Initiative horizontale – Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 - Rapport sur les résultats ministériels 2017-2018

Liste d'acronymes

AIDE
Actions interculturelles de développement et d'éducation
ACE
alphabétisation et de compétences essentielles
ACUFC
Association des collèges et universités de la francophonie canadienne
AMASS
Projet Sensibilisation en matière de sûreté et de sécurité maritime dans l'Arctique
APECA
Agence de promotion économique du Canada atlantique
BACE
Bureau de l'alphabétisation et les des compétences essentielles
BACLO
Bureau du développement communautaire des langues officielles
CAC
Conseil des Arts du Canada
CanNor
Agence canadienne de développement économique du Nord
CBDC
Corporation au bénéfice du développement communautaire
CCGFP
Comité consultatif sur la gestion de la fonction publique
CDEM
Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba
CEAQ
Communautés d'expression anglaise établies au Québec
CEDEC
Community Economic Developent and Employability Corporation
CEMT
Compétences essentielles pour le milieu du travail
CENB
Conseil économique du Nouveau-Brunswick
CFSM
Communautés francophones en situation minoritaire
CHSSN
Community Health Social Services Network
CHUM
Centre hospitalier de l'Université de Montréal
CISSS
Centres intégrés de santé et des services sociaux
CIUSSS
Centres Intégrés universitaires de santé et de services sociaux
CLOSM
Communautés de langue officielle en situation minoritaire
CNFS
Consortium national de formation en santé
CNRC
Conseil national de recherches Canada
COFA
Coalition ontarienne de formation des adultes
CSMALO
Comité des sous-ministres adjoints sur les langues officielles
DEC
Agence de développement économique Canada
DEO
Diversification de l'économie de l'Ouest Canada
DGLO
Direction générale des langues officielles
EDSC
Emploi et Développement social Canada
FAAFC
Fédération des aînées et aînés francophones du Canada
FACC
Fonds d'action culturelle communautaire
FedDev
Ontario Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario
FedNor
Initiative fédérale de développement économique dans le nord de l'Ontario
FIC
Fonds pour l'innovation communautaire
î.-P.-É.
l'Île-du-Prince-Édouard
IDE
Initiative de développement économique
IRCC
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada
ISDE
Innovation, Sciences et Développement économique Canada
MSSLD
Santé et des Soins de Longue Durée
N.-B.
Nouveau-Brunswick
N.-É.
Nouvelle-Écosse
PCH
Patrimoine canadien
PCLOS
Programme de contribution pour la santé des langues officielles
PDEQ
Programme de développement économique du Québec
PEAT
Programme recevront une attestation d'études professionnelles
PLOP
Première langue officielle parlée
PPDS
Programme de partenariat pour le développement social
QCGN
Quebec Community Groups Network
RDÉE î.-P.-É.
Réseau de développement et d'employabilité de l'Île-du-Prince-Édouard
RLISS
réseaux locaux d'intégration des services de santé
RMEFNO
Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario
RMISP
Réseau mondial d'information sur la santé publique
RSFIPE
Réseau Santé en Français de l'Île-du-Prince-Édouard
RSSFEO
Réseau des services de santé en français de l'Est de l'Ontario
s/o
sans objet
SATJ
Portage pour le service administratif des tribunaux judiciaires
SEPAQ
Société des établissements de plein air du Québec
SPAC
Services publics et Approvisionnement Canada
SSF
Société Santé en français
SSMEFNB
Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick
SSSMA
Système de sensibilisation à la sûreté et à la sécurité maritimes dans l'Arctique

Renseignements généraux

Nom de l'initiative horizontale
La Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018
Nom du ou des ministères responsables
Patrimoine canadien
Organisations fédérales partenaires
Santé Canada, Justice Canada, Services publics et Approvisionnement Canada, Conseil national de recherches Canada, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, Conseil des Arts du Canada, Emploi et Développement social Canada, Innovation, Science et Développement économique Canada, Initiative fédérale de développement économique dans le nord de l'Ontario, Développement économique Canada pour les régions du Québec, Agence de promotion économique du Canada atlantique, Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario, Diversification de l'économie de l'Ouest Canada, Agence canadienne de développement économique du Nord.
Partenaires non fédéraux et non gouvernementaux
Sans objet
Date de mise en œuvre de l'initiative horizontale
1er avril 2013
Date d'achèvement de l'initiative horizontale
31 mars 2018
Montant total des fonds fédéraux alloués (de la date de mise en œuvre à la date d'achèvement)
1 124,04 millions de dollars
Fonds provenant de partenaires non fédéraux et non gouvernementaux
Sans objet
Description de l'initiative horizontale

La Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018 (Feuille de route 2013-2018), dotée d'un budget de 1 124,04 millions de dollars sur cinq ans, s'inscrit dans la continuité des efforts déployés dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne 2008-2013 : Agir pour le futur et demeure fidèle aux engagements issus de la partie VII de la Loi sur les langues officielles.

La Feuille de route 2013-2018 est un énoncé de politiques du gouvernement du Canada. Elle comprend 28 initiatives, destinées au renforcement et à la promotion de la dualité linguistique, qui sont mises en œuvre par 14 institutions fédérales. Les initiatives sont regroupées sous trois grands piliers : l'éducation, l'immigration et l'appui aux communautés. Dans le cadre de la Feuille de route 2013-2018, le gouvernement du Canada s'est particulièrement engagé à ce que ces initiatives soient axées sur l'atteinte de résultats tangibles pour les Canadiens et à assurer une mise en œuvre axée sur une utilisation optimale des fonds publics et une efficacité d'exécution accrue des programmes.

Résultats partagés

La Feuille de route 2013-2018 est structurée en fonction d'un modèle d'architecture d'alignement de programmes qui lui est propre. Le résultat stratégique de la Feuille de route 2013-2018 se présente comme suit : « les Canadiens vivent et s'épanouissent dans les deux langues officielles et reconnaissent l'importance du français et de l'anglais pour l'identité nationale, le développement et la prospérité du Canada ».

Le résultat stratégique de la Feuille de route 2013-2018 s'harmonise avec les engagements fédéraux de la partie VII de la Loi sur les langues officielles et est présenté sous 3 piliers qui visent l'atteinte des objectifs suivants :

  • En éducation : Les Canadiens bénéficient d'occasions d'éducation et de formation dans la première langue officielle et d'apprentissage de l'autre langue officielle du pays et d'accès à des outils technologiques, et tirent profit des nombreux avantages sociaux, économiques, culturels et identitaires qui en résultent.
  • En immigration : Les compétences linguistiques des nouveaux arrivants dans l'une ou l'autre des deux langues officielles sont renforcées et leur permettent de contribuer davantage aux besoins du Canada en matière de développement économique, social et culturel. Le nombre d'immigrants francophones s'installant dans les communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) est également accru.
  • Dans les communautés : La vitalité des deux langues officielles et des CLOSM qui les incarnent est accrue, leur permettant une pleine contribution à la société canadienne, à l'histoire, à l'identité nationale, au développement et à la prospérité du Canada.

L'architecture de la Feuille de route 2013-2018 est structurée de manière à ce que les résultats de chacune des 28 initiatives de la Feuille de route 2013-2018 contribuent à l'atteinte des objectifs des trois piliers et, collectivement, à l'atteinte du résultat stratégique.

Structures de gouvernance

La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de La Francophonie est responsable de la coordination de la mise en œuvre de la Feuille de route 2013-2018. La Direction générale des langues officielles (DGLO) de Patrimoine canadien appuie la ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles dans cette mise en œuvre et est responsable de la coordination de la reddition de comptes de la Feuille de route. La DGLO collecte notamment l'information financière et non financière des partenaires afin de faire état de la planification et du rendement des initiatives de la Feuille de route.

La DGLO appuie la gouvernance d'ensemble des langues officielles grâce au Comité des sous-ministres adjoints sur les langues officielles (CSMALO). Le leadership du CSMALO s'applique principalement à trois priorités : la langue de travail au sein de la fonction publique fédérale, les stratégies fédérales horizontales en matière de langues officielles (mise en œuvre du Plan d'action pour les langues officielles 2018-2023) et la gestion d'autres questions d'intérêt reliées à la Loi sur les langues officielles.

Les coprésidents du CSMALO fournissent annuellement au Comité consultatif sur la gestion de la fonction publique (CCGFP) des avis et conseils de nature stratégique.

Les coprésidents du CSMALO font également rapport deux fois par année au greffier du Conseil privé afin d'assurer le suivi à la mise en œuvre des recommandations du rapport de MM. Borbey et Mendelsohn sur l'usage des langues officielles au sein de la fonction publique fédérale.

D'autres acteurs et instances de l'appareil fédéral détiennent aussi des rôles et responsabilités clés dans la gouvernance et la coordination en matière de langues officielles.

Faits saillants du rendement

L'année 2017-2018 représente la cinquième et dernière année de la mise en œuvre de la Feuille de route 2013-2018.De nombreuses initiatives ont été réalisées dans les secteurs d'actions prioritaires en matière de langues officielles comme l'éducation, l'immigration, la santé, la jeunesse, les arts et la culture, la justice ou encore le développement économique.

Plusieurs de ces initiatives visent, entre autres, à octroyer des subventions et contributions à des bénéficiaires, à élaborer des stratégies d'information pour les citoyens canadiens et les nouveaux arrivants, à accroître l'offre de services bilingues dans différents domaines prioritaires pour les Canadiens, ou encore à mettre en œuvre des ententes entre le gouvernement du Canada et des gouvernements provinciaux ou territoriaux.

Les différents comités qui veillent à la bonne gouvernance de cette initiative horizontale s'assurent de mettre en place différentes stratégies afin de suivre, de mesurer, d'atteindre et d'évaluer les résultats.

Résultats atteints par les partenaires non fédéraux et non gouvernementaux
Sans objet
Coordonnées de la personne-ressource
Denis Racine
Directeur général
Direction générale des langues officielles
15, rue Eddy, Gatineau,
(819) 994-0943
denis.racine@canada.ca
Pilier 1. Éducation
Organisations fédérales Lien à l'architecture d'harmonisation des programmes du ministère Programmes et activités contribuant à l'initiative horizontale Affectations totales (de la date de mise en œuvre à la date d'achèvement) Pour l'année 2017-2018 (en dollars)
Dépenses prévues Dépenses réelles Résultats attendus Résultats réels par rapport aux cibles
Patrimoine canadien Langues officielles Appui à l'éducation dans la langue de la minorité 265 024 040 $ 53 004 808 $

53 004 808 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Offre de programmes et d'activités des provinces et territoires visant l'enseignement dans la langue des CLOSM.

Le Ministère gère 13 ententes bilatérales en matière d'éducation avec les gouvernements provinciaux et territoriaux afin d'appuyer l'éducation dans la langue des CLOSM.

Ces ententes aident près de 244 578 jeunes Canadiens vivant en situation minoritaire à étudier dans leur langue dans plus de 923 écoles à travers le pays et à appuyer le travail de 40 conseils ou commissions scolaires et de 39 institutions postsecondaires de langue minoritaire dans toutes les régions du pays.

Le Programme poursuit les négociations du prochain protocole d'entente 2018-2023 relatif à l'enseignement de la langue de la minorité et à l'enseignement de la langue seconde avec le Conseil des ministres de l'Éducation. Suite à la signature du protocole, le Programme engagera et conclura les 13 ententes bilatérales en éducation et en services.

Patrimoine canadien Langues officielles Appui à l'apprentissage de la langue seconde 175 024 040 $ 35 004 808 $

35 004 808 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Offre de programmes et d'activités des gouvernements provinciaux et territoriaux visant l'apprentissage du français et de l'anglais, secondes langues officielles, à tous les niveaux d'enseignement. Les investissements de Patrimoine canadien pour appuyer l'offre de programmes et d'activités des gouvernements provinciaux et territoriaux contribuent à ce que 2,4 millions de jeunes Canadiens apprennent l'anglais ou le français comme seconde langue officielle dans les écoles de la majorité, dont plus de 428 619 jeunes anglophones qui apprennent le français dans des programmes d'immersion.
Patrimoine canadien Langues officielles Bourses d'été de langue 36 604 830 $ 7 320 966 $

7 320 966 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Offre de bourses d'été de langue.

Le programme Destination Clic a permis à 270 jeunes francophones de milieux minoritaires d'enrichir leur première langue officielle en découvrant différentes communautés du Canada.

Le programme Explore a offert 6 429 bourses afin de permettre à des jeunes Canadiens d'apprendre ou de perfectionner leur deuxième langue officielle.

Patrimoine canadien Langues officielles Moniteurs de langues officielles 18 604 825 $ 3 720 965 $

3 720 965 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Offre de postes de moniteurs de langues officielles. Le programme Odyssée a permis à 281 jeunes Canadiens de travailler comme moniteur de langue seconde dans des écoles du pays, ou encore à titre de moniteur de français, première langue officielle, dans les écoles de la minorité partout au pays.
Patrimoine canadien Appartenance au Canada Échanges Canada 11 250 000 $ 2 250 000 $

2 250 000 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Le Programme Échanges Canada va continuer à fournir du financement à des organismes qui aident les jeunes Canadiens, notamment à de nombreux organismes qui offrent des opportunités à des jeunes de vivre des expériences dans leur deuxième langue officielle.

Une partie des ressources du programme Échanges Canada est consacrée à des organismes qui offrent des forums et des échanges bilingues pour les jeunes, notamment Expériences Canada.

En 2016-2017 (données les plus récentes*), le Programme Échanges Canada a procuré à plus de 13 250 jeunes l'occasion de participer à des forums et à des échanges. Bon nombre de ces activités ont permis à de jeunes Canadiens de pratiquer et d'améliorer leur langue seconde tout en créant des liens avec d'autres jeunes d'ailleurs au pays.

Par exemple, Expériences Canada a offert plus de 2 786 échanges bilingues pour les jeunes. Dans le cadre de ces échanges, des groupes de jeunes Canadiens dont la langue principale est l'une des deux langues officielles ont été jumelés à des groupes dont la langue principale est l'autre langue officielle. De plus, Expériences Canada a offert 241 échanges avec des CLOSM au cours desquels l'un ou les deux groupes provenant de ces communautés ont été jumelés selon leur langue officielle principale (p. ex., un groupe francophone du Manitoba et un groupe francophone du Québec ont été jumelés dans le cadre d'un échange linguistique).

*Les résultats des rapports finaux pour un exercice sont rendus publics lors de l'exercice qui suit. Les statistiques présentées ici soit celles de 2016-2017 sont les plus récentes données disponibles. Quant aux résultats de 2017-2018, ils ne seront pas disponibles avant décembre 2018.

Santé Canada

Un système de santé qui répond aux besoins des Canadiens

Développement des CLOSM

Formation, réseaux et accès aux services en santé (Volet éducation) 106 500 000 $ 21 300 000 $ 21 300 000 $ Accès accru à des professionnels de la santé bilingues et au personnel d'accueil bilingues dans les CLOSM.

En 2017-2018, dans le cadre de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018, Santé Canada/Bureau du développement communautaire des langues officielles (BACLO) a continué de soutenir financièrement les institutions et organismes communautaires (par exemple La Société Santé en français (SSF), l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC), le « Community Health Social Services Network (CHSSN) », et l'Université McGill par l'entremise du Programme de contribution pour la santé des langues officielles (PCLOS). Ces organisations ont mis en œuvre diverses initiatives dans les domaines suivants : 1) formation et maintien en poste des professionnels de la santé dans les CLOSM; 2) renforcement des capacités des réseaux de santé pour les CLOSM. Les répercussions de ces initiatives comprennent une augmentation de la disponibilité des fournisseurs de services pour répondre aux besoins des communautés de langue officielle en situation minoritaire, améliorer les mécanismes pour fournir des services de santé efficaces à ces communautés et améliorer la compréhension et la mesure des circonstances et des défis en matière de santé. Par exemple :

  • Au Québec, l'Université McGill a enregistré 830 inscriptions dans le cadre de son programme de formation linguistique à l'intention des professionnels de la santé et du personnel d'accueil œuvrant dans le réseau de la santé au Québec. Au total, 569 professionnels de la santé et employés d'accueil ont suivi un cours de formation linguistique au cours de l'année.
  • Aussi, en 2017-2018, l'Université McGill a coordonné des programmes de bourses, des stages régionaux, des initiatives de soutien aux stages et des cours de français pour les étudiants, afin d'augmenter le nombre de techniciens et de professionnels de la santé et des services sociaux capables de répondre aux besoins des anglophones dans les régions du Québec. Le programme de stages de McGill a aidé 70 étudiants bilingues, qui ont bénéficié de possibilités de placement plus élevées dans les communautés minoritaires anglophones.
  • À l'extérieur du Québec, 787 étudiants francophones ont obtenu leurs diplômes dans le cadre des programmes en matière de santé, dans 11 établissements d'enseignement postsecondaire financés par le PCLOS. Les résultats du sondage de suivi auprès des diplômés ont démontré un taux de placement moyen de 73 pour cent dans les établissements de santé des CLOSM, augmentant ainsi le bassin de ressources humaines en santé disponibles pour répondre aux besoins des CLOSM au Canada.
  • Aussi, pour améliorer la disponibilité des professionnels de la santé bilingues et l'accès aux services de santé en français en milieu minoritaire, Santé Canada finance l'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne – volet Consortium national de formation en santé (CNFS). En 2017-2018, les 11 établissements membres du CNFS ont enregistré 1126 inscriptions et 787 diplômés supplémentaires dans 100 programmes de formation en santé.
  • En plus des programmes de formation crédités, le CNFS a déployé 22 projets dans le cadre des programmes de formation continue pour les professionnels de la santé existants, ainsi que des programmes pour soutenir et renforcer la formation clinique et offrir activement des services en français. Sept projets ont eu un impact direct sur l'offre de services essentiels sous forme de formation linguistique pour les professionnels de la santé et 15 autres projets axés sur le développement d'outils d'offre active, de formation linguistique et de soutien aux stages.
  • En 2017-2018, par l'entremise du projet Franco-Doc, l'Association des facultés de médecine du Canada a réussi à identifier, mobiliser, préparer et équiper plus de 100 étudiants francophones en médecine dans les institutions anglophones en vue, à terme, de mieux desservir les communautés francophones en situation minoritaire (CFSM). Ce projet a permis la mise en réseau des étudiants entre eux ainsi qu'avec les professionnels de la santé francophones œuvrant auprès des, CFSM en plus de créer des occasions de stages en ces milieux minoritaires.
  • Le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario (RMEFNO) a collaboré avec plusieurs partenaires, soit des établissements de formation (CNFS-Laurentienne) et d'autres réseaux et entités de planification de services de santé en français, à la création, la validation et l'adaptation pour l'Ontario d'une formation interactive bilingue sur l'offre active. Cette formation est disponible gratuitement pour les professionnels de la santé et pour les gestionnaires. La réussite de la formation en ligne sur l'offre active permet pour un membre certifié du Collège canadien des leaders en santé (CHE/Fellow) d'acquérir 2,5 crédits catégorique II à l'égard de l'exigence du maintien de la certification à laquelle sont soumis les membres agréés du Collège canadien des leaders en santé.
  • En Colombie-Britannique, le Résosanté Colombie-Britannique a réalisé six capsules de présentation de métiers de la santé en français ainsi que deux vidéos au contenu médical. L'organisme a aussi collaboré avec l'organisme la Boussole et le « Vancouver Infectious Diseases Centre » à l'élaboration d'une formation gratuite sur la prévention des surdoses causées par les opioïdes et l'utilisation de la trousse de naloxone en français.
  • Quatre collèges membres l'ACUFC- CNFS ont travaillé de concert à la production des outils de préparation aux examens d'entrée pour trois programmes collégiaux (soins infirmiers auxiliaires, techniques pharmaceutiques et technologie de radiation médicale). Ces outils seront mis sur une plateforme en ligne pour en assurer l'accès à un plus grand nombre d'étudiants.
  • De plus, sur le plan de la recherche et de la diffusion des connaissances, en 2017-2018, cinq universités membres du CNFS ont effectué huit projets de recherche qui portaient sur les thématiques suivantes : offre de services de soins à domicile; les détenus en situation minoritaire; le renforcement des capacités à l'amélioration de la qualité de vie des aînés en situation minoritaire francophone et l'implication des professionnels de la santé francophones dans la formation de la relève. Depuis mars 2018, l'équipe du CNFS est engagée dans deux nouveaux projets de recherche, en partenariat avec des groupes de recherche de l'Université d'Ottawa sur l'offre active et l'offre de services en français en santé mentale au Manitoba, au Nouveau-Brunswick et en Ontario.
  • Une autre recherche en santé, menée par l'Université McGill et le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), a pour titre « Mental Healthcare and related allied service access by Anglophone homeless youth ». L'objectif de cette recherche est d'explorer où et comment les jeunes itinérants, dont la langue de préférence est l'anglais, ont accès aux services de santé mentale et quels sont les obstacles ou les facteurs facilitant l'accès.
  • Une autre recherche, toujours en lien avec la santé mentale et menée par l'Université McGill et l'Hôpital Royal Victoria, permettra d'évaluer les différences entre les anglophones et les francophones en termes de prévalence des maladies chroniques les plus communes par groupe linguistique et l'utilisation des services de soins de santé primaires, des salles d'urgence et des services hospitaliers.
Justice Canada Gestion responsable du cadre juridique canadien Réseaux, formation et accès aux services de justice (Volet éducation) 18 936 200 $

3 770 919 $

(exclut 16 321 $ des frais de locaux)

3 660 467 $ Les Canadiens ont accès à un système de justice pénale dans la langue officielle de leur choix. Les intervenants du système de justice (procureurs, greffiers, juges, etc.) ont accès à une formation linguistique spécialisée afin de faciliter l'accès à la justice aux justiciables dans la langue officielle de leur choix dans 100 pour cent des provinces et territoires.
Justice Canada Services internes Réseaux, formation et accès aux services de justice (Volet éducation) 63 800 $

11 781 $

(exclut 979 $ de frais de locaux)

12 760 $

(exclut les frais de locaux)

s/o s/o
Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) Programme de normalisation terminologique Portail linguistique du Canada 16 000 000 $ 3 250 000 $ 3 250 000 $

Développer de nouveaux contenus (jeux, articles, billets de blogue, contenu de médias sociaux) pour aider la population canadienne à mieux communiquer dans les deux langues officielles, et améliorer le contenu lié aux langues autochtones.

Publier des billets de blogue venant de collaborateurs canadiens, notamment de CLOSM.

Réaliser différentes activités promotionnelles, notamment au moyen des ambassadeurs du Portail et des médias sociaux (Twitter, Facebook, LinkedIn).

Compléter la migration du contenu du Portail dans le site Web Canada.ca et assurer la refonte complète du Portail.

  • L'équipe du Portail a développé 3466 nouveaux contenus, dont des jeux, articles, billets de blogue et messages de médias sociaux pour aider la population canadienne à mieux communiquer dans les deux langues officielles. De ce total, 164 nouveautés étaient liées à la culture ou aux langues autochtones.
  • Un total de 31 billets de blogue de collaborateurs externes, dont des membres des CLOSM, ont été publiés dans le blogue Nos langues du Portail lancé en septembre 2017.
  • De nombreuses activités promotionnelles ont été réalisées en collaboration avec les ambassadeurs du Portail, dont le total s'élevait à 413 au 31 mars 2018. Il s'agit d'une augmentation de 60 pour cent du nombre d'ambassadeurs par rapport à 2016-2017.
  • L'équipe du Portail a mis en place une campagne de publicité nationale dans Google et Facebook pour faire connaître le Portail aux Canadiens. Elle a aussi diffusé plus d'une centaine de communications promotionnelles par courriel, dans les médias sociaux ou par l'intermédiaire d'infolettres de collaborateurs. L'équipe a réalisé 44 activités de représentation, dont des kiosques qui ont permis de rencontrer une dizaine de milliers de personnes, et des ateliers qui ont permis de former 700 personnes sur l'utilisation des ressources du Portail.
  • L'équipe du Portail a poursuivi la modification des outils d'aide à la rédaction (22 000 pages Web) pour qu'ils répondent aux normes Web en vigueur. Elle a aussi poursuivi son projet d'amélioration du Navigateur linguistique, le moteur de recherche permettant une recherche simultanée dans l'ensemble des ressources du Portail.
  • Le nombre de pages vues dans le Portail et ses outils d'aide à la rédaction est estimé à 4,3 millions en 2017-2018.
Conseil national de recherches Canada (CNRC)

Développement et progrès technologiques

Technologies de l'information et des communications

Renforcement de l'industrie et des technologies langagières 10 000 000 $ 2 000 000 $ 2 044 483 $

Commercialisation du logiciel de traduction PORTAGE (dans le secteur privé).

Transfert de la technologie de traduction PORTAGE (au sein du gouvernement).

Amélioration de la sécurité du Canada grâce au déploiement d'autres technologies de traitement des langues naturelles.

Projet Sensibilisation en matière de sûreté et de sécurité maritime dans l'Arctique (AMASS).

  • Cette année, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a publié plusieurs versions de son logiciel de traduction automatique qui utilise l'apprentissage en profondeur : Portage II 3.x.
  • Le CNRC continue de mettre à jour Portage pour le service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ). On a constaté que l'utilisation de Portage pour produire la première version des traductions de documents juridiques typiques de ceux traités par le SATJ a amélioré la productivité en moyenne de 45 pour cent. Les récents résultats indiquent que le gain de productivité est moins prononcé chez les traducteurs plus expérimentés, mais qu'il reste intéressant.
  • Le système MÉTÉO d'Environnement Canada, qui traduit les bulletins météorologiques de l'anglais au français et du français à l'anglais, continue d'être alimenté par Portage.
  • Le logiciel Portage continue d'être utilisé quotidiennement par deux des plus grands cabinets de traduction du Canada : CLS Lexi-tech et un autre cabinet important à Montréal (traduction d'environ 50 millions de mots par année).
  • Réseau mondial d'information sur la santé publique (RMISP, avec l'Agence de la santé publique du Canada) : Le CNRC continue d'héberger son outil de surveillance de la santé pour les médias d'information mondiaux afin de faire le suivi des nouvelles urgences en matière de santé au fil du temps. Plus de 700 utilisateurs dans le monde se servent de l'outil, y compris l'Organisation mondiale de la santé. Le système comprend la catégorisation et l'annotation automatisées de documents en dix langues; la traduction automatique; l'extraction d'information à l'appui de la tenue de dossiers épidémiologiques (notamment la période et la géographie); l'option de synthèse (document unique et documents multiples); la détection de renseignements en double et quasi en double; la détection des points de changement et les outils de visualisation interactive de base des données. Tous les outils ont été améliorés cette année, et de nouveaux outils ont été ajoutés pour détecter les nouvelles qui relient plusieurs articles.
  • Le CNRC a considérablement amélioré le niveau de précision et la solidité de ses outils d'extraction de l'information utilisés dans le système de sensibilisation à la sûreté et à la sécurité maritimes dans l'Arctique (SSSMA) et le RMISP en permettant l'extraction de renseignements à partir de tableaux et de texte libre.
  • Le CNRC a également mis au point un système pour reconnaître avec précision les mentions temporelles complexes (p. ex., « le lundi 3 mars », « demain », « une semaine à partir de mardi ») et les noms hiérarchiques de lieux.
Pilier 2. Immigration
Organisations fédérales Lien à l'architecture d'harmonisation des programmes du ministère Programmes et activités contribuant à l'initiative horizontale Affectations totales (de la date de mise en œuvre à la date d'achèvement) Pour l'année 2017-2018 (en dollars)
Dépenses prévues Dépenses réelles Résultats attendus Résultats réels par rapport aux cibles
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) Établissement et intégration des nouveaux arrivants Formation linguistique pour les immigrants économiques 120 000 000 $ 24 000 000 $

24 000 000 $

(Ce montant ne reflète qu'une petite partie de l'investissement d'IRCC pour la formation linguistique pour les immigrants économiques.)

En 2017-2018, IRCC continuera de favoriser l'acquisition des compétences linguistiques des immigrants économiques dans les deux langues officielles grâce à la standardisation des outils et une plus grande cohérence à l'échelle nationale. En 2017-2018 le pourcentage annuel des immigrants économiques inscrits en formation linguistique ayant progressé dans au moins 3 des 4 compétences est de 21 pour cent.
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) Établissement et intégration des nouveaux arrivants Immigration vers les CLOSM (incluant l'Appui à l'immigration francophone au Nouveau-Brunswick) 29 398 470 $* 5 911 638 $

5 911 638 $

(Ce montant ne reflète qu'une petite partie de l'investissement d'IRCC au titre de l'immigration dans les CLOSM)

En 2017-2018, IRCC continuera d'effectuer des activités de promotion et de recrutement au Canada et à l'étranger, principalement par l'augmentation de la fréquence et du nombre de lieux des activités de promotion et de recrutement actuelles; des prestations de services d'établissement aux clients francophones; de la coordination et la consultation des intervenants clés; un projet d'élaboration de données stratégiques, de recherche et d'échange de connaissances concernant l'immigration vers les communautés francophones en situation minoritaire (CFSM) et les communautés d'expression anglaise du Québec.

De plus l'IRCC investira un million de dollars afin d'appuyer l'intégration des immigrants francophones au Nouveau-Brunswick en 2017-2018.

Étant donné qu' IRCC tente actuellement d'uniformiser davantage son approche au niveau national, les investissements continus auront pour but de mieux harmoniser l'approche pour favoriser l'immigration dans les CFSM de l'ensemble du pays.

Voici des exemples de quelques-unes des initiatives accomplies par IRCC au cours de cette période :

  • Création d'un Centre de politiques en immigration francophone au sein du Ministère
  • Deuxième forum ministériel fédéral-provincial-territorial sur l'immigration francophone (Toronto, le 2 mars 2018) et premier symposium sur I'immigration francophone (Calgary, le 22 mars 2018)
  • Promotion des Communautés francophones en situation minoritaire auprès des réfugiés réinstallés
  • Activités de promotion et recrutement a I'étranger en immigration francophone
  • Activités de promotion et recrutement au Canada en immigration francophone
  • Symposium de recherche avec des représentants et des organisations des communautés d'expression anglaise établies au Québec (CEAQ.) (Montréal, le 2 novembre 2017)
  • Points supplémentaires accordés aux francophones dans le système Entrée express
  • Plan d'action pour améliorer les coûts et I'accessibilité des évaluations linguistiques aux fins de l'immigration économique
  • Soutien accru à I'immigration francophone et aux langues officielles dans le cadre du Plan d'action sur les langues officielles 2018-2023
  • Exposition itinérante sur I'histoire de l'immigration francophone

Résultats obtenus en 2017-2018 :

  • Nombre de clients uniques d'expression française ayant reçu au moins un service en établissement au Canada :
    • 2015-2016 = 14 450 clients
    • 2016-2017 = 14 265 clients
    • 2017-2018 = 14 865 clients
  • Nombre de clients uniques d'expression française ayant reçu au moins un service en établissement au Nouveau-Brunswick dont le financement de 1 million de dollars provient de la Feuille de route :
    • 2015-2016 = 215 clients
    • 2016-2017 = 260 clients
    • 2017-2018 = 290 clients

Notons que ces chiffres sont sur la base de la nouvelle définition d'un immigrant d'expression française c.-à-d. ceux/celles qui ont indiqué que le français est leur première langue officielle parlée (PLOP) plus 50 pour cent de ceux/celles qui ont choisi l'anglais et le français.

Pilier 3. Communautés
Organisations fédérales Lien à l'architecture d'harmonisation des programmes du ministère Programmes et activités contribuant à l'initiative horizontale Affectations totales (de la date de mise en œuvre à la date d'achèvement) Pour l'année 2017-2018 (en dollars)
Dépenses prévues Dépenses réelles Résultats attendus Résultats réels par rapport aux cibles
Patrimoine canadien Langues officielles Appui aux CLOSM 22 262 275 $ 4 452 455 $

4 452 455 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Offre d'activités et de services destinés aux CLOSM par des organismes communautaires.

Le Ministère a appuyé financièrement plus de 398 organismes communautaires nationaux, provinciaux et locaux qui travaillent directement pour assurer le développement et la vitalité des CLOSM. Cet appui permet notamment :

  • d'offrir des services dans les domaines de la culture ou de l'éducation à des groupes cibles précis, comme les parents ou les jeunes;
  • d'appuyer plus d'une trentaine de centres scolaires communautaires qui représentent souvent le principal ou le seul lieu de rassemblement pour plus de 172 000 francophones qui vivent dans des milieux où l'accès à des services et à des activités en français serait autrement très limité;
  • de créer des activités dans des dizaines d'autres centres culturels ou communautaires;
  • de tenir de grands rassemblements culturels, mais aussi des activités à l'échelle régionale ou locale, et d'appuyer des organismes qui soutiennent le travail de plus d'une centaine de médias communautaires (stations de radio et journaux).
Patrimoine canadien Langues officielles Coopération intergouvernementale 22 262 275 $ 4 452 455 $

4 452 455 $

(Ce montant ne représente qu'une partie de l'investissement de Patrimoine canadien dans l'Initiative.)

Offre de services par les gouvernements provinciaux et territoriaux dans la langue de la minorité, dans des domaines autres que l'éducation.

Treize ententes bilatérales avec les gouvernements provinciaux et territoriaux qui visent à offrir des services directs à la population dans la langue de la minorité, dans des secteurs autres que l'éducation, notamment la justice, la santé, la culture, le développement économique et les services municipaux.

Le financement de Patrimoine canadien appuie la prestation des services offerts par les gouvernements provinciaux et territoriaux, notamment les mesures prises visant à mettre en œuvre les lois, règlements ou politiques sur les services en français à l'extérieur du Québec et les services en anglais au Québec.

Patrimoine canadien Langues officielles Fonds d'action culturelle communautaire 10 000 000 $ 2 000 000 $ 1 705 200 $ Offre d'activités et de services visant à renforcer et faire rayonner l'action culturelle, artistique et patrimoniale des CLOSM. Le Fonds d'action culturelle communautaire (FACC) sert à appuyer et à renforcer l'action culturelle, artistique et patrimoniale des CLOSM et assurer le rayonnement de la richesse et de la diversité de l'expression culturelle et artistique de ces communautés. En 2017-2018, le Ministère a investi plus de 1,7 million de dollars dans le FACC et ceci a permis à des organismes canadiens sans but lucratif et des gouvernements provinciaux et territoriaux de mettre en œuvre plusieurs initiatives au profit du développement des communautés francophones et anglophones en situation minoritaire dans toutes les régions du pays.
Patrimoine canadien Industries culturelles, Fonds de la musique du Canada Vitrines musicales pour les artistes des CLOSM 5 750 000 $ 1 150 000 $ 1 150 000 $ Il est attendu qu'environ 400 vitrines musicales seront mises en œuvre, donnant l'occasion à plus de 200 artistes issus des CLOSM de performer sur scène dans leur langue et aux communautés d'avoir accès à des prestations musicales dans leur langue respective. Dans la mesure du possible, les vitrines musicales bénéficieront de promotion numérique durant les événements et les tournées.

Les accords de contribution concluent entre le Ministère du Patrimoine canadien et les deux administrateurs-tiers du Fonds de la musique du Canada, FACTOR et Musicaction, ont permis le versement de contributions pour l'organisation de vitrines musicales destinées aux artistes provenant des CLOSM.

Pour 2017-2018, plus de 425 artistes issus de CLOSM se sont produits dans plus de 910 vitrines musicales présentées lors d'événements d'envergure régionale, nationale et internationale, en plus de prendre part à plusieurs tournées. Plusieurs des vitrines musicales appuyées comprenaient un élément de promotion numérique.

Ultimement, depuis le lancement de l'initiative en 2008, les artistes des CLOSM ont été exposés à un plus large auditoire alors que les CLOSM ont eu accès à des prestations dans leur langue (vitrines régionales et nationales). Concrètement, la cible est de soutenir 200 artistes et 400 vitrines annuellement comparativement à seulement 40 artistes et 85 vitrines avant 2008. Ce qui a eu pour effet d'accroître l'accès (c.-à-d. la consommation) de musique d'artistes des CLOSM, sous de multiples formes (performance en direct, accès en ligne, ventes d'albums, etc.)

Patrimoine canadien Industries culturelles, Fonds du livre du Canada Programme national de traduction pour l'édition du livre 4 000 000 $ 800 000 $ 800 000 $ Les éditeurs canadiens traduisent des livres d'auteurs canadiens d'une langue officielle à l'autre. 68 traductions de livres d'auteurs canadiens d'une langue officielle à l'autre ont été financées par le PNTEL. Le PNTEL finance également une foire annuelle des droits de traduction qui offre aux éditeurs canadiens une occasion unique de vendre et d'acquérir les droits de traduction de langue officielle. En 2017-2018, 76 représentants des maisons d'édition (35 anglophones et 41 francophones) ont participé à la foire.
Conseil des Arts du Canada (CAC) Subventions et services aux artistes et aux organismes artistiques, à l'appui de la création, de la production et de la diffusion d'œuvres d'art Stratégie d'accès aux marchés pour les artistes des CLOSM 2 750 000 $ 750 000 $

693 517 $

* Note méthodologique : les données sont en date du 15 juin 2018

Améliorer l'accès aux marchés nationaux et internationaux pour des œuvres d'art des CLOSM de qualité supérieure et commercialisable;

Contribuer au développement de nouveaux marchés nationaux et internationaux pour les arts des CLOSM; et

Renforcer la capacité des artistes, groupes et organismes artistiques des CLOSM à réussir hors de leur marché local.

En 2017-2018, le Conseil des arts du Canada a financé 36 projets différents menés par 32 artistes et organismes artistiques des CLOSM pour faire rayonner leurs œuvres dans divers marchés (local, provincial, territorial, national et international). Ces projets ont donné lieu à une vaste gamme d'activités qui ont renforcé les marchés existants, en ont créé de nouveaux, ont ouvert des occasions de perfectionnement professionnel et ont aidé les artistes et les organismes artistiques des CLOSM à se préparer à faire face au marché*.

* Note méthodologique : les données sont en date du 15 juin 2018.

Santé Canada

Un système de santé qui répond aux besoins des Canadiens

Développement des CLOSM

Formation, réseaux et accès aux services en santé (Volet appui aux communautés) 67 800 000 $ 13 560 000 $ 13 136 737 $ Accès accru à des professionnels de la santé bilingue et au personnel d'accueil dans les CLOSM.

En 2017-2018, dans le cadre de la Feuille de route pour les langues officielles du Canada 2013-2018, Santé Canada a continué d'appuyer financièrement les organismes communautaires (par exemple le Community Health Social Services Network (CHSSN), la Société Santé en français (SSF)), par l'intermédiaire du Programme de contribution pour la santé des langues officielles (PCLOS). En 2017-2018, 36 réseaux de santé communautaire ont été maintenus dans toutes les provinces et tous les territoires et dans 14 régions administratives de santé du Québec.

Ces réseaux collaborent avec divers intervenants du secteur de la santé pour améliorer l'accès aux services de santé pour les minorités anglophones et francophones.

Par exemple, 2017-2018, les activités et l'impact du réseau CHSSN étaient les suivants :

  • Les réseaux du CHSSN ont collaboré avec le personnel de 19 des 22 Centres intégrés de santé et des services sociaux (CISSS) et Centres Intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Québec afin d'améliorer l'accès aux services sociaux et de santé pour la communauté anglophone de la province. Cette relation constitue le pilier essentiel pour améliorer l'accès et veiller à ce que la réponse du système public corresponde aux besoins de la communauté anglophone en situation minoritaire tout en respectant les caractéristiques uniques de la communauté anglophone qu'ils desservent.
  • Les réseaux ont également représenté activement les besoins de la communauté anglophone sur plusieurs tables locales et régionales qui ont un rôle d'influence sur l'accès aux services de santé tel que : les tables pour les services aux personnes aînées et pour les jeunes ainsi que les tables ayant pour thème la petite enfance. Les besoins de ces communautés sont aussi représentés au niveau municipal et de l'emploi.
  • De plus, en 2017-2018, des réseaux de la Société Santé en français (SSF) ont développé des collaborations avec des décideurs politiques afin d'influencer la planification des réseaux de santé locaux pour mieux desservir les communautés francophones en situation minoritaire (CFSM).

Par exemple :

  • À l'Île-du-Prince-Édouard, la sous-ministre du ministère de la Santé et du Mieux-être a accepté de siéger au conseil d'administration du Réseau Santé en Français de l'Île-du-Prince-Édouard (RSFIPE). Le RSFIPE a aussi reçu une invitation à siéger sur le comité consultatif de la ministre des Affaires acadiennes et de la francophonie de la Nouvelle-Écosse.
  • En Ontario, une collaboration entre le ministère de la Santé et des Soins de Longue Durée (MSSLD), les réseaux locaux d'intégration des services de santé (RLISS), les entités de planification des services de santé en français, dont font partie le Réseau des services de santé en français de l'Est de l'Ontario (RSSFEO) et le Réseau du mieux-être francophone du Nord de l'Ontario (RMEFNO) et des fournisseurs de services de santé de la province ont collaboré étroitement au développement d'un cadre d'imputabilité pour les services en français. Cette initiative a permis de définir les rôles et les responsabilités de chaque niveau.
  • La SSF et le Réseau Franco-Santé du Sud de l'Ontario ont annoncé, le 9 novembre 2017, le lancement d'une nouvelle ressource en ligne. Cette plateforme permet de soutenir les organisations de santé dans leur processus de recrutement et de maintien en poste du personnel bilingue.
  • Sur le plan des outils et des pratiques, la SSF et l'Association canadienne des centres de santé communautaire ont contribué à l'élaboration et la diffusion du Guide pour la planification d'un centre de santé communautaire francophone. Ce guide propose un modèle adapté à la réalité locale pour développer des services de santé en français par la création d'un centre de santé communautaire adapté aux besoins de la communauté francophone en situation minoritaire.
  • En 2017-2018, la Société Santé et Mieux-être en français du Nouveau-Brunswick (SSMEFNB), a poursuivi ses démarches de sensibilisation et d'influence auprès des acteurs clés de la province afin d'encourager celle-ci à adopter la carte santé indiquant la préférence dans laquelle le patient souhaite être desservi, comme l'a fait l'Île-du-Prince-Édouard. Un des résultats a été l'engagement du sous-ministre délégué des services de santé et des affaires francophones du ministère de la Santé à explorer la possibilité d'inclure un champ linguistique sur le formulaire de l'assurance-maladie. Ce type de projet est aussi exploré en Ontario comme projet-pilote et envisagé dans d'autres provinces.
  • Le Réseau des services de santé en français de l'Est de l'Ontario (RSSFEO) a complété la version 2.0 d'un portail Web appelé OZI, afin de mieux colliger les informations sur la capacité en ressources humaines en mesure d'offrir des services de santé en français et ainsi soutenir la prise de décision, la planification et la responsabilisation. Ce nouveau portail a été déployé en février et mars 2018 auprès de 1500 organisations de l'Ontario (fournisseurs de services de santé, entités de planification de services de santé en français et Réseau locaux d'intégration de services de santé de la province de l'Ontario).
  • Le Consortium national de formation en santé (CNFS) a également pris des initiatives pour mieux coordonner les ententes de collaboration, afin d'améliorer l'accès à la formation et d'élargir la gamme de services en santé en français dispensés dans les régions mal desservies ou non desservies au fils des années. Les résultats ont été notamment, le retour au Yukon d'un travailleur social dans un centre de toxicomanie de la province et la planification de huit stages pour des étudiants de la Colombie-Britannique dans le cadre de l'initiative du Collège Éducacentre.
  • En 2017-2018, par l'entremise du projet Franco-Doc, l'Association des facultés de médecine du Canada a réussi à identifier, mobiliser, préparer et équiper plus de 100 étudiants francophones en médecine dans les institutions anglophones en vue, à terme, de mieux desservir les communautés francophones en situation minoritaire (CFSM). Ce projet a permis la mise en réseau des étudiants entre eux ainsi qu'avec les professionnels de la santé francophones œuvrant auprès des CFSM, en plus de créer des occasions de stages en ces milieux minoritaires.
  • En Colombie-Britannique, le Résosanté Colombie-Britannique a produit six vidéoclips faisant la promotion des professions de la santé en français, ainsi que deux vidéos avec information médicale. L'organisme a également collaboré avec La Boussole et le « Vancoucer Infectious Diseases Centre » pour développer une formation gratuite sur la prévention des surdoses d'opioïdes et l'utilisation de la trousse de naloxone en français.
Justice Canada Gestion responsable du cadre juridique canadien Fonds de mise en application de la Loi sur les contraventions 49 335 985 $

9 823 455 $

(exclut 43 742 $ de frais de locaux)

4 030 475 $ Les Canadiens pour les régions désignées qui ont reçu une contravention fédérale ont accès au système de justice dans la langue officielle de leur choix. Cible atteinte d'aucune plainte reçue au sujet d'un manque de services judiciaires et extrajudiciaires dans la langue officielle choisie.
Justice Canada Services internes Fonds de la mise en application de la Loi sur les contraventions 275 650 $

52 505 $

(exclut 2 625 $ de frais de locaux)

55 130 $

(exclut les frais de locaux de SPAC)

s/o s/o
Justice Canada Gestion responsable du cadre juridique canadien Réseaux, formation et accès aux services de justice (Volet appui aux communautés) 20 767 355 $

4 090 214 $

(exclut 63 257 $ de frais de locaux)

3 716 926 $ Les Canadiens ont accès à de l'information juridique relative à leurs droits et responsabilités dans la langue officielle de leur choix par l'entremise d'un centre de proximité les renseignant au moyen d'une ligne d'appel, sur le Web ou en personne. Les Canadiens et Canadiennes des CLOSM ont accès à de l'information juridique au moyen d'un Centre d'information (telephone, internet, personne) dans toutes les provinces et les territoires. Cible de 100 pour cent atteinte.
Justice Canada Services internes Réseaux, formation et accès aux services de justice (Volet appui aux communautés) 427 640 $

81 730 $

(exclut 3 798 $ de frais de locaux)

85 528 $ s/o s/o
Emploi et Développement social Canada (EDSC) Compétences et emploi Fonds d'habilitation pour les CLOSM 69 000 000 $ 13 740 000 $ 13 185 590 $

Les communautés des CLOSM sont mieux informées, plus compétentes, disposent de plus de ressources et sont mieux servies.

Les organismes bénéficiaires du Fonds d'habilitation appuient la coalescence des ressources et des efforts et permettent des approches participatives à l'échelle des communautés. Il est attendu qu'ensemble ils généreront des investissements additionnels pour appuyer le développement économique communautaire et des ressources humaines.

Les CLOSM utilisent cette capacité accrue pour renforcer leur communauté en agissant sur le développement économique communautaire et le développement des ressources humaines.

En 2017-2018, le Fonds d'habilitation a créé des occasions de vivre et de travailler dans les CLOSM :

  • 728 emplois créés
  • 1 505 emplois maintenus

En 2017-2018, l'effet de levier du Fonds d'habilitation a permis d'obtenir 2,3 $ pour chaque dollar investi.

  • Un total de 27,5 millions de dollars provenant de partenaires des secteurs public et privé (en plus de 12 millions de dollars en financement de contribution).
  • Le programme contribue au développement des ressources humaines : plus de 44 929 clients (jeunes, femmes, nouveaux immigrants, demandeurs d'emploi et travailleurs cherchant à perfectionner leurs compétences), dont 31 collectivités et plus de 545 organismes.
  • Le programme contribue au renforcement des capacités communautaires et au développement économique, par exemple :
    • Plus de 102 initiatives réalisées dans les CLOSM partout au Canada en matière de développement de projets et de recherche; de développement des capacités et des compétences; de soutien aux chercheurs d'emploi; et de soutien pour les petites et moyennes entreprises.
    • Chaque année, il y a plus de 2 002 projets de partenariat actif avec le secteur communautaire ou privé, y compris les gouvernements fédéral, provinciaux, territoriaux ou municipaux.

Les signataires à l'entente de contribution :

  • contribuent à ce que les individus, les employeurs et les organismes engagés dans le renforcement des capacités communautaires, le développement des ressources humaines et le développement économique communautaire soient mieux informés, qualifiés, dotés de ressources et desservis comme prévu dans les résultats immédiats du programme;
  • diversifient leurs sources de financement afin qu'ils puissent mener à bien un large éventail d'activités diverses et pertinentes qui ne peuvent pas être soutenues par le Fonds d'habilitation. La nature habilitante des activités menées par les bénéficiaires demande que les communautés entreprennent des démarches qui sont complémentaires ou qui vont au-delà des activités et des interventions afin d'en retirer un maximum de bénéfices.

*Source : l'enquête sur les communautés de langue officielle en situation minoritaire 2017-2018

Emploi et Développement social Canada (EDSC) Programme d'apprentissage, d'alphabétisation et d'acquisition des compétences essentielles pour le milieu du travail (CEMT) Initiative d'alphabétisation et d'acquisition des compétences essentielles dans les CLOSM 7 500 000 $ 604 654 $ 728 647 $

Dans le cadre de l'Initiative d'acquisition des CEMT dans les CLOSM, EDSC s'est engagé à atteindre les résultats suivants :

Une sensibilisation accrue parmi les partenaires, les intervenants et les employeurs aux possibilités et avantages liés au programme d'acquisition des compétences essentielles pour le milieu de travail;

Une amélioration de la capacité des partenaires, des intervenants et des employeurs; et

Une amélioration de la diffusion, du transfert et de l'application des connaissances et de l'information pour les partenaires, les intervenants et les employeurs.

L'initiative d'acquisition des compétences essentielles pour le milieu du travail (CEMT) dans les CLOSM vise à aider les adultes francophones et anglophones des CLOSM à acquérir les CEMT qui les aideront à mieux se préparer à obtenir et à conserver un emploi ainsi qu'à s'adapter et réussir au travail. Au cours de l'année fiscale 2017-2018, le Bureau de l'alphabétisation et les des compétences essentielles (BACE) a fourni un financement à quatre projets dans le cadre de la Feuille de route et ces derniers ont atteints les résultats suivants :

Actions interculturelles de développement et d'éducation (AIDE) : Développer l'alphabétisme et les compétences essentielles des immigrants francophones

Ce projet avait pour objectif de démontrer les effets de l'augmentation des niveaux d'alphabétisation et de compétences essentielles (ACE) sur l'intégration socio-économique des immigrants francophones au pays. La recherche a été menée dans six provinces auprès de 550 immigrants francophones qui ont un emploi ou qui sont à la recherche d'un emploi. Le projet a évalué six ACE programmes qui ont contribué à l'élaboration et à la mise a l'essai d'un modèle d'analyse coûts-bénéfice. Ce modèle doit permettre de prévoir les avantages sociaux nets des investissements publics dans un programme de formation pour les compétences essentielles des immigrants francophones. Le rapport de recherche, l'outil d'analyse et le rapport documentaire des six provinces participantes seront disponibles sur le site Web d'AIDE.

Corporation au bénéfice du développement communautaire (CBDC) de Restigouche, au Nouveau-Brunswick : Littératie, compétences essentielles et performance en entreprises

Ce projet de recherche a examiné la relation entre les investissements dans la formation en compétences essentielles et la réussite de petites entreprises dans le secteur de la fabrication. Les résultats du projet suggèrent que les employés ont particulièrement de faibles niveaux de littéraire et de numératie, qui s'avèrent être essentiels à la résolution de problèmes en emploi. Afin d'aider les entreprises à mieux cibler leurs investissements dans la formation sur les compétences essentielles, un outil de planification de formation a été élaboré afin de déterminer quels travailleurs devraient être formés en priorité. L'outil compare les niveaux de littératie et ce numératie de la personne en fonction des exigences propres à leur travail.

Dans le cadre de ce projet, l'organisation a créé une ressource de surveillance pour appuyer les entreprises à prendre des décisions concernant les investissements stratégiques dans la formation sur les compétences essentielles pour améliorer leu productivité, la compétitivité et la performance des entreprises. Le rapport de recherche et les outils élaborés dans le cadre de ce projet sont publiés sur le site Web Littératie, compétences essentielles et performance en entreprise.

Coalition ontarienne de formation des adultes (COFA) : Tourisme et ressources humaines francophones dans les CLOSM – une approche intégrée.

Ce projet intègre les compétences essentielles dans un programme reconnu des collèges de tourisme de l'Ontario et offre une formation liée aux services hôteliers. L'approche comprend trois cohortes pour 60 participants moins alphabétisés et nouveaux arrivants francophones. Cette formation est offerte à Ottawa et à Toronto et permets aux participants d'acquérir les compétences nécessaires pour intégrer le secteur du tourisme en Ontario.

La COFA a établi des partenaires avec des spécialistes en matière, comme Hospitality Training Inc., et des partenaires de l'industrie, entre autres la Société économique de l'Ontario, impliquée en immigration et en tourisme et des centres de formation spécialisés en développement des compétences essentielles contribueront à ce modèle qui sera mis à l'essai. À ce jour, 22 participants sont en formation et 3 employeurs participants se sont engagés à fournir des stages et des opportunités d'emploi aux participants qui réussiront leur formation.

Community Economic Developent and Employability Corporation (CEDEC) : Workplace Essential Skills Co-op Vocational Training Program

Ce projet élabore un modèle d'apprentissage intégré qui tire profit des ressources disponibles pour appuyer une meilleure harmonisation des compétences et améliorer les résultats en matière d'emploi de personnes ayant de bas niveaux de compétences, dans des secteurs qui connaissent une pénurie de main-d'œuvre qualifiée.

En 2017, CEDEC, en partenariat avec les Premières nations Kebaowek (Abitibi-Témiscamingue) et Gesgapepegiag (Gaspé) et des partenaires d'enseignement local, a complété une analyse des professions, un rapport de l'état de préparation des collectivités, et un modèle logique afin de mettre au point une approche intégrée des programmes de formation pour les deux collectivités. En outre, la société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) a accepté de fournir des stages et des emplois pour les étudiants à la fin du programme.

En avril, après la phase finale d'élaboration du programme, celui-ci a été lancé dans la Première Nation Kebaowek (Abitibi-Témiscamingue) avec neuf élèves inscrits tandis que la première nation de Gesgapegiag (Gaspé) lancera le programme en septembre 2018. Les étudiants qui participent au programme recevront une attestation d'études professionnelles (PEAT) en services à la clientèle tout en mettant l'accent sur la francisation et la formation en langue autochtone (Gesgapegiag). À la fin du programme, ces étudiants seront mieux équipés pour trouver et conserver un emploi dans des emplois en service a la clientèle au sein de l'industrie du tourisme.

Emploi et Développement social Canada (EDSC) Programme de partenariats pour le développement social. Initiative de partenariat social 4 000 000 $ 2 077 856 $ 2 087 595 $

Les deux projets de l'initiative de partenariat social ont débuté en mai 2016 et comptent des résultats attendus uniques pour 2017-2018.

Les résultats escomptés du Quebec Community Groups Network (QCGN), pour 2017-2018, sont :

  • Établir la gouvernance, le cadre d'évaluation et les groupes de travail sur le mécanisme de mise en commun des connaissances du Fonds pour l'innovation communautaire (FIC);
  • Établir un processus transparent et ouvert de dépôt de propositions de projets;
  • Établir un cadre d'évaluation des projets communautaires;
  • Financer et de mener plusieurs projets communautaires;
  • Établir un mécanisme de mise en commun des connaissances;
  • Élaborer un outil sur les répercussions collectives des pratiques exemplaires.

Les résultats escomptés de la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC), pour 2017-2018, sont :

  • Mieux outiller les communautés francophones et acadiennes sur le plan financier pour faire face aux enjeux importants liés au développement social;
  • Développer ou de soutenir un ensemble d'initiatives qui intéressent une panoplie d'acteurs du secteur privé et qui favorisent des initiatives d'entrepreneuriat social générant des revenus importants pour le milieu associatif;
  • Mieux outiller les communautés et de les engager davantage dans des initiatives de développement social en milieu minoritaire;
  • Satisfaire les citoyens en milieu minoritaire à l'aide des services qui leur sont offerts par l'entremise des nouvelles initiatives;
  • Engager des partenaires beaucoup plus nombreux et variés participant dans le cadre de différentes initiatives de développement social;
  • Améliorer davantage la capacité du milieu associatif francophone et acadien, et de créer une plus grande synergie communautaire, pour ce qui est de répondre concrètement et efficacement à des enjeux importants liés à l'innovation et au développement social.

L'initiative de partenariat social relève du Programme de partenariat pour le développement social (PPDS) – Enfants et familles. Le financement est accordé à deux organismes intermédiaires qui sont très visibles et présents dans les CLOSM, à savoir la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) pour les communautés francophones en situation minoritaire et le Quebec Community Groups Network, (QCGN) pour les communautés anglophones en situation minoritaire. Grâce à de vastes partenariats, les deux organismes intermédiaires mettent en commun leur expertise pour financer des projets novateurs dans leurs collectivités.

Les deux organismes intermédiaires ont obtenu des résultats qui ont eu un grand impact dans leur CLOSM respective.

Le Quebec Community Groups Network (QCGN)

  • Le projet prévu (1,4 million de dollars sur 3 ans) vise à soutenir les organismes des communautés anglophones du Québec en les aidant à renforcer leur capacité à élaborer les questions sociales et à les outiller pour tisser de nouveaux partenariats.
  • Dans le cadre du projet, le QCGN a créé un Fonds d'innovation communautaire et a lancé un appel, ce qui a permis de financer 10 projets partout au Québec, y compris dans les collectivités rurales et éloignées comme les Cantons de l`Est et Grosse-Île aux Îles-de-la-Madeleine, afin d`améliorer l`employabilité ou assurer la sécurité socio-économique de base des jeunes vulnérables, des aînés/soignants ou des nouveaux arrivants dans les communautés anglophones du Québec.
  • Le QCGN a établi un partenariat avec Thinkr, groupe d'étudiants de la Faculté de gestion Desautels de l'Université McGill qui offre des services de consultation bénévoles en gestion et en stratégie aux bénéficiaires du Fonds d'innovation communautaire du QCGN.
  • Le QCGN a établi une communauté de pratique pour échanger sur les leçons apprises entre les communautés.
  • Le QCGN a obtenu un montant de 534 149 $ d`autres sources de financement depuis le début du projet.

La fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC)

  • La FAAFC (3,4 M$ sur 3 ans) appuie les projets d'innovation visant a offrir des services aux citoyens dans le cadre de l'objectif global de développement social des communautés francophones en situation minoritaire, tout en favorisant l'effet multiplicateur dans les communautés.
  • La FAAFC a continué d'appuyer les 29 projets financés en élaborant des stratégies, des outils et du matériel de formation pour épauler les organismes dans l'exploitation de la finance sociale et en favorisant le développement d'entreprises sociales dans leur collectivité.
  • Une évaluation du projet Ensemble pour le développement social des communautés francophones et acadiennes du Canada de la FAAC a révélé que l'approche intermédiaire a stimulé le travail intersectionnel en mettant en place des stratégies d'opérationnalisation efficaces, notamment :
    • des rencontres intersectorielles entre les quatre différents secteurs (femmes, aînées, parents et jeunes);
    • des paramètres établis pour le suivi et le soutien afin de faciliter le travail des sous-bénéficiaires sur le terrain.
  • De plus, l'investissement initial de 3,4 M$ par l'entreprise du PPDS-EF a permis d'obtenir des fonds de 3 532 765 $ auprès d'autres sources depuis le début du financement.
Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) Développement économique des collectivités Initiative de développement économique Coordonation d'IDE (Initiative de développement économique)) 1 600 000 $

380 000 $

Fonctionnement et entretien

355 971 $

Meilleure compréhension des enjeux économiques des CLOSM par :

  • 3 rencontres en personne pour poursuivre le dialogue avec les comités de suivi anglophones et francophones et discuter des questions ou des progrès liés aux CLOSM.
  • 6 études financées et/ou réalisées en collaboration avec des CLOSM anglophones et francophones, des organismes de développement régional et d'autres ministères afin d'approfondir la compréhension de questions liées à des domaines particuliers (tourismes, entrepreneuriat, développement des coopératives, etc.).

Un dialogue permanent sur les défis et progrès des CLOSM existe par la tenue de rencontres (4) avec les comités de suivi (francophone, anglophone).

Compréhension accrue des enjeux de développement économique des CLOSM par le ministère en menant des activités de consultations (3) sous forme d'ateliers, forum et « speed-dating ».

Compréhension approfondie des domaines particuliers liés aux CLOSM tels le commerce, le bilinguisme, le tourisme, l'intégration économique des jeunes et sur la transformation numérique, en réalisant des recherches ou analyses (8) en collaboration avec les CLOSM francophones et anglophones, les agences de développement régional et autres institutions fédérales.

Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE)

Initiative fédérale de développement économique dans le nord de l'Ontario (FedNor)

Développement économique des collectivités Initiative de développement économique (IDE) (pour le Programme de contribution de subvention de FedNor) 4 450 000 $ 1 090 000 $

876 338 $

subventions et contributions (FedNor)

Les entreprises et les organismes ciblés dans le Nord de l'Ontario attirent les investisseurs.

Les entreprises et les organismes ciblés dans le Nord de l'Ontario créent et conservent des emplois.

Grâce aux investissements de l'IDE, 15 projets visant le renforcement ou le développement des capacités de la communauté ou des entreprises francophones ont été réalisés dans le Nord de l'Ontario. Les projets ont permis l'agrandissement ou la modernisation de 23 entreprises, la création et le maintien de plus d'une trentaine de partenariats stratégiques dans la communauté francophone et la réalisation de 23 événements dans la région.

L'initiative a favorisé la création de 27 emplois équivalents temps plein dans le Nord de l'Ontario.

Effet de levier : un ratio de levier de 0,82 (valeur en dollars des investissements obtenus par dollar de programme déboursé)

Agence de développement économique Canada (DEC) pour les régions du Québec

Programme de développement économique du Québec (PDEQ)

Soutien ponctuel ou ciblé

Initiative de développement économique (IDE) 10 200 000 $ 2 370 000 $ 2 058 445 $

Résultat final attendu (P1.3 Renforcement de l'économie des collectivités) : Les collectivités du Québec ont une économie renforcée.

Résultat intermédiaire attendu (P1.3.3 Soutien ponctuel ou ciblé) : Les collectivités stabilisent ou renforcent leur économie.

Résultat final : Montant des investissements totaux générés dans les collectivités

  • La somme des coûts totaux des projets ayant été complétée en 2017-2018
  • Contribution de l'IDE au résultat du RMR 2017-2018 : 4 563 195 $

Résultat intermédiaire : Nombre des collectivités appuyées qui bénéficient d'un soutien ponctuel ou ciblé

  • Le nombre de collectivités uniques ayant reçu une aide financière en 2017-2018
  • Contribution de l'IDE au résultat du RMR 2017-2108 : 21 collectivités

Le financement octroyé par le biais de l'IDE agit comme levier pour générer des investissements de plus grande envergure contribuant au renforcement de l'économie de la communauté d'expression anglaise du Québec. Entre autres, plusieurs projets appuyés par l'IDE ont permis de développer le secteur du tourisme dans certaines communautés du Québec.

Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) Développement des collectivités Initiative de développement économique (IDE) 6 200 000 $ 1 330 000 $ 2 258 049 $ La promotion de l'initiative de développement économique de la Feuille de route se poursuivra dans les CLOSM dans la région de l'Atlantique par l'appui financier de projets et l'établissement de partenariats.

Pour l'exercice 2017-2018, 15 nouveaux projets ont été approuvés. Voici des exemples de projets dans chacune des provinces :

  • Au Nouveau-Brunswick (N.-B.), le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CENB) a reçu la somme de 57 855 $ de l'APECA dans le cadre de l'lDE afin d'organiser un forum pour les jeunes entrepreneurs en novembre 2017. En 2014, le CENB a lancé le forum sur la sensibilisation des PME destiné aux étudiants inscrits à des programmes d'études postsecondaires, universitaires ou collégiales, et ce, dans tous les domaines, toutes les facultés et toutes les écoles. Les activités étaient offertes entièrement en français et présentaient aux participants la possibilité de choisir l'entrepreneuriat comme carrière éventuelle. Le plus récent forum (4e édition) a eu lieu à Moncton et présentait des conférences d'entrepreneurs, des ateliers, et des kiosques d'informations sur comment démarrer une entreprise. Le forum était présenté selon le même modèle visant à favoriser I'entrepreneuriat et à offrir des possibilités de réseautage aux jeunes francophones de toute la province. Il convient de noter que ce projet a reçu un appui important des entreprises locales, lesquelles ont contribué financièrement au projet. Plus de 200 personnes provenant des provinces atlantiques ont participé à l'événement, notamment 100 étudiants francophones.
  • En Nouvelle-Écosse (N.-É.), I' APECA a approuvé un financement de 267 000 $ dans le cadre de l'lDE pour appuyer Ulnooweg Development Group lncorporated dans une activité de célébration du 150e anniversaire de la Confédération présentée en août 2017 sur le lieu historique national de Grand-Pré. Cette célébration mettait au premier plan le lien historique entre deux cultures, soit les Micmacs et les Acadiens. « Grand-Pré 2017 – Un rassemblement de paix et d'amitié du peuple micmac et du peuple acadien » célébrait la relation entamée depuis plus de 400 ans, laquelle était essentielle à l'édification du Canada. La célébration comprenait une série d'activités culturelles et éducatives présentées pendant quatre jours. Elle représentait une étape franchie dans le processus de réconciliation entre le Canada et ses Premières Nations. Misant sur le succès de cette activité, des discussions sont actuellement en cours entre la Société Promotion Grand-Pré et la Première Nation Glooscap pour présenter une fois par année, au mois d'août, une fin de semaine marquant la relation historique entre le peuple micmac et le peuple acadien.
  • À l'Île-du-Prince-Édouard (î.-P.-É.), le Réseau de développement et d'employabilité de l'Île-du-Prince-Édouard (RDÉE î.-P.-É.) a offert son projet ciblant les jeunes et nouveaux entrepreneurs de la communauté francophone et acadienne qui désirent lancer ou développer leurs idées d'affaires. Les participants ont pris part à des ateliers visant à perfectionner leurs compétences entrepreneuriales; il s'agissait plus particulièrement d'aider les participants à préparer et à présenter leur projet d'affaires. Les participants ont cherché à vendre leur projet d'affaires à un jury, selon une formule semblable à celle de l'émission Dans l'œil du dragon de Radio-Canada. Les séances de présentation comprenaient une étape de présélection, suivie de la compétition finale entre les finalistes. L'objectif du projet était d'appuyer la création de quatre entreprises dans la communauté francophone et acadienne de l'Î.-P.-É. En raison du succès du projet, la Province de l'Île-du-Prince-Édouard a convenu d'attribuer un des cinq investissements annuels de 25 000 $ de son programme lgnition au concours de 2019, permettant ainsi aux concurrents de faire leur présentation en français. Le projet a été approuvé par I' APECA pour une contribution de 10 500 $ dans le cadre de l'IDE.
Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario (FedDev Ontario) Développement économique communautaire - CLOSM Développement économique communautaire - CLOSM 4 450 000 $ 1 074 050 $ 979 612$

À travers des projets variés dans le cadre de l'initiative de développement économique, FedDev Ontario continuera de consulter les CLOSM en 2017-2018 afin de déterminer les défis nouveaux et émergents auxquels font face les communautés francophones.

Les projets régionaux en place impliquant de nouveaux intervenants feront en sorte que les entrepreneurs aient accès nécessaires au capital pour aider au lancement de leurs entreprises, et ils fourniront à la jeunesse des possibilités de développer de nouvelles expériences pratiques dans le cadre de stages dans des organismes et des entreprises francophones.

En 2017-2018, les projets pluriannuels financés sous l'initiative de développement économique de FedDev Ontario ont pris fin. Au cours de cette dernière année, une contribution financière totalisant 979 612 $ a été versée pour soutenir des projets appuyant le développement des CLOSM. Les projets financés par l'Initiative devaient se terminer le 31 décembre 2017. Toutefois, afin d'assurer la réussite des projets, une prolongation jusqu'au 31 mars, 2018 a été accordée. Durant cette période, le projet de jeunes stagiaires a appuyé l'embauche additionnelle de 10 jeunes francophones pour un total de 63 jeunes qui ont pu acquérir une expérience de travail en français.

De plus, en surplus du financement d'origine alloué, la Cité a reçu un financement supplémentaire afin de développer sept projets de collaboration de la recherche appliquée et élargir l'offre de services de sa plateforme de formation professionnelle en ligne pour y ajouter 5 nouveaux modules ainsi que d'y introduire une fonctionnalité interactive pour les discussions en lignes. Les résultats totaux du projet (à travers les 4 ans de soutien financier) avec La Cité ont permis le développement de 90 modules de formation sur le site Web OFFRE.com, avec 191 entrepreneurs abonnés au site.

Diversification de l'économie de l'Ouest Canada (DEO)

Développement des entreprises et innovation

Croissance économique des collectivités

Initiative de développement économique (IDE) 3 200 000 $ 740 000 $ 736 463$ Renforcer l'innovation, l'entrepreneuriat, les partenariats et la diversification dans les communautés minoritaires de langues officielles de l'Ouest.

Les résultats suivants obtenus en 2017-2018 ont contribué au renforcement de l'innovation, de l'entrepreneuriat et de la diversification dans les CLOSM de l'Ouest (résultat attendu pour 2017-2018 tel qu'indiqué dans le Plan ministériel 2017-2018 de PCH) :

  • Développement des entreprises et innovation :
    • Nombre d'entreprises créées, maintenues ou agrandies – 92
    • Nombre de services consultatifs fournis aux entreprises – 592
  • Croissance économique des collectivités :
    • Nombre de collectivités ayant tiré des avantages – 166 (cible* - 4)
    • Nombre de partenariats – 76
    • Valeur des projets communautaires – 35 788 353 $ (cible* : 1 400 000 $)
    • Valeur des avantages découlant des projets communautaires – 299 258 $ (cible* : 700 000 $)

*cible tel qu'indiqué dans le Plan ministériel 2017-2018 de PCH

Les objectifs pour 2017-2018 en ce qui a trait au nombre de collectivités auxquelles ont profité les projets de Croissance économique des collectivités et à la valeur des projets communautaires ont été largement dépassés, soit respectivement de plus de 4 000 pour cent et de plus de 2 400 pour cent. Cela est attribuable à un seul projet, Éco-Ouest, dont la majorité des résultats a été communiquée une fois celui-ci terminé. L'effet de levier produit par le projet Éco-Ouest s'est révélé moins important que prévu.

Mis en œuvre dans l'Ouest canadien, le projet Éco-Ouest du Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba (CDEM) a produit des résultats en ce qui a trait au traitement des déchets municipaux, à la gestion de la biomasse, aux inventaires des gaz à effet de serre et aux plans énergétiques des collectivités. Malheureusement, le CDEM a retardé ses projets d'un an en raison des retards de financement provenant d'autres sources et du temps nécessaire aux municipalités pour voir son potentiel et pour commencer à investir dans des projets écologiques. Un grand nombre de projets municipaux importants se sont concrétisés lors de la dernière année de production de rapports, ce qui explique la forte augmentation de la valeur des projets en 2017-2018. Une grande partie du financement à effet de levier a été transférée directement aux municipalités plutôt qu'au CDEM, ce qui explique la diminution du financement à effet de levier.

Agence canadienne de développement économique du Nord (CanNor)

Développement économique

Développement des entreprises

Initiative de développement économique (IDE) 400 000 $ 80 000 $ 80 000 $ L'association franco-yukonnaise a reçu de CanNor des fonds de l'IDE pour un projet de 3 ans qui se termine en 2017-2018. Les résultats du projet appuieront la définition de paramètres d'intervention pour attirer les francophones bilingues dans le Nord canadien et les encourager à y rester, et ce, pour remédier à la pénurie de travailleurs dans certains secteurs. CanNor a accordé un financement de 240 000 $ en vertu de l'IDE pour une période de trois ans débutant en 2015-2016 à l'Association franco-yukonnaise (AFY), pour un projet panterritorial visant le recrutement et la rétention d'une main-d'œuvre bilingue, un enjeu important pour le Nord. Ce projet met l'accent sur le recrutement et le maintien d'effectifs bilingues dans le Nord. En 2017-18, le projet a entraîné un renforcement des personnes et des communautés francophones dans le Nord du Canada. Le projet a également permis d'élaborer des outils de recrutement qui ont été utilisés pour promouvoir l'emploi dans le Nord dans le cadre de salons de l'emploi au Canada et à l'étranger.
Total 1 124 037 385 $ 226 245 259 $ 219 106 028 $ - -

* Dans le cadre de la Feuille de route 2013-2018, le gouvernement du Canada, par l'entremise d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, investira 29,4 millions de dollars pour l'initiative « Immigration vers les CLOSM ». Il y a un écart de 100 000 $ entre ce montant et le montant du financement d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada annoncé dans le document public de la Feuille de route 2013-2018 en mars 2013. Cette modification a été apportée à la suite d'une révision budgétaire et n'aura aucune incidence sur la capacité d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada d'offrir ses services aux CLOSM, conformément à la Feuille de route 2013-2018. Le même appui sera offert et les mêmes résultats seront atteints.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :