Comment désencadrer les oeuvres sur papier – Notes de l'Institut canadien de conservation (ICC) 11/6

(Format PDF, 1.03 Mo)

La Note de l'ICC 11/6 fait partie de la onzième série des Notes de l'ICC (Papier et livres)

Introduction

Il est souvent nécessaire de désencadrer les œuvres sur papier pour les examiner, les réencadrer ou les préparer en vue d'une exposition, ou d'un traitement de restauration. Avant de désencadrer l'œuvre, on recommande fortement de l'examiner minutieusement et de déterminer la méthode d'encadrement utilisée puisque celle-ci varie d'une œuvre à l'autre. Il faut examiner et désencadrer l'œuvre avec grand soin pour éviter qu'elle ne subisse des dommages.

Manipulation

Dans la mesure du possible, transporter les cadres lourds ou de grandes dimensions sur un chariot. Si plusieurs œuvres encadrées sont manipulées ensemble, elles ne doivent pas entrer en contact les unes avec les autres. Un morceau de carton inséré entre les cadres protège les moulures contre les risques d'abrasion. Toutefois, si une œuvre encadrée est transportée à la main, il convient d'observer les règles suivantes :

  • Toujours tenir le cadre à deux mains et veiller à ce que le côté vitré soit tourné vers soi.
  • Ne jamais tenir un cadre par un seul côté, car les joints, s'ils sont faibles, peuvent céder.
  • Pour éviter que la vitre ne tombe lorsqu'on soulève le cadre, s'assurer auparavant que toutes les parties sont solidement fixées.
  • Ne jamais tenir une œuvre encadrée par le fil métallique ou la cordelette servant à l'accrocher : ils peuvent être affaiblis ou usés.

Lorsqu'on dépose un cadre sur le sol, on doit, pour en protéger la moulure, le placer sur des blocs matelassés (consultez le 10/2 des Notes de l'ICC, Fabrication de blocs matelassés).

Examen

Il convient de déterminer avec soin l'état de l'œuvre et le type de cadre utilisé.

La procédure suivante permet au personnel de musée de déterminer si l'œuvre, en raison de son état, doit faire l'objet de précautions particulières visant à prévenir les dommages au moment de désencadrer. Elle peut aussi fournir d'utiles renseignement aux restaurateurs.

L'œuvre

L'œuvre a-t-elle du jeu dans son cadre? A-t-elle glissé du passe-partout?

L'image a-t-elle pâli?

La couche picturale présente-t-elle des lacunes ou des soulèvements? S'il s'agit d'un dessin au pastel, à la craie ou au fusain, y a-t-il eu transfert des pigments sur le verre ou sur le plexiglas?

Y a-t-il des traces d'humidité ou de la condensation sur le verre? L'œuvre semble-t-elle adhérer au verre? Si c'est le cas, est-ce que le papier est gondolé? A-t-on noté la présence de moisissure?

L'œuvre sort-elle de la fenêtre du passe-partout?

Le passe-partout a-t-il jauni?

Le cadre

Y a-t-il des indices de la présence d'insectes : excréments, débris, vermoulure (consultez le 3/1 des Notes de l'ICC, Examen de dépistage des insectes)?

La moulure est-elle ébréchée? Y a-t-il des lacunes?

La dorure est-elle ternie? A-t-on utilisé de la peinture dorée ou de la bronzine pour « rehausser » le cadre?

Le bois est-il fissuré ou fendu?

Y a-t-il trop de jeu aux joints?

Le cadre fournit-il à l'œuvre un bon soutien?

Le cadre permet-il à l'œuvre d'être bien ajustée, sans être trop à l'étroit? La feuillure du cadre est-elle assez large?

La vitre est-elle vieille, sale, ébréchée, brisée ou fêlée? S'il s'agit de plexiglas, est-il égratigné? A-t-il bombé?

De quel matériau est fabriqué le panneau de protection (par exemple du bois, du carton)?

Comment l'œuvre est-elle fixée au cadre? Par des clous, des pointes de vitrier, etc.?

Y a-t-il des pitons ou des crochets?

Le fil métallique servant à accrocher l'œuvre est-il usé, rouillé ou cassé? S'il s'agit d'une cordelette, est-elle usée ou cassée?

Y a-t-il des étiquettes indiquant le nom de l'encadreur? Y a-t-il des numéros d'acquisition ou des inscriptions quelconques? Dans l'affirmative, ces renseignements doivent être pris en note.

Si certains problèmes se posent, on ne doit pas chercher à les résoudre soi-même. Pour des conseils ou de l'aide, s'adresser à un restaurateur professionnel. Par exemple, il se peut qu'une œuvre dont la couche picturale se soulève ou dont les pigments ne sont pas bien fixés (par exemple, certains pastels ou gouaches) ne puisse être retournée sans risquer des dommages. De même, une œuvre qui adhère à la vitre du cadre peut nécessiter le recours à des méthodes différentes pour la désencadrer.

Si aucun problème n'a été révélé durant l'examen, on peut désencadrer l'œuvre.

Marche à suivre

Avant de désencadrer l'œuvre, s'assurer que la vitre est intacte. Si elle est brisée, enlever avec des pinces tous les fragments de verre susceptibles de tomber, en prenant soin de ne pas endommager l'œuvre.

Poser le cadre à l'envers sur une surface propre et matelassée. Si le cadre comporte des moulures, placer sous chacun de ses coins des blocs matelassés.

Enlever complètement la poussière et les toiles d'araignée au revers du cadre au moyen d'une brosse souple. Si la surface est très sale, utiliser un aspirateur à tuyau flexible en ayant soin de recouvrir l'embout de l'appareil d'un filtre ou d'une gaze.

Retirer tous les pitons ainsi que le fil métallique ou la cordelette servant à accrocher l'œuvre.

Enlever et conserver les étiquettes fixées au panneau de protection. Toutefois, si elles sont apposées sur l'œuvre ou si le dos protecteur fait partie de l'œuvre, seul un restaurateur professionnel peut les enlever. Si le revers du cadre est recouvert d'une feuille de papier d'emballage ou si le panneau a été fixé au cadre à l'aide de ruban gommé, découper le papier ou le ruban le long de l'intérieur du cadre en ayant soin de ne pas abîmer le panneau de protection ou l'œuvre elle-même avec le couteau. Enlever le ruban.

Il est important d'enlever les clous ou les pointes de vitrier avant de désencadrer l'œuvre car ils risquent d'endommager l'œuvre durant l'opération. On utilise à cette fin une paire de pinces à becs fins.

Une fois ces précautions prises, on peut avoir recours à l'une des deux méthodes suivantes :

  1. Enlever le panneau de protection, après s'être assuré que l'œuvre n'y adhère pas. Si la vitre est de petites dimensions et si elle n'est pas fixée au cadre au moyen de ruban gommé, placer les pouces sur les revers et les doigts sous la vitre et exercer une légère pression pour repousser le tout vers soi. Une fois la vitre, le passe-partout et l'œuvre dégagés, les retirer doucement du cadre. Manipuler la vitre en la soutenant par le dessous plutôt que par ses côtés; le verre d'encadrement étant mince, il peut se briser facilement, surtout s'il est vieux.

    OU

  2. Tenir fermement ensemble le cadre, le passe-partout, le panneau de fond et la vitre, puis retourner le tout de façon que le côté image soit sur le dessus. Retirer le cadre, puis la vitre. Cette méthode est préférable lorsque l'œuvre est très fragile.

Il arrive assez fréquemment que l'œuvre ait été fixée sur le revers du passe-partout, soit sur les quatre bords (elle est alors bien tendue), soit au moyen de ruban gommé ou de charnières le long du bord supérieur. Placer un morceau de carton supplémentaire sur le revers de l'œuvre pour éviter des problèmes de manipulation au moment de la désencadrer. Seul un restaurateur professionnel doit enlever le ruban gommé ou les résidus de l'adhésif.

Si l'œuvre est présentée dans un cadre de métal, on desserre tout simplement les vis de deux coins adjacents, puis on enlève l'un des côtés du cadre. Retirer tous les cartons d'espacement qui pourraient avoir été insérés dans la rainure, à l'arrière. Faire glisser ensemble, vers l'extérieur, la vitre et l'œuvre.

Il est à noter que lorsqu'une œuvre placée dans un passe-partout doit être remise dans un cadre de métal, le panneau de protection doit être choisi en fonction de l'épaisseur du cadre.

Lorsqu'on réencadre des œuvres de grandes dimensions, on doit éviter de se servir de cadres de métal, qui souvent ne sont pas assez solides; des cadres de bois sont parfois préférables. De même, les feuilles de plexiglas de grandes dimensions tendent à bomber, quelquefois au point de toucher l'œuvre même. Il faut donc laisser suffisamment d'espace entre l'œuvre et le plexiglas pour prendre en compte la courbure du plexiglas. Pour plus de renseignements à ce sujet, lire le 11/3 des Notes de l'ICC, Verres et plastiques pour l'encadrement des œuvres sur papier.

Si l'œuvre doit être séparée de son cadre, attacher sur celui-ci une étiquette volante portant le titre et le numéro de l'œuvre ou une description de cette dernière. Placer un morceau de carton en guise de panneau de protection à l'intérieur du cadre pour protéger le verre.

Ouvrage de référence

  1. Clapp, Anne F. Curatorial Care of Works of Art on Paper, New York, Nick Lyons Books, .

  2. Holm, Suzanne Marie. Le montage et l'encadrement des œuvres sur papier, Ministère des Affaires culturelles, Québec, .

  3. Institut canadien de conservation. Examen de dépistage des insectes, Notes de l'ICC, 3/1, Ottawa, Institut canadien de conservation, .

  4. Institut canadien de conservation. Verres et plastiques pour l'encadrement des œuvres sur papier, Notes de l'ICC, 11/3, Ottawa, Institut canadien de conservation, .

  5. Institut canadien de conservation. Fabrication de blocs matelassés, Notes de l'ICC, 10/2, Ottawa, Institut canadien de conservation, .

  6. Ellis, Margaret Holben. The Care of Prints and Drawings, Nashville, AASLH Press (American Association for State and Local History), .

  7. Smithsonian Institution, Curatorial Examination of Paper Objects, Conservation Slide Series, Washington (DC), Office of Museum Programs, .


Par David Tremain Laboratoire des œuvres sur papier

Texte également publié en version anglaise.
Copies are also available in English.

© Gouvernement du Canada,
Nº de cat. : NM 95-57 / 11-6-1989F
ISSN : 1191-7237


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :