Pesticides de la catégorie des néonicotinoïdes

Document d'information

Document d’information - Novembre 2016

Que sont les néonicotinoïdes et comment sont-ils utilisés au Canada?

Les néonicotinoïdes sont une catégorie de pesticides appliqués à diverses cultures agricoles, y compris comme traitement des semences, ainsi qu’à des graminées à gazon et à des plantes ornementales afin de lutter contre les insectes. Bien qu’ils soient surtout utilisés en agriculture, les néonicotinoïdes peuvent également servir à diverses applications domestiques, comme pour lutter contre les insectes sur les pelouses.

Les néonicotinoïdes sont-ils dangereux pour la santé?

À ce jour, rien ne porte à croire que l’exposition aux néonicotinoïdes, y compris par l’eau potable et la nourriture, présente un risque pour la santé humaine lorsque les instructions figurant actuellement sur l’étiquette sont suivies. Les scientifiques de Santé Canada réexaminent régulièrement les pesticides homologués au Canada pour s’assurer qu’ils sont toujours sans danger pour les humains et l’environnement.

Les néonicotinoïdes présentent-ils des risques éventuels pour l’environnement?

Selon la décision de réévaluation proposée concernant l’imidaclopride, les néonicotinoïdes pourraient présenter des risques pour des insectes aquatiques (éphémères et moucherons), qui représentent une importante source de nourriture pour les poissons, les oiseaux et d’autres animaux. Les concentrations d’imidaclopride mesurées dans certains milieux aquatiques du Canada sont nuisibles à ces populations d’insectes.

Compte tenu de ces constatations, Santé Canada a entrepris des examens spéciaux de deux autres pesticides de la catégorie des néonicotinoïdes, à savoir la clothianidine et le thiaméthoxame, qui sont aussi détectés fréquemment dans les milieux aquatiques.

Les néonicotinoïdes présentent-ils un risque pour les abeilles?

La santé des abeilles est une question complexe et est influencée par bon nombre de facteurs, dont les conditions météorologiques, les maladies et les conditions présentes dans les ruches.

En 2012 et en 2013, on a constaté la mort d’abeilles exposées à la poussière créée par la mise en terre de semences de maïs et de soja traitées aux néonicotinoïdes. En réponse, Santé Canada a instauré de nouvelles règles de plantation en 2014 pour réduire la quantité de poussière soulevée lors de la mise en terre de ce type de semences traitées. Grâce à ces nouvelles exigences, la mortalité due à l’exposition aux pesticides chez les abeilles a diminué de près de 80 %.

Comment Santé Canada surveille-t-il les abeilles?

Santé Canada continue de travailler avec les provinces pour surveiller la mortalité chez les abeilles afin de savoir si elle résulte de l’exposition aux pesticides, y compris aux néonicotinoïdes. En janvier 2016, il a publié une évaluation préliminaire des risques associés à l’un des néonicotinoïdes, soit l’imidaclopride. L’évaluation montre que ce type de néonicotinoïdes ne présente pas de risques inacceptables pour les abeilles, pourvu que les mesures de précaution strictes exigées par Santé Canada soient appliquées. Deux autres néonicotinoïdes, à savoir la clothianidine et le thiaméthoxame, font actuellement l’objet d’évaluations similaires des risques.

Une évaluation exhaustive des risques éventuels pour les pollinisateurs devrait être terminée en 2017.

Quelles sont les prochaines étapes?

L’évaluation environnementale de l’imidaclopride a révélé qu’il existe des risques pour des insectes aquatiques, comme les éphémères et les moucherons, qui représentent une source de nourriture importante pour les poissons, les oiseaux et d’autres animaux.

Santé Canada a aussi publié une proposition de plan de gestion des risques afin de recueillir les commentaires du public, plan qui comprend une élimination progressive sur trois ans des usages agricoles d’imidaclopride pour s’attaquer aux risques que ce produit présente pour les insectes aquatiques. Dans certains cas où il n’existe aucun produit antiparasitaire de rechange, une période de transition de cinq ans est proposée.

Santé Canada mène une consultation sur ces mesures d’atténuation proposées, et la décision de réévaluation ainsi que le plan de gestion des risques définitifs tiendront compte des commentaires découlant des consultations. Le processus de consultation comprend une période de commentaires de 90 jours et un forum multilatéral portant sur toute autre stratégie d’atténuation proposée qui permettrait d’atteindre les mêmes résultats dans des délais semblables. Cependant, toute proposition de maintien de l’homologation doit démontrer clairement la prise de mesures concrètes pour veiller à ce que les niveaux d’imidaclopride dans l’eau deviennent inférieurs au niveau préoccupant.

Par ailleurs, le Ministère effectue également des examens spéciaux de deux autres pesticides de la catégorie des néonicotinoïdes : la clothianidine et le thiaméthoxame. Un examen spécial est entrepris lorsqu’il y a des motifs raisonnables de croire que les risques pour la santé ou l’environnement, ou la valeur (ce qui comprend l’efficacité) d’un pesticide est inacceptable. Dans les cas de la clothianidine et du thiaméthoxame, le Ministère a entrepris des examens spéciaux parce que les données scientifiques à sa disposition montrent que ces deux pesticides sont souvent détectés dans les milieux aquatiques du Canada.


Recherche d'information connexe par mot-clés
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :