Le gouvernement du Canada poursuit son action sans précédent pour aider les épaulards résidents du Sud et du Nord

Communiqué de presse

Le 5 septembre 2018                

Ottawa, Ontario - Les épaulards résidents du Sud et du Nord du Canada sont d’importance cruciale pour maintenir la biodiversité dans les eaux du Pacifique, et ont une signification bien spéciale ainsi qu’une valeur culturelle pour beaucoup de Canadiens. Le gouvernement du Canada se consacre entièrement au rétablissement de ces baleines.

Le gouvernement a déjà pris et continuera de prendre d’importantes mesures pour aider ces baleines emblématiques. Au cours de l’an passé, nous avons apporté un soutien au moyen du Plan de protection des océans du Canada d’1,5 milliard de dollars et de la nouvelle initiative de protection des baleines de 167 millions de dollars qui vient d’être lancée.

Le gouvernement du Canada prend des mesures immédiates et exhaustives pour encourager le rétablissement des baleines du Canada, notamment :

  • en réduisant les pêches du saumon quinnat pour accroître cette source de nourriture à la fois pour les épaulards résidents du Sud et du Nord,
  • en accroissant le nombre des agents des pêches sur l’eau en vue de veiller à la conformité,
  • en exigeant que soit respectée une distance d’approche minimale de 200 mètres de toute population d’épaulards en C.-B. et dans l’océan Pacifique,
  • en installant des hydrophones sous-marins dans la mer des Salish pour mieux comprendre les niveaux de bruit et leurs répercussions sur les épaulards résidents du Sud,
  • en nous associant au programme ECHO (Enhancing Cetacean Habitat and Observation) de l’administration portuaire de Vancouver-Fraser, pour la mise en œuvre d’un ralentissement volontaire des navires dans le détroit de Haro (où évoluent les épaulards résidents du Sud), pour réduire le niveau des bruits sous-marins causés par les navires qui utilisent ce port, avec un taux de participation actuel établi à 88 %,
  • en augmentant les patrouilles de surveillance aérienne dans le cadre du Programme de surveillance aérienne nationale de Transports Canada,
  • en conduisant des travaux de recherche supplémentaires sur les contaminants, et le bruit causé par le trafic du transport maritime, à la fois pour les épaulards résidents du Sud et du Nord,
  • en collaborant avec les représentants de l’industrie du transport maritime, les partenaires des États-Unis, et les peuples autochtones, pour élaborer et mettre en œuvre une mise à l’essai lors de laquelle on demanderait aux navires de ne pas s’approcher des aires d’alimentation clés des épaulards résidents du Sud, en se déplaçant plus vers le sud des routes maritimes existantes dans le détroit de Juan de Fuca,
  • en travaillant avec la société BC Ferries pour mettre sur pied un plan de gestion du bruit en vue de réduire le bruit sous-marin causé par leur flotte, incluant des engagements à acquérir des navires moins bruyants,
  • en augmentant la recherche, en renforçant les contrôles réglementaires, et en améliorant l’application de la réglementation environnementale pour réduire les contaminants qui menacent les baleines.

La protection des espèces en péril est une responsabilité partagée par tous les Canadiens, et le gouvernement du Canada est résolument engagé à travailler avec ses partenaires provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les représentants de l’industrie et les groupes environnementaux, de même qu’avec tous les Canadiens, pour mettre en œuvre la Loi sur les espèces en péril (LEP).

C’est pourquoi l’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, invite les Canadiens à partager leur avis sur la proposition d’une stratégie modifiée de rétablissement pour les épaulards résidents du Sud et du Nord du Canada.

Les changements proposés mettent l’accent sur des mises à jour de l’habitat essentiel – des endroits géographiques spécifiques et des conditions nécessaires à la survie et au rétablissement d’une espèce. La stratégie modifiée de rétablissement proposée comprend la désignation de deux nouvelles zones d’habitat essential ─ une se situant au large de la côte du sud-ouest de l’île de Vancouver, incluant les bancs de Swiftsure et de La Pérouse (de grande importance à la fois pour les épaulards résidents du Nord et ceux du Sud); et une autre se situant dans l’entrée Dixon, le long de la côte nord de l’île Graham, à partir de Langara jusqu’à Rose Spit (de grande importance pour les épaulards résidents du Nord).

Les Canadiens peuvent fournir leurs commentaires pendant une période de commentaires publics sur le plan national d’une durée de 60 jours et ce, jusqu’au 3 novembre 2018.

Pêches et Océans Canada mobilisera également les intervenants clés et les groupes autochtones, pour leur fournir les renseignements appropriés visant à soutenir les éventuels commentaires qu’ils souhaiteraient faire partager.

Nous travaillons de manière active en vue de protéger les espèces en péril grâce à l’élaboration de voies d’accès qui reconnaissent et s’évertuent à faciliter les importants intérêts commerciaux et récréatifs.

Citations

« En tant que Britanno-Colombien, je sais à quel point l’épaulard résident du Sud capture l’imagination des Canadiens et à quel point il est un symbole puissant de la Colombie-Britannique. C’est la raison pour laquelle nous continuons à prendre des mesures urgentes pour assurer la protection de nos épaulards résidents. À partir des mesures visant à répondre au manque de disponibilité des proies, et à remédier aux perturbations causées par les navires, nous proposons d’autres habitats essentiels pour aider à sauvegarder l’avenir de ces baleines. Nous avons fermement l’intention de respecter notre engagement à protéger et à assurer le rétablissement des épaulards résidents du Canada qui sont en voie de disparition ».

L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

« Le gouvernement est déterminé à mettre à profit les progrès que nous avons réalisés dans le cadre du Plan de protection des océans au cours de ces deux dernières années, en vue d’assurer la protection des épaulards résidents du Nord et du Sud. Nous avons connu un énorme succès avec un taux de participation de 90 pour cent dans sa mise en œuvre d’un ralentissement volontaire des navires commerciaux naviguant dans le détroit de Haro, pour réduire les répercussions du bruit, et nous allons faire tout notre possible pour atteindre les 100 pour cent ».

L’honorable Marc Garneau, ministre des Transports

Faits en bref

  • Une stratégie de rétablissement est un document de planification qui détermine ce qui doit être fait pour arrêter ou inverser le déclin d’une espèce. La Stratégie de rétablissement des épaulards résidents du Sud et du Nord a été achevée en 2008 et a pu déterminer les menaces, les objectifs de rétablissement, et l’habitat essentiel partiel pour les épaulards résidents du Sud et du Nord. Des changements mineurs ont été apportés au document en 2011 en vue d’éclaircir les attributs de l’habitat essentiel. L’actuelle proposition de stratégie modifiée de rétablissement propose de mettre à jour la désignation de l’habitat essentiel des épaulards résidents, en se basant sur de nouveaux avis scientifiques.

  • Un arrêté concernant l’habitat essential met l’accent sur la protection d’endroits géographiques spécifiques et sur les conditions nécessaires pour assurer la survie et le rétablissement de toute espèce. Il peut s’agir entre autres du lieu de naissance des petits, des lieux d’éclosion, d’alimentation ou de lieux où sont élevés leurs petits, soit l’habitat essentiel. Les activités proposées dans les zones d’habitat essentiel désigné doivent être évaluées au cas par cas et un permis peut être requis avant que ces activités n’aient lieu en vue d’assurer qu’elles ne mettront pas en danger l’espèce en question. L’arrêté interdit toute activité humaine qui pourrait détruire l’habitat essentiel.

  • Du 12 juin au 11 juillet 2018, Pêches et Océans Canada a mené un examen externe de la stratégie modifiée de rétablissement pour les épaulards résidents du Sud et du Nord du Canada, qui comprenait des mises à jour de la partie concernant l’habitat essentiel en vue de déterminer deux nouvelles zones proposées comme habitat essentiel, et pour éclaircir les caractéristiques, les fonctions et les attributs à la fois de l’habitat essentiel existant et de celui proposé.

  • Les commentaires reçus durant le processus d’examen externe ont permis d’étayer les modifications proposées à la stratégie de rétablissement.

  • Un objectif clé de cette modification vise à identifier ces nouvelles zones d’importance spéciale comme habitat essentiel, en se basant sur les avis scientifiques.

  • Une fois la stratégie proposée dans sa version définitive, une protection d’ordre légal sera instaurée pour cet habitat essentiel nouvellement identifié, et ce, grâce à un arrêté concernant l’habitat essentiel, qui déclenchera une interdiction de détruire.

  • Conformément à la LEP, c’est la destruction de l’habitat essential qui est interdite; les activités en tant que telles ne font pas l’objet de l’interdiction si elles ne visent pas la destruction de l’habitat essentiel.

Liens connexes

Personnes-ressources

Jocelyn Lubczuk                        
Attachée de presse                         
Cabinet du ministre des Pêches, des Océans            
et de la Garde côtière canadienne                
613-992-3474                            
Jocelyn.Lubczuk@dfo-mpo.gc.ca                        

Relations avec les médias
Pêches et Océans Canada
613-990-7537
Media.xncr@dfo-mpo.gc.ca

Restez branchés


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :