Fête du Dominion

Origine et célébration spéciale

Proclamation ordonnant la célébration du 1er juillet :
le 20 juin 1868, le gouverneur général, lord Monck, enjoignait à tous les sujets de Sa Majesté, partout au Canada, de célébrer ensemble l'anniversaire de la formation de la Puissance du Canada, le 1er juillet 1868. Cette proclamation, dont le texte est cité plus bas, fut publiée dans La Gazette du Canada, le samedi 20 juin 1868.
Acte concernant le jour anniversaire de la Confédération, 1879 :
le 15 mai 1879, la sanction royale fut donnée à « l'Acte concernant le jour anniversaire de la Confédération ».

Le texte français de « l'Acte pour faire du premier juillet un jour de fête publique sous le nom de jour anniversaire de la Confédération » figure en annexe.

Ci-joint également, quelques extraits des reportages parus dans les journaux, ou l'on apprend que des citadins ont profité du 1er juillet 1879 pour fuir les villes, aussi bien Ottawa, que Toronto et Québec, et que la journée n'a été marquée par aucune célébration publique.

Proclamation concernant la célébration du 50e anniversaire :
le 16 juin 1917, le Gouverneur général, le duc de Devonshire, délivra une proclamation visant à consacrer le lundi 2 juillet 1917 à une célébration spéciale du 50 eanniversaire de la Confédération. Le texte français de cette proclamation est annexé.

Sont cités en même temps quelques passages des reportages parus dans la presse à propos des célébrations tenues sur la Colline du Parlement et à l'abbaye de Westminster le lundi 2 juillet 1917.

Loi du jubilé de diamant de la Confédération, 1927 - Constitution en corporation du Comité national :
le 18 février 1927, la sanction royale fut donnée à une loi visant à constituer en corporation un Comité national pour la célébration du jubilé de diamant de la Confédération - 17 Georges V, Chap. 6. Cette loi est intitulée Loi constituant en corporation un Comité national pour la célébration du jubilé de diamant de la Confédération.

Le Comité, surnommée « corporation », comprenait environ soixante-dix membres, dont le gouverneur général et sa femme, les lieutenants-gouverneurs des provinces, le premier ministre du Canada et sept membres du Cabinet (autres que le secrétaire d'État), le juge en chef, plusieurs membres du Conseil privé y compris l'ancien premier ministre, les présidents des deux chambres, le chef de l'Opposition, les premiers ministres de toutes les provinces, plusieurs sénateurs et le chef de l'Opposition au Sénat, le greffier du Conseil privé, le sous-secrétaire d'État, l'archiviste du Dominion, le sous-secrétaire d'État aux Affaires extérieures et les dirigeants d'un certain nombre d'organismes : National Council of Women, Trades and Labour Congress, United Farmers of Alberta, IODE, Association du Barreau, Commission des champs de bataille nationaux, la Légion canadienne, etc.

Les objectifs de la « corporation » étaient de prendre et d'exécuter les arrangements nécessaires, en coopération avec les provinces et d'autres entités, afin d'assurer la célébration du soixantième anniversaire de la formation du Dominion du Canada, et d'administrer et de répartir une subvention de 250 000$ . Un comité exécutif s'occupait d'en expédier les affaires courantes; le secrétaire d'État du Canada convoqua la première réunion des membres de ce comité.

Célébration de 1927 dans l'ensemble du Canada :
Le Comité national fit paraître une brochure intitulée « Order of Proceedings » concernant la tenue, le 3 juillet, d'une action de grâces nationale par le peuple du Canada. Il y était suggéré aux comités locaux de tout le Canada d'organiser une cérémonie religieuse à 14 h 30 (compte tenu des fuseaux horaires), sous la présidence du lieutenant-gouverneur, d'un maire ou d'un autre dignitaire de haut rang. C'est le premier ministre, le très honorable William Lyon Mackenzie King, d'allégeance presbytérienne, qui avait fait publier cette brochure; elle fut jugée contraire aux règles de l'Église catholique.

Le Comité publia une brochure de quarante-huit pages, illustrée en couleurs, qui contenait des suggestions de reconstitutions, de chars allégoriques et de tableaux vivants à caractère historique.

La Confédération à Ottawa en 1927 :
Le Comité national organisa le programme des festivités. La première cérémonie, qui eut lieu à 11 h le 1er juillet 1927, fut la pose de la pierre angulaire de l'édifice de la Confédération, situé à l'angle des rues Bank et Wellington, par le gouverneur général. Suivirent l'inauguration du carillon de la tour de la Paix, la plantation des érables de la Confédération sur la Colline du Parlement et, dans l'après-midi, les allocutions du gouverneur général, du premier ministre et du chef de l'Opposition, ainsi que des descendants des Pères de la Confédération, le tout entrecoupé de chants présentés par un choeur du centenaire et des écoliers. Au cours de la soirée du 1er juillet, le Comité national offrit un très grand banquet dans le palais du Parlement. Un défilé de reconstitutions historiques avait précédé.

Extraits de La Gazette du Canada et du Citizen au sujet de la fête du dominion...

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :