Soins de base – Outils

Les outils peuvent être faits de matériaux très divers, dont les plus communs sont le bois, l'acier et le laiton. Le bois est utilisé pour fabriquer le fût et le manche de bien des outils; l'acier sert à fabriquer les parties travaillantes qui absorbent les forces. Le laiton est réservé aux éléments décoratifs et à la quincaillerie d'appoint. Les métaux et les bois font l'objet de traitements très différents; pour la stabilisation et le nettoyage, il faut classer les outils en fonction des matériaux qui les composent plutôt que de leur utilisation.

Sur cette page :

Nettoyage élémentaire

Tous les vieux outils qui n'ont pas servi depuis un certain temps doivent faire l'objet d'un nettoyage superficiel. Un simple époussetage avec une brosse à soies douces et un aspirateur suffit à éliminer la majorité de la poussière. Dans le cas des parties en bois qui sont vernies ou autrement finies, la saleté plus résistante peut être enlevée avec un chiffon humide. Par contre, cette technique ne convient pas pour nettoyer les parties en bois nu ou non fini parce que la poussière risque de pénétrer la surface rendue humide par le chiffon. Les parties métalliques peuvent être dégraissées avec une essence minérale appliquée au moyen d'un chiffon doux.

Démontage

Il est toujours avisé de démonter autant que possible un outil avant d'entreprendre un traitement quelconque qui pourrait endommager certaines de ses parties. Ainsi, avant d'ôter la rouille des fers d'un rabot ancien, il faut d'abord les dégager du fût en bois de l'outil. Comme il est souvent difficile d'évaluer l'état du bois des fûts des anciens rabots, il faut exercer uniquement une pression légère pour dégager le fer. Essayer d'abord de déloger le fer en appuyant avec les doigts. Si ça ne fonctionne pas, il suffit parfois de tapoter légèrement le fer avec un maillet à tête en caoutchouc pour le dégager du fût.

Le démontage d'un outil cause parfois des dommages. Il faut s'assurer de pouvoir démanteler l'outil en toute sûreté, sans trop forcer. Les outils utilisés pour le démontage doivent convenir à chaque emploi. Un jeu de tournevis d'armurier et une burette d'huile pénétrante sont très utiles. Pour déloger les vieilles vis, toujours choisir un tournevis qui s'adapte exactement à la fente de la vis, exercer une force moyenne et faire en sorte que la lame du tournevis ne s'échappe pas de la fente de la vis. Les vis en laiton exigent un soin particulier parce qu'elles sont parfois très molles.

Parties en bois

On se sert habituellement d'huile de lin pour préserver les parties en bois des rabots, des ciseaux et des tournevis en bon état. Elle protège bien le bois de l'humidité et, en durcissant, forme un revêtement protecteur. Comme elle s'estompe avec l'usure, elle a aussi l'avantage de ne pas poser un risque d'accumulation qui pourrait noircir le bois et le défigurer. Par contre, si les outils ne servent plus, l'huile de lin peut s'accumuler. Il est alors préférable de la remplacer par une cire en pâte blanche. Une fois le bois ciré, il ne devrait exiger aucun autre traitement de conservation.

Parties métalliques

Traiter les parties en acier, en fer et en laiton des outils anciens suivant les méthodes expliquées à la rubrique consacrée au fer, dans la Note de l’Institut canadien de conservation (ICC) 9/6, Le soin et le nettoyage du fer. Si une partie en acier avait à l'origine un fini brillant, il faut essayer d'en ranimer l'éclat; si elle était noire à l'origine, on tentera d'en préserver la couleur. Certains outils comportent des parties en acier qui ont été durcies à la chaleur, ce qui leur prête une teinte bleue ou brune qui reste parfois visible même après des années d'emploi. Il faut faire bien attention de ne pas modifier l'apparence de ces pièces pendant le nettoyage, car elle est très prisée par les collectionneurs.

Après des années d'emploi, le laiton acquiert souvent une surface stable. Sa patine varie d'un jaune mat à presque un brun chocolat et elle est aussi très prisée par les collectionneurs. En dépit de l'absence d'éclat, cette patine est stable et n'exige aucun autre traitement. Il faut s'abstenir de polir les parties en laiton parce qu'elles ternissent de nouveau rapidement et devront alors être repolies. Aussi, il se peut que, même après un polissage, ces parties ne soient pas aussi jolies qu'on l'avait espéré simplement parce que leur fini n'a jamais été destiné à être brillant.

Rangement

Les bords coupants des outils doivent être systématiquement protégés. Ranger les outils à plat et éviter de les entasser dans un coffre à outils ou un autre espace clos. Faire en sorte que les outils ne puissent rouler ou s'entrechoquer au moment de la fermeture et de l'ouverture des tiroirs. Il est conseillé de poser les outils sur une couche de mousse plastique douce et stable ou sur un tapis de retenue conçu spécialement pour les coffres à outils.

Les trousses d'origine sont souvent munies de pochettes en tissu ou en cuir faites sur mesure pour les outils. Ces pochettes protègent très bien le bord et la surface des outils, mais les outils devraient en être régulièrement retirés et examinés pour s’assurer qu'ils ne présentent pas de traces de corrosion ou de moisissure.

Coordonnées pour cette page Web

Ces documents sont publiés par l'Institut canadien de conservation (ICC). Pour toutes questions ou commentaires, incluant les demandes de reproduction, communiquez avec l'ICC.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :