Équipe Mills

Membres de l’équipe

Karen Mills, Direction artistique, Public Art Management
Ben Mills, Direction artistique, Public Art Management
Silvano Tardella, Architecte paysagiste, NAK Design Strategies
Robert M. S. Ng, Architecte paysagiste, NAK Design Strategies
Vong Phaophanit, Artiste, Vong Phaophanit + Claire Oboussier Studio
Claire Oboussier, Artiste, Vong Phaophanit + Claire Oboussier Studio

Esprit du design

Une stèle en bronze sous forme de rideau perméable légèrement ondulé, imitant un mouvement solennel dans le paysage, représente l’image centrale de notre proposition. À distance, les monolithes triangulés forment une identité collective; cependant de près, elles révèlent des surfaces individuellement finies évoquant les histoires et les expériences de différents groupes de réfugiés. Leur forme trilatérale suggère le mouvement vers l’avant à partir de plusieurs provenances et vers de multiples destinations.

Cette œuvre introduit un jeu de niveaux, de panoramas ainsi que l’expérience d’un voyage; la linéarité de sa forme est atténuée par deux ports aménagés de chaque côté. Ces espaces suscitent un sentiment d’arrivée ainsi que de refuge – à partir de l’abri, l’observateur se sent protégé et a une impression d’appartenance. Cette configuration permet à l’observateur d’engager à la fois un sens de perte et d’appartenance, d’un voyage et d’une arrivée, caractérisant probablement l’identité et le paysage intérieur du réfugié arrivant au Canada.

Transcription de Monument aux victimes du communisme : Vidéo - Équipe Mills

Cette vidéo est bilingue, la narration est en français et en anglais.

Les éléments visuels décrits dans la vidéo sont en animation 3D.

[Texte à l’écran (traduit de l’anglais au français) : Monument aux victimes du communisme]

[Artistes Vong Phaophanit et Claire Obussier assis dans leur studio]

Claire Obussier (artiste) : « Beaucoup de nos travaux ont exploré et pris en compte la position de l’autre. »

Vong Phaophanit (artiste) : « Étant moi-même réfugié d’origine laotienne, j’aimerais donc à travers ce projet insérer une complexité de ce phénomène : ce qu’est être réfugié. »

[Vue aérienne du lieu commémoratif dans le Jardin des provinces et des territoires]

Vong Phaophanit : « Le travail que nous proposons consiste en une structure linéaire et comporte des choses comme des colonnes [qui] sont de différentes tailles, c’est-à-dire, différentes hauteurs et différentes largeurs. Ce sont des colonnes qui ont toutes les formes triangulaires, et le matériel de base est du fer avec des finitions bronze. »

[Vues de la conception proposée présentant 59 colonnes de forme triangulaire et élancées de 1,8 à 3,5 mètres de haut avec un fini bronze brillant. Les colonnes sont groupées sur une plinthe en béton placée sur une surface de 23 sur 3 mètres et entourées de quatre bancs courbés et droits en béton]

[Des visiteurs sont montrés en train de traverser les lieux, de regarder le monument et la mosaïque de noms, ou encore, assis sur les bancs]

Claire Obussier : « La linéarité du champ de colonnes est adoucie par ces deux espaces semi-circulaires que nous appelons des « havres ». Ils offrent des espaces de réflexion, de méditation et ils créent un sentiment d’abri et de refuge. »

[Vues du lieu commémoratif illuminé la nuit montrant les espaces des « havres » entre les colonnes et les bancs qui les entourent]

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :