Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada : document technique – carbaryl

Table des matières

Recommandation

La concentration maximale acceptable (CMA) de carbaryl dans l'eau potable est de 0,09 mg/L (90 µg/L).

 

Propriétés physico-chimiques, utilisations et sources de contamination

(Format PDF, 23 ko, 3 pages)

Organisation : Santé Canada
Type : Lignes directrices
Date publiée : 1991-04

Sujets connexes

Le carbaryl (C12H11NO2) est un insecticide carbamate utilisé pour lutter contre une grande variété de nuisibles s'attaquant aux fruits, aux légumes, au coton ainsi qu'à d'autres cultures. Au Canada, on en utilise entre 100 000 et 200 000 kg par année.Note de bas de page 1 La solubilité du carbaryl dans l'eau est de 40 mg/L à 30°C et sa pression de vapeur à 26°C est inférieure à 0,7 Pa.Note de bas de page 2 On a signalé que le logarithme de son coefficient de partage octanol-eau se situe entre 2,31 et 2,86,Note de bas de page 3 ce qui signifie que le carbaryl est peu susceptible de faire l'objet d'une bioaccumulation importante.
La dégradation du carbaryl dans l'eau dépend de la température, de la lumière et du pH.Note de bas de page 4 Dans les eaux de pH neutre ou alcalin, il est rapidement hydrolysé en 1-naphtol; on a signalé des demi-vies à 20°C de 10,5 jours, de 1,8 jour et de 2,5 heures à des pH de 7, 8 et 9, respectivement. L'hydrolyse est cependant beaucoup plus lente dans les eaux acides; on a signalé des demi-vies de 1 500 jours à un pH de 5 (27°C) et de 406 jours à un pH de 6 (25°C).Note de bas de page 5 Dans le sol, le carbaryl est dégradé par photolyse, hydrolyse et action microbienne. Modérément mobile, il peut atteindre les eaux souterraines par lixiviation.Note de bas de page 5

Exposition

Le carbaryl n'a pas été décelé dans 199 échantillons prélevés dans les réseaux municipaux et privés de distribution d'eau potable dans les dix provinces en 1985; il n'a été décelé qu'une seule fois (7,3 mg/L) dans 307 échantillons provenant de toutes les provinces sauf l'Ontario en 1986 et encore, il n'a pas été détecté de nouveau lorsque le site en question a été rééchantillonné (limite de détection : 1,0 µg/L).Note de bas de page 6 On ne l'a pas décelé non plus dans 314 échantillons provenant de trois bassins versants en Ontario de 1981 à 1985 (limite de détection : 1,0 µg/L), en dépit du fait que l'utilisation totale de carbaryl dans ces régions s'élève à près de 4 000 kg par année.Note de bas de page 7
D'après la limite maximale de résidus tolorée par la Direction des aliments du ministère de la Santé nationale et du Bien-être social,Note de bas de page 8 l'apport alimentaire quotidien maximal de carbaryl est, en théorie, de 4,1 mg/jour. L'apport réel en carbaryl sera vraisemblablement beaucoup plus faible; on estime à 1,37 µg l'apport quotidien moyen pour un homme adulte.Note de bas de page 9 Le carbaryl n'a été décelé que dans 21 des 6 391 échantillons d'aliments produits aux É.-U. et analysés dans ce pays de 1981 à 1986 (limite de détection non précisée) et dans 76 pour cent d'entre eux, la concentration était égale ou inférieure à 2,0 ppm.Note de bas de page 10

Méthodes d'analyse et techniques de traitement

La concentration de carbaryl dans l'eau peut être déterminée par extraction du pesticide dans du dichlorométhane, par hydrolyse, par dérivatisation et préparation par chromatographie gaz-liquide avec détection par capture d'électrons (limite de détection : 1,0 µg/L).Note de bas de page 7

Il n'a pas été possible de trouver de l'information sur l'efficacité des traitements utilisés actuellement pour éliminer le carbaryl dans les réseaux de distribution d'eau potable.

Effets sur la santé

Le carbaryl est facilement absorbé par le tube digestif; de plus, il est rapidement métabolisé. Une dose orale de carbaryl (quantité non précisée) administrée à des rats a été absorbée à 53 et 82 pour cent après 20 minutes et une heure, respectivement.Note de bas de page 11 Les métabolites du carbaryl sont éliminés dans l'urine, l'air expiré, les fèces et la bile. Les métabolites urinaires décelés chez deux volontaires humains ayant reçu une dose unique de 2 mg/kg p.c. ont été les suivants : le 1-naphtol et ses conjugués glucuronide et sulfate, le 4-hydroxycarbaryle et une petite quantité de 1-naphtyle méthylimidocarbamate-O-glucuronide. On a signalé que l'on a retrouvé 26 et 28 pour cent de la dose administrée dans l'urine dans les quatre jours suivant l'administration.Note de bas de page 12 Le carbaryl traverse la barrière placentaire chez le rat et la souris.Note de bas de page 2

La toxicité aiguë du carbaryl est attribuable à sa capacité d'inhiber l'activité de la cholinestérase. Cependant, comme le carbaryl est rapidement métabolisé, sa toxicité aiguë par voie orale est faible et ses effets toxiques sont rapidement réversibles.

Des groupes de cinq et six volontaires humains ont ingéré des doses de 0, 0,06 ou 0,12 mg/kg p.c. par jour pendant six mois. On n'a pas observé d'effets nocifs dans le groupe de sujets exposés à la dose de 0,06 mg/kg p.c. par jour. Dans le groupe exposé à la dose la plus élevée, on a observé une augmentation du rapport de la concentration urinaire de l'azote provenant des acides aminés à la concentration urinaire de l'azote provenant de la créatinine, ce qui indique une diminution de la capacité de réabsorption des acides aminés par les tubules rénaux contournés proximaux. Cet effet semble réversible, puisque le rapport est revenu à la normale après l'interruption du traitement. Les auteurs ont conclu que l'exposition répétée à une dose orale de 0,12 mg/kg p.c. par jour «n'était pas sûre».Note de bas de page 13
Une étude épidémiologique réalisée au Nouveau-Brunswick n'a pas révélé de corrélation entre l'exposition à divers composés (dont le carbaryl) utilisés dans les programmes de lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette et l'incidence du syndrome de Reye chez les enfants.Note de bas de page 14
On n'a pas observé d'effets défavorables chez des rats ayant consommé des aliments contenant 200 mg/kg de carbaryl (l'équivalent d'une dose de 10 mg/kg p.c. par jour) pendant deux ans. À 400 mg/kg par voie alimentaire, on a observé une dégénérescence albumineuse de tubules rénaux et des travées hépatiques centrales.Note de bas de page 15 Une dégénérescence albumineuse diffuse des tubules rénaux a été observée chez des chiens ayant été exposés par leur alimentation à une dose de 7,2 mg/kg p.c. par jour, cinq jours par semaine pendant un an. On n'a pas observé d'effet nocif à 1,8 mg/kg p.c. par jour.Note de bas de page 16
Des groupes (18 mâles et 18 femelles chacun) de souris (C57BL/6xC3H/Anf)F1 et (C57BL/6xAKR)F1 ont été exposés par voie alimentaire à du carbaryl commercial à une concentration équivalant à une dose de 4,64 mg/kg p.c. par jour pendant quatre semaines (le traitement débutant à l'âge de sept jours), après quoi on les a exposés, toujours par la même voie, à 14 mg de carbaryl/kg p.c. par jour pendant une période additionnelle allant jusqu'à 78 semaines. On n'a pas constaté d'augmentation statistiquement significative de l'incidence des tumeurs de quelque type que ce soit dans aucun des groupes.Note de bas de page 11 On n'a pas signalé d'augmentation significative de tumeurs chez des groupes de rats CF-N (20 mâles et 20 femelles) exposés par voie alimentaire à des doses de carbaryl de 0, 2, 4, 8 ou 16 mg/kg p.c. par jour pendant une période allant jusqu'à 736 jours.Note de bas de page 15
Le carbaryl ne s'est pas révélé mutagène dans des tests in vivo réalisés chez la souris et le rat; il n'a pas fait augmenter le pourcentage de spermatozoïdes anormaux ni diminuer la numération de ces derniers chez les humains. Des lésions chromosomiques ont été observées dans des tests in vivo portant sur des cellules d'êtres humains, de rats et de hamsters à des doses entraînant la mort cellulaire. Un certain nombre de tests bactériens ont donné des résultats négatifs.Note de bas de page 12
Le carbaryl a produit des effets sur le développement dans quelques études réalisées chez le rat, la souris, la gerbille, le hamster, le porc et le chien, mais uniquement à des doses qui étaient toxiques pour la mère. Des effets tératogènes, comme les fissures abdomino-thoraciques accompagnées de brachygnatie à divers degrés, l'absence de queue, les anomalies du squelette et des phalanges surnuméraires, ont été observés au cours de deux études réalisées chez des beagles à des doses de 5,0 mg/kg p.c. par jour et plus.Note de bas de page 17Note de bas de page 18 Il faut noter toutefois qu'il n'a pas été question de toxicité maternelle dans ces études, bien qu'à ces concentrations on aurait pu s'attendre à une inhibition de la cholinestérase.Note de bas de page 12
Le carbaryl ne provoque pas d'effets neurotoxiques à retardement ni de dégénérescence myélinique.Note de bas de page 12

Justification

L'apport quotidien acceptable (AQA) de carbaryl dans l'eau potable a été établi par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS)Note de bas de page 19 à 0,01 mg/kg p.c. par jour, d'après la dose sans effet nocif observé de 0,06 mg/kg p.c. par jour obtenue chez des volontaires humainsNote de bas de page 13 et de 10 mg/kg p.c. par jour obtenue chez le rat.Note de bas de page 15 La concentration maximale acceptable (CMA) de carbaryl dans l'eau potable peut être calculée comme suit :

où :

  • 0,01 mg/kg p.c. par jour est l'AQA établi par la FAO et l'OMSNote de bas de page 19
  • 70 kg est le poids corporel moyen d'un adulte
  • 0,20 est la proportion de l'apport quotidien de carbaryl attribuée à l'eau potable
  • 1,5 L/jour est la consommation moyenne quotidienne d'eau potable d'un adulte.

Références bibliographiques

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :