Comparaison de différentes méthodes de traitement

Traitement utilisé contre les insectes nuisibles

Chauffage

Entre 55 et 60°C : La durée d'exposition dépend surtout de l'épaisseur de l'objet. Se reporter à la section Guides de mise en application. Placer l'objet dans un sac étanche à la vapeur ou dans un contenant équivalent pour confiner les ravageurs et éliminer le risque de variation du taux d'humidité pendant le chauffage. L'utilisation de fardage (feuilles de fibres naturelles) peut être nécessaire dans le cas de structures spatiales Footnote * afin d'accroître la régulation de l'humidité, ou encore d'approvisionner de l'air climatisé humide pendant le traitement (en règle générale, un taux d'HR 15 % supérieur au taux ambiant). Diverses méthodes de chauffage peuvent être utilisées : chauffage par rayonnement, chauffage à air pulsé ou chaleur solaire (Strang, ).

Avantages

Efficacité quasi universelle contre tous les insectes. Technologie très répandue. Délai de traitement court. Efficacité démontrée à diverses échelles–qu'il s'agisse d'un simple objet ou de tout un bâtiment.

Inconvénients

Logistique de confinement pour assurer l'existence d'un écran pare–vapeur afin de limiter les variations du taux d'humidité et de réduire les pertes thermiques, surtout lorsqu'on traite de structures de grande taille. Dans ce cas, la circulation d'air pulsé dans des conduits d'air et l'établissement de nombreux points de surveillance sont nécessaires.

Refroidissement

À −20 °C pendant deux semaines ou à −30 °C pendant une semaine. Placer l'objet dans un sac étanche à la vapeur ou dans un contenant équivalent pour confiner les ravageurs, réduire le risque de variation du taux d'humidité et éliminer le risque de condensation au moment du réchauffement (Strang, , ). S'assurer que l'air circule librement autour de l'objet dans la chambre froide pour prévenir la formation de « ponts thermiques »relativement chauds. Si les objets touchent la paroi de la chambre, ils deviennent partie intégrante de l'isolation de celle-ci, permettant à la chaleur provenant de l'extérieur de se transmettre aux objets. Dans la mesure du possible, réduire soigneusement l'épaisseur des objets empilés, pliés ou roulés avant le traitement, de façon à exposer la surface la plus grande à l'air froid (par exemple, dans le cas de livres ou de tapis). Surveiller si possible la température de l'objet le plus épais, pour garantir l'atteinte de la température optimale. Se reporter à la section Guides de mise en application.

Avantages

Technologie très répandue; les congélateurs domestiques conviennent bien. Les températures hivernales de certaines régions sont suffisamment basses (−25 °C ou moins), pourvu que les objets aient passé un mois à une température confortable pour les humains (c.-à-d. 22 °C) avant d'être exposés au froid afin d'interrompre la dormance des insectes. Méthode efficace contre la plupart des insectes nuisibles qu'on trouve dans les musées, si ces insectes ne sont pas déjà adaptés à des environnements froids.

Inconvénients

Logistique nécessaire pour confiner les gros objets. Toutefois, il est souvent possible de louer un camion frigorifique à cette fin. La durée minimale d'exposition au froid dépend beaucoup plus des caractéristiques des espèces en cause que dans le cas de l'exposition à la chaleur. Il n'est donc pas recommandé de réduire le temps d'exposition, à moins de bien connaître les espèces et leur réaction.

Atmosphères contrôlées (faible teneur en O2)

Exposer les objets pendant une à trois emaines à des atmosphères contenant très peu d'oxygène (les insectes succombent à l'anoxie lorsque la teneur en oxygène est inférieure à 0,1 %, ce qui constitue un paramètre couramment utilisé dans la lutte intégrée). Soulignons que ce sont les insectes perceurs du bois qui tolèrent le mieux l'anoxie; leur élimination requiert donc des durées d'exposition plus longues. Pour appliquer cette technique de fumigation dans les lieux de grande dimension, on utilise de l'azote comprimé (N2). Pour ce qui est des lieux de plus petite taille, on se sert plutôt de sorbants. Les films étanches à l'oxygène sont thermoscellables et ne peuvent être utilisés qu'une seule fois ou quelques fois. évacuer l'air des sacs au moyen d'azote à taux d'humidité contrôlé pour préserver le sorbant. Pour obtenir des directives détaillées, consulter Maekawa et Elert ().

Avantages

On peut créer un milieu anoxique à la température ambiante (c.-à-d. supérieure à 20 °C) au moyen de sacs plastiques transparents ou métallisés. L'entreposage d'objets dans ces sacs à long terme les protège des réinfestations possibles et des autres agents délétères tels que les contaminants aéroportés, l'eau et les fluctuations du taux d'humidité.

Inconvénients

L'efficacité se trouve grandement réduite lorsque les températures sont moyennement fraîches (inférieures à 20 °C). La protection qu'offrent les sacs de milieu anoxique peut être compromise s'ils présentent des fuites ou des sceaux défectueux. Les milieux à faible teneur en oxygène ont également une incidence sur certaines matières colorantes (réduction chimique), mais ce phénomène s'observe surtout à long terme, et non sur les périodes requises pour l'application de mesures de lutte intégrée.

Atmosphères contrôlées (CO2)

Exposer les objets pendant une à trois semaines à des atmosphères contenant du dioxyde de carbone (une concentration de 60 à 90 % de CO2 en volume provoque une hypercarbie mortelle). Les insectes perceurs du bois sont normalement ceux qui tolèrent le mieux l'hypercarbie; leur élimination requiert donc des durées d'exposition plus longues. Confiner le CO2 dans une enceinte rigide (chambre de fumigation) ou dans une enceinte souple conçue pour la fumigation au CO2 (Warren, ).

Avantages

La fumigation au dioxyde de carbone peut se faire en présence d'oxygène résiduel. Ainsi, la présence de minuscules fuites dans l'enceinte ne compromet pas la fumigation d'objets de grande taille, pourvu que, dans l'ensemble, la concentration et la circulation du gaz traitant soient maintenues.

Inconvénients

L'efficacité se trouve grandement réduite lorsque les températures sont moyennement fraîches (inférieures à 20 °C). Le dioxyde de carbone est homologué comme fumigant et pose un risque d'asphyxie pour les humains. L'utilisation de détecteurs et de méthodes appropriés est requise. Le dioxyde de carbone est un gaz pénétrant ayant des effets physiologiques sur les mammifères à de faibles concentrations. De plus, il est facilement adsorbé par le béton. L'enceinte doit être spécialement conçue pour contenir le CO2. Respecter des mesures pour la sécurité des personnes. Les cérambycidés résistent très bien aux taux élevés de CO2.

Note de bas de page *

Objets dont la construction crée un grand espace vide par rapport à ses composantes. Au moment d'ensacher de tels objets, il en résulte un important volume d'air que l'on doit tamponner.

Retour à l'appel de note *

Bulletin technique de l'ICC 29.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :