Options et prise de décision en matière de fin de vie

Si vous arrivez en fin de vie, plusieurs options de soins vous sont offertes en vertu des lois actuellement en vigueur au Canada. Apprenez en plus au sujet de ces options et voyez comment vous pouvez vous assurer que votre traitement cadre avec vos derniers souhaits.

Sur cette page

Les options en fin de vie

Discutez avec votre fournisseur de soins de santé, vos proches et vos amis ou avec d'autres aidants au sujet de vos options de soins en fin de vie. Ces options peuvent inclure :

  • les soins palliatifs
  • une ordonnance de ne pas réanimer
  • le refus de recevoir ou le retrait de traitement
  • le refus de manger ou de boire
  • la sédation palliative pour assurer un niveau de confort
  • l'aide médicale à mourir

Soins palliatifs

Les soins palliatifs visent à améliorer la qualité de vie des personnes aux prises avec une maladie potentiellement mortelle. Les soins palliatifs visent à assurer un niveau de confort aussi grand que possible pour vous et vos proches et peuvent inclure : la gestion de la douleur et des symptômes; le soutien social, psychologique et émotif; ainsi que le soutien aux aidants.

Ordonnance de ne pas réanimer

Vous avez l'option de remplir un ordre de « ne pas réanimer ». Ce document signé indique aux professionnels de la santé de ne pas entreprendre la RCR (réanimation cardio-respiratoire) si votre cœur ou votre respiration s'arrête.

Refus de recevoir ou retrait de traitement

Vous avez le droit de refuser un traitement médical, même si ce traitement est nécessaire pour vous sauver la vie.

De même, si vous recevez un traitement, vous pouvez décider en tout temps de demander le retrait du traitement ou d'une partie du traitement.

Refus de manger ou de boire

Vous pouvez refuser de vous faire donner à boire ou à manger par quelqu'un d'autre.

L'alimentation et l'hydratation artificielles sont considérées comme un traitement médical. Ainsi, vous avez également le droit de refuser ou d'arrêter ce traitement.

Sédation palliative

Il s'agit d'un traitement de dernier recours lorsque les traitements habituels ne soulagent pas les symptômes en fin de vie. Vous recevrez des médicaments qui sont destinés à assurer un niveau de confort jusqu'à ce que vous décédiez de votre maladie.

La sédation palliative n'a pas pour but de provoquer ou d'accélérer le décès. La médication et les doses peuvent être ajustées afin de produire des effets variables, allant d'un effet calmant jusqu'à un sommeil profond. Le traitement peut aussi être inversé si vous souhaitez être plus éveillé lorsque votre famille et vos amis viennent vous rendre visite.

Vous pouvez discuter de cette option avec votre fournisseur de soins de santé. Si vous n'êtes pas apte à le faire, un membre de votre famille ou votre mandataire autorisé peut lui en parler en votre nom.

Aide médicale à mourir

L'aide médicale à mourir est maintenant une option disponible. Les patients admissibles peuvent demander qu'un professionnel de la santé leur administre ou leur prescrive une substance qui entraînera le décès.

Les décisions en fin de vie

Les décisions à prendre en fin de vie sont nombreuses. Ces décisions tiendront compte de vos valeurs et de vos préférences en ce qui concerne vos soins. Elles devraient également être communiquées à vos proches et à vos autres fournisseurs de soins. Parmi ces décisions, mentionnons :

  • le type de soins que vous voudriez recevoir
  • le lieu où vous voudriez recevoir les soins
  • la personne qui prendra des décisions à votre place si vous n'êtes pas en mesure de les prendre ou de les communiquer

Consentement éclairé

Les praticiens des soins de santé sont tenus de s'assurer d'avoir obtenu le consentement éclairé d'un patient avant l'administration d'un traitement. Le consentement éclairé implique que vous :

  • n'ayiez pas été contraint de le faire
  • soyez entièrement informé de :
    • la nature de votre maladie
    • le but du traitement
    • les autres options de traitement
    • les risques et les avantages du traitement ou du refus du traitement
  • soyez apte à donner votre consentement

Capacité à consentir

Vous êtes considéré comme étant apte à consentir à un traitement si vous êtes en mesure de comprendre :

  • les informations nécessaires pour prendre une décision concernant votre traitement
  • les conséquences et les risques de la décision

Le fournisseur de soins de santé proposant le traitement doit évaluer si vous êtes apte à donner votre consentement.

Il peut arriver que vous soyez apte à prendre une décision (p. ex. ce que vous désirez boire ou manger), mais inapte à en prendre une autre (p. ex. refuser une chirurgie).Votre aptitude à donner votre consentement peut aussi changer d'un jour à l'autre.

Certaines provinces ont prévu un organisme indépendant pour déterminer la capacité de consentement dans les cas complexes.

Les décisions en matière de fin de vie nécessitent votre consentement éclairé. Si vous êtes inquiet de ne pas être apte à donner votre consentement au moment approprié, vous pourriez peut-être envisager les options suivantes :

  • définir un plan de soins à l'avance
  • choisir un mandataire autorisé

Planification préalable des soins

La planification préalable des soins est lorsque vous parlez des scénarios possibles en ce qui concerne votre maladie, votre état de santé et vos soins personnels. Vos souhaits en ce qui concerne votre santé et vos soins personnels sont ensuite utilisés pour créer un plan écrit. Ces préférences sont généralement spécifiées dans un testament biologique, dans une directive préalable écrite ou dans un plan de soins décidé à l'avance.

Votre plan écrit aidera vos fournisseurs de soins de santé et vos proches se sentiront plus à l'aise. Ils pourront prendre des décisions en votre nom et orienter vos soins si vous n'êtes plus apte à le faire avec plus d'assurance.

Vous pouvez apporter des changements à votre plan de soins à tout moment, même après l'avoir donné à d'autres. Si vous y apportez des changements, n'oubliez pas de remettre cette copie mise à jour à votre mandataire et à vos fournisseurs de soins de santé.

Toutes les provinces ont prévu des lois concernant les directives anticipées. Ces lois ne sont toutefois pas normalisées à l'échelle du pays et la mesure dans laquelle elles sont observées ou exécutoires est variable.

Parlons-en est un site Web utile pour la planification préalable des soins. Il contient également des blogues et des récits personnels tout en offrant de l'information sur ce qui se passe au Canada.

Mandataire autorisé

Si vous êtes inapte à prendre une décision concernant vos soins de santé, votre mandataire autorisé est responsable de la prendre en votre nom. Selon votre lieu de résidence au Canada, le mandataire peut aussi être appelé :

  • détenteur d'une procuration aux soins de la personne
  • représentant ou agent
  • fondé de pouvoir pour les soins personnels

Un mandataire autorisé est une personne en qui vous avez confiance. C'est la personne que vous avez choisie pour parler en votre nom si vous devenez trop malade pour parler pour vous-même.

Vous devriez nommer votre mandataire autorisé dans votre plan de soins. Cette personne devrait avoir une copie de votre plan. Votre équipe des soins de santé se tournera vers cette personne lorsque viendra le temps de prendre des décisions. Cette personne aidera à guider vos soins si vous n'êtes pas apte à le faire.

Il arrive parfois que les mandataires autorisés et les équipes des soins de santé ne parviennent pas à se mettre d'accord sur les soins nécessaires à un patient. Dans certains cas, on peut avoir recours à un processus provincial ou juridique pour prendre une décision.

Si aucun mandataire autorisé n'a été nommé par le patient, un membre de la famille immédiate ou un ami proche peut être désigné par le tribunal provincial. À défaut d'un membre de la famille, le tribunal nommera un représentant.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :