Niveau 6 – Bâtiment de conservation

Installation abritant des collections et dont la principale fonction est d'en assurer la conservation à long terme. Offrant une excellente protection, elle comporte des couches successives qui préviennent les dangers habituels et sa conception permet de résister aux catastrophes. Dans votre plan d'action, inclure les mesures pertinentes des niveaux précédents.

Exemples

Enceinte conçue sur mesure pour de la conservation; comporte toute la gamme des caractéristiques réduisant les problèmes de ravageurs, par exemple, un espace réfrigéré abritant un herbier, une réserve renfermant des fourrures à valeur ethnographique, et l'utilisation d'armoires hermétiques pour les collections.

Plan B

Aucun

Site

Construction conçue pour résister aux extrêmes climatiques susceptibles de se produire sur 100 ans. Gestion des plantations à l'extérieur, et entretien du périmètre à des fins d'assainissement conformément au plan B, niveau 0. Utilisation de techniques propres aux usines de transformation des aliments, par exemple, l'aménagement de bordures en gravier sur toile géotextile (sous-couche de tissu spécialisé qui limite le déplacement du sol) afin de réduire les pressions exercées par les rongeurs (Imholte, ). Mur extérieur protégé par des gouttières, tel que décrit au plan B, niveau 1.

Plan B

Aucun

Bâtiment

Clairement conçu en fonction des besoins de conservation des collections. Au cours de la construction, établir un lien de confiance entre les spécialistes de la conservation et les professionnels de la construction pour pouvoir discuter de ces besoins au moment de la prise de décisions et de l'exécution de certains détails. Un corridor formant un périmètre autour des réserves préserve mieux celles-ci contre les effets de l'environnement extérieur qu'un simple mur. Les joints du béton coulé, de la dalle et des murs sont scellés et bien entretenus. Les réserves sont à l'écart des zones de forte fréquentation humaine. Une bande installée au bas des portes intérieures empêche la circulation d'insectes. L'installation de saignées pour le passage des câbles et des tuyaux réduit le nombre d'ouvertures dans les murs. Les trous sont bouchés avec des matériaux appropriés, de manière à bien isoler les pièces les unes des autres. La poussière est enlevée à l'aide d'un aspirateur central, ou d'aspirateurs portatifs munis de filtres HEPA. Toutes les armoires de l'immeuble sont hermétiques. Si une quantité importante d'objets se trouve sur des rayonnages ouverts, le système CVC doit être conçu pour éliminer les contaminants particulaires et les spores. Des installations de lutte intégrée près du quai de chargement servent à la mise en quarantaine et aux traitements. Elles permettent également d'entreposer l'emballage d'expositions itinérantes. Pièce réfrigérée pour les déchets de cuisine et les ordures.

Plan B

Munir le système CVC de filtres d'un niveau allant jusqu'à MERV 13, permettant d'éliminer les contaminants particulaires, y compris les déjections d'acariens de la poussière. Prévoir le maintien de températures basses (15°C) dans les réserves afin d'inhiber l'activité des insectes et de réduire le taux de détérioration chimique. Cette solution demande toutefois une conception soigneuse, un entretien scrupuleux et une certaine consommation d'énergie. Compte tenu des attentes très élevées touchant le rendement de l'enveloppe du bâtiment, le projet de construction comporte un contrôle rigoureux de détails, tels que des écrans pare-vapeur. La structure et son contenu sont désinfectés avant l'occupation, ce qui exige une coordination des activités de lutte intégrée au moment d'installer la collection.

Équipement et matériel

Installation de pièges lumineux afin d'éloigner les insectes du quai de chargement. Des écrans ou des rideaux anti-oiseaux reliés à la remorque des camions empêchent l'entrée de la plupart des ravageurs lorsque les portes sont ouvertes. Installations appropriées (congélateur maintenu entre −20 et −30°C, chambre de fumigation sous atmosphère contrôlée, chambre de traitement thermique) pour la désinfestation des nouvelles acquisitions.

Plan B

Inspection et entretien annuels pour assurer l'intégrité des armoires. Utilisation de contenants quasi hermétiques (récipient à pellicule) pour la mise en réserve à long terme de la plupart des articles fragiles ou précieux. Objets désinfestés placés dans des endroits (réfrigérés ou sous atmosphère modifiée) à l'épreuve des ravageurs. Utilisation de congélateurs-chambres dotés d'une source d'alimentation de secours pour la lutte intégrée habituelle.

Mesures

Correction rapide des failles dans la structure, et colmatage de toute fissure. Transposition des données concernant l'installation régulière de pièges près des ouvertures de chaque pièce et dans les collections vulnérables sur un graphique, pour permettre l'analyse à long terme. Inspection visuelle annuelle des collections vulnérables. Maintien des réserves à une température confortable pour les humains (ce qui n'entrave pas l'infestation par des organismes nuisibles). Stérilisation, désinfection, fumigation, nettoyage et inspection du contenu (au besoin, en fonction de la durée prévue d'entreposage) avant de le sceller ou de le placer dans des contenants hermétiques, à l'épreuve des ravageurs. Les articles placés dans des sacs, des flacons ou des boîtes sont rangés dans des armoires à l'épreuve des organismes nuisibles. Inspections visuelles effectuées chaque année, afin de vérifier l'étanchéité des emballages et l'absence de ravageurs. Pour ce qui est de la mise en réserve dans un lieu réfrigéré, tous les objets sont placés dans des contenants pouvant résister à une panne du système de réfrigération et au mouvement de l'humidité. En cas de défaillance mécanique, il existe un plan de reprise des activités. Les nouveaux employés reçoivent une formation sur les politiques et les méthodes de lutte intégrée. Un comité de lutte intégrée assure les échanges professionnels et les discussions avec les membres du personnel qui découvrent des ravageurs (gardiens de sécurité, personnel d'entretien et personnel du service d'alimentation).

Plan B

Aucun

Pronostic

Peu de problèmes de ravageurs dans les réserves. Le piégeage au sol est plus efficace, en matière de détection, que l'inspection visuelle des armoires. Quelques ravageurs trouvés dans les galeries d'exposition en raison de la fréquentation des lieux par les humains et de la présence de services alimentaires.

Plan B

Problèmes de ravageurs sporadiques, touchant principalement les nouvelles collections et les retours de prêts.

Détérioration prévisible

Les dommages causés par des ravageurs sont minimes sur la durée de vie prévue des structures de réserve pour les objets robustes ou fragiles. La conservation des objets à long terme dépend de la volonté des autorités culturelles de préserver ceux-ci, de l'intégrité structurelle du bâtiment et de l'approvisionnement en énergie requis pour assurer les services nécessaires.

Plan B

Aucun.

Bulletin technique de l'ICC 29.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :