Niveau 3 – Habitation élémentaire

Habitation humaine offrant une protection raisonnable contre les effets du climat et une régulation approximative de l'environnement intérieur grâce à un chauffage ou une ventilation élémentaire. Dans votre plan d'action, inclure les mesures pertinentes des niveaux précédents.

Exemples

Enceinte acceptable : immeubles de style occidental, datant jusqu'au début des années ; bâtiments publics, notamment des églises et des palais. Bâtiments publics historiques, lieux de culte et sanctuaires correctement entretenus.

Plan B

Aucun

Site

Jardins paysagés, allées piétonnières, rues. Drainage vers des fossés à découvert, chaussées, égouts rudimentaires

Plan B

Limiter la croissance des arbres et des arbustes le long de la structure pour protéger les fondations vulnérables aux racines envahissantes des plantes.

Bâtiment

Effort raisonnable déployé pour procurer au bâtiment une enveloppe intégrale afin de le protéger des intempéries et le rendre habitable avec un certain confort au cours du cycle climatique annuel. Si le bâtiment est doté d'un système de chauffage élémentaire, les ouvertures sont normalement petites, mais le revêtement extérieur permet l'intrusion fréquente ou fortuite de ravageurs. Les entrées sont fermées par des portes simples; le bâtiment a des fenêtres à guillotine mal assujetties, doublées ou non de moustiquaires. L'espace entre les murs de séparation à l'intérieur et le plancher peut abriter des insectes. Les foyers ouverts, les conduits de fumée, les vides sous les planchers et le grenier sommairement finis permettent aux oiseaux, aux rongeurs et aux insectes d'accéder aux vides dans la structure. Il peut y avoir une certaine aération naturelle permettant de faire varier la température ou l'humidité à l'intérieur, mais il n'y a pas de climatisation.

Plan B

Utiliser des portes moustiquaires et installer des moustiquaires aux fenêtres afin de réduire l'entrée d'insectes et de permettre la ventilation. Colmater les brèches dans la structure et réduire les espaces autour des ouvertures habituelles (portes, fenêtres) à moins de 5 mm, afin d'empêcher l'entrée de rongeurs. Veiller à ce que les gouttières soient munies de descentes pluviales acheminant l'eau bien à l'écart des fondations, réduisant ainsi le risque de croissance de moisissures. Installer un grillage sur les conduits de fumée désaffectés, à même le toit, afin d'empêcher les oiseaux et les insectes d'y pénétrer. Utiliser des feuilles de plastique épais comme revêtement de sol en terre battue dans les vides sanitaires clos. Assurer une bonne ventilation grillagée de l'espace pour y réduire l'humidité, sinon les éléments en bois de la structure risquent d'être attaqués par les champignons et les insectes.

Équipement et matériel

Les objets sont exposés à l'intérieur du bâtiment de manière à reproduire leur utilisation originale (intérieur historique), mais d'autres objets se trouvent dans des pièces fermées, sur des étagères ou dans des boîtes partiellement ou complètement ouvertes. Par souci de sécurité, certains objets peuvent se trouver dans des armoires, mais la résistance de l'enceinte aux ravageurs est plutôt faible.

Plan B

Placer les objets vulnérables aux insectes dans des vitrines d'exposition ou des armoires bien scellées (veiller à ce que toute brèche ne dépasse pas 0,3 mm). Envisager l'utilisation de déshumidificateurs portatifs pour maintenir le taux d'humidité relative sous les 75 % par temps humide passager (par exemple, sur une période de 2 mois), et sous les 65 % dans les régions au climat humide à longueur d'année. Pour réduire l'incidence des ravageurs, envisager l'utilisation de sacs en polyéthylène (placés pendant la saison sèche) ou, dans le cas d'articles mous en réserve, les recouvrir d'une bâche en tissu. Ranger les pièces fragiles dans des boîtes à couvercle ou dans des armoires.

Mesures

Nettoyage au printemps et à l'automne, nettoyage à l'aspirateur et époussetage des pièces exposées si l'on constate une accumulation de poussière.

Plan B

Ne pas placer des objets dans des endroits souterrains s'il est impossible d'y assurer une bonne ventilation ou une protection adéquate contre les inondations. Inspecter les greniers et les sous-sols chaque année pour détecter de graves problèmes de ravageurs. Ces espaces répondent habituellement mieux aux besoins des ravageurs que les étages habités.

Pronostic

Diverses salles peuvent être touchées, et des infestations récurrentes de ravageurs s'attaquant au papier et aux tissus sont également possibles. La mise en réserve dans des sous-sols humides ou des greniers chauds est à proscrire si l'on souhaite assurer la conservation des objets.

Plan B

Réduction des problèmes chroniques d'infestation de mouches et de dermestidés grâce à la surveillance étroite des greniers. Réduction des problmes liés aux lépismes et aux souris grâce à la surveillance étroite des conditions ambiantes dans les sous-sols et les vides sanitaires.

Détérioration prévisible

Les effets prévus se manifestent à l'intérieur d'un délai équivalent à la durée de vie du bâtiment, dans le cas d'éléments robustes, de quelques décennies à un siècle, dans le cas d'éléments mous, et de quelques années dans le cas d'éléments fragiles.

Plan B

Réduction des dommages causés par les rongeurs, les insectes et les champignons grâce à l'amélioration de l'enveloppe du bâtiment et à l'assainissement régulier des lieux.

Bulletin technique de l'ICC 29.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :