Les 10 principaux points saillants du plan directeur du parc urbain national de la Rouge

Document d'information

Depuis 2011, Parcs Canada a mobilisé plus de 20 000 Canadiens et Canadiennes et a collaboré avec les peuples autochtones, tous les ordres de gouvernement, les groupes communautaires, les écologistes, les agriculteurs du parc, les résidents de la région, les bénévoles et de nombreux autres groupes pour élaborer le tout premier plan directeur du parc urbain national de la Rouge. Le plan met en œuvre l’intégrité écologique en tant que priorité pour saisir les occasions sans précédent de conserver, de mettre en valeur et de faire découvrir les paysages naturels, culturels et agricoles remarquables de cette aire protégée.


Protection des espèces en péril

Le parc urbain national de la Rouge abrite 1 700 espèces de plantes et d’animaux, dont 27 espèces en péril. Parcs Canada s’efforcera de stabiliser et de rétablir ces populations et continuera de collaborer avec des partenaires, comme le zoo de Toronto, à des initiatives de rétablissement comme la réintroduction de la tortue mouchetée dans le parc. Plus de 1 500 Canadiens et Canadiennes participent chaque année à des programmes d’interprétation sur les espèces en péril et à des activités visant à faire comprendre l’importance de la conservation, de l’action et de l’intendance.

Priorité à la restauration écologique

Depuis 2015, Parcs Canada a travaillé en étroite collaboration avec les agriculteurs du parc de la Rouge pour restaurer près de 50 hectares de milieux humides et d’habitats riverains, plus de 20 hectares d’habitats forestiers, ainsi que pour planter plus de 70 000 arbres, arbustes et plantes aquatiques indigènes. Le plan directeur poursuit ce programme fructueux dans l’ensemble du parc afin d’améliorer les conditions dans les milieux humides, les prés, les forêts, les cours d’eau et les zones riveraines, ce qui se traduit par une biodiversité indigène accrue et de meilleures conditions pour les espèces aquatiques d’eau froide.

Peuples autochtones

L’Agence Parcs Canada est fière de collaborer étroitement à tous les aspects de la création et de la gestion du parc urbain national de la Rouge avec dix Premières Nations ayant des liens traditionnels et actuels avec la Rouge. De plus, elle continuera de collaborer et de travailler en partenariat avec les collectivités autochtones dans le cadre d’un Cercle consultatif des Premières Nations, qui a été créé pour discuter des activités du parc, notamment l’archéologie, la construction de sentiers, la restauration écologique, la programmation, la sensibilisation du public et d’autres domaines d’intérêt commun.

Protection à long terme et certitude pour l’agriculture dans le parc

Des baux agricoles de jusqu’à 30 ans assureront la stabilité à long terme des agriculteurs du parc et de leurs familles. Certaines familles pratiquent l’agriculture dans la Rouge depuis 1799 (beaucoup d’entre elles ont été expropriées de ces terres dans les années 1970). Les avantages de cette stabilité se traduiront par des possibilités agricoles plus durables et diversifiées, une collaboration plus étroite aux travaux de restauration écologique et la possibilité pour les visiteurs de vivre des expériences agricoles dans le parc. La Rouge compte quelques-unes des dernières fermes en activité dans la région du Grand Toronto, la plupart étant situées sur des sols de classe 1, qui sont les plus riches, les plus rares et les plus fertiles du Canada.

Contributions de l’agriculture à l’intégrité écologique

Depuis 2015, le travail de Parcs Canada avec les agriculteurs du parc démontre que les terres agricoles et l’agriculture peuvent contribuer de façon importante au maintien ou à la restauration de l’intégrité écologique dans le parc. Le plan directeur s’appuie sur cette approche pour faire en sorte que les terres agricoles contribuent encore plus à l’intégrité écologique du parc en collaborant avec les agriculteurs pour intégrer les meilleures pratiques de gestion aux plans et aux activités agricoles.

Conservation et mise en valeur du patrimoine culturel

Le riche héritage de paysages culturels, de patrimoine bâti et d’archéologie de la Rouge sera conservé et interprété pour les générations futures. Ces travaux de restauration culturelle encourageront les visiteurs à se renseigner sur l’histoire millénaire de la présence des Premières Nations et les liens qui les unissent au territoire, et sur la manière dont l’activité humaine a modelé les divers paysages du parc et a été à son tour façonnée par le milieu naturel. Les visiteurs pourront découvrir des exemples du patrimoine bâti du parc en visitant des bâtiments restaurés et conservés qui sont accessibles au public.


Collaboration et communauté

Le plan directeur fournit un cadre clair par lequel Parcs Canada continuera de travailler en partenariat avec les collectivités environnantes, notamment les groupes de conservation, les agriculteurs, les partenaires autochtones, les bénévoles, les visiteurs, les organismes communautaires, les établissements d’enseignement, tous les ordres de gouvernement et le public. L’approche collaborative du plan en matière de gouvernance, de gestion et d’exploitation du parc contribuera à créer un sentiment profond et durable d’appartenance à la communauté dans l’ensemble de la Rouge.


Installations pour les visiteurs

Parcs Canada est enthousiaste à l’idée de construire de nouveaux sentiers et de nouvelles installations pour les visiteurs dans le parc urbain national de la Rouge. De nouvelles aires d’accueil et de nouveaux sentiers sont prévus dans les secteurs de Toronto, de Markham, de Pickering, de Whitchurch-Stouffville et d’Uxbridge du parc, y compris deux principaux centres d’accueil et d’apprentissage et des dizaines de kilomètres de nouveaux sentiers de randonnée qui s’étendent du lac Ontario à la moraine d’Oak Ridges. Deux nouvelles aires d’activités publiques et un nouveau sentier sont actuellement en construction dans la région de Markham du parc et d’autres travaux suivront lorsque le plan directeur sera mis en œuvre.


Destination pour l’apprentissage

On souhaite que la Rouge devienne le premier parc d’apprentissage au Canada où les nouveaux arrivants et les citadins peuvent apprendre à camper, à pagayer, à faire de la randonnée et à participer à des activités d’apprentissage liées à la nature, à l’agriculture et au patrimoine culturel. Depuis 2014, le programme d’initiation au camping du parc a déjà permis à des dizaines de milliers de Canadiens et Canadiennes de découvrir les joies du camping. La mise en œuvre du plan directeur permettra aux visiteurs d’en apprendre davantage sur l’environnement et le patrimoine du Canada.

Transport durable pour accéder à la Rouge et y circuler

Le plan directeur répond au besoin d’options de transport durable pour permettre à tous les visiteurs d’accéder au parc. Parcs Canada favorisera les liens avec le transport en commun amélioré, comme le réseau GO, les voies réservées aux autobus, les centres de transport en commun des municipalités et les liens avec les sentiers et les pistes cyclables municipaux et régionaux. Ces initiatives favoriseront l’accès au parc dans l’ensemble de la région à partir des collectivités de la région du Grand Toronto de manière à réduire l’empreinte écologique du stationnement dans le parc et à élargir la gamme d’options d’accès pour se rendre à la Rouge.

Recherche d'information connexe par mot-clés: Parc national | Parcs Canada | Canada | Toronto | Lieux historiques nationaux | grand public | documents d'information
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :