Service de référence pour le botulisme au Canada

Le Service de référence pour le botulisme (SRB) au Canada a été créé en 1974, à la Direction générale de la protection de la santé, à Ottawa. Ses objectifs sont les suivants :

  • aider les médecins et les représentants provinciaux et territoriaux lorsque des cas de botulisme sont soupçonnés ;
  • examiner les aliments et les échantillons cliniques suspects qui ont été soumis aux fins d'analyse ;
  • alerter rapidement les organismes responsables lorsque des aliments du commerce sont mis en cause ;
  • conserver des cultures de référence de Clostridium botulinum ;
  • assurer la liaison avec les centres du Canada et de l'étranger dont les intérêts et les responsabilités sont similaires.

Au nombre des symptômes de botulisme alimentaire figurent une blépharoptose, des troubles visuels, des vomissements et une diarrhée, une sécheresse de la bouche et des maux de gorge suivis par une paralysie flasque symétrique descendante chez une personne alerte et fébrile. Des symptômes similaires sont associés au botulisme par blessure souillée mais, dans ce cas, il n'y a pas de vomissement. Les symptômes précoces de botulisme infantile sont une paralysie de la musculature bulbaire, une difficulté à s'alimenter, une succion et une déglutition faibles, des troubles de sécrétion, une neutralité de l'expression faciale et des pleurs anormaux. Ces symptôme sont suivis par une faiblesse ou une hypotonie progressive et descendante (« poupée molle »). Lorsqu'ils procèdent à l'anamnèse, les parents se rappellent souvent un changement dans l'évacuation des selles ou des périodes de constipation. Bien que la constipation soit un des symptômes les plus communs, elle pourrait ne pas être considérée comme un symptôme précoce du botulisme infantile.

Dans les cas de botulisme alimentaire ou par blessure, il convient d'administrer le plus tôt possible l'antitoxine spécifique. Dans les cas de botulisme infantile, il existe une immunoglobuline du botulisme humain (marque de commerce BabyBIG®) qui est un traitement sécuritaire et très efficace lorsqu'il est administré tôt durant le séjour de l'enfant à l'hôpital. Il est essentiel que le patient ait accès à des services d'assistance respiratoire, peu importe le type de botulisme.

Lorsqu'on soupçonne un cas de botulisme, il faut communiquer immédiatement, quelle que soit l'heure, avec un membre du SRB. Tout diagnostic éventuel de botulisme devrait être confirmé par l'anamnèse, et il faut planifier le transport des échantillons cliniques et des échantillons d'aliments suspects jusqu'à Ottawa pour qu'ils y soient analysés. Les échantillons d'aliments peuvent être des restes de table ou des contenants non ouverts. Lorsque des aliments du commerce sont en cause, il importe de récupérer l'étiquette, le numéro de lot du fabricant, les codes inscrits en relief sur la boîte ou l'emballage, etc. Différents échantillons cliniques se prêtent aux analyses, notamment les échantillons de selles (environ 10 g) ou les liquides de lavement, le contenu gastrique (ajuster le pH à environ 6,0 avec NaOH 1N, si possible) et le sérum (provenant de 20 mL de sang prélevés avant l'administration de l'antitoxine). Pour tout cas potentiel de botulisme infantile, il est essentiel de pouvoir analyser les selles du nourrisson. Au besoin, les parties souillées des couches peuvent être examinées.

Par mesure de sécurité, les échantillons doivent être placés dans un récipient primaire étanche, puis dans un récipient secondaire étanche, et il doit y avoir suffisamment de matériel absorbant entre les deux contenants pour absorber tout le contenu du récipient primaire en cas de fuite. Pour conserver le matériel durant l'expédition, il est préférable de le réfrigérer plutôt que de le congeler, c'est-à-dire de placer des sacs réfrigérants dans le colis. Lorsqu'il s'agit de cas urgents, les colis sont ramassés immédiatement dès leur arrivée, habituellement à l'aéroport.

Services de laboratoire
Service de référence pour le botulisme :
J. W. Austin, Ph.D., président (bureau : 613 957-0902, domicile : 613 841-7621);
B. Blanchfield, analyste (bureau : 613 957-0885, domicile : 613 225-4969)
Direction générale des produits de santé et des aliments
Santé Canada, Centre de recherche Banting
251, Sir Frederick Banting Driveway,
Pré Tunney, indice de l'adresse 2204A2
Ottawa (Ontario)  K1A 0K9

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :