Bilan de l'année | Section 2 : Équipe de liaison militaire

Section 2 : Équipe de liaison militaire

L’équipe de liaison militaire est composée d’un officier de liaison (OL), d’un officier de liaison de la police militaire (OLPM) et d’un officier de planification (OP). Ces trois postes, qui font partie intégrante du CIIS, contribuent à l’efficacité des services d'intervention et de soutien offerts aux membres des FAC, y compris la chaîne de commandement.

2.1 – Contacts avec des membres des FAC

La figure 9 présente le nombre et le type de contacts avec l’OLPM Vingt-sept d’entre eux étaient des contacts directs des membres des FAC avec l’OLPM, tandis que 47 d’entre eux ont nécessité un accès facilité par un conseiller, et 17 ont été directement transférés à l’OLPM après un contact avec un conseiller. Deux cas ont été transférés directement à un agent de police militaire ou du Service national des enquêtes des Forces canadiennes (PM/SNEFC) en dehors des heures de service. Des 91 contacts avec l’OLPM, 21 (23 %) cas non signalés auparavant ont mené à une enquête de la PM ou du SNEFC.

Bien que la proportion des membres des FAC qui choisissent de parler à l’OLPM était la même en 2016-2017 et en 2017-2018, 32 % et 33 % respectivement, le nombre de contacts pour un accès facilité a augmenté, tandis que le nombre de transferts directs a diminué. Cela pourrait être dû au fait que les heures de l’équipe d’intervention et de soutien ont été élargies jusqu’à 24 heures par jour, sept jours par semaine en 2017-2018, tandis que l’OLPM était seulement disponible durant les heures normales.

La figure 9 est composée de deux diagrammes à barres verticales qui illustrent : (1) le nombre de contacts directs, d’accès facilités et de transferts directs reçus par les officiers de liaison de la police militaire (OLPM) en 2016-2017 et (2) en 2017-2018. En 2016-2017, il y a eu 25 contacts directs, 33 accès facilités et 45 transferts directs. En 2017-2018, il y a eu 27 contacts directs, 47 accès facilités et 17 transferts directs.

La figure 10 présente le nombre et type de contacts avec l’OL. 13 d’entre eux étaient des contacts directs avec l’OL tandis que 66 d'entre eux impliquaient un accès facilité par un conseiller et 9 étaient des transferts directs par un conseiller. La proportion de membres des FAC qui ont choisi de parler à l’OL a augmenté considérablement entre 2016-2017 et 2017-2018, passant de 7 % à 32 % respectivement. Cela peut être attribuable à plusieurs éléments. Tout d'abord, le besoin de fournir de l'information à la chaîne de commandement et aux membres des FAC cherchant des conseils qui ne relèvent pas de la compétence des conseillers du CIIS n'a pas été déterminé avant le deuxième trimestre de 2016-2017. Une fois le besoin compris, un système d'orientation a été établi entre les conseillers et l'officier de liaison militaire. Le suivi des échanges s'est développé, démontrant que le système d'orientation était une innovation efficace et que le niveau de confiance entre les FAC et le CIIS s'est accru. Cela peut aussi indiquer l'efficacité des activités de sensibilisation auxquelles le CIIS a participé afin d'améliorer la compréhension de son modèle de prestation de services.

La figure 10 présente un graphique avec trois barres verticales montrant le nombre et le type de contacts avec l’OL en 2016–2017 et en 2017–2018. En 2017–2018, 13 des contacts avec l’OL étaient directs tandis que 66 impliquaient un accès facilité par un conseiller et 9 étaient des transferts directs par un conseiller. Les contacts directs augmentaient de 7 % à 32 % du total entre 2016-2017 et 2017-2018.

Un accès facilité a également été organisé pour les membres des FAC voulant contacter d'autres organismes de soutien, comme l'aumônerie (1 cas), l'EISF-IS (8 cas), l'équipe de gestion intégrée des conflits et des plaintes (2 cas) et les sections locales de la PM ou du SNEFC (7 cas).

L'accès facilité est un service de soutien précieux que le CIIS a mis en place. Si un membre de l'équipe de liaison militaire n'est pas disponible, les conseillers fourniront un courriel et des coordonnées au membre des FAC. Ce protocole a permis à l'équipe de liaison militaire de soutenir l'intégration des services 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans augmenter les heures de travail, et permet aux membres des FAC d'appeler lorsqu'ils sont à l'aise de parler avec l'équipe de liaison militaire. Cela est important si, par exemple, le militaire veut établir un contact à partir d'un endroit situé en dehors de sa zone de travail habituelle.

Avoir une équipe de liaison militaire intégrée est également une pratique exemplaire en matière de prestation de services. L’OLPM facilite le signalement puisque les membres des FAC peuvent parler à l'OLPM anonymement pour savoir si l'incident qu'ils ont vécu peut ou non atteindre le seuil d'une infraction au Code criminel en plus d’obtenir de l'information sur le processus d'enquête pour les aider à décider s'ils veulent ou non signaler l’incident. Tel qu’indiqué, 23 % des échanges avec l'OLPM ont conduit à une enquête.

Avoir un OL fournit un soutien immédiat aux chaînes de commandement dans la gestion de situations qui peuvent être sensibles et difficiles. L’OL soutient également les membres affectés de diverses manières, de la recherche d'informations au contact des éléments militaires, pour tenter de résoudre les problèmes. La sensibilisation conjointe des civils du CIIS et de l’OL comporte également de nombreux avantages. D'autres partenaires alliés ont reconnu le mérite d'avoir une équipe militaire intégrée dans le cadre d'un modèle de prestation de services complet.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :