Déclaration du ministère de la Défense nationale concernant le rapport du directeur parlementaire du budget sur les navires de combat canadiens

Déclaration

Le 24 février 2021 – Ottawa (Ontario) – Défense nationale et Forces armées canadiennes

Le ministère de la Défense nationale (MDN) remercie le Bureau du directeur parlementaire du budget (DPB) pour son travail et accueille favorablement le rapport qu’il a produit sur les navires de combat canadiens. Les rapports comme celui-ci sont essentiels pour valider les coûts de nos projets, tout en soutenant notre objectif commun qui est de veiller à procurer la meilleure valeur aux Canadiens et aux Canadiennes.

Après avoir examiné le rapport, nous constatons que les grandes différences entre notre estimation des coûts et celle du DPB sont principalement attribuables au fait que le DPB inclut la taxe de vente provinciale et met un plus grand accent sur les coûts liés au poids.

Nous avons fait des recherches approfondies pour nous assurer que le modèle de Type 26 permettra à la Marine royale canadienne (MRC) de disposer des navires de guerre modernes et performants dont elle a besoin pour appuyer les opérations. Ce modèle a été choisi à la suite d’un processus d’approvisionnement concurrentiel ouvert, équitable et transparent, dans lequel la satisfaction des exigences de la MRC était un critère de sélection essentiel. Tout comme le DPB a indiqué que les autres options de conception sur lesquels il s’est penché auraient des capacités plus « limitées » et « modestes » que la conception que nous avons retenue. Ces facteurs entraveraient la capacité de la MRC de mener à bien ses rôles et ses missions qui lui sont attribués pour assurer la sécurité de la population canadienne, au pays comme à l’étranger.

Même si nous reconnaissons les différences dans nos calculs, nous sommes sûrs en notre estimation actuelle des coûts, établie entre 56 et 60 milliards de dollars (avant les taxes). Cette somme correspond bien à la valeur de ce projet, et s’appuie sur notre modèle détaillé d’établissement des coûts et nos travaux continus avec l’industrie. Alors que nous adaptons le modèle pour répondre aux besoins de la MRC, nous obtenons plus de certitude dans nos coûts, alors que nous confirmons et finalisons plus les détails relatifs aux systèmes de combat et de soutien.

Les échéanciers continuent de faire l’objet d’examens et ne sont pas définitifs. Nous travaillons activement avec l’industrie pour faire accélérer le projet dans le but de livrer ces importants navires à la MRC dès que possible. Une façon de faire cela est d’amorcer les travaux de construction sur des zones plus simples du navire, alors que les travaux de conception pour les sections plus complexes se poursuivent, semblablement à ce que nous avons fait dans le cas des navires de soutien interarmées.

Le rapport comprend également un calcul des coûts liés au choix d’un nouveau modèle pour le projet de navires de combat canadiens (NCC). Il ne s’agit pas d’une option que nous envisageons. Tout comme le mentionne correctement le DPB dans l’ensemble du rapport, il y a des différences importantes dans les capacités lorsqu’on compare les coûts de ces trois modèles.

À ce stade-ci, le fait de choisir un nouveau modèle causerait d’importantes pertes économiques à l’industrie navale du Canada et à ceux et celles qui y œuvrent. Il y aurait des répercussions importantes sur les opérations de la MRC en raison des retards dans le projet et des besoins relatifs à la prolongation de la durée de vie, et cela entraînerait une augmentation des coûts liés à l’utilisation et à l’entretien de plus d’une classe de navires dans l’avenir. En outre, le lancement d’un nouveau processus concurrentiel ne garantirait pas qu’un nouveau modèle serait retenu et que celui-ci serait d’un moindre coût. Ce processus comprendrait certainement plus de coûts liés à la gestion du projet en raison du relancement d’un nouveau processus et d’avoir à recommencer les travaux de conception requis.

En plus de constituer un précieux investissement pour la capacité opérationnelle future de la MRC, le projet de NCC joue un rôle central dans l’engagement de notre gouvernement visant à revitaliser l’industrie maritime du Canada au moyen de la Stratégie nationale de construction navale, qui soutient plus de 15 000 emplois par année. Ce projet permettra de réaliser des investissements importants et durables dans les économies canadiennes d’un océan à l’autre, et ce, tout au long de la construction et de la durée de vie opérationnelle des NCC, soit pendant des décennies.

Les NCC sont les bons navires pour la MRC, et représenteront la meilleure valeur pour les Forces, le Canada, et l’économie canadienne. Nous demeurons convaincus que la capacité et la polyvalence propres au modèle choisi pour les NCC permettront à la MRC de disposer d’une flotte de 15 navires de combat, performants et efficaces dont elle aura besoin pour appuyer les opérations pour les décennies à venir. Nous poursuivrons les travaux en cours pour soutenir le début de la construction en 2023‑2024.

- 30 -

Liens connexes

Le coût des navires de combat canadiens : Mise à jour de 2021 et analyse des options

Personnes-ressources

Floriane Bonneville
Attachée de presse
Cabinet du ministre de la Défense nationale
Téléphone : 613-996-3100

Relations avec les médias
Ministère de la Défense nationale
Téléphone : 613-904-3333
Courriel : mlo-blm@forces.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :