qui a trait aux enfants et aux résultats de l’intégrationNote de bas de page 9, ainsi que le fait de compter sur plusieurs amis et un sentiment d’appartenance.Note de bas de page 10

Prise de décisions en matière d’établissement dans des villes autres que Montréal, Toronto et Vancouver (MTV)

La documentation étudiée relative à la migration dans des villes canadiennes autres que MTV semble cibler la raison pour laquelle les immigrants partent, plutôt que la raison pour laquelle ils demeurent dans leur collectivité d’accueil. Une hypothèse inavouée et incontestée, selon les auteurs, est que les facteurs d’attraction/répulsion sont les mêmes et font autant pression pour qu’une personne parte ou demeure (c. à d. que ceux qui partent le font pour des raisons contraires à celles de ceux qui choisissent de rester).

Ce qui est pertinent dans ce projet, d’un point de vue de recherche et d’élaboration de politiques, est le besoin de reconnaître le contexte unique dans lequel l’attraction d’une collectivité particulière est évaluée et augmentée. Deux conclusions intéressantes découlant de l’analyse documentaire mettent en question certaines des hypothèses qui sont tenues pour acquises concernant les raisons pour lesquelles les migrants partent ou restent dans des villes plus petites :

La première concerne les possibilités de travail, dont la présence est jugée essentielle à l’attraction et à la rétention d’immigrants. Dans son étude de 2006 sur des immigrants en Australie-Méridionale, Hugo (2008) a constaté qu’un emploi convenable est une condition nécessaire pour attirer des immigrants, mais qu’à elle seule, elle n’est pas une condition suffisante : le mode de vie, l’éducation des enfants et la sécurité de la collectivité sont jugés être plus importants. C’est pourquoi la disponibilité d’emplois est une exigence de base, mais les éléments non associés au travail sont cruciaux. Hyndman et coll. (2006) soulignent également l’importance de la qualité de vie comparativement à la qualité d’emploi. De même, Wulff et Dharmalingam (2008) indiquent que les liens locaux peuvent l’emporter sur des avantages économiques disponibles ailleurs.

La seconde explique que la famille et les amis semblent aussi importants en matière de choix, mais non nécessairement en matière d’établissement.Note de bas de page 11 Cependant, Derwing et Krahn (2008) et Hou (2005) constatent que les raisons données pour rester dans une collectivité concernent la qualité de vie, les facteurs économiques et les ressources éducatives, mais pas la présence de parents et d’amis.

En matière d’incidence sur les politiques au niveau tant fédéral que provincial/régional, l’analyse documentaire sur la question de l’établissement indique le besoin de cibler les raisons pour lesquelles les immigrants choisissent de rester dans une collectivité donnée, et que les résultats de l’établissement devraient être mesurés et compris dans le contexte d’une collectivité particulière.

L’analyse documentaire suggère trois grands domaines à examiner avec plus d’attention et à incorporer dans le cadre méthodologique visant à comprendre le rôle des conjoints et des enfants dans le processus d’établissement :

  • L’élaboration d’un modèle fondé sur la famille qui reconnaît et illustre les multiples facettes et la relation entre les décisions associées à la migration et à l’établissement.
  • L’exploration des résultats de l’établissement en fonction du sexe et de l’âge selon les rôles masculin et féminin au sein de la famille.
  • Le développement d’une référence pour établir la mesure dans laquelle les expériences d’établissement des divers membres de la famille sont pondérées dans le cadre du processus décisionnel.

Cadre méthodologique pour recherches futures visant à combler les lacunes en matière de connaissances

Grâce à un examen de la documentation quantitative et qualitative, les auteurs offrent une recommandation claire : plus de recherches sont nécessaires pour comprendre la dynamique familiale lors d’une prise de décisions en matière d’établissement. De plus, l’analyse des auteurs de l’Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada (ELIC)Note de bas de page 12 vient renforcer l’hypothèse selon laquelle les membres de la famille influencent les résultats et la prise de décisions en matière d’établissement, avec les constatations suivantes :

  • Il existe des différences entre les immigrants qui s’établissent à Montréal, à Toronto et à Vancouver (MTV) et ceux qui s’établissent dans des villes autres que MTV, en matière tant de caractéristiques démographiques que des résultats de l’établissement.
  • La présence d’un conjoint ou d’enfants a un effet sur les résultats d’établissement des principaux répondants au sondage.
  • Il existe des différences entre les sexes en matière de résultats économiques, de capital humain, social, culturel et de valeur chez les immigrants ciblés par l’ELIC.
  • La présence d’une famille influence les tendances relatives au déménagement et à l’établissement. Plus particulièrement, ceux qui vivent dans des régions autres que MTV ont plus tendance à déménager s’ils n’ont pas d’enfants.

Puisque l’analyse documentaire et l’analyse des données de l’ELIC n’offrent aucun renseignement sur l’incidence des familles sur les tendances d’établissement, une approche qualitative approfondie est nécessaire et fortement recommandée.

Les auteurs proposent une méthodologie qualitative qui permettrait la cueillette de données relatives à l’expérience pour former une base à partir de laquelle il serait possible d’améliorer la compréhension de la migration et de l’établissement sous forme de projet familial. La méthodologie comprend des lignes directrices ou une « trousse d’outils » pour les collectivités souhaitant entreprendre des recherches concernant : la conception et la sélection de l’échantillon, la collecte de données, la validation, l’analyse, l’interprétation et la diffusion.

Le cadre méthodologique proposé comprend trois options pour la collecte de données – les entrevues semi-structurées en personne, les questionnaires d’auto-évaluation et les groupes de discussion. Les auteurs suggèrent une approche à plusieurs facettes pour la collecte de données, l’analyse, la validation et l’interprétation – des entretiens avec les familles et l’analyse des résultats des entretiens, suivis par des groupes de discussion visant à valider les résultats des entretiens, et un forum concernant le programme suggéré/les responsables des politiques afin d’explorer la pertinence des données du point de vue des politiques.

Le cadre proposé d’analyse des données qualitatives générées par les entretiens et les questionnaires autoadministrés est organisé selon le concept des besoins (raisons pour lesquelles la famille migre, émigre, perceptions en lien avec la décision de quitter ou de rester), des attentes (besoins associés aux choix d’établissement, justifications du choix d’une collectivité, perceptions en lien avec la décision de partir ou de rester) et des expériences (mesure selon laquelle les besoins ont été comblés et les attentes réalisées, et la raison pour laquelle chaque membre de la famille reste et les résultats de la décision de s’établir). En regroupant les résultats selon ces trois domaines conceptuels, le cadre suggéré permet de discerner les motifs et les tendances.

Le cadre méthodologique, grâce à son organisation et sa structure, prévoit recueillir des données de familles migrantes concernant les domaines de questionnement suivants :

  • Renseignements généraux, dont le lieu de naissance (et le dernier pays de résidence permanente), la catégorie d’immigration, l’année d’immigration, l’année d’établissement dans une collectivité particulière et les antécédents d’immigration/d’établissement.
  • Descriptions des membres de la famille selon le sexe, l’âge, l’éducation, le travail avant et après l’immigration, la situation d’emploi, etc.
  • Raisons de l’immigration au Canada et importance de celles-ci aux yeux de chacun des membres de la famille.
  • Raisons ayant motivé le choix d’une collectivité particulière et d’y rester, et importance de ces raisons pour chacun des membres de la famille.
  • Mesure dans laquelle la décision de s’établir dans une collectivité particulière a été une expérience positive ou négative pour chacun des membres de la famille.
  • Les perceptions à l’égard du choix de quitter une collectivité comparativement au choix d’y rester en réponse aux problèmes associés à l’attraction et à la rétention d’immigrants dans les centres moins peuplés du Canada.

La méthodologie proposée, aux dires des auteurs, est conçue d’une façon particulière afin que les résultats soient applicables aux politiques. Dans le contexte de cet objectif, il est important que toutes les données soient comparables tant au niveau des familles qu’à celui des collectivités. La « trousse d’outils » suggérée comprend non seulement des procédures de collecte de données, mais également des cadres analytiques visant une méthode uniforme. Ceci permet aussi aux chercheurs de divers milieux de mener les recherches de manière collaborative et organisée. Cette approche proposée permet une analyse en commun, ou partagée, des motifs et des tendances concernant la mesure dans laquelle les conjoints et les enfants jouent un rôle dans la décision de s’établir ou non dans une collectivité particulière.

Sommaire et conclusionsNote de bas de page 13

Ce compte rendu de recherche illustre les lacunes pertinentes relevées sur le plan des renseignements dans l’analyse documentaire menée par VanderPlaat et coll. et souligne le besoin d’une approche fondée sur la famille en matière d’immigration et d’intégration qui reconnaît et explique les multiples facettes et dynamiques familiales dans une prise de décisions en matière de migration et d’établissement. Les résultats limités sur le rôle des conjoints et des enfants dans la prise de décisions en matière d’établissement démontrent que le choix d’un immigrant de s’établir ou non dans une collectivité particulière dépend, au final, de la relation entre l’immigrant, sa famille et leur collectivité. Il est évident que leurs résultats sont pertinents en ce qui a trait à la capacité d’intégration des collectivités et des attributs qui aident les collectivités à attirer et à conserver des immigrants. C’est pourquoi une meilleure compréhension des facteurs qui contribuent à l’attraction et à la rétention des immigrants, et le rôle des conjoints et des enfants lors de la prise de décisions en matière d’établissement, ont été soulignés à titre de domaine de politique clé qui bénéficierait de recherches et d’analyses plus approfondies. Le cadre méthodologique qualitatif proposé représente un premier pas vers l’élaboration d’études qui aideront à mieux comprendre la mesure dans laquelle les conjoints et les enfants (c.-à-d. la famille) sont impliqués et influencent la décision de s’établir ou non dans une collectivité particulière.

Presque toutes les statistiques concernant les immigrants se fondent sur les caractéristiques du demandeur, et c’est pourquoi le rôle de la famille est largement reconnu comme nécessitant des recherches qualitatives pour obtenir les données nécessaires sur le plan de la diversité, surtout dans les collectivités moins peuplées. Au final, les études qualitatives sont mieux effectuées par la collectivité concernée par les résultats. En commandant cette étude, CIC a créé un point de départ où pourront se rejoindre les chercheurs et les collectivités pour collaborer et entreprendre des recherches dans ce domaine qui a été désigné comme un besoin pressant.

Selon les résultats de l’analyse documentaire commandée et les domaines de questionnement proposés dans le cadre méthodologique suggéré, il est recommandé qu’à l’avenir les études visant l’établissement, qu’elles soient effectuées à l’échelle régionale ou nationale, posent des questions sur une prise de décisions tenant compte de la famille en matière de migration, d’établissement et d’intégration.

Références citées dans le compte rendu de recherche

  • Anisef, P. et K. M. Kilbride, éditeurs, 2003, Managing Two Worlds: The Experiences and Concerns of Immigrant Youth in Ontario, Toronto : Canadian Scholar’s Press.
  • Bailey, A., et P. Boyle, 2004, Untying and retying family migration in the new Europe, Journal of Ethnic and Migration Studies 30(2), p. 229 à 241.
  • Burke, N., 2008, Terre-Neuve-et-Labrador : Passez le mot! Nos diverses cités, numéro 5 (printemps), p. 34 à 37.
  • Chekki, D. et P. Redekop, 2001, From the Four Corners of the Globe: Immigrant family and community in Winnipeg. Document présenté au Fourth Prairie Regional Workshop, Winnipeg, MB. 8 au 10 novembre 2001.
  • Creese, G., I. Dyck et A.T. McLaren, 2006, The ‘Flexible’ Immigrant: Household Strategies and the Labour Market, Research on Immigration and Integration in the Metropolis (RIIM) Working Paper Series, No. 06-19, Vancouver : Vancouver Centre of Excellence.
  • Crossman, E., 2012, “Refonte de la Banque de données longitudinales sur les immigrants” – De nouvelles propriétés et possibilités de recherche, exposé préparé pour l’atelier spécial sur la recherche en politiques, CIC, 5 octobre 2012
  • Derwing, T. M. et H. Krahn, 2008, Attracting and retaining immigrants outside the metropolis: is the pie too small for everyone to have a piece? The case of Edmonston, Alberta, International Migration and Integration 9, p. 185 à 202.
  • Derwing, T., H. Krahn, J. Foote et L. Diepenbroek, 2005, The attraction and retention of immigrants to Edmonton: A case study of a medium sized Canadian city, PCERII Working Paper. No. WP05-05, Edmonton : Prarie Metropolis.
  • Dobrowolsky, A. et E. Tastsoglou, 2008, Femmes, sexe et réseaux, Nos diverses cités, numéro 5 (printemps), p. 90 à 94.
  • Este, D. C., 2009, The perceptions and experiences of Russian immigrant and Sudanese refugee men as fathers in an urban centre in Canada, The Annals of the American Academy of Political and Social Science 624, p. 139 à 153.
  • Commission européenne, 2008, Interface : Immigrants and national Integration Strategies: Developing a Trans-European Framework for Analyzing Cultural and Employment Related Immigration.
  • Flint, D., 2007, Établissement des immigrants en milieu rural : Étude de cas sur les nouveaux immigrants du comté de Colchester en Nouvelle-Écosse, Centre Métropolis Atlantique, document de recherche no 07-2007, Centre Métropolis Atlantique, Halifax.
  • Henderson, A., 2004, The settlement experiences of immigrants (excluding refugees) in New Zealand: An overview paper completed for the Auckland Regional Settlement Strategy, (document inédit).
  • Hou, F., 2005, Summary of the initial destinations and redistributions of canada’s major immigrant groups. Changes over the past two decades. Business and Labour market Analyisis Division, Catalogue no. 11F0019MIE No. 255, Ottawa : Statistique Canada.
  • Houle, R. et G. Schellenberg, 2010, Évaluation par les nouveaux immigrants de leur vie au Canada, Direction des études analytiques : documents de recherche, no 11F0019M au catalogue, no 322, Ottawa : Statistique Canada.
  • Hugo, G., 2008, Australia’s State-specific and regional migration scheme: An assessment of its impacts in South Australia, International Migration and integration 9, p. 125 à 145.
  • Hyndman, J., N. Schuurman et R. Fiedler, 2006, Size matters: Attracting new immigrants to Canadian cities, Journal of International Migration and Integration 7 (1), p. 1 à 25.
  • Hynie, M., 1996, From conflict to compromise: Immigrant families and the processes of acculturation, dans Diversity with Justice and Harmony: A social psychological analysis, publié par D. Taylor. Politique stratégique, Planification et Recherche et Projet et Le projet Metropolis, ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, Canada, consulté le 15 mars 2007.
  • Kunz, J. L., 2005, Orientation des nouveaux arrivants dans la société canadienne : le capital social et l’établissement, dans Le capital social à l’œuvre, Études thématiques sur les politiques (projet de recherches sur les politiques), Ottawa. Lewis-Watts, L., 2006, Speaking with Families from within the ‘Family Class’. Canadian Issues/Thèmes canadiens (printemps), p.81 à 84.
  • Nauck, B. et B. Settles, 2001, Immigrant and Ethnic Minority Families: An Introduction, Journal of Comparative Family Studies 32(4), p. 461 à 464.
  • Quaicoe, L., 2008, Patrimoine canadien dans la région de l’Atlantique : engagement avec les communautés multiculturelles – De la recherche à la pratique : le besoin d’appartenance des enfants immigrants et réfugiés, Nos diverses cités, numéro 5 (printemps), p. 45 à 49.
  • Tyyskä, V., 2007, Immigrant Families in Sociology, p. 83 à 99, dans Immigrant Families in Contemporary Society, publié par J.E. Lansford, D. Kirby et M. E. Bornstein. New York : Guilford Publications.
  • VanderPlaat, M., 2006, L’immigration et les familles : introduction, Canadian Issues/Thèmes Canadiens (printemps), p. 3 et 4.
  • VanderPlaat, M., H. Ramos et Y. Yoshida, 2007, A research and policy framework for the integration of sponsored parents/grandparents, document de conférence présenté à la Ninth National Metropolis Conference. Toronto, du 1er au 4 mars.
  • Wulff, M. et A. Dharmalingam, 2008, Retaining Skilled Migrants in Regional Australia: The Role of Social Connectedness, International Migration and integration 9, p. 147 à 160
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :