Document d’information : Financement pour aider les organismes communautaires à lutter contre la variole simienne

Document d'information

Août 2022

Le Fonds d'initiatives communautaires en matière de VIH et d'hépatite C adopte une approche intégrée pour accroître l'efficacité des initiatives de prévention de ces infections, ainsi que d'autres infections transmissibles sexuellement et par le sang. Cette approche tient compte des voies de transmission communes, des comportements à risque, des populations touchées et des déterminants sociaux de la santé liés à ces infections au moyen d'interventions ciblées de prévention, de dépistage, de soins et de traitement.

L'annonce d'aujourd'hui fait partie d'une approche globale visant à joindre les principales populations touchées par l'éclosion de variole simienne et aider des organismes communautaires à accroître leur capacité à répondre aux besoins exprimés par les communautés en matière d'activités de prévention, d'éducation, de sensibilisation et de lutte contre la stigmatisation. Ces organismes amplifieront les messages de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) d'une manière adaptée à la culture et sans stigmatisation, afin de joindre les populations qui sont actuellement touchées par l'éclosion.

Le Centre de recherche communautaire (CBRC) recevra un total de 350 000 $. Cet organisme s'occupe de la coordination pour Avancer, un partenariat communautaire pancanadien regroupant des organismes qui s'occupent de la santé des hommes gais et bisexuels. Le CBRC mettra au point un ensemble de ressources éducatives nationales fondées sur des données probantes, coordonner le travail du partenariat et veiller à ce que les petites collectivités du Canada puissent avoir accès à un soutien financier immédiat concernant les demandes en matière de programmes qui pourraient survenir à mesure que l'éclosion de variole simienne évolue.

H.I.M Health Initiative for Men Society, member d'Avancer, recevra 100 000 $;

De plus, la coopérative Queer and Trans Health Collective (en anglais seulement) à Edmonton recevra 100 000 $ pour joindre les populations clés de sa communauté.

L'annonce fait partie d'un engagement d'un million de dollars pour appuyer des organismes partout au pays. Une somme totale de 350 000 $ a récemment été annoncée le 21 juillet lors d'un évènement, à Montréal. Dans le cadre de cette annonce, RÉZO a reçu 150 000 $ pour appuyer des initiatives de sensibilisation locales et provinciales, vu que Montréal enregistre à l'heure actuelle le plus grand nombre de cas. L'AIDS Committee of Toronto s'est vu verser 100 000 $, et MAX Ottawa a reçu 100 000 $.

Les 100 000 $ restants sont disponibles auprès de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour les imprévus, afin de répondre à tout nouveau problème lié à l'éclosion de variole simienne.

Depuis le début de l'éclosion de variole simienne, l'ASPC collabore avec des partenaires nationaux et internationaux afin de protéger la santé de toutes les personnes au Canada. Dès la confirmation des premiers cas de variole simienne, le gouvernement du Canada a mis en marche son Centre des opérations du portefeuille de la Santé. Le Laboratoire national de microbiologie (LNM) continue d'effectuer le dépistage afin de confirmer le diagnostic de variole simienne des cas présumés, et les autorités de santé publique ainsi que les systèmes de santé des provinces et des territoires mènent les enquêtes sur les cas et gèrent l'éclosion. L'ASPC continue de faire le point régulièrement sur l'éclosion de variole simienne au moyen de rapports publics et sur Canada.ca/variolesimienne, y compris la diffusion de lignes directrices intérimaires sur l'infection, la prévention et le contrôle (IPC), des directives sur la gestion des cas et des contacts, une définition nationale de cas de variole simienne, des lignes directrices à l'intention des professionnels de la santé et de l'information sur les risques et les symptômes pour accroître la sensibilisation.

L'ASPC travaille avec des intervenants, y compris des organisations non gouvernementales, les médecins hygiénistes en chef par l'intermédiaire du Réseau pancanadien de santé publique ainsi que des réseaux et des partenaires internationaux, dans le but d'accroître la sensibilisation des populations qui courent le plus grand risque, en diffusant des lignes directrices et les outils nécessaires pour contribuer à gérer les cas de variole simienne.

La Colombie-Britannique a signalé en tout 98 cas de variole simienne en date du 11 août (la plupart sont dans la région métropolitaine de Vancouver). Les provinces et territoires établissent leurs programmes d’immunisation en fonction des situations qui leur sont propres. En date du 8 août, la Colombie-Britannique a administré 11 629 doses du vaccin Imvamune® aux contacts proches et aux personnes les plus susceptibles de contracter la maladie. Pour de plus amples renseignements sur les lieux où l’on peut se faire vacciner en Colombie-Britannique, consultez la page : Monkeypox: Vaccination (en anglais seulement).

La compréhension globale du virus de la variole simienne est toujours en évolution et le Canada fait figure de modèle quant à l'approfondissement des connaissances de l'éclosion actuelle de la variole simienne, notamment en mobilisant les experts et en partageant les preuves scientifiques courantes, afin d'éclairer l'intervention. Le Canada poursuivra son travail avec l'OMS et les partenaires internationaux pour solidifier l'intervention mondiale à l'éclosion de la variole simienne en cours.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :