Le gouvernement du Canada investit 5,7 M$ dans un nouveau réseau de recherche sur les infections sanguines mortelles

Communiqué de presse

La Dre Alison Fox-Robichaud de l’Université McMaster, au centre, cherche des biomarqueurs du sepsis avec son étudiante diplômée, Jaskirat Arora (à gauche) et la Dre Dhruva Dwivedi (à droite).

Un réseau établi à l’Université McMaster réunira des chercheurs et des patients pour s’attaquer au sepsis, une cause importante de décès dans les cas de COVID-19

23 juillet 2020 – Hamilton (Ontario) – Instituts de recherche en santé du Canada

Le sepsis est une affection potentiellement mortelle qui résulte d’une réaction immunitaire incontrôlable consécutive à une infection et qui peut entraîner des lésions tissulaires, une insuffisance organique et la mort. Les enfants, les personnes âgées, les personnes immunodéficientes ou celles atteintes d’une maladie chronique comme le diabète ou le cancer, les membres de certains groupes comme les Autochtones, les nouveaux immigrants et ceux en situation de logement instable sont particulièrement vulnérables au sepsis.

L’infection entraînant le sepsis peut être causée par un pathogène microbien, tel qu’un virus ou une bactérie. Or, le nouveau coronavirus à l’origine de la COVID-19 figure maintenant sur la liste des pathogènes qui causent le sepsis. La plupart des patients qui présentent une forme grave de la COVID-19 développent le sepsis, et leur survie est considérablement menacée. 

Aujourd’hui, l’honorable Filomena Tassi, ministre du Travail, a annoncé, au nom de l’honorable Patty Hajdu, ministre de la Santé, un investissement de 5,7 millions de dollars provenant du gouvernement du Canada par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Cet investissement est destiné à appuyer le nouveau réseau de recherche national Sepsis Canada, qui vise à améliorer le traitement et le rétablissement des patients atteints de cette maladie. Sepsis Canada réunit 190 cliniciens, scientifiques et représentants des patients de partout au pays.

Sous la direction de la Dre Alison Fox-Robichaud de l’Université McMaster et du Dr François Lamontagne de l’Université de Sherbrooke, Sepsis Canada permettra d’exercer un suivi et d’étudier les traitements pour les patients, ainsi que de créer des outils fondés sur des données probantes et destinés à informer le public et les professionnels de la santé sur les meilleurs moyens de prévenir, de diagnostiquer et de traiter le sepsis. Le réseau permettra en outre de recueillir des données qui illustreront le véritable fardeau de cette maladie au Canada. Selon un rapport mondial publié récemment dans la revue The Lancet, on estime que 75 000 cas de sepsis surviennent au Canada chaque année et entraînent probablement quelque 18 000 décès.

Étant donné le lien entre le sepsis et la forme grave de la COVID-19, de nombreux membres du réseau participent à des projets de recherche sur la COVID-19 financés par les IRSC et d’autres organismes. 

  • Le Dr Robert Hancock de l’Université de la Colombie-Britannique met au point des outils diagnostiques visant à prédire la gravité de la maladie chez les patients atteints de COVID-19 et à guider le traitement.  
  • La Dre Margaret Herridge de l’Université de Toronto fait partie d’une équipe qui recueillera et analysera des données sur les hospitalisations et les admissions dans des unités de soins intensifs afin de déterminer comment les systèmes hospitaliers pourraient être mieux organisés pour soigner les patients atteints de COVID-19.
  • La Dre Kirsten Fiest de l’Université de Calgary dirige une équipe qui cherche à comprendre et à gérer les effets des politiques restreignant les visites en raison de la COVID-19 sur les familles et les soignants des personnes gravement malades.
  • Le Dr François Lamontagne de l’Université de Sherbrooke dirige un essai clinique visant à déterminer l’efficacité de la vitamine C pour traiter le sepsis, notamment chez les patients atteints de la COVID-19. 

Les résultats de ces projets et d’autres initiatives seront communiqués à la grandeur du réseau dans le but d’aider à améliorer le traitement des patients qui présentent une forme grave de COVID-19 menant au sepsis.   

Citations

« Il est important plus que jamais aujourd’hui de comprendre la façon de surveiller et de traiter le sepsis. Nous sommes fiers d’aider à réunir ce groupe impressionnant de cliniciens, de chercheurs et de patients des quatre coins du pays. Ils produiront ensemble des connaissances qui permettront d’améliorer la santé des Canadiens et des Canadiennes et de contribuer à un système de soins de santé plus viable. »

L’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé 

« L’Université McMaster compte certains des plus grands chercheurs du Canada. Chercheuse, professeure ainsi que spécialiste des soins aux malades en phase critique au Hamilton Health Sciences, la Dre Fox-Robichaud se veut une chef de file en sciences et une ardente défenseure de la communauté du sepsis qui veille à la prestation de soins exceptionnels aux patients de la communauté. Sa collaboration avec ses collègues et des partenaires dans le cadre de cette nouvelle initiative nationale procurera une meilleure qualité de vie à de nombreux Canadiens et Canadiennes, tant des patients que des membres de leur famille. »

L’honorable Filomena Tassi
Ministre du Travail et députée de Hamilton-Ouest–Ancaster–Dundas

« Le sepsis est une affection grave et complexe qui gagne à être étudiée selon une approche multidisciplinaire. Grâce à la collaboration de travailleurs de la santé, de chercheurs, de patients et d’intervenants, ainsi qu’au soutien des IRSC, Sepsis Canada aidera à trouver les méthodes les plus efficaces et viables qui soient pour remédier à ce problème de santé critique et persistant. »

Dr Brian Rowe
Directeur scientifique de l’Institut de la santé circulatoire et respiratoire des IRSC

« Il est important que les Canadiens et Canadiennes sachent que le sepsis, réaction potentiellement mortelle à une infection, constitue un problème de santé mondial; cela n’a jamais été aussi évident que maintenant, en période pandémique. Notre équipe de scientifiques, d’utilisateurs des connaissances, de patients et de membres de la famille, ainsi que de partenaires est prête à changer le cours de l’histoire dans notre pays. Pour ce faire, elle cherchera à mieux comprendre le fardeau épidémiologique et financier que représente le sepsis au Canada, à améliorer les résultats à long terme des survivants, à créer une culture de sensibilisation au sepsis à l’échelle du pays, à uniformiser les pratiques de surveillance, de détection et de prévention du sepsis, à explorer les interactions complexes entre les facteurs de prédisposition, les infections à l’origine du sepsis et la réaction à ces infections, ainsi qu’à mettre au point de nouveaux traitements rentables et fondés sur des données probantes. »

Dre Alison Fox-Robichaud,
Directrice scientifique, Sepsis Canada, et professeure, Université McMaster

Faits en bref

  • Le sepsis est une affection qui peut mettre la vie en danger. Il constitue un problème de taille pour les patients et les soignants, au Canada et ailleurs dans le monde.

  • Selon un rapport mondial publié récemment dans la revue The Lancet, on estime que 75 000 cas de sepsis surviennent au Canada chaque année et entraînent probablement quelque 18 000 décès.

  • Le gouvernement du Canada investit, par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada, 5,7 millions de dollars dans un nouveau réseau de recherche national, Sepsis Canada.

  • Sepsis Canada permettra de mieux définir, prévenir, détecter et traiter le sepsis au Canada par des activités de recherche coordonnées à l’échelle nationale, afin de générer de nouvelles connaissances et d’enrichir l’expertise technique et scientifique. 

Produits connexes

Personnes-ressources

Cole Davidson
Cabinet de l’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé
613-957-0200

Relations avec les médias
Instituts de recherche en santé du Canada
613-941-4563
relationsaveclesmedias@cihr-irsc.gc.ca

Veronica McGuire
Relations avec les médias
Faculté des sciences de la santé
Université McMaster
M: 289-776-6952
vmcguir@mcmaster.ca

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) savent que la recherche a le pouvoir de changer des vies. En tant qu’organisme fédéral chargé d’investir dans la recherche en santé, ils collaborent avec des partenaires et des chercheurs pour favoriser les découvertes et les innovations qui améliorent la santé de la population et le système de soins du Canada.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :