Membres du Comité d’experts chargé des droits de la personne

Le Comité d'experts chargé des droits de la personne est composé de 7 membres, soit :

Biographies

Adelle Blackett

Adelle Blackett, Ad. E., est professeure de droit et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit transnational du travail et développement à l’Université McGill. Elle a également été boursière de la Fondation Pierre Elliott-Trudeau en 2016, en plus d’avoir déjà obtenu la bourse nationale Bora-Laskin de recherche sur les droits de la personne du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Ancienne fonctionnaire auprès de l’Organisation internationale du Travail (OIT) à Genève, la professeure Blackett a aussi agi à titre d’experte de l’organisation dans le cadre de l’élaboration des normes internationales du travail sur le travail décent des travailleuses et travailleurs domestiques, menant à la Convention n° 189 et de la Recommandation n° 201 de l’OIT, et d’un processus de réforme du code du travail haïtien. La professeure Blackett a été unanimement nommée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse par l’Assemblée nationale du Québec, et y a siégé à titre de commissaire à temps partiel de 2009 à 2016.. Diplômée de l’Université McGill en droit civil et en common law, elle détient également un doctorat en droit de l’Université Columbia en plus d’être membre du Barreau de l’Ontario et du Barreau du Québec (qui lui a décerné le Mérite Christine Tourigny et la distinction d’Avocate émérite en 2014).

Larry Chartrand

Le professeur Larry Chartrand est né dans la région des prairies canadiennes et est un fier citoyen de la nation métisse. Il est le directeur des études du Wiyasiwewin Mikiwahp Native Law Centre de l’Université de la Saskatchewan et est présentement en congé de la faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Il est titulaire d’un baccalauréat en éducation de l’Université de l’Alberta, d’un baccalauréat en droit de la faculté de droit d’Osgood Hall et d’une maîtrise en droit de l’Université Queen’s. Il a été directeur du programme d’autonomie gouvernementale autochtone de l’Université de Winnipeg de 2004 à 2007. En 1998, il a été conseiller métis auprès du Comité sénatorial permanent des peuples autochtones. De 1991 à 1994, il a été directeur du programme de droit autochtone à la faculté de droit de l’Université de l’Alberta.

Les intérêts de recherche du professeur Chartrand comprennent le droit autochtone et le droit constitutionnel, en particulier les droits des Métis et la législation sur les peuples autochtones. Il est actuellement le chercheur principal récipiendaire d’une importante subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour entreprendre des recherches sur les traités métis au Canada.

En 2017, le professeur Chartrand a reçu la Médaille du Barreau du Haut-Canada en reconnaissance de services exceptionnels rendus conformément aux idéaux les plus élevés de la profession juridique.

Catherine Dauvergne

Catherine Dauvergne est la huitième doyenne de la faculté de droit Peter A. Allard. La professeure Dauvergne travaille dans le domaine du droit des réfugiés, de l’immigration et de la citoyenneté depuis plus de 25 ans. Elle a été titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit migratoire pendant une décennie. En 2012, Mme Dauvergne a été nommée membre de la Fondation Trudeau en reconnaissance de sa contribution au discours public au Canada. Elle est l’auteure de trois ouvrages qui présentent une vue d’ensemble des fondements théoriques de ces domaines du droit, notamment sur la façon dont les principes et les discours sur les droits de la personne s’inscrivent dans un cadre de migration et de citoyenneté. Mme Dauvergne a également dirigé ou coécrit quatre autres volumes, dont le recueil de jurisprudence en droit de l’immigration et des réfugiés du Canada. Une grande partie du travail de Mme Dauvergne porte sur la critique féministe du droit et la place des femmes dans les lois sur l’immigration, les réfugiés et la citoyenneté. Elle collabore actuellement avec ses collègues Ben Goold et Efrat Arbel dans le cadre du projet Finding a Place for Rights : An Independent Evaluation of the Impact of the Beyond the Border Initiative on Human Rights at the Canada-US Border, financé par le CRSH.

Lucie Lamarche

Lucie Lamarche (Barreau du Québec 1978 ; Doctorat en droit international de l’Université libre de Bruxelles 1994) est professeure au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal et professeure associée à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa. Elle est récipiendaire du Fellowship postdoctoral Jean Monnet (1998), du Mérite Christine Tourigny pour la justice sociale du Barreau du Québec (2002), du Mérite de la Centrale des syndicats du Québec (2006) et du Prix Pierre Dansereau pour l’engagement social d’un chercheur (Association canadienne française pour l’avancement des savoirs (ACFAS) (2016)). Depuis 2016, elle est membre de la Société royale du Canada. De 2007 à 2013, elle a, à titre de titulaire de la Chaire Gordon F. Henderson, dirigé le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de l’Université d’Ottawa. Lucie Lamarche est aussi administratrice de la Ligue des droits et libertés de la personne du Québec.

Joanne St. Lewis

Joanne St. Lewis est professeure de droit à la Section de common law à l’Université d’Ottawa. Ses domaines actuels de recherche comprennent la justice sociale, la diffamation numérique et les communautés de justice sociale ; la violence sexuelle et le harcèlement en ligne ; et les questions de profilage racial et de politiques relatives au terrorisme. Elle a été nommée à une table ronde d’experts sur les contrôles policiers de routine arbitraire formée dans le but de conseiller le Collège de police de l’Ontario en 2016. Elle est membre du comité consultatif de la Commission du droit de l’Ontario sur la diffamation à l’ère d’Internet/Defamation in the Age of the Internet. Elle est également membre du Comité consultatif sur les questions concernant les communautés racialisées d’Aide juridique Ontario. Elle est régulièrement invitée à donner des cours à la University of Southern California CREATE Homeland Security Center of Excellence, Executive Program on Counter-Terrorism.

Joanne est la première femme noire à avoir été élue conseillère du Barreau du Haut-Canada (2001-2009 ; 2015-2016), au cours de ses 221 années d’existence. Elle a dirigé la création de groupes de travail sur les questions autochtones, les droits des personnes handicapées et les services en français ainsi que le projet sur la rétention des femmes dans la profession juridique dans le cadre de son mandat à titre de présidente du Comité sur l’équité et les affaires autochtones. Elle a également assumé la présidence du Groupe de surveillance des droits de la personne.

Yvonne Peters

Yvonne Peters a pratiqué le droit en matière de droits de la personne à Winnipeg pendant 30 ans. Elle a été membre du conseil des commissaires de la Commission des droits de la personne du Manitoba de 2001 à 2017. Elle a été présidente de ce conseil de 2014 à 2017.

Mme Peters s’implique au sein de la communauté canadienne des droits des personnes ayant de multiples handicaps et a agi à titre de conseillère juridique dans des causes types sur les droits des personnes handicapées. Elle a joué un rôle de premier plan en ce qui a trait à la réglementation de la profession de sage-femme au Manitoba et a été gestionnaire de projet pour la création d’un centre de naissance autonome à Winnipeg. Mme Peters est actuellement présidente du Legal Help Centre de Winnipeg en plus d’être membre du conseil d’administration du festival folk de Winnipeg.

Brenda Young

Brenda Young est une fière Anishinaabe-Kwe qui chérit son privilège d'être une maman. Au fil des ans, sa passion pour la lutte contre les inégalités l’a mené à œuvrer au sein de conseil d’administration et de comités qui sont engagé pleinement dans les relations interraciales, la lutte contre l’intimidation, la santé mentale et les enjeux des femmes. Elle continue de siéger au comité consultatif sur les questions autochtones d'Aide juridique Ontario, au groupe consultatif sur l'équité du Barreau ontarien, et est membre à temps partiel du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario.

En tant qu'avocate, Brenda a consacré sa carrière à la compréhension des droits de la personne et à la recherche de solutions respectueuses de ces droits. Elle a examiné les systèmes de défense des droits de la personne dans les forums provinciaux, nationaux et internationaux. Elle a participé en tant que membre autochtone au Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et a également été récipiendaire de la bourse de leadership communautaire en justice de la Fondation du droit de l'Ontario.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :