Mois de l’histoire des Noirs : évoluer en étant à l’écoute

Le 15 février 2021 - Nouvelles de la Défense

Mois de l’histoire des Noirs : évoluer en étant à l’écoute<
Légende

Mois de l’histoire des Noirs : évoluer en étant à l’écoute

Tout le monde s’entend : – l’année 2020 a été fertile en événements sans précédent, chamboulée par les changements climatiques et animée d’importantes discussions sur le racisme et la discrimination. Les Forces armées canadiennes (FAC) et le ministère de la Défense nationale (MDN) ne font certainement pas exception : ils doivent aussi prendre part à la conversation. Dans les semaines qui ont suivi les événements liés au mouvement Black Lives Matter survenus aux États-Unis, plusieurs discussions sur le racisme et le traitement injuste des personnes noires ont eu lieu à l’échelle des FAC et du MDN. L’été dernier, une table ronde a été l’occasion de réunir les représentants de nos groupes consultatifs de la Défense sur l’équité en matière d’emploi — Groupe consultatif des minorités visibles de la Défense [GCMVD], Groupe consultatif des Autochtones de la Défense [GCAD], Organisation consultative des femmes de la Défense [OCFD], Groupe consultatif de la Défense pour les personnes handicapées [GCDPH] et Réseau de la fierté de l’Équipe de la Défense — et M. Richard Sharpe, du Caucus des employés fédéraux noirs (CEFN).

La sous-ministre (SM) Jody Thomas et le chef d’état-major de la Défense (CEMD) ont travaillé avec le GCMVD et participé activement aux travaux en écoutant ses membres témoigner de leur vécu et décrire les obstacles systémiques auxquels eux-mêmes et certains de leurs collègues se sont butés et se butent encore tous les jours.

À la lumière de ces témoignages, la SM et le CEMD ont décidé d’agir. Ils ont fait savoir à l’Équipe de la Défense que le racisme et le traitement injuste envers les militaires des FAC et employés du MDN appartenant à la communauté noire existent et qu’ils ne seront pas tolérés. Pour insister sur l’importance de cette question, ils ont mis en place des mesures pour aider les militaires et employés touchés à signaler les incidents de racismes et les comportements blessants et à se sentir appuyés pour aborder ces questions. Ils se sont aussi engagés à maintenir le dialogue pour continuer de réaliser de véritables changements.

Par ailleurs, le vice-amiral Haydn Edmundson, commandant du Commandement du personnel militaire et champion de l’Équipe de la Défense en matière de défense des droits des minorités visibles, a fait connaître sa position sur le racisme et la discrimination dans un message interne transmis aux membres de l’Équipe de la Défense, le 29 juin 2020. Il y déclarait que la discrimination et les comportements racistes, que ce soit par la parole, l’action ou l’inaction, sont complètement incompatibles avec nos valeurs et notre éthique institutionnelles et ne seront pas tolérés. Puisque ces efforts pour favoriser la diversité et l’inclusion ne suffiront pas à eux seuls à éradiquer les comportements racistes et discriminatoires, le vice-amiral Edmundson s’est engagé à travailler avec tous les membres de l’Équipe de la Défense pour trouver des solutions viables et durables.

Pour réaffirmer toutes ces intentions, les FAC ont émis en juillet 2020 une nouvelle directive en matière de conduite haineuse qui traite de cette question. Dans la DOAD 5019-0 et l’instruction du personnel militaire connexe, les définitions, exigences, responsabilités et conséquences relatives à la conduite haineuse chez les militaires des FAC sont clairement exposées. Les comportements qui donnent aux personnes noires (ou aux autres personnes racisées) le sentiment d’être victimes de discrimination doivent être sanctionnés sans hésitation par la direction des FAC.

Plus récemment, en décembre 2020, le ministre de la Défense nationale a créé le Secrétariat de lutte contre le racisme des FAC/MDN et annoncé la mise sur pied du groupe consultatif externe du MDN sur le racisme systémique et la discrimination axé sur le racisme anti-Autochtones et anti-Noirs, les préjugés LGBTQ2, les préjugés sexistes et la suprématie blanche. Ce groupe d’experts fournira des conseils sur la manière dont nous pouvons garantir, en tant qu’institution, que les personnes qui ont des convictions racistes ou de suprématie blanche ne sont pas autorisées à s’enrôler ou à demeurer dans notre organisation.

L’acceptation de la diversité dans les FAC a l’effet d’un générateur de force qui améliore notre efficacité opérationnelle. C’est donc à nous tous qu’il revient de s’assurer que la discrimination sous toutes ses formes n’a pas sa place dans notre institution. Et pas seulement durant le Mois de l’histoire des Noirs. En tout temps.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :