Substances organostanniques

Leur nature?

  • Les substances organostanniques (organoétains) sont des composés d'étain qui ont 1,2,3 ou 4 groupes organiques attachés et qui sont désignés comme étant mono-, di-, tri- ou tetra-organostanniques dépendant du nombre de liaisons carbone-étain dans le molécule.
  • Il y a 109 substances organostanniques inscrites sur la Liste intérieure des substances du Canada et 104 de ces substances appartiennent à neuf sous-catégories : les monométhylétains, les monobutylétains, les monooctylétains, les diméthylétains, les dibutylétains, les dioctylétains, les fluorotriphénylétains, les tributylétains, les tetrabutylétains et les tetraphénylétains. Ce sont des substances chimiques industrielles.

Comment sont-elles utilisées? 

  • Certaines substances organostanniques sont utilisées en raison de leurs propriétés pesticidales.
  • Les substances organostanniques qui ne sont pas utilisées comme pesticides servent essentiellement de stabilisateurs pour le poly(chlorure de vinyle) (PVC), un genre de plastique.
  • Les substances organostanniques servent également aux fins suivantes : additifs pour les produits d'emballage en PVC pour les aliments, application d'une couche d'oxyde d'étain sur les bouteilles en verre réutilisables et stabilisateur des huiles lubrifiantes, du peroxyde d'hydrogène et des polyoléfines.
  • Selon les plus récentes données disponibles, certaines substances organostanniques sont actuellement utilisées au Canada.

Pourquoi le gouvernement du Canada a-t-il fait une évaluation des organostanniques?

  • On a déterminé que les substances organostanniques pouvaient présenter des risques pour l'environnement, selon les renseignements disponibles relatifs à leur potentiel de persistance, d'accumulation et de toxicité pour l'environnement.
  • Entre les mois d'août 1994 et de mars 2000, des avis ont été reçus montrant des augmentations importantes des quantités utilisées de ces neuf catégories de substances organostanniques et une nouvelle voie de rejet possible dans l'environnement de ces substances.

Comment ces substances sont-elles rejetées dans l'environnement?

  • La documentation ne présente aucun rapport d'utilisation des substances organostanniques dans les produits de consommation. En conséquence, l'exposition à ces substances organostanniques devrait être très faible.
  • Les substances organostanniques peuvent être rejetées dans l'environnement au cours de la fabrication de produits et durant les processus industriels. Les plus importants rejets dans l'environnement de substances organostanniques non liés à leur utilisation comme pesticides résultent de l'échappement de résidus liquides des contenants d'expédition, tandis que les plus faibles rejets proviennent des réservoirs de stockage et des lignes de transfert pendant les processus associés à la formulation et à la fabrication.
  • Comme les substances organostanniques sont utilisées dans un grand nombre d'applications, elles peuvent être rejetées dans l'environnement à partir de nombreuses sources différentes. Certaines peuvent alors persister longtemps dans l'environnement. Deux substances organostanniques, soit les tributylétains et les triphénylétains, peuvent s'accumuler et être toxiques pour les organismes aquatiques.
  • Certaines substances organostanniques peuvent être rejetées dans l'environnement en quantité suffisante ou dans certaines conditions qui peuvent être nocives pour l'environnement ou pour sa diversité biologique.

Que fait le gouvernement du Canada?

  • Le gouvernement du Canada a effectué une évaluation scientifique des substances organostanniques, appelée évaluation préalable.
  • Le gouvernement du Canada a déterminé que les tributylétains et les tetrabutylétains (substances qui peuvent se transformer en tributylétains) sont des substances nocives pour l'environnement, parce qu'ils s'accumulent et sont toxiques pour les organismes. On recommande que ces substances soient ajoutées à l'annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, 1999 (LCPE 1999). En outre, les tributylétains remplissent les critères visant la quasi-élimination (énoncés dans la Politique de gestion des substances toxiques du gouvernement du Canada).
  • L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire évaluera de nouveau les autres utilisations des tributylétains d'ici 2009-2010, afin de déterminer si leur utilisation est toujours acceptable, compte tenu des normes actuelles de protection de la santé et de l'environnement.
  • Le gouvernement du Canada a déterminé que les monométhylétains, les monobutylétains, les monooctylétains, les diméthylétains, les dibutylétains, les dioctylétains, les fluorotriphénylétains et les tetraphénylétains ne sont pas des substances nocives pour l'environnement, parce qu'il a été établi qu'elles ne s'accumulent pas et ne sont pas toxiques pour les organismes.
  • Le gouvernement du Canada proposera que les fluorotriphénylétains et les tetraphénylétains soient visés par les déclarations de nouvelle activité ou NAc. Cette mesure permet de veiller à ce que toute nouvelle utilisation proposée pour les fluorotriphénylétains et les tetraphénylétains fasse l'objet d'une évaluation plus approfondie avant que cette nouvelle activité ne soit autorisée.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :