Des représentants du Canada et des Premières Nations signataires du Traité no 1 signent un accord de règlement global pour les casernes Kapyong

Communiqué de presse

Le 30 août 2019 - Winnipeg (Manitoba) - Défense nationale/Forces armées canadiennes

Dans un esprit de collaboration et de renouvellement des relations, le gouvernement du Canada et les Premières Nations signataires du Traité no 1 ont signé aujourd’hui un accord de règlement global pour les terres des anciennes casernes Kapyong à Winnipeg. Ce règlement est le résultat d’un processus pluriannuel fructueux qui a réuni les Premières Nations signataires du Traité no 1 et les partenaires fédéraux afin de trouver une solution satisfaisante pour toutes les parties.

Au nom de l’honorable Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale, et l’honorable Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones, l’honorable Jim Carr, ministre de la Diversification du Commerce international, s’est joint au chef Dennis Meeches, de la Première Nation de Long Plain, à la chef Deborah Smith, de la Nation Ojibway de Brokenhead, au chef Glenn Hudson, de la Première Nation de Peguis, le chef Craig Alexander, de la Première Nation Anishinabe de Roseau River, le chef Derrick Henderson, de la Première Nation Sagkeeng, le chef Lance Roulette, de la Première Nation de Sandy Bay, et un représentant au nom de la chef Francine Meeches, de la Première Nation de Swan Lake, lors d’une cérémonie de signature à Lower Fort Garry à Winnipeg (Manitoba).

Cet accord décrit les modalités de vente des terres des casernes Kapyong, selon les ententes communes énoncées dans l’entente de principe d’avril 2018. Il s’agit d’une relation renouvelée et positive entre le Canada et les Premières Nations signataires du Traité no 1. Nous demeurons déterminés à travailler ensemble en vue du transfert final et du réaménagement des terrains.

Multimédia supplémentaire

Des participants à la cérémonie pour l’accord de règlement global pour les casernes Kapyong

Citations

« Dans l’esprit de Tecumseh, nous reconnaissons la persévérance de notre famille du Traité no 1, de même que son dévouement à Kapyong. Nous remercions le Canada et le MDN d’avoir accepté, dans l’esprit de la réconciliation, le Traité no 1 conclu avec le gouvernement il y a 17 ans. La promesse de demain est sur le point de se concrétiser. »

Chef Dennis Meeches, porte-parole des Premières Nations signataires du Traité no 1, Première nation de Long Plain

« Ce jour marque le début d’un cheminement remarquable pour les peuples concernés par le Traité no 1. Les anciennes casernes Kapyong représentent la réconciliation économique et une occasion pour les Premières Nations signataires du Traité no 1 de participer à la prospérité économique de nos terres ancestrales. Cette journée marque également le début d’un cheminement qui verra la reconstruction et le renforcement de nos Nations. Je crois surtout que c’est une période d’espoir pour notre peuple de construire un avenir digne de nos sept prochaines générations. »

Chef Deborah Smith, Nation Ojibway de Brokenhead

« C’est un immense honneur et un véritable plaisir pour moi d’avoir collaboré avec le Canada en vue de la réalisation d’une vision promue par nos anciens dirigeants. Ces derniers s’étaient fixé pour objectif la prospérité économique de nos Premières Nations signataires du Traité no 1. Grâce à la signature historique de cet accord de règlement global, les Premières Nations signataires du Traité no 1 peuvent désormais aller de l’avant et mettre sur pied une réserve urbaine sur les terres de Kapyong, garantissant ainsi des retombées économiques pour notre peuple et la ville de Winnipeg. »

Chef Craig Alexander, Première Nation Anishinabe de Roseau River

« L’Accord est une reconnaissance par le gouvernement du Canada du fait que les Premières Nations signataires du Traité no 1 sont les propriétaires légitimes des terres situées sur le territoire visé par cette entente. L’État parle de réconciliation et c’est un pas dans la bonne direction. Le transfert des terres de Kapyong offrira aux sept Premières Nations signataires du Traité no 1 des possibilités économiques durables pour les sept prochaines générations. »

Chef Derrick Henderson, Première Nation Sagkeeng

« Au moment où nous allons de l’avant avec l’initiative, nous nous appuyons sur les fondements d’une relation renouvelée découlant du traité avec tous les ordres d’administration publique. Cette relation est une approche collective axée sur la clarté et la compréhension particulière du fait que pour que nous puissions entretenir notre relation découlant du traité, nous devons tout d’abord la reconnaître. Les ressources partagées et les partenariats que nous établirons devront être axés sur l’égalité et le partage des recettes. Nous, signataires du Traité no 1, croyons que notre participation fait partie intégrante de tout projet ou toute initiative que l’on réalise sur notre territoire, en tant que peuple autochtone sui generis. »

Chef Lance Roulette, Première Nation de Sandy Bay

« Cet accord de règlement global reflète une relation renouvelée sur laquelle notre gouvernement continuera de bâtir. Cette une étape importante dans la relation entre le Canada et les Premières Nations signataires du Traité no 1. »

L’honorable Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale

« L’accord de règlement global constitue une étape importante de notre parcours menant à la réconciliation avec les Premières Nations signataires du Traité no 1, au moment où nous renouvelons et resserrons nos liens de nation à nation. Le transfert des terres des casernes Kapyong aux Premières Nations signataires du Traité no 1 est un exemple concret de notre engagement à travailler ensemble à la création de collectivités plus saines et plus durables. » 

L’honorable Carolyn Bennett, ministre des Relations Couronne-Autochtones

« Après des années de négociations et de dialogue entre la Couronne et les Première Nations signataires du Traité no 1, je suis ravi d’avoir participé à la cérémonie d’aujourd’hui. Le transfert de ces terres est important pour bâtir un avenir juste et inclusif pour tous les Manitobains. »

L’honorable Jim Carr, ministre de la Diversification du Commerce international et député Winnipeg-Sud-Centre 

Faits en bref

  • Aux termes de l’accord de règlement global, le ministère de la Défense nationale vendra 68 pourcent de la propriété des casernes Kapyong aux Premières Nations signataires du Traité no 1.

  • Les terres restants, représentant 32 pourcent de la propriété des anciennes casernes Kapyong seront vendues dans le cadre d’une entente distincte à la Société immobilière du Canada SIC limitée afin qu’elles soient réaménagées.

  • Le transfert du site des anciennes casernes de Kapyong visées par le Traité no 1 devrait se faire dès que le Canada et les Premières Nations auront complété les étapes nécessaires à la création des terres de réserve. Bien que les échéanciers puissent varier, on s’attend à ce que cela prenne de quatre à cinq ans.

  • Anciennement la Base des Forces canadiennes Winnipeg, la propriété des casernes Kapyong s’étend sur environ 65 hectares.

  • Les casernes Kapyong ont été utilisées par les Forces armées canadiennes jusqu’en 2004, lorsque le 2e Bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry a déménagé à la Base des Forces canadiennes Shilo.

Liens connexes

Personnes-ressources

Jeremy Neault
Coordonnateur de médias pour le Traité no 1
Téléphone : 204-308-1854
Courriel : jeremy.neault@neaultcom.ca

Todd Lane
Attaché de presse
Cabinet du ministre de la Défense nationale
Téléphone : 613-996-3100
Courriel : todd.lane@forces.gc.ca

Relations avec les médias
Ministère de la Défense nationale
Téléphone : 613-996-2353
Courriel : mlo-blm@forces.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :