Soins de base – Livres

Tout le monde possède des livres. Si la préservation des livres recoupe à bien des points de vue celle des œuvres d'art sur papier, il demeure cependant une grande distinction : les livres sont manipulés bien plus souvent que les œuvres d'art et sont, par conséquent, plus susceptibles de présenter des traces d'usure et de détérioration. Et, comme ils sont faits de divers matériaux (différents genres de papiers, encres et adhésifs, cuirs, parchemin, tissus, cordages de chanvre et fils), le traitement des livres peut faire intervenir des compétences et des matériaux divers.

Sur cette page :

Causes des dommages

Il n'est pas étonnant que les dommages que subissent les livres soient le plus souvent attribuables à une manipulation inadéquate. Les couvertures et les pages se détachent, les reliures se fendent et le papier se déchire. Les livres sont aussi susceptibles de dommages s'ils sont incorrectement entreposés ou exposés à certaines conditions ambiantes. Tous ces facteurs ont une incidence directe sur la longévité du livre et de sa reliure. Les reliures en cuir sont particulièrement sensibles aux polluants atmosphériques, comme le dioxyde de soufre.

Humidité

L'humidité peut endommager les livres, particulièrement les reliures en cuir. Si le taux d'humidité est trop bas, les livres et le cuir sèchent et deviennent friables. Si le taux d'humidité relative est trop élevé, les livres sont susceptibles d’être attaqués par des moisissures ou des insectes. Ainsi, les sous-sols, les greniers et les garages ne conviennent pas à l'entreposage des livres parce qu'ils sont sujets à des variations du taux d'humidité et de la température.

Lumière

La lumière de différentes sources (soleil, artificielle, spots) peut endommager les livres. La lumière peut notamment altérer la couleur des livres, les dessécher et provoquer une dégradation photochimique. De plus, sous l'effet de la lumière, certaines encres pâlissent, tandis que d'autres foncent. Les dommages causés par la lumière sont à la fois cumulatifs et irréversibles.

Manipulation

Il suffit de quelques précautions élémentaires pour protéger les livres : au lieu de plier le coin des pages, utiliser un signet. Tourner les pages en les tenant par le coin supérieur parce que, si le papier est affaibli, le fait de tourner les pages par le bas risque de provoquer des déchirures. Éviter d'utiliser des papillons autocollants parce qu'ils laissent un résidu sur le papier. Éviter d'exposer les livres à la nourriture et aux boissons. Ne pas presser de fleurs entre les pages d'un livre pour les sécher parce qu'elles risquent de tacher le papier, tout comme les coupures de journaux d'ailleurs. Ne pas forcer un livre pour l'ouvrir plus qu'il ne s'ouvre naturellement.

Retirer les livres des tablettes en les tenant fermement par le milieu du dos et en tirant doucement. Pour ce faire, il suffit de repousser délicatement les livres qui se trouvent de part et d'autre pour pouvoir plus facilement prendre le dos du livre voulu. Éviter de retirer un livre d'une tablette en tirant sur le haut du dos (la coiffe). Pour les livres de grande dimension ou lourds, se servir des deux mains. De même, pour retirer un livre d'une pile, déplacer d'abord les livres posés sur l'ouvrage voulu; ne pas simplement tirer sur le livre voulu pour le dégager de la pile.

Photocopie

La photocopie est souvent à l'origine des dommages causés aux livres. Le fait de forcer un livre pour l'ouvrir à plat risque de fendre la reliure et d'affaiblir les pages. Pour éviter ces problèmes, il suffit d'utiliser un photocopieur permettant de poser la page à photocopier à plat sur le plateau de copie, en laissant l'autre moitié du livre pendre librement.

Entreposage

Il est important de placer correctement les livres sur les tablettes pour les protéger et en prolonger la vie. Les tablettes au fini en émail cuit sont préférables, et il faut les éloigner des murs extérieurs. De même, les bibliothèques munies de portes en verre sont conseillées parce qu'elles protègent les livres de la poussière. Les tablettes en bois non fini sont à éviter parce qu'elles peuvent dégager des émanations acides qui endommagent les livres. Il faut donc peindre les bibliothèques en bois avec une peinture au latex acrylique ou au vinyle-acrylique de haute qualité. Le varathane, les peintures à l'huile et les vernis à l'huile uréthane dégagent des vapeurs corrosives en séchant. Les peintures alkydes, les vernis, les peintures antirouille et la majorité des teintures pour le bois sont des produits communs à base d'huile qui sont également à éviter. Les tablettes non finies ou peintes peuvent être tapissées de Mylar transparent (un plastique de polyester stable). Le Mylar se taille facilement et est pratiquement invisible une fois les livres posés sur les tablettes.

Éviter de surcharger les tablettes. Le fait de forcer pour faire « entrer » ne serait-ce qu’un seul livre de plus peut endommager les reliures. Les livres devraient être rangés à la verticale, et on devrait regrouper les ouvrages de taille comparable. Si la tablette n'est pas pleine, combler le vide avec un appuie-livres pour empêcher les livres de s'affaisser. Les livres de grande dimension (qui mesurent plus de 30 cm dans n'importe quel sens) peuvent être rangés à plat, mais il faut éviter autant que possible de les empiler.

Nettoyage et réparations

Les livres devraient être protégés de la poussière parce qu’elle est abrasive, risque de tacher le papier et les reliures, attire les insectes et est propice à la croissance de moisissures. Épousseter les reliures avec un linge sec non pelucheux ou une brosse à soies douces, par exemple un blaireau ou un pinceau d'artiste.

Poussière

On peut aussi épousseter les livres avec un aspirateur. Cependant, il faut placer un morceau d'étamine ou une moustiquaire en fibre de verre sur l'embout du tuyau, au point où la brosse s'emboîte sur le tuyau, pour empêcher que des morceaux de papier ou de reliure ne se détachent ou ne soient aspirés.

On peut se servir d'une gomme à effacer blanche en vinyle ou de miettes de gomme pour enlever la saleté superficielle légère des reliures en tissu ou en papier qui sont en bon état. Toutefois, il est conseillé de faire d'abord un essai à un endroit non apparent de la reliure. Éviter d'utiliser de l'eau pour tenter d'enlever les taches parce qu'elle peut endommager la surface ou les teintures de la reliure. De plus, dans le cas des livres à couverture papier, l'eau déforme les couvertures et celles-ci sont ensuite difficiles à lisser.

Les reliures en cuir peuvent être brossées ou époussetées, mais il faut éviter de les traiter avec des huiles parce que celles-ci finissent par altérer la couleur du cuir et le durcir.

Moisissure

En présence de signes de moisissures ou d'insectes, il faut agir immédiatement. Certaines précautions sont nécessaires dans le cas des moisissures. En présence de petites quantités visibles (0,3 m2 ou moins), porter un respirateur jetable de type N-95 et des gants pour protéger les poumons et la peau. Il est également recommandé de porter des lunettes de protection.

Retirer les livres moisis ou infestés d'insectes. S'ils sont secs, les introduire immédiatement dans un sac de plastique. Sceller le sac et faire appel à un restaurateur d'œuvres sur papier. Si les livres sont mouillés, les placer immédiatement dans un sac de plastique, sceller le sac et ranger le tout dans un congélateur. Là encore, faire appel à un restaurateur. Si l'infestation de moisissure est importante, consulter un spécialiste.

Si les livres sont mouillés à la suite d’une inondation ou d’un bris de tuyauterie, il est important d'intervenir aussi rapidement que possible. Les moisissures peuvent commencer à se former dans les 24 heures suivant l'inondation. La lyophilisation est la solution de préférence dans le cas de collections, mais elle devrait être confiée aux soins d'un restaurateur d'œuvres sur papier professionnel. Dans le cas d'un livre échappé dans la baignoire ou laissé sous l'arrosoir dans le jardin, ouvrir les pages en éventail et poser le livre debout sur un matériau absorbant qu'il faut remplacer à mesure qu'il se détrempe. À mesure que le livre sèche, le retourner. Baisser le taux d'humidité ambiante, régler la température à un niveau bas et augmenter la circulation d'air. Pour ce faire, on peut se servir d'un ventilateur, mais sans l'orienter directement sur le livre.

Le papier ancien présente parfois des taches rousses ou brunes (appelées rousseurs). Ces taches se forment sur le papier entreposé longtemps dans un milieu humide. On croit les rousseurs attribuables à la moisissure. S'adresser à un restaurateur pour plus d'information à ce sujet.

Encre de noix de galle

Certaines encres utilisées dans les vieux livres sont en fait mauvaises pour le papier. Au XIXe siècle, l'encre de noix de galle était communément utilisée, mais elle contient de l'acide. Lorsque les livres écrits à l'encre de noix de galle sont rangés dans un milieu humide, l'acide que contient l'encre attaque le papier et cause des trous à l'emplacement des mots.

Dos et mors du livre

Manifestement, le dos et le mors sont les parties les plus délicates d’un livre. Ne pas utiliser de ruban autoadhésif (ruban « scotch », ruban à tapis ou ruban adhésif) pour les réparer parce que celui-ci peut altérer la couleur du papier, l'endommager et laisser des taches qui sont pratiquement impossibles à faire disparaître sans endommager la surface. En cas de bris de ces parties, il vaut mieux consulter un spécialiste. Emballer l'ouvrage endommagé dans du papier non acide et l’attacher avec du ruban sergé doux en attendant le traitement de restauration ou la mise en place d'une reliure neuve.

Pages déchirées

La déchirure des pages est relativement courante. On peut effectuer une réparation provisoire avec du ruban pour archives de qualité commerciale. Par contre, la plupart de ces rubans contiennent des adhésifs synthétiques qui risquent d'endommager la page au moment d'enlever le ruban. En cas de déchirure grave, consulter un restaurateur d'œuvres sur papier qui se servira de papier Japon et d'une colle d'amidon de blé ou de riz pour effectuer la réparation. Cette technique est sans danger et réversible.

Coordonnées pour cette page Web

Ces documents sont publiés par l'Institut canadien de conservation (ICC). Pour toutes questions ou commentaires, incluant les demandes de reproduction, communiquez avec l'ICC.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :