Des groupes autochtones, la communauté scientifique, l’industrie maritime et des partenaires gouvernementaux ont fait des progrès dans la protection des épaulards en voie de disparition

Communiqué de presse

Vancouver (Colombie-Britannique) -- Aujourd’hui marque la clôture du symposium sur les épaulards résidents du Sud, qui s’est déroulé à Vancouver. Le Symposium a permis de réunir des groupes autochtones, des scientifiques, des représentants de l’industrie maritime et des partenaires gouvernementaux, dont les États-Unis, pour traiter des défis auxquels font face cette population d’épaulards.

L’épaulard résident du Sud est inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada, et est confronté à des défis liés à la raréfaction des proies, à la pollution par le bruit, et aux contaminants marins. Le gouvernement du Canada s’est résolument engagé à protéger et à rétablir la population d’épaulards résidents du Sud, qui est une espèce emblématique de la côte Ouest du Canada, et une espèce qui a une importante valeur culturelle pour les peuples autochtones et les Premières Nations.

En novembre dernier, le premier ministre Justin Trudeau a lancé à l’échelle nationale le Plan de protection des océans, doté d'un financement de 1,5 milliard de dollars. Cet investissement historique est destiné à mettre sur pied un système de sécurité maritime de classe mondiale qui crée des opportunités économiques pour les Canadiens, tout en préservant l’intégrité de nos côtes et de nos écosystèmes marins.

Dans le cadre important du Plan de protection des océans, et à la suite de plusieurs mois de travail scientifique et de consultations publiques, les participants au symposium sur les épaulards résidents du Sud ont travaillé ensemble pour accroître une meilleure compréhension des menaces auxquelles est confrontée cette population de baleines, et pour évaluer l’efficacité des solutions proposées pour leur rétablissement.

Il a résulté des discussions plusieurs suggestions bien concrètes auxquelles le gouvernement peut donner suite avec l’aide de ses partenaires, en vue d’aller au-delà de la simple atténuation, pour cibler la stabilisation et l’amélioration de la population. Alors que de nombreux points de vue très variés ont été entendus au cours du symposium, un consensus très fort a été obtenu sur ce qui suit :

  • Nous devons continuer sans relâche à chercher à inclure le savoir traditionnel et l’expertise des peuples autochtones et des Premières Nations, alors que nous œuvrons en partenariat pour répondre aux défis auxquels sont confrontés les épaulards résidents du Sud.
  • Dans tous les secteurs clés liés à la survie, à la protection et au rétablissement de cette espèce emblématique, il est indispensable d’élaborer des solutions novatrices et à court terme que l’on mettra en œuvre dans les domaines de l’atténuation du bruit, de la disponibilité des espèces-proies et des contaminants.
  • Nous devons envisager d’autres mesures de protection temporelles et spatiales pour l’habitat des épaulards résidents du Sud et de leurs proies.
  • Nous devons poursuivre notre collaboration étroite avec nos partenaires nationaux et internationaux, en vue d’explorer les options visant à réduire le bruit des navires et les contaminants qui menacent les épaulards résidents du Sud.
  • Nous devons collaborer étroitement avec les États-Unis pour concrétiser des mesures de protection des épaulards résidents du Sud.
  • Nous devons améliorer la surveillance de la population des épaulards résidents du Sud.

Le gouvernement du Canada compte publier dans les trois prochains mois un résumé de ce qui a été évoqué durant le symposium. Tout en poursuivant notre engagement à agir en vue de réduire les effets négatifs des contaminants sur les épaulards résidents du Sud, à améliorer leur accès à un approvisionnement adéquat en nourriture, et à réduire les niveaux du bruit sous-marin dans leur habitat, nous allons tracer la voie pour prendre immédiatement les mesures qui sont essentielles, puis prévoir celles qui seront prises à long terme.

Le gouvernement du Canada est impatient de collaborer avec tous les secteurs en vue de protéger et de rétablir la population d’épaulards résidents du Sud.


Citations

« Notre gouvernement s’est engagé à protéger et à rétablir la population d’épaulards résidents du Sud; cependant, nous n’y parviendrons pas tout seuls. L’esprit de collaboration dont on a tous fait preuve au cours de ces derniers jours durant ce symposium est pour le moins encourageant, et aura une incidence directe sur tous nos efforts conjugués visant à protéger cette espèce emblématique. Notre gouvernement est prêt à prendre des mesures concrètes pour protéger les épaulards résidents du Sud. »

L’honorable Dominic LeBlanc, C.P., c.r., député, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« Le Plan de protection des océans du Canada constitue un engagement sans précédent qui permettra de protéger nos côtes et nos voies navigables, tout en améliorant les conditions pour les mammifères marins. Transports Canada est heureux de collaborer avec des intervenants canadiens spécialistes des milieux marins pour mener des études plus poussées sur la pollution sonore marine et sur ses éventuels effets négatifs sur les mammifères marins, y compris sur l’épaulard résident du Sud. »

L’honorable Marc Garneau, ministre des Transports

« L’épaulard résident du Sud fascine les Britanno-Colombiens et est devenu un symbole puissant pour la Colombie-Britannique. Les points de vue fournis et les recommandations dont ont fait part les participants du symposium de cette semaine, seront extrêmement utiles pour permettre de concrétiser les voies scientifiques, réfléchies, novatrices et créatives, afin d’assurer la protection et le rétablissement de cette espèce emblématique. En tant que représentants du gouvernement, nous sommes résolument engagés à collaborer pour protéger et améliorer la biodiversité du Canada. Ce symposium a tout simplement reflété cet engagement. »

Jonathan Wilkinson, secrétaire parlementaire de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Laura Gareau
Attachée de presse
Cabinet du ministre
Pêches et Océans Canada
613-992-3474
Laura.Gareau@dfo-mpo.gc.ca

Relations avec les médias
Transports Canada
Ottawa
613-993-0055
media@tc.gc.ca

Delphine Denis
Attachée de presse
Cabinet de l’honorable Marc Garneau
Ministre des Transports
Ottawa
613-991-0700
Delphine.Denis@tc.gc.ca  

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)

Marie-Pascale Des Rosiers
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Environnement
et du Changement climatique
613-462-5473

Internet :

 Aimez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Twitter!


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :