Vidéo – Encadrement d’une peinture sur panneau

Transcription

Transcription de la vidéo « Encadrement d'une peinture sur panneau »

Durée de la vidéo: 00:18:31

Marie-Hélène Nadeau, Stagiaire graduée, laboratoire de restauration des beaux-arts, 2016-2017 : « Il arrive souvent que l’on nous interroge sur l’encadrement des peintures sur support rigide ou que nous devions nous-mêmes effectuer ce type d’encadrement par nous-mêmes. Ces œuvres d’art présentent en effet des difficultés sur le plan de l’encadrement. En règle générale, les supports sont minces et sont souvent sensibles aux changements dans leur environnement, en particulier aux changements d’humidité relative et à une faible humidité. Les supports rigides faits de bois sont souvent connus sous le nom de peintures sur « panneau », mais les supports rigides peuvent être également faits de Masonite, de bois composite, de contreplaqué, de toile cartonnée pour artiste ou de carton. La méthode d’encadrement décrite dans cette vidéo a été conçue pour veiller à la mise en exposition et à la mise en réserve de peintures effectuées sur des supports rigides qui sont sensibles à l’humidité, c'est-à-dire qu'ils sont hygroscopiques, par opposition aux supports rigides qui ne sont pas composés de matériaux hygroscopiques, tels que le métal, la porcelaine et le verre. »

[Texte à l’écran : Pourquoi est-il nécessaire d’encadrer correctement les peintures sur panneau et les autres peintures sensibles sur support rigide pour en assurer la stabilité?]

Marie-Hélène Nadeau : « L’objectif de l’encadrement est de créer une enceinte de protection autour du panneau de bois afin de maintenir une humidité relative raisonnablement stable d’environ 45 à 50 pour cent à longueur d’année. L’ICC a reçu cette petite peinture à l’huile sur panneau de bois exécutée par l’artiste Kathleen Moir Morris, intitulée A Saturday Morning at the Market . Elle présentait un important gauchissement et, pour cette raison, était fortement exposée à d’autres dommages. Les raisons de ce gauchissement sont nombreuses. Ce genre d’œuvre d’art est particulièrement sensible aux déformations causées par la réaction du bois aux fluctuations d’humidité, en particulier à l’exposition à une humidité faible. Étant donné que les clous et les pointes d’encadrement qui retiennent le panneau dans le cadre sont pour la plupart tombés, en particulier le long du bord supérieur du panneau, cette section peut se déformer librement en réaction aux variations de l’humidité. C’est la raison qui explique le gauchissement hors plan particulièrement important de l’un des bords, comme vous pouvez le constater. De plus, il ne reste qu’un seul clou sur chacun des deux côtés et une seule pointe d’encadrement sur le bord inférieur. La façon dont le bois ayant servi à fabriquer le panneau a été coupé joue aussi un rôle important dans la déformation du produit final. En section longitudinale, c’est-à-dire dans la direction de la croissance de l’arbre (dans le sens du grain), on observe très peu de contraction ou de dilatation. En section radiale, soit perpendiculairement aux anneaux de croissance, une contraction ou de dilatation de l’ordre de 2 à 6 pour cent peut se produire. En section tangentielle, c’est-à-dire parallèlement aux anneaux de croissance (dans le sens contraire du grain), la contraction et la dilatation sont plus importantes, soit de 2 à 10 pour cent. Comme l’axe vertical de cette peinture sur panneau est dans la direction tangentielle ou dans le sens contraire du grain, on peut s’attendre à ce que le gauchissement se produise dans cet axe. Si l’une des surfaces du panneau est « scellée » au moyen d’une couche de préparation puis peinte, ce côté du panneau réagira moins rapidement aux variations d’humidité. Dans le cas qui nous intéresse, la surface peinte fait face vers le bas. La surface « non scellée » ou « non peinte » absorbera ou perdra de l’humidité beaucoup plus rapidement et la déformation de ce côté-là sera beaucoup plus prononcée comparativement à la surface scellée. Un gauchissement se produit lorsque l’humidité est faible. À mesure que le bois de la surface non peinte perd de son humidité, les cellules ligneuses se contractent et le panneau gauchit de façon courbe (convexe). Le gauchissement ne disparaîtra jamais complètement, même si le panneau est exposé à une humidité plus élevée. Il n’est pas facile d’encadrer un panneau gauchi. Dans certains cas, des cadres sur mesure peuvent être fabriqués de manière à ce qu’ils suivent le gauchissement ou, dans le cas des panneaux minces, le gauchissement peut être atténué avant l’encadrement. Ce travail doit être accompli par un professionnel de la restauration. La peinture sur panneau de Kathleen Moir Morris a été restaurée par le Laboratoire des beaux-arts de l’ICC et le gauchissement a été en grande partie éliminé. Ce panneau a été retiré de son cadre et a fait l’objet d’un traitement spécialisé qui visait à réduire le gauchissement dans des conditions contrôlées. La seule façon d’être certain que cette peinture demeure dans le plan est de l’exposer en tout temps à l’humidité relative de l’environnement où elle a été restaurée (de 47 à 50 pour cent). Un des moyens les plus faciles de s’assurer que la peinture demeure dans un environnement stable est d’assujettir le tableau dans le boîtier étanche offert par le cadre. Les cadres sont importants à bien des égards pour les œuvres d’art auxquels ils appartiennent – sur le plan esthétique et historique, et parce qu’ils offrent protection et support. Par conséquent, les cadres doivent être préservés et entretenus au même titre que les œuvres d’art pour lesquels ils ont été conçus. Pour qu’un cadre serve aussi de boîtier étanche, il faut, dans la majorité des cas, apporter quelques modifications à l’arrière du cadre. Il est essentiel de s’assurer que les modifications apportées au cadre ne cachent aucun élément d’importance, comme les inscriptions et les étiquettes. En présence de tels éléments, il faut les retirer et les remettre à un autre endroit, les photographier, ou les deux. Lorsqu’une inscription ne peut pas être retirée, les matériaux utilisés pour la recouvrir ne doivent pas être fixés à l’aide de colle ou de vis. Dans le cas présent, seule une petite étiquette à l’arrière du cadre a dû être déplacée. Les étiquettes qui se trouvaient à l’arrière du panneau à proprement parler ont été retirées avant le traitement du panneau, puis elles ont été remises en place aux mêmes endroits après traitement. »

[Texte à l’écran : Comment encadrer une peinture sur panneau]

Marie-Hélène Nadeau : « Cette procédure est d’un degré de complexité moyen et nécessite l’utilisation d’outils de mesure, d’outils de coupe et d’une perceuse, ainsi que du bois, du plexiglas et d’autres matériaux. Pour commencer, examinez le cadre et assurez-vous que le fini de surface est en bonne condition, car vous devrez manipuler le cadre lorsque vous y apporterez de modifications. Vérifiez également que les coins du cadre sont joints solidement. Assurez-vous vous que la feuillure du cadre n’est pas craquelée et qu’elle est aplanie. Cette image montre la feuillure par rapport aux autres éléments du cadre. Vous pourriez avoir à utiliser de la colle pour stabiliser la feuillure ainsi que du bouche-pores pour obtenir une surface plane. Vous devez suivre ces étapes pour vous assurer que la vitre de protection repose de façon uniforme sur la feuillure. Avant d’aller plus loin, assurez-vous que la vitre de protection est bien ajustée à la feuillure – l’ajustement ne doit pas être trop serré. La vitre de protection peut être en verre ou en acrylique. L’acrylique offre l’avantage d’être plus léger que le verre et d’être incassable. Dans le cas présent, on a choisi une feuille d’acrylique antireflet de 1/8 pouce d’épaisseur qui absorbe les rayons UV. Un des inconvénients des feuilles d’acrylique est leur capacité de flexion, mais la flexion ne devrait pas causer de problème dans le cas de cette peinture de petite taille. Ne collez jamais la vitre de protection sur la feuillure, car le verre, tout particulièrement, se brisera lorsque le bois dont est fait le cadre changera légèrement de dimension en réaction aux variations de l’humidité relative. Une fois que vous avez confirmé que la vitre de protection est de taille appropriée, mettez-la de côté. Ajoutez une matelassure sur la feuillure du cadre pour offrir une surface matelassée à la vitre. La matelassure doit être faite d’un matériau stable et compressible. Dans le cas présent, une feutrine noire a été utilisée, coupée en fonction de la largeur de la feuillure et fixée à celle-ci à l’aide d’un ruban adhésif à double face 3M. Lorsque la vitre de protection est en place, la matelassure offre une bonne étanchéité à l’ouverture du cadre. Même si le boîtier du cadre n’est pas entièrement « hermétique », les variations de l’humidité relative de courte durée, par exemple entre le jour et la nuit, ne devraient pas avoir d’incidence particulière. Les variations saisonnières des taux d’humidité dans le boîtier devraient aussi être limitées de façon importante. La prochaine étape consiste à préparer la hausse qui sera apposée au-dessus de la feuille d’acrylique. La peinture ne doit pas toucher à la vitre de protection. Pour ce faire, on utilise une hausse. Pour les plus grandes peintures, il peut s’agir d’un cadre intérieur, et pour les plus petites peintures, de baguettes en bois ou en plastique extrudé, de mousse ou de carton à passe-partout. Pour une peinture de cette taille, il faut créer une séparation d’environ 1/4 de pouce, ou 6 mm, entre la surface de la peinture et la vitre de protection. Du côté de la peinture, on a utilisé une baguette de bois peinte en noir et recouverte d’une couche de mousse de polyéthylène noire. La baguette de bois est fixée aux bords de la vitre de protection à l’aide de ruban adhésif à double face 3M. Au moment de la conception d’un boîtier étanche, vous devez tenir compte de l’espace additionnel occupé par la vitre de protection, la matelassure et la hausse, qui feront probablement en sorte que la peinture dépassera à l’arrière du cadre. Afin d’avoir suffisamment de place pour les matériaux supplémentaires et pour fixer la peinture, un collier en bois préfabriqué à une épaisseur prédéterminée sera fixé à l’arrière du cadre. Compte tenu de la présence de la partie perpendiculaire de la marie-louise faisant saillie à l’arrière du cadre, une étroite baguette de bois à profil carré a été collée préalablement au bord intérieur supérieur du collier en bois. Cette baguette de bois se positionne au-dessus de la section de la marie-louise faisant saillie à l’arrière du cadre et définit ainsi l’espace dans lequel le panneau doit être logé. Le collier en bois peut soit être apposé au bord du cadre original, soit légèrement en retrait de celui-ci. Installez les éléments du collier en bois à l’arrière du cadre pour vous assurer qu’ils sont de la bonne dimension et que les coins correspondent. Le collier en bois détermine l’emplacement de la peinture sur panneau. Les pièces de bois du collier peuvent maintenant être collées dans les coins du cadre et serrées avec des serres-joints pour le séchage. Commencez par coller deux coins opposés avant de coller les deux autres coins. Pour cette peinture, nous avons utilisé une colle PVA, aussi appelée « colle blanche ». Une fois que la colle a été appliquée, serrez les coins avec des serres-joints à un angle de 90 degrés jusqu’à ce que la colle soit complètement sèche, ce qui prendra plusieurs heures. Les bords extérieurs du collier en bois peuvent être peints d’une couleur qui correspond à celle du fini décoratif de l’extérieur du cadre. Dans le cas présent, les bords extérieurs du collier en bois ont été peints en noir à l’aide d’une peinture acrylique en émulsion. À cette étape-ci, vous pouvez effectuer une vérification finale de l’emplacement du panneau dans le cadre et de l’ajustement du collier en bois. Une couche de pellicule Marvelseal a été appliquée sur la surface la plus large du collier en bois. Il s’agit d’un matériau métallique fixé à chaud qui agit comme pare-vapeur. Il est aussi possible d’utiliser un ruban adhésif métallisé, que l’on appliquera sur l’une des surfaces de bois exposées ou sur l’ensemble de celles-ci. Une feuille protectrice de polycarbonate Lexan préalablement percée est utilisée comme guide pour le perçage de trous dans le collier en bois. Les trous sont ensuite percés dans le collier en bois. Il est aussi possible de percer les trous à l’arrière du cadre en utilisant le collier en bois comme guide. Insérez toujours les vis dans la partie la plus épaisse du cadre, en gardant à l’esprit que la pointe des vis ne doit jamais être à moins de 3/8 de pouce de l’avant du cadre. Le collier en bois peut maintenant être collé, collé et vissé, ou tout simplement vissé à l’arrière du cadre. Il n’est pas possible d’utiliser de la colle si l’arrière du cadre est inégal ou s’il comporte des inscriptions. Le cas échéant, on peut appliquer une matelassure en mousse sur le collier en bois et visser ce dernier en place. Avant d’insérer la peinture sur panneau dans le cadre, assurez-vous qu’il n’y a pas de poussière sur la feuille en plexiglas ou à proximité de celle-ci, sans quoi vous devrez désassembler le cadre pour le nettoyer. L’un des moyens les plus faciles de nettoyer la vitre est d’utiliser une bouteille d’air comprimé, car cela permet d’éviter d’égratigner le plexiglas. Une fois que le nettoyage a été fait, placez la peinture sur la matelassure au-dessus de la vitre. Il faut offrir au panneau suffisamment de soutien et de retenue pour le maintenir en place dans le cadre et pour empêcher toute déformation. À l’origine, le panneau était maintenu en place dans le cadre à l’aide de clous et de pointes d’encadrement placés autour du périmètre du cadre. De notre côté, nous avons choisi de fixer le panneau en exerçant une légère compression globale. Un carton à passe partout non acide a été coupé de manière à ce qu’il recouvre le panneau et a été inséré entre la feuille protectrice de polycarbonate Lexan et la peinture sur panneau. Le carton à passe-partout fournit un bon espacement et permet la circulation de l’humidité pour empêcher la création de zones à humidité variable dans le boîtier étanche. Le carton à passe-partout est coupé de façon à créer des ouvertures pour les étiquettes qui ont été appliquées à l’arrière du panneau. Un grand nombre de cadres et de tableaux comportent des étiquettes qui donnent le titre de l’œuvre, le nom et la date des expositions ainsi que le nom de l’artiste ou du propriétaire de l’œuvre. Toutes les étiquettes sont importantes pour l’historique et la provenance de l’œuvre d’art et, en ce sens, elles doivent être préservées et visibles. Une bandelette de contrôle de l’humidité relative a été insérée dans le revêtement arrière, sous la feuille de Lexan, pour contrôler l’humidité relative de façon permanente. Afin de rendre le boîtier étanche et de maintenir le panneau en place, on a choisi d’utiliser une feuille de Lexan d’une épaisseur de 1/4 de pouce. Il s’agit d’un dos protecteur très rigide fait de polycarbonate qui résistera au bris et qui aidera à empêcher les pertes d’humidité à l’arrière du boîtier. Le fait qu’il soit transparent permet d’observer l’intérieur du cadre. La feuille de Lexan peut maintenant être fixée au collier en bois à l’aide de vis. Les vis qui maintiennent la feuille de Lexan en place assujettissent aussi le collier en bois à l’arrière du cadre. N’utilisez pas une perceuse électrique pour serrer les vis, car si elles étaient insérées trop fermement, elles pourraient faire craquer la feuille de Lexan. Le système d’accrochage peut être fixé en même temps que le dos protecteur. Dans le cas présent, les ceintres en forme de D ont été vissés en place. Une fois l’encadrement terminé, examinez attentivement le devant du cadre pour vous assurer que tout est en place et qu’aucun matériau excédentaire n’est coincé. Assurez-vous que l’arrière du cadre est solide et que les éléments qui se trouvent sous la feuille de Lexan ne bougent pas. La peinture peut maintenant être exposée, déplacée ou mise en réserve en toute sécurité. Cette méthode d’encadrement protégera la peinture contre les variations quotidiennes de courte durée de l’humidité relative – par exemple entre le jour et la nuit – et devrait aussi atténuer les variations saisonnières de plus longue durée. Pendant les mois plus secs de l’hiver, l’humidité relative à l’intérieur peut diminuer graduellement de 50 pour cent à 40 pour cent, mais comme cette diminution est très graduelle et que la peinture est bien fixée, il ne devrait pas y avoir de mouvement dans le panneau. Lorsque l’humidité relative ambiante augmente pendant les mois d’été, l’humidité relative à l’intérieur revient tranquillement au niveau voulu.

Pour plus d'informations au sujet de l'encadrement des peintures, référez-vous à la note de l'ICC 10/8 disponible sur notre site Web. »

[Texte à l’écran : Avis de non-responsabilité : cette méthode d’encadrement peut et doit être adaptée en fonction des besoins spécifiques de l'œuvre. Au besoin, on devrait demander l'assistance d'un restaurateur professionnel.]

[Signature de l'Institut canadien de conservation et Mot-symbole Canada]

Cette vidéo explique comment encadrer une peinture sur panneau et pourquoi il est nécessaire d’encadrer correctement ce type de peinture pour en assurer la stabilité. Cette vidéo a été créée par l'Institut canadien de conservation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :