Allocution prononcée par la vice-première ministre et ministre des Finances lors de son passage à Grimsby, en Ontario, sur le soutien aux travailleurs syndiqués et les mesures prises pour rendre la vie plus abordable 

Discours

Le 6 juillet 2022

Merci beaucoup,

Je tiens d’abord à souligner que les terres sur lesquelles nous sommes réunis font partie du territoire traditionnel des Hatiwendaronks, des Haudenosaunees et des Anishinabés, y compris les Mississaugas de la Première Nation Credit.

C’est fantastique d’être ici aujourd’hui avec mes amies, Lisa Hepfner et Filomena Tassi. Merci à vous deux d’être présentes et de représenter cette communauté avec tant d’efficacité et d’énergie.

Je suis très contente d’être ici à la section locale 837 de l’UIJAN et de pouvoir rencontrer des dirigeants syndicaux, des travailleurs syndiqués et des apprentis, car je crois vraiment et je comprends que les personnes qui travaillent — les syndiqués —  sont le moteur de l’économie canadienne. Nous avons besoin de vous. Vous bâtissez le Canada et vous méritez et aurez le soutien de notre gouvernement.

Notre économie s’est remise de manière remarquable de la récession causée par la COVID-19.

Notre PIB réel est supérieur de 2,2 % à ce qu’il était avant la pandémie. Nous avons connu la plus forte relance de l’emploi du G7, et notre taux de chômage est le plus bas jamais enregistré.

Cette solide reprise économique est en grande partie attribuable au travail acharné des travailleurs syndiqués, comme ceux que j’ai rencontrés et qui sont ici aujourd’hui, et comme les membres de l’UIJAN de Hamilton et de Niagara.

Dans les mois et les années à venir, notre pays comptera sur le mouvement syndical pour continuer à jouer un rôle essentiel dans la croissance de notre économie d’un océan à l’autre.

C’est à la lumière de ces faits que notre gouvernement a instauré des mesures comme la déduction pour la mobilité de la main-d’œuvre.

Nous savons que les travailleurs syndiqués qualifiés sont en forte demande partout au pays. Le crédit d’impôt pour la mobilité de la main-d’œuvre aidera à couvrir les coûts que les gens de métier qualifiés doivent débourser pour déménager là où se trouvent les emplois et à mettre plus d’argent dans les poches des travailleurs qualifiés.

La construction est actuellement en plein essor partout au Canada. Il y a plus de grues dans le ciel à Toronto en ce moment que dans n’importe quelle autre ville en Amérique du Nord, et le secteur de la construction continuera de croître grâce à la collaboration entre notre gouvernement avec les municipalités, les provinces, les organismes sans but lucratif et le secteur privé pour doubler le nombre de nouvelles maisons qui seront construites au cours des dix prochaines années.

Les travailleurs syndiqués doivent être au cœur de cette importante initiative.

Nous allons continuer à prendre les mesures qui s’imposent pour soutenir les travailleurs, comme offrir la déduction pour la mobilité de la main-d’œuvre, doubler notre investissement dans le Programme pour la formation et l’innovation en milieu syndical ou s’assurer que les travailleurs syndiqués ont leur mot à dire au moment où le Canada s’adapte à une économie et à un marché du travail en évolution, parce que nous savons qu’ils bâtissent le Canada. Notre économie — notre société — a besoin d’eux et de leurs syndicats.

L’immigration est autre sujet que nous avons abordé aujourd’hui et qui est très important pour l’UIJAN et d’autres syndicats partout au pays.

La volonté du Canada d’accueillir de nouveaux Canadiens est un avantage économique concurrentiel considérable pour notre pays. Une de nos forces aujourd’hui et depuis des générations est notre capacité à accueillir de nouveaux Canadiens et à leur trouver de bons emplois syndiqués à leur arrivée.

Notre gouvernement investit massivement pour faire venir au Canada un plus grand nombre de travailleurs qualifiés dont notre économie a besoin. Nous savons que ces travailleurs joueront un rôle crucial dans la croissance de notre économie au cours des années à venir, et nous nous réjouissons de continuer à collaborer avec l’UIJAN et d’autres syndicats à ce chapitre.

En dépit de tout cela, de la forte reprise économique au Canada et du fait que tant de travailleurs ici et partout au pays ont de bons emplois syndiqués, je sais que beaucoup de travailleurs canadiens traversent une période difficile.

L’inflation est un phénomène mondial. C’est une conséquence persistante de la récession due à la COVID-19 et elle a été exacerbée par l’invasion barbare de l’Ukraine par Vladimir Poutine et par la politique zéro COVID de la Chine.

C’est un fait : les familles et les travailleurs canadiens ressentent les effets de l’inflation mondiale chaque fois qu’ils font l’épicerie et le plein d’essence.

Notre gouvernement est donc là pour aider les Canadiens, comme il l’a été pour les Canadiens et comme les Canadiens l’ont été les uns pour les autres face à la pandémie de COVID-19 et à la récession qu’elle a causée.

C’est ce que nous faisons maintenant face au nouveau défi que pose une inflation élevée. Pour y arriver, nous disposons d’un plan, nous collaborons et nous nous soutenons mutuellement.

Notre plan pour rendre la vie plus abordable comprend les mesures suivantes :

  • une bonification de l’Allocation canadienne pour les travailleurs qui permettra de mettre jusqu’à 2 400 $ de plus dans les poches des familles canadiennes à faible revenu à partir de cette année;
  • une réduction des frais de garde de 50 % en moyenne d’un bout à l’autre du pays d’ici la fin de cette année;
  • une augmentation de 10 % des prestations de la Sécurité de la vieillesse ce mois-ci, soit presque 800 $ de plus cette année pour les aînés;
  • des soins dentaires, en commençant avec les enfants âgés de moins de 12 ans, dès cette année;
  • un paiement de 500 $ pour des locataires qui ont de la difficulté à payer leur loyer cette année;
  • et évidemment, l’indexation de mesures de soutien importantes, des maillons clés du régime d’aide sociale du Canada, en fonction de l’inflation : l’Allocation canadienne pour enfants, le crédit pour la TPS, le Régime de pensions du Canada, la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti.

Pour un couple ici, à Grimsby, dont le revenu est de 45 000 $ et qui a un enfant en garderie, notre plan pour rendre la vie plus abordable pourrait ajouter cette année environ 7 600 $ aux prestations actuelles du couple, soit plus de 16 % de son revenu annuel.

Une personne âgée en situation de handicap qui habite à Hamilton pourrait recevoir cette année au moins 2 500 $ de plus que l’an dernier.

Ces mesures faisaient partie du budget financièrement responsable que nous avons déposé en avril. Notre cadre fiscal, qui a reçu une note AAA, en tient déjà compte.

Mais, pour les Canadiens qui ont le plus besoin de ce soutien, pour les personnes les plus vulnérables — les aînés, les travailleurs à faible salaire, les familles avec des enfants, les personnes confrontées aux défis du logement abordable — ces mesures ciblées représentent de nouvelles sommes qu’ils n’ont pas reçues l’an dernier et qui rendront la vie plus abordable exactement au bon moment.

Il s’agit d’une période économique difficile pour les pays du monde entier, et c’est aussi certainement une période difficile pour le Canada.

Mais grâce en grande partie aux syndicats et aux travailleurs syndiqués comme ceux à qui j’ai eu la chance de parler ici aujourd’hui, le Canada est un des pays les mieux placés dans le monde pour relever les défis à venir.

Merci beaucoup.

Recherche d'information connexe par mot-clés: Finances | Ministère des Finances Canada | Canada | Argent et finances | grand public | discours
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :