Vidéo – À propos de l'Institut canadien de conservation

Transcription de la vidéo « À propos de l'Institut canadien de conservation »

Durée de la vidéo : 00:04:59

[Logo de Patrimoine canadien]

[Logo de l’Institut canadien de conservation]

[Symbole de la fleur de lotus de l’Institut canadien de conservation]

[De la musique joue pendant toute la vidéo.]

Narrateur : Une boîte.

[Gros plan sur un appareil Brownie.]

Narrateur : Cet objet d’apparence toute simple porte en lui-même une histoire, une énigme. Il nous rapproche de notre passé.

[Vue complète d’un appareil Brownie.]

Narrateur : Quels secrets cette boîte contient-elle? D’où vient-elle? Comment est-elle faite? Pourquoi reflète-t-elle l’époque à laquelle elle a été fabriquée? Quelle est sa place dans la mémoire culturelle du Canada?

[Texte à l’écran : Appareil Photo Brownie, fabricant Eastman Kodak, Toronto (Ont.), Can. Modèle : 2A Brownie Époque : 1907-1933]

[Du texte supplémentaire s’affiche décrivant diverses parties de l’appareil Brownie.]

[Texte à l’écran : Objectif fixe. Lentille intacte. Boitier en carton recouvert de similicuir. Humidité relative : 50 % d’HR + ou – 10 % d’HR. Variations annuelles acceptables de l’HR : +10 % ou -10 %. État : bon. Déchirures et marques d’usure à la surface du boîtier et traces d’abrasion sur les coins. Bobinage manuel. Fermoirs et charnières légèrement rouillés. Provenance : Collection privée. Intérêt : Il existe très peu d’exemplaires fabriqués au Canada. Conservation/ mesures spécifiques : Consolidation des parties soumises à l’abrasion. Nettoyage et stabilisation des surfaces et des éléments métalliques. Mise en réserve et exposition : Manipuler avec des gants. L’objet doit reposer sur un support stable. Valeur d’HR recommandée pour la conservation humidité relative(HR) : 50% + ou – 10%.]

[Gros plan de l’objectif de l’appareil.]

[Objectif intérieur : il montre une vieille carriole, suivie d’une poupée, d’un banc et d’un t-shirt.]

[Le gros plan se poursuit avec des photos de soldats.]

[L’écran change pour un fond blanc avec un globe terrestre.]

Narrateur : À l’Institut canadien de conservation, nous sommes conscients que les objets sont des marqueurs du temps, des témoins de leur époque, ils réveillent nos propres souvenirs,

[Divers artéfacts de bois sont montrés dans une vitrine.]

Narrateur : et permettent la transmission de nos histoires aux générations futures.

[Une femme autochtone âgée parle à un jeune garçon autochtone au sujet des artéfacts de bois dans la vitrine.]

Narrateur : Au fil du temps, les objets remarquables, précieux témoins du passé, doivent être traités et conservés avec le plus grand soin et c’est ce que nous faisons.

[Gros plan de divers calumets.]

[Deux hommes regardent un tambour dans une vitrine.]

[Gros plan d’un tambour dans une vitrine.]

Narrateur : Les biens matériels qui constituent notre mémoire culturelle commune véhiculent l’histoire de notre pays.

[Gros plan des mains d’un restaurateur qui porte des gants de protection en latex et prépare un coton‑tige.]

[Le restaurateur plonge le coton-tige dans un liquide.]

[Plan général d’un restaurateur qui remet en état un tambour dans un laboratoire.]

Narrateur : Aujourd’hui, le Canada doit beaucoup à sa propre histoire et nos biens culturels témoignent de cette histoire.

[Deux femmes regardent une bicyclette en bois.]

Narrateur : On les observe, et ils ont beaucoup à nous apprendre.

[Une foule regarde des artéfacts dans un musée.]

[Des personnes regardent des artéfacts dans des vitrines.]

Narrateur : Partout au Canada, l’Institut canadien de conservation est toujours prêt à soutenir plus de 3 000 établissements qui conservent, documentent ou exposent des objets de notre mémoire culturelle, par le biais de ses nombreuses connaissances, innovations, formations et activités de recherche.

[Deux personnes marchent dans un entrepôt d’artéfacts.]

[Un restaurateur dépose un modèle de raquette à neige en bois sur une table.]

[Un homme prépare un livre en vue de l’analyser.]

[Un restaurateur chausse des loupes et commence à reconstruire un coquillage artéfact brisé.]

[Vue extérieure du bâtiment de l’Institut canadien de conservation.]

Narrateur : Nous travaillons à faire progresser la conservation ici, au Canada, et ailleurs, dans la communauté muséale, grâce à la science et à la pratique. Et ainsi nous aidons les établissements patrimoniaux à prendre soin de leurs collections et à les faire connaître.

[Une femme applique une technique de conservation sur une image.]

[Un homme applique une technique de conservation sur un document endommagé.]

[Vue extérieure d’une maison.]

Narrateur : Nous travaillons directement auprès des établissements canadiens, en étant présents sur le terrain, nous transmettons nos connaissances et nos techniques.

[Deux femmes se serrent la main, puis inspectent une table en bois.]

Narrateur : Nous effectuons des traitements de conservation et des analyses scientifiques dans nos laboratoires.

[Un restaurateur nettoie un masque autochtone.]

[Une femme enlève une éprouvette d’une machine.]

Narrateur : Et nous donnons des conseils qui portent tant sur la lutte intégrée contre les ravageurs,

[Un homme prélève des spécimens dans un piège à insectes.]

Narrateur : que sur les techniques de mise en réserve et d’exposition.

[Deux personnes marchent dans un entrepôt.]

Narrateur : Nous communiquons notre savoir autant à des stagiaires et à des conservateurs qu’à d’éminents universitaires pour les aider à maîtriser les techniques de conservation complexes.

[Deux restaurateurs inspectent des morceaux d’écorce dans un laboratoire.]

Narrateur : Nos activités de recherche en conservation nous permettent de diffuser de nouvelles connaissances et de nouveaux outils au service d’un monde en constante évolution.

[Une femme rassemble un artéfact de bois, qui comporte plusieurs pièces.]

Narrateur : Grâce à nos publications, nous contribuons à définir les directives et pratiques en matière de conservation qui seront suivies par les professionnels canadiens du patrimoine et par des établissements présents partout dans le monde.

[Un homme fait des recherches dans des étagères de bibliothèque.]

[Deux hommes discutent penchés sur des livres dans une bibliothèque.]

Narrateur : Enfin, nos scientifiques et restaurateurs travaillent ensemble. Ils sont activement engagés dans l’analyse et la restauration d’objets inestimables qui définissent le Canada en tant que peuple et en tant que nation.

[Un restaurateur nettoie un masque autochtone dans un laboratoire.]

[Un restaurateur inspecte un document endommagé dans un laboratoire.]

[Un restaurateur inspecte un costume dans un laboratoire.]

[Un restaurateur remet en état un tissu dans un laboratoire.]

[Un restaurateur répare une grande pièce de tissu dans un laboratoire.]

Narrateur : À l’Institut canadien de conservation, nous étudions aussi les défis émergents.

[Un diagramme de processus est montré.]

[Deux personnes discutent et montrent du matériel dans un laboratoire.]

Narrateur : De nos jours, les objets sont faits de nouvelles matières, parmi lesquelles des matériaux composites, des fibres complexes, des métaux ou des plastiques.

[Gros plan d’une personne qui utilise un polissoir mécanique.]

[Gros plan de personnes faisant du vélo à l’extérieur.]

[Gros plan d’une personne qui perce des trous dans du métal.]

Narrateur : Les images et l’information sont stockées sur des supports à mémoire flash, à l’aide de microprocesseurs et de puces à mémoire toujours plus petits.

[Une femme prend une photo de glaciers.]

[Quelqu’un branche une clé USB dans un ordinateur.]

[Gros plan d’un serveur informatique.]

Narrateur : Comment ces objets contemporains résisteront-ils à l’épreuve du temps, alors qu’ils deviennent peu à peu des éléments patrimoniaux? Comment faire perdurer leur impact sur notre société?

[Un homme travaille à l’ordinateur.]

Narrateur : C’est ce genre de défis que nous relevons avec enthousiasme à l’Institut canadien de conservation.

[Différentes prises de vue de restaurateurs dans des laboratoires.]

Narrateur : Nous assumons fièrement notre rôle de protecteurs du patrimoine culturel canadien, rôle qui permet ainsi à tous nos concitoyens d’avoir accès à ce que les objets peuvent nous apprendre.

[Deux personnes mesurent des étagères.]

[Des Autochtones regardent des artéfacts.]

Narrateur : Nous sommes fiers de servir les établissements partout au pays et de faire partie de la communauté mondiale des professionnels du patrimoine.

[Une foule regarde des artéfacts dans un musée.]

Narrateur : Ce qui nous guide et nous motive avant tout, c’est notre savoir, notre imagination et notre passion pour l’histoire du Canada et son patrimoine.

[Différentes prises de vue de restaurateurs dans des laboratoires.]

[Gros plan du directeur de l’ICC, Charlie Costain, et de la directrice générale de l’ICC, Patricia Kell.]

[Symbole de la fleur de lotus de l’Institut canadien de conservation]

[Texte à l’écran : L’ICC remercie sincèrement pour leur collaboration spéciale : Collections d’artéfacts de la Ville d’Ottawa, Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada, Aanischaaukamikw, Institut culturel cri]

[Mot-symbole Canada]

L’Institut canadien de conservation a créé cette vidéo en 2016 afin d’expliquer sa mission et son mandat.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :