Déclaration du Conseil des médecins hygiénistes en chef (CMHC) : Vaccination contre la COVID-19 et utilisation de doses de rappel du vaccin contre la COVID-19

Déclaration

Nous continuons à réaliser de grands progrès en ce qui concerne la vaccination contre la COVID-19 à l'échelle du Canada. Les personnes vaccinées se protègent elles-mêmes ainsi que les membres de leurs familles et leurs collectivités contre les effets graves de la COVID-19 et réduisent le risque de transmission du virus. Plus de 84 % de la population admissible âgée de 12 ans et plus a maintenant reçu deux doses du vaccin et nous observons les répercussions positives de la vaccination dans de nombreuses parties de notre pays. La route devant nous semble plus prometteuse qu'auparavant, mais nous devons garder à l'esprit les risques persistants que pose le variant Delta, un variant préoccupant et très contagieux. La majorité des hospitalisations liées à la COVID-19 touche des personnes non vaccinées et c'est la raison pour laquelle, en notre qualité de médecins-hygiénistes en chef, nous encourageons tout le monde à se faire entièrement vacciner, car les vaccins demeurent notre meilleure défense contre les effets graves. Nous demeurons résolus à mettre en œuvre des stratégies de vaccination qui tiennent compte des dernières données probantes et qui offrent le plus grand avantage à nos populations.

En nous appuyant sur les progrès réalisés à ce jour, à ce stade-ci de la pandémie, nous faisons tout en notre pouvoir pour réduire au minimum le nombre de cas de maladie grave et de décès tout en préservant la capacité des systèmes de santé. Notre objectif est aussi de réduire la transmission de la COVID-19 afin de protéger les populations clés, incluant les personnes les plus à risque. À chacune des étapes de notre cheminement, nos interventions sont équilibrées avec la nécessité de réduire au minimum les répercussions négatives plus vastes de la pandémie sur la société. Cela comprend les répercussions qui sont susceptibles d'exercer une pression supplémentaire sur nos systèmes de santé et le mieux-être général de notre population aujourd'hui et à l'avenir.

Les avantages de la vaccination pour nous aider à atteindre ces objectifs sont évidents. Les données probantes continuent de montrer que le fait d'être entièrement vacciné confère une bonne protection, particulièrement contre la maladie grave, l'hospitalisation et le décès découlant de la COVID-19, y compris contre le variant Delta et les autres variants préoccupants. Les personnes ayant une forte réponse immunitaire à leur série primaire de vaccins continueront d'être protégées pendant quelque temps. Pour certains groupes, leur protection peut diminuer graduellement au fil du temps, laissant les personnes les plus à risque vulnérables à l'égard des effets graves.

Nous continuons de fonder nos prises de décisions sur des preuves scientifiques et sur des avis d'experts afin d'orienter l'utilisation des vaccins homologués contre la COVID-19. Le 29 octobre 2021, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a présenté une orientation provisoire concernant l'utilisation d'une dose de rappel au moins six mois après la série primaire de vaccins contre la COVID-19. Cela confère une protection plus longue contre la COVID-19. Le CCNI recommande des doses de rappel pour certaines populations clés, six mois ou plus après leur série primaire de vaccins contre la COVID-19 homologués par Santé Canada. À l'heure actuelle, les populations clés à qui l'on recommande de recevoir des doses de rappel sont celles qui présentent le plus grand risque de maladie et de résultats graves. Cela comprend aussi certains fournisseurs de soins de santé qui ont reçu leur série primaire de vaccins avec moins de 28 jours d'intervalle entre les doses. Ces professionnels de la santé pourraient poser un risque de transmission accru pour les populations vulnérables et laisseraient un écart grave dans nos systèmes de santé dans l'éventualité où ils tomberaient malades, même d'une infection légère.

Étant donné qu'il n'y a aucune preuve actuelle d'un déclin généralisé de la protection contre la maladie grave dans la population générale ayant reçu un vaccin contre la COVID-19 au Canada, les doses de rappel pour ce groupe ne sont pas requises pour le moment, mais nous continuerons à surveiller l'efficacité des vaccins et d'autres données afin de déterminer les besoins à l'avenir. Les recommandations actuelles du CCNI pour les populations clés ont été éclairées par l'épidémiologie actuelle au Canada ainsi que par les plus récentes données probantes concernant l'efficacité des vaccins et la diminution potentielle de la protection.

En tant que médecins-hygiénistes en chef du Canada, nous remercions le CCNI de son analyse et de ses recommandations fondées sur les données probantes actuelles afin d'éclairer les décisions provinciales, territoriales et régionales en matière de santé publique sur la façon de mieux utiliser les doses de rappel de vaccins contre la COVID-19 dans les programmes de vaccination à l'heure actuelle. Les provinces et les territoires auront recours aux conseils du CCNI, en y apportant quelques ajustements fondés sur l'épidémiologie locale et des circonstances uniques, le cas échéant.

Il convient de se souvenir que, même si les vaccins contre la COVID-19 approuvés au Canada ont constitué un outil important dans notre boîte à outils contre cette pandémie, les vaccins ne sont pas efficaces à 100 % et ne permettent pas de contrôler la COVID-19 à eux seuls. À l'approche de l'hiver, nous devons tous nous continuer à mettre en pratique les principales stratégies de santé publique qui se sont avérées efficaces afin de contrôler la pandémie. En outre, nous exhortons toute personne vivant au Canada à se protéger et protéger les autres en respectant les mesures et les conseils de l'autorité de santé publique de leur région. Cela comprend le fait de rester à la maison lorsque vous êtes malade, d'aller vous faire tester si vous éprouvez des symptômes, de se laver les mains, de porter le masque et de se faire vacciner contre l'influenza dès que le vaccin est offert dans votre région.

Tous nos efforts collectifs au cours des prochaines semaines et des prochains mois nous aideront à apprendre, à nous adapter et à garder le Canada sur la voie d'un avenir plus prometteur dans lequel nos populations sont protégées contre les effets graves de la COVID-19; dans lequel la COVID-19 est gérable comme de nombreux autres virus; et dans lequel nous pouvons jouir pleinement et en toute sécurité des choses que nous aimons le plus.

Le Conseil des médecins hygiénistes en chef comprend le médecin hygiéniste en chef de chaque province et de chaque territoire, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la conseillère médicale principale de Santé Canada, le médecin en chef de la santé publique de Services aux Autochtones Canada, le médecin en chef de l'Autorité sanitaire des Premières Nations et les membres d'office d'autres ministères fédéraux.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :