Le gouvernement du Canada investit près de 101 millions de dollars dans la recherche en santé autochtone à l’échelle du pays

Communiqué de presse

16 juillet 2019 – Victoria (Colombie-Britannique) – Instituts de recherche en santé du Canada

Les Autochtones du Canada affichent plus de problèmes de santé graves que le reste de la population. C’est pourquoi les chercheurs, aînés, utilisateurs de connaissances et organisations autochtones s’unissent pour améliorer rapidement la santé des Premières Nations, des Inuits et des Métis.

Aujourd’hui, l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé du Canada, a annoncé un investissement de 100,8 millions de dollars sur 16 ans dans le programme Environnement réseau pour la recherche sur la santé des Autochtones (ERRSA). Il s’agit là du plus important investissement du gouvernement du Canada, par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), dans la recherche en santé autochtone.

Le programme ERRSA vise à établir un réseau national de neuf centres partout au pays, axé sur le renforcement des capacités, la recherche et l’application des connaissances touchant les Autochtones. Il permettra d’offrir des environnements propices à la recherche en santé autochtone dirigée par les communautés autochtones du Canada et ancrée dans celles-ci. Il soutiendra plus précisément la recherche communautaire en santé autochtone fondée sur les priorités et les valeurs des Autochtones.

La ministre a fait l’annonce à l’Université de Victoria, où elle a participé à une table ronde sur la recherche autochtone aux côtés de la Dre Carrie Bourassa, directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones des IRSC. 

Citations

« Notre gouvernement a désigné l’amélioration de la santé et du bien-être des Autochtones du Canada comme une priorité. Nous estimons que la recherche en santé constitue l’un des meilleurs investissements que nous puissions faire pour améliorer les résultats cliniques des communautés autochtones. Le programme ERRSA permettra non seulement de renforcer les capacités de recherche et de créer des réseaux d’experts, mais aussi de soutenir la prochaine génération de chercheurs dans le domaine de la santé autochtone. »
L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé

« L’annonce d’aujourd’hui fait écho aux commentaires que mon équipe et moi avons reçus des communautés autochtones à la grandeur du pays au cours des deux dernières années. Les Premières Nations, les Inuits et les Métis doivent déterminer les priorités de santé autochtone au Canada. Les Autochtones ainsi que leurs communautés et organisations partout au pays nous ont demandé d’être mieux à l’écoute de leurs besoins et défis. En conséquence, nous prenons des mesures concrètes pour renforcer davantage la recherche en santé autochtone au Canada en collaborant avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis en vue de répondre aux besoins urgents en matière de renforcement des capacités, de recherche et d’application des connaissances. »
Dre Carrie Bourassa, directrice scientifique de l’Institut de la santé des Autochtones des IRSC

« Cette annonce aidera les Autochtones à guider des recherches ancrées dans les connaissances autochtones, afin que nous puissions tourner la page et envisager un avenir meilleur. »
Kevin Barlow, directeur général du Metro Vancouver Aboriginal Executive Council et chercheur autochtone

« L’Université de Victoria est profondément résolue à faciliter la réconciliation avec les Autochtones du Canada, comme en témoignent ses programmes d’enseignement et de recherche favorisant la participation des communautés autochtones. L’investissement du gouvernement fédéral permet aux chercheurs de l’Université de Victoria et de l’ensemble du pays à réaliser des recherches cruciales en santé autochtone. Ensemble, les professeurs, aînés, communautés et étudiants – qu’ils soient autochtones ou non –, peuvent développer les connaissances et les capacités pour promouvoir la santé, la résilience et le bien-être. »
Jamie Cassels, c.r., recteur de l’Université de Victoria 

Faits en bref

  • Le concours de financement d’ERRSA est ouvert jusqu’au 4 septembre 2019, et les résultats devraient être publiés le 18 décembre 2019.

  • Le concours prévoit l’établissement de centres en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, dans le Canada atlantique, au Nunavut, et soit au Yukon, soit dans les Territoires du Nord-Ouest. Un centre de coordination sera également établi afin d’harmoniser le travail de l’ensemble des centres.

  • La première étape du concours d’ERRSA a été lancée en 2018, où les IRSC ont accordé 1,8 M$ à 24 chercheurs en vue d’organiser des ateliers réunissant des membres des Premières Nations, des Inuits, des Métis et des communautés autochtones en milieu urbain. Les participants ont ensemble déterminé leurs domaines d’intérêt prioritaires, leur état de préparation et leur capacité au sein de leurs communautés pour créer un réseau de recherche sur la santé des Autochtones.

  • Le 27 juin 2019, l’Institut de la santé des Autochtones des IRSC a publié son plan stratégique 2019-2024, qui présente quatre orientations stratégiques en vue de soutenir la recherche communautaire et d’améliorer la santé de tous les peuples autochtones.

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias
Instituts de recherche en santé du Canada
613-941-4563
relationsaveclesmedias@cihr-irsc.gc.ca

Thierry Bélair
Cabinet de l’honorable Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé
613-957-0200

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) savent que la recherche a le pouvoir de changer des vies. En tant qu’organisme fédéral chargé d’investir dans la recherche en santé, ils collaborent avec des partenaires et des chercheurs pour appuyer les découvertes et les innovations qui améliorent la santé de la population et le système de soins du Canada.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :