Programme d’aide préscolaire aux Autochtones dans les collectivités urbaines et nordiques : Renforcement de la résilience des collectivités autochtones

vignette

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 1 873Ko)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Date publiée : 2017

Messages clés : 

  • Une étude réalisée par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a fait l'analyse des récits relatifs au programme qu'ont fournis les sites du Programme d'aide préscolaire aux Autochtones dans les collectivités urbaines et nordiques (PAPACUN) de l'ensemble du Canada.
  • Selon cette étude, les sites du PAPACUN renforcent la résilience des collectivités autochtones par leurs activités de développement des enfants en santé qui tiennent compte du contexte social de l'enfant et qui ciblent non seulement l'enfant, mais aussi sa famille et la collectivité en général.

Qu'est-ce que le PAPACUN?

  • Le Programme d'aide préscolaire aux Autochtones dans les collectivités urbaines et nordiques (PAPACUN) est une mesure de développement de la petite enfance qui est financée par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC). 
  • Le PAPACUN vise à offrir des programmes de développement de la petite enfance adaptés à la culture aux enfants des Premières Nations, inuits et métis (3-5 ans), ainsi qu'à leurs familles, vivant à l'extérieur des réserves dans les collectivités urbaines et nordiques.
  • Les centres du PAPACUN sont gérés à l'échelle locale, afin de répondre aux besoins particuliers de chaque collectivité.
  • Ils offrent des séances d'une journée ou d'une demi-journée aux enfants d'âge préscolaire et des activités destinées aux familles qui s'articulent autour de différents volets : culture et langues autochtones, éducation, promotion de la santé, nutrition, soutien social et participation des parents et de la famille. 
  • Chaque année, plus de 4 800 enfants et leurs familles participent au PAPACUN dans l'un des 134 centres où le programme est offert au Canada.

Au sujet de l'étude

Le PAPACUN recueille des données sur le rendement tous les deux ans auprès des sites de toutes les provinces. À cette occasion, les sites sont invités à fournir des récits qui décrivent les retombées sur les enfants, les familles et les communautés auxquels ils offrent des services.

Ces récits – dont certains sont cités dans le présent résumé – donnent un aperçu des efforts quotidiens que fait le programme en vue d'avoir des retombées positives sur les enfants, les familles, le personnel et les collectivités.

Comment l'étude a-t-elle été réalisée ?

  • Afin de recueillir de l'information sur la prestation du programme, l'Outil de mesure du rendement des programmes pour enfants (OMRPE) de l'ASPC a été déployé en 2013-2014. Cet outil permet d'obtenir des données, y compris des récits, des sites du PAPACUN dans l'ensemble du CanadaNote de bas de page 1. Ces récits, qui proviennent surtout des coordonnateurs, des parents et des personnes qui s'occupent des enfants, ont été analysés par thème.
  • Dix catégories et deux thèmes ont été retenus, à la lumière des codes établis lors de la lecture des récits et des connaissances théoriques relatives aux interventions de développement des enfants en santé.

La figure 1.

figure 1
Figure 1 - Description textuel
  • Lecture des récits
  • Codes établis pour décrire le contenu des récits
  • Catégories définies en fonction des tendances relevées dans les codes de contenu des récits
  • Thèmes identifies pour décrire les idées contenues dans les données

Qu’avons-nous appris?

Qu'avons-nous appris?
(Tendances se dégageant des différents récits)
Qu'ont dit les sites?
(Extraits des récits transmis par les sites)

1. Les sites du PAPACUN renforcent les familles et leurs enfants.

« (…) [Une enfant] est arrivée au programme à l'âge de 3 ans. C'était une enfant qui vivait beaucoup de difficultés familiales. Elle avait un petit frère d'un an et demi. Elle ne parlait pas, ne jouait pas, ne suivait aucune consigne, ne réagissait pas à son nom, ne se reconnaissait pas, ne connaissait aucun concept langagier, ne connaissait pas les couleurs et ne savait pas utiliser le matériel adéquatement. Le personnel a travaillé en étroite collaboration avec les parents et tous les partenaires, de façon formelle et parfois aussi informelle. Le conjoint violent a été référé en thérapie, la maman a reçu du répit et a accepté des mesures volontaires de placement pour ses enfants au besoin. La semaine dernière,(…) [l'enfant] recevait son diplôme de fréquentation du programme PAPACUN. Elle entrera à la maternelle en septembre et elle a atteint le degré de développement nécessaire pour assurer une intégration scolaire relativement facile. »

2. Les sites du PAPACUN promeuvent les langues et la culture autochtones par différentes activités au sein du programme et de la communauté (p. ex. art/artisanat, chasse et pêche, musique et danse, cérémonies traditionnelles).

[Extrait] « Pendant ce programme de six semaines, seize de nos parents ont appris l'histoire de la broderie perlée et la fabrication de mocassins métis. Au départ, les parents étaient très réticents, mais ils ont gagné en confiance à mesure que les cours progressaient. À la fin des cours, nous avions 16 belles paires de mocassins traditionnels, faits à la main. Ces séances ont permis à nos parents de discuter de leurs expériences comme parents, d'en apprendre davantage sur notre histoire culturelle et de passer du temps avec un aîné. »

3. Les sites du PAPACUN renforcent le soutien social et le réseau social.

« À l'automne, nous avions un père de famille monoparentale qui commençait le programme pour la deuxième année. Il avait deux enfants d'âge scolaire et un enfant au PAPA. Il avait alors des difficultés financières et émotionnelles. Il était prêt à laisser ses enfants aux services à l'enfance et à la famille, parce qu'il avait l'impression de ne plus être capable de subvenir à leurs besoins. Il avait tenté sans succès d'obtenir une aide au revenu. Il avait discuté des choix qui s'offraient à lui, car son électricité était sur le point d'être coupée et que son loyer était en retard. Il recevait seulement des prestations d'assurance-emploi, qui étaient saisies par le programme d'exécution des ordonnances alimentaires, même s'il avait les enfants. Il avait dû quitter son emploi pour s'occuper de ses trois enfants. Il considérait qu'il n'avait d'autre choix que de laisser ses enfants. Nous lui avons dit de ne pas abandonner, qu'il existait des ressources pour lui. Nous l'avons aidé à faire appel auprès du programme d'aide au revenu, et sa demande a été accordée. Il était véritablement reconnaissant. Il a dit qu'il pourrait finalement subvenir aux besoins de ses enfants comme il devait le faire. Son loyer et ses factures d'électricité ont été payés dans le cadre de l'appel. Nous l'avons aussi aidé à trouver un avocat de l'aide juridique pour faire modifier l'ordonnance du tribunal concernant la pension alimentaire et la garde des enfants. Il n'avait pas obtenu d'aide juridique auparavant, parce qu'il leur devait de l'argent et ne pouvait pas payer. Le père a participé à la formation du programme et il est heureux. À son avis, nous avions offert une bonne formation pour un parent seul, parce qu'il ne connaissait pas la majorité des renseignements présentés. Il en a appris davantage sur la sécurité-incendie à la maison et la manipulation sécuritaire des aliments, des sujets qu'il devait, selon lui, connaître comme parent seul. Son enfant qui participe au programme fait partie des enfants qui ont besoin de plus d'attention. Nous avons fourni des ressources qui aideront le père à faire évaluer son enfant. Il cherche actuellement à obtenir le soutien dont il a besoin pour son fils. Son fils a fait de grands progrès en participant à notre programme. Il a affirmé avoir fait du chemin, comme père, depuis le début du programme. Il a indiqué que sa famille avait un mode de vie plus positif et qu'ils étaient maintenant sur la bonne voie. Il nous remercie toujours de lui avoir apporté l'aide dont il avait besoin. Nous sommes heureux que notre programme ait pu aider cette famille. »

4. Les sites du PAPACUN favorisent un sentiment d'appartenance à la collectivité.

« Ce récit concerne la création d'une communauté par des ateliers, un club de marche et des sorties. Les participants affirment souvent (et indiquent dans leurs évaluations) que ces activités leur permettent de rencontrer les autres familles du service de garde, de socialiser avec elles, de recevoir et d'offrir du soutien, de briser l'isolement et de se sentir plus proches des autres familles et du service de garde. Et ce, tout en acquérant de nouvelles habiletés ou de nouveaux outils (compétences parentales, arts et artisanat autochtones, etc.). »

5. Le PAPACUN privilégie une approche communautaire intégrée.

« Notre projet a joué un rôle de premier plan dans la mise en place d'un événement communautaire appelé la "journée des jeux de l'amitié". Nous avons établi des partenariats afin d'aider à la mise en place de la journée des jeux, et nous avons demandé du financement pour aider à couvrir les coûts. L'objectif était d'offrir un après-midi amusant pour les familles, au cours duquel elles pourraient découvrir des ressources communautaires qu'elles n'auraient pas connues autrement. Cette activité leur a permis de rencontrer le personnel des organismes dans une ambiance différente, ce qui favorise l'établissement d'une relation de confiance. Un autre objectif était de donner aux parents une occasion de jouer avec leurs enfants. »

6. Les sites du PAPACUN favorisent la participation des parents, du personnel et des gens possédant des connaissances traditionnelles dans la planification, l'élaboration et la réalisation des activités du PAPACUN, ainsi que du système de services communautaires.

« Deux membres du personnel et un parent ont reçu une formation afin de présenter (…) [un programme d'enseignement des visites à domicile] aux familles de (…) [la communauté] qui ont des enfants de trois ans et moins qui ne participent à aucun programme. Sur les trois personnes qui ont suivi la formation, un coordinateur et un parent effectuent des visites à domicile chaque semaine auprès de cinq familles, et ils enseignent aux parents des activités qu'ils peuvent faire chaque jour avec leurs enfants. Après 30 semaines, ceux-ci obtiennent un diplôme. Le coordonnateur du programme pour les parents coordonne ce programme, et les enfants qui sont sur notre liste d'attente y prennent part. »

7. Les sites du PAPACUN adaptent les activités de programme aux besoins locaux.

« Nous avons offert quelques nouveaux ateliers dans notre programme cette année. Nous avons mis en place les ateliers de chant "Little Métis sing with Me" au printemps. Huit familles y ont participé, et cinq de ces familles ont assisté à toutes les séances. Nous avons une grande population métisse dans (…) [la région], et c'était fantastique de ramener la culture et l'héritage métis à ces familles. »

« Nos enfants inuits dans le sud n'ont pas l'occasion de pratiquer de nombreuses activités qui sont considérées comme normales dans le Nord. L'une de ces activités est la préparation d'une peau de phoque et le retrait du gras, etc. afin qu'elle soit tendue puis tannée. Cet automne, l'une de nos enseignantes culturelles a fait vivre cette expérience aux élèves. Ce jour-là, l'odeur du phoque emplissait la salle, alors que les enfants restaient assis, fascinés et attentifs à ce qu'elle faisait et disait. Ce jour-là, ces enfants ont pu vivre une expérience qui était habituelle dans le Nord, et à laquelle certains des parents qui ont grandi dans le sud n'ont peut-être même jamais assisté. Il s'agit d'une expérience qu'ils n'auraient pas pu faire ailleurs dans (…) [la région]. Cette activité a eu des effets non seulement sur les enfants, mais aussi sur l'enseignante, qui était vraiment fière de pouvoir enseigner à ses élèves en faisant une démonstration, plutôt qu'en décrivant simplement l'activité. Cela a permis de raviver notre lien avec la terre et le respect que nous exprimons envers l'animal pendant que nous préparons la peau. »

8. Les sites du PAPACUN favorisent le développement et l'échange des connaissances.

« Projet de visites à domicile – En 2011, nous avons reçu du financement afin d'élaborer un guide pour les visiteurs à domicile et un cahier d'exercices destiné aux parents, spécifiquement conçu pour les programmes du PAPA à l'échelle nationale, avec les six composantes. Le guide aidera les visiteurs à domicile à entrer en relation avec les familles, et il contient des outils qui faciliteront leur travail. Des illustrations originales ont été réalisées pour ce projet, et un grand nombre de consultants ont participé à la rédaction du matériel (diététiste, conférencier motivateur, professionnels de la petite enfance, aînés et traducteur vers le français). Le livre et un CD-ROM ont été distribués, et tous les projets au Canada recevront leur exemplaire. »

9. Les sites du PAPACUN contribuent aux priorités clés de l'Agence.

« Cette histoire est celle d'un petit garçon qui a participé à notre programme pendant quelques années. Chaque mois, nous faisons des exercices d'évacuation et nous apprenons aux enfants quoi faire en cas d'incendie. Une nuit, environ un an après les exercices d'évacuation, cette famille a vécu un incendie : la maison était remplie de fumée, et les parents ont plutôt paniqué. Le garçon savait quoi faire et a dit à ses parents "mettez-vous par terre et rampez pour sortir". Il n'a même pas paniqué. Je considère qu'il s'agit d'une histoire fantastique, parce que ce garçon a appris ce que le personnel du PAPA lui a enseigné et s'en souvenait. Il avait quatre ans à l'époque. Je peux affirmer fièrement que le Programme d'aide préscolaire a des répercussions importantes sur nos enfants et nos familles, et nous pouvons maintenant voir que la plupart de nos anciens participants finissent leur 12e année et vont à l'université. »

[Extrait] « À l'automne de chaque nouvelle année scolaire du programme, nous communiquons avec l'audiologiste de notre localité afin d'organiser des rendez-vous d'évaluation de l'ouïe pour l'ensemble des enfants inscrits au Programme d'aide préscolaire. L'an dernier, l'audiologiste a détecté deux cas d'infections sévères de l'oreille et deux enfants qui présentaient possiblement une perte auditive qui affecterait leur capacité d'élocution. »

10. Les sites du PAPACUN font face à des difficultés variées.

[Extrait] « Quand j'ai commencé à travailler, nous avions environ deux enfants qui auraient eu besoin de services d'orthophonie. Aujourd'hui, près du quart des enfants que nous accueillons doivent être vus par un orthophoniste, avant qu'ils puissent seulement penser à s'inscrire à la maternelle. »

[Extrait] « Je dirais que le transport joue un rôle essentiel dans l'assiduité. Nous allons chercher nos enfants et nous les ramenons à la fin de la journée. La conductrice et éducatrice (qui fait le trajet) a la possibilité de communiquer avec le parent, tandis que le parent installe l'enfant dans son siège d'auto. Beaucoup de nos familles n'ont pas de véhicule, et c'est vraiment un privilège d'offrir le transport. »

[Extrait] « (…) [Notre région] n'a pas d'épicerie ni d'autres magasins. L'endroit le plus proche où nous pouvons acheter de la nourriture se trouve à (…), à 2-3 heures de train, ou à 1 heure par la route d'hiver, qui est officiellement ouverte de 2 à 3 mois par année. Nous achetons en gros une quantité suffisante de nourriture pour un mois. Ainsi, nous offrons aux enfants qui sont inscrits et qui participent à notre programme un dîner et une collation santé tous les jours. »

À partir de ces récits, deux grands thèmes sont ressortis en ce qui a trait aux répercussions générales du PAPACUN. En plus d’avoir une incidence positive sur les enfants qui y participent, le PAPACUN profite aux familles et à la communauté en général, ce qui contribue à renforcer la résilience de la communauté.

Thème 1 : Les sites du PAPACUN favorisent le développement des enfants en santé en tenant compte du contexte social de l'enfant, de manière à cibler non seulement l'enfant, mais aussi sa famille et la collectivité en général.

Les récits recueillis donnent un aperçu des processus que les sites entreprennent et des résultats que les sites obtiennent au niveau des différentes composantes du système social d'un enfantNote de bas de page 2 , comme le montre le diagramme ci-dessous :

theme 1

Thème 2 : Les sites du PAPACUN renforcent la résilience des collectivités autochtones.

Une revue exhaustive de la littératureNote de bas de page 3 sur la résilience communautaire a fait ressortir des aspects importants qui sont propres aux collectivités autochtones et proposait que sa présence soit mesurée au moyen des résultats qui contribuent à la résilience communautaire.

Les récits recueillis indiquent que le PAPACUN favorise les éléments suivants, autour desquels il articule ses mesures de promotion de la résilience communautaire :

  • Renforcer le capital social, les réseaux sociaux et le soutien social
  • Créer un sentiment d'appartenance à la collectivité
  • Promouvoir/revitaliser les langues, la culture et la spiritualité autochtones
  • Soutenir les familles et les parents pour favoriser le développement des enfants en santé et les liens familiaux
  • Améliorer la capacité de direction locale et adapter les services aux besoins de la collectivité
  • Renforcer les programmes intégrés

Ainsi, les sites du PAPACUN aident les enfants, les familles et la collectivité en général à surmonter efficacement les situations défavorables ou difficiles. Ils encouragent en outre la résilience communautaire et ouvrent la voie à une santéet à un mieux-être supérieurs.

Remerciements

Merci beaucoup aux coordinateurs des sites du PAPACUN et aux parents / fournisseurs qui ont partagé leurs histoires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :