Transplantation de bisons des bois du parc national Elk Island

Document d'information

Le bison des bois et Parcs Canada

 

·  Le bison est le plus gros mammifère terrestre d’Amérique du Nord. Autrefois, le continent était peuplé de millions de bisons qui erraient aux quatre coins du territoire, de l’Alaska au Mexique. Cet animal était une ressource importante pour les peuples autochtones des plaines.

·  Le bison est considéré comme une clé de voûte de la santé de l’écosystème; il procure de nombreux bienfaits à la nature et à d’autres espèces animales.

·  Parcs Canada est résolu à rétablir les espèces qui suscitent des préoccupations au chapitre de la conservation. En rétablissant le bison des bois dans diverses régions d’Amérique du Nord, il assure la survie et le bien-être d’un animal emblématique et majestueux à l’échelle mondiale et renouvelle des liens culturels, historiques et écologiques.

·  Parcs Canada s’efforce de préserver une harde dont les effectifs sont adaptés à la superficie des pâturages disponibles afin d’assurer la santé des animaux tout en permettant à d’autres espèces de subvenir à leurs besoins alimentaires. De temps à autre, il doit transférer des bisons en dehors du parc pour éviter le pâturage excessif, ce qui crée des occasions de fournir des bisons pour des projets de conservation en Amérique du Nord.

·  Tout au long de l’histoire du parc national Elk Island, des bisons excédentaires ont été fournis à d’autres parcs nationaux, à des projets de conservation au Canada et aux États-Unis, à des Nations autochtones et à des ventes aux enchères, où ils ont contribué à l’essor de l’industrie canadienne de l’élevage du bison. La plupart des bisons des bois qui vivent actuellement au Canada sont des descendants de la harde du parc national Elk Island.

·  Parcs Canada gère le bison des bois dans trois autres parcs nationaux du pays : le parc national Wood Buffalo, le parc national et la réserve de parc national Kluane ainsi que la réserve de parc national Nahanni.


Histoire de la conservation du bison des bois dans le parc national Elk Island

 

·  Au tournant du XXe siècle, les bisons des bois sauvages étaient au bord de la disparition. Il ne restait plus que quelques centaines d’individus dans ce qui est aujourd’hui le parc national Wood Buffalo.

·  On a cru pendant un certain temps que le bison des bois, en tant que sous-espèce distincte, avait complètement disparu par suite de l’hybridation avec le bison des plaines. Cependant, en 1958, une petite population isolée a été redécouverte dans le parc national Wood Buffalo.

·  En 1965, 22 bisons des bois ont été transplantés du parc national Wood Buffalo au parc national Elk Island, où ils ont servi à constituer une harde de conservation exempte de tuberculose et de brucellose et séparée de la harde de bisons des plaines. Les bisons des bois du parc national Elk Island ont depuis contribué à la création de nouvelles hardes qui errent en toute liberté en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest, en Alaska et en Russie.

·  Pour constituer un troupeau « de sauvegarde » en prévision du rétablissement de la sous-espèce, Parcs Canada a placé la petite harde dans une ancienne zone d’isolement au sud de la route Yellowhead, d’où avaient été retirés tous les bisons des plaines et les autres ongulés, considérés comme pouvant être porteurs de maladies.

·  L’effectif des deux hardes de bisons augmente d’environ 20 à 25 % par année. Comme le parc national Elk Island est le seul au Canada à être entièrement clôturé, les bisons y ont peu de prédateurs naturels. Du coup, la harde croît de façon soutenue et exerce des pressions sur les parcelles de prairie limitées qui assurent sa survie. Le transfert de bisons à l’extérieur du parc simule la prédation, contribue à la santé de la population et permet d’éviter le pâturage excessif de la prairie en réduisant la taille de la harde.

 

 

 

Importance du transfert de bisons en Alaska

Ce projet contribue à la sécurité du bison des bois à l’échelle mondiale. Il s’agit d’une possibilité supplémentaire d’assurer la survie de la sous-espèce au sein d’une population séparée sur le plan géographique.

Parcs Canada a eu l’honneur de conclure de nouveau un accord avec le Department of Fish and Game de l’État de l’Alaska. Il s’agit du second accord du genre entre les deux parties. En effet, le parc national Elk Island a déjà expédié 53 bisons des bois en Alaska en 2008. L’État de l’Alaska a reçu *40* bisonneaux excédentaires du parc national Elk Island en avril 2022, et d’autres transferts sont prévus pour 2024, 2026 et 2028.

 

Pourquoi est-il important de rétablir le bison?

Parcs Canada appuie la conservation du bison pour les raisons suivantes :

·  Remise en état écologique : En tant qu’« ingénieur de l’écosystème », le bison exerce sur le paysage une influence qui se révèle bénéfique à de nombreuses communautés de plantes et d’animaux. Par exemple, en se vautrant sur le sol sec, le bison crée des dépressions en forme de cuvette qui procurent un habitat à d’autres animaux. De plus, ses excréments servent d’engrais à des plantes et soutiennent des populations d’insectes qui, à leur tour, contribuent au régime alimentaire de différentes espèces d’oiseaux. Enfin, le bison est une source de nourriture pour les prédateurs.

·  Rétablissement de liens culturels : Le bison est indissociable de l’histoire du Canada. Il faisait partie intégrante de la vie des peuples autochtones et des pionniers du Canada, et, encore à ce jour, il joue un rôle important dans de nombreuses cultures autochtones. Le rétablissement du bison nous permet de recréer des liens culturels et historique rompus.

·  Découvertes inspirantes : La présence du bison dans le parc national Elk Island donne aux visiteurs la possibilité de découvrir l’importance écologique et culturelle de cette espèce.

·  Harmonisation avec le mandat de Parcs Canada : Parcs Canada gère un vaste réseau d’aires patrimoniales naturelles et culturelles protégées. Dans les parcs nationaux, il préserve ou rétablit l’intégrité écologique tout en fournissant à la population canadienne la possibilité de découvrir ces joyaux et d’en profiter pleinement. En protégeant la faune, les terres et les eaux qui constituent le réseau de parcs nationaux, il contribue à en assurer la pérennité pour le bien des générations actuelles et futures.

 

                                                                                           -30-

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :