Allocution de l’administratrice en chef de la santé publique au sujet de la COVID‑19, le 9 février 2021

Discours

Il y a eu 808 120 cas de COVID‑19 au Canada, dont 20 835 décès et 40 175 cas actifs dans tout le pays. Au cours de la dernière semaine, plus de 103 000 tests en moyenne ont été effectués quotidiennement partout au Canada, dont 3,7 % se sont avérés positifs à la COVID‑19. Le nombre quotidien de nouveaux cas à l’échelle nationale diminue depuis plusieurs semaines. Au cours de la dernière semaine, un peu plus de 3 500 nouveaux cas en moyenne ont été signalés quotidiennement, ce qui représente moins de la moitié du nombre de cas quotidiens signalés au début de janvier, nombre qui atteignait alors un sommet de plus de 8 100. Il s’agit de progrès remarquables, sachant les sacrifices que nous avons tous faits. De plus, nous voyons maintenant d’autres bienfaits dans la baisse constante des cas graves de la maladie, ce qui réduit en partie la pression exercée sur le système de santé et son personnel. Au cours des sept derniers jours, un peu moins de 3 300 personnes atteintes de la COVID‑19 en moyenne ont été traitées quotidiennement dans des hôpitaux canadiens, dont 728 étaient aux soins intensifs, ce qui représente une diminution de 15 %, et 100 décès ont été signalés chaque jour, soit une baisse de 20 %.

Bien que la baisse du nombre de cas, d’hospitalisations et de décès puisse être rassurante, nous devons continuer de faire attention. Au cours de la dernière semaine, le nombre total de cas signalés des nouveaux variants du virus a plus que doublé. Sept provinces font état de la présence des variants, et l’Ontario a déclaré avoir détecté pour la première fois le variant P.1, lequel a été décelé à l’origine au Brésil. Les virus continuant d’évoluer, il est normal que des variants surgissent; cependant, ces derniers sont considérés comme des « variants préoccupants », car on sait qu’ils se propagent plus facilement. Il est également possible que les vaccins actuels offrent une protection moindre. C’est pourquoi nous devons rester totalement vigilant dans l’application de nos mesures de santé publique et de nos pratiques individuelles. Cela empêchera que ces variants se propagent au point de provoquer une recrudescence de l’épidémie, la rendant beaucoup plus difficile à contrôler.

Compte tenu du nombre actuel de cas signalés des nouveaux variants au Canada, soit plus de 355 pour le variant B.1.1.7, 25 pour le variant B.1.351 et 1 pour le variant P.1 [variants ayant été décelés à l’origine respectivement au Royaume‑Uni, en Afrique du Sud et au Brésil], et de la preuve voulant qu’il y ait propagation dans la communauté dans au moins trois provinces et des liens avec des éclosions dans des établissements de soins de longue durée et d’autres lieux d’habitation collectifs, y compris en milieu de travail, le risque est très réel.

Mais il faut voir le bon côté des choses, car nous pouvons tirer profit de plusieurs points positifs. D’abord et avant tout, nous savons ce qui fonctionne pour contrôler ce virus, qu’il s’agisse des nouveaux variants ou de l’ancien virus. Ensuite, nous avons l’avantage de la prospective par rapport à d’autres pays, lesquels ont démontré l’efficacité d’une vigilance soutenue concernant les mesures de santé publique afin de contrôler la propagation des nouveaux variants.

La marche à suivre est claire. En ce moment, nos mesures fonctionnent. Il nous faut donc continuer de faire tout ce que nous faisons, et d’agir le mieux possible en tout temps! Cette règle simple peut nous aider à limiter la propagation des variants plus contagieux alors que nous poursuivons les programmes de vaccination : visez à avoir le moins d’interactions possible avec le moins de personnes possible, le moins longtemps possible, à la distance la plus grande possible.

C’est à nous tous de freiner la propagation de la COVID‑19.

Pour obtenir des renseignements et des ressources sur la COVID‑19, consultez le document d’information. Vous y trouverez entre autres de l’information sur la vaccination et les façons de réduire les risques de contracter et de transmettre le virus à d’autres.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :