Le gouvernement du Canada investit pour protéger les forêts de pruches dans le parc national et lieu historique national Kejimkujik

Communiqué de presse

Le 16 décembre 2019                           Maitland Bridge (Nouvelle-Écosse)                     Agence Parcs Canada


Le gouvernement du Canada est déterminé à préserver les parcs nationaux, à protéger et à restaurer des écosystèmes sains et résilients et à contribuer au rétablissement des espèces en péril.


Aujourd’hui, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement fédéral de 1,4 million de dollars pour accroître les efforts existants visant à protéger les forêts de pruches menacées dans le parc national et lieu historique national Kejimkujik. L’annonce a été faite par l’honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, et députée de South Shore—St. Margaret’s, au nom de l’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada.


La pruche est une essence essentielle à l’écosystème du parc et fournit un habitat important pour plusieurs autres espèces. Ces arbres sont menacés par le puceron lanigère de la pruche, un insecte qui a été introduit involontairement dans l’est de l’Amérique du Nord depuis l’Asie et qui a tué des milliers de pruches au cours des trois dernières décennies aux États­Unis. En 2017, la présence de cette espèce envahissante a été confirmée dans le sud­ouest de la Nouvelle­Écosse et, un an plus tard, dans le parc national et lieu historique national Kejimkujik. Cet insecte est une menace importante pour la forêt du parc et jusqu’à 80 % des pruches de Kejimkujik pourraient disparaître dans les trois à dix prochaines années. Même s’il n’est pas possible d’éradiquer complètement cette espèce envahissante, Parcs Canada a agi rapidement en adoptant des mesures dans le parc pour contrôler la population de cet insecte et ralentir sa propagation et son impact.


Suite au financement annoncé aujourd’hui, Parcs Canada continuera de collaborer avec ses partenaires pour mettre en œuvre de nouvelles mesures visant à réduire la propagation de l’envahissant puceron lanigère de la pruche et à augmenter la résilience de la pruche du Canada. Dans le cadre du projet Ralentir la propagation — Assurer la résilience dans les forêts de Kejimkujik infestées par le puceron lanigère de la pruche, de nombreuses méthodes de contrôle des forêts anciennes prioritaires seront étudiées. Parcs Canada utilisera également la sylviculture et la plantation pour gérer la croissance, la composition et l’état de santé des forêts prioritaires de pruches dans le parc. Au cours des cinq prochaines années, Parcs Canada aura adopté des mesures critiques pour gérer l’invasion du puceron lanigère de la pruche.


Parcs Canada collabore avec des institutions universitaires et scientifiques à des projets écologiques et avec des partenaires des communautés et des organisations autochtones à l’échelle du pays pour conserver et restaurer les écosystèmes naturels et les habitats importants. Nous pouvons, en travaillant ensemble, protéger et conserver les écosystèmes essentiels du Canada pour les générations futures.

Multimédia supplémentaire

Un visiteur explore une forêt de pruches près des chutes Mills au parc national et lieu historique national Kejimkujik. Photo : Parcs Canada
Une espèce envahissante, le puceron lanigère de la pruche. Photo : Parcs Canada

Citations

"La nature est au cœur de la culture, de la prospérité et du mode de vie au Canada. La protéger sera bénéfique pour notre environnement, notre santé et nos communautés partout au pays. C’est la raison pour laquelle le gouvernement du Canada fait un investissement important pour préserver la santé de l’emblématique forêt de pruches dans le parc national et lieu historique national Kejimkujik. Ce financement permettra à Parcs Canada de continuer à travailler avec des partenaires clés et des chercheurs scientifiques pour contribuer à améliorer l’intégrité écologique dans cette forêt de pruches intacte de plus en plus rare pour la protéger et la conserver pour les prochaines générations."

L’honorable Bernadette Jordan
Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, et députée de South Shore—St. Margaret’s

(Gazouiller cette citation)

Faits en bref

  • Le gouvernement du Canada investit 15 millions de dollars annuellement dans le programme de conservation et de restauration de Parcs Canada afin de soutenir les projets hautement prioritaires qui font une différence sur le terrain en matière de restauration ou de maintien de l’intégrité écologique et qui contribuent au rétablissement des espèces en péril.

  • Les forêts de pruche constituent un important pourcentage des forêts anciennes en Nouvelle-Écosse. Cet arbre peut vivre plus de 300 ans et crée des forêts stables qui peuvent exister pendant des milliers d’années. Kejimkujik est un des derniers paysages où de grandes étendues de cette espèce peuvent être observées.

  • Depuis la découverte du puceron lanigère de la pruche en Nouvelle­Écosse, Parcs Canada a adopté plusieurs mesures visant à réduire sa propagation dans le parc, y compris l’interdiction d’importer du bois de chauffage, l’introduction de pratiques phytosanitaires au terrain de camping de la baie Jeremy (couper les branches pour minimiser le contact avec les personnes, les animaux domestiques et les véhicules) ainsi que la mobilisation et la sensibilisation des intervenants et des collectivités.

  • Parcs Canada a aidé à mettre sur pied un groupe de travail pour en apprendre davantage sur cet insecte envahissant et atténuer son impact dans la région. Ce groupe de travail est composé de membres de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, de Ressources naturelles Canada, du ministère de l’Environnement de la Nouvelle­Écosse, du ministère des Terres et des Forêts de la Nouvelle­Écosse, de Conservation de la nature Canada, de Nova Scotia Nature Trust, de la banque de semences de l’Université Acadia, du Mersey Tobeatic Research Institute et de la Medway Community Forest Co-op. Parcs Canada travaille également avec les Mi’kmaq de la Nouvelle-Écosse pour conserver et restaurer cet habitat important. 

  • Le parc national et lieu historique national Kejimkujik offre de nombreuses facettes à découvrir aux visiteurs. À l’intérieur des terres, les visiteurs peuvent trouver des rivières et des lacs reliés entre eux dans une forêt acadienne diversifiée, tandis que Kejimkujik Bord de mer, un paysage distinct, juxtapose des landes colorées, des galets de granit et des plages de sable blanc. Le territoire raconte aussi l’histoire des Mi’kmaq, gravée dans la pierre et illuminée par l’histoire et la légende.

Liens connexes

Personnes-ressources

Sabrina Kim
Attachée de presse      
Bureau du ministre de l’Environnement et du Changement climatique 
819-938-3813
sabrina.kim2@canada.ca

Relations avec les médias
Agence Parcs Canada
855-862-1812
pc.medias-media.pc@canada.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :