ARCHIVÉE - Évaluation sommative du programme de contributions pour la sûreté du sang

 

Annexe A : Principales conclusions détaillées

La section suivante présente les principaux résultats pour chaque question d'évaluation.

Incidences de contributions du PCSS sur les résultats

Question d'évaluation 12 : Comment les contributions fournies à chacun des bénéficiaires ont-elles contribué à la réalisation de chacun des résultats du PCSS et aux systèmes de surveillance nationaux?

En ce qui concerne les systèmes complexes en particulier, il est souvent difficile de déterminer à quel point un programme donné a contribué aux résultats souhaités. Typiquement, de nombreux facteurs ont pu contribuer aux mêmes résultats. Par exemple, les systèmes de surveillance auraient pu être institués par les administrations des provinces ou des territoires, même si l'administration fédérale n'avait pas assumé un rôle de leadership par l'entremise du PCSS. De même, il peut s'avérer difficile de déterminer à quel point les données de surveillance accroissent la capacité d'identifier et de gérer les nouvelles questions et les risques associés à l'utilisation du sang, de produits sanguins ou à la transplantation de cellules, de tissus et d'organes. Il est possible que les risques émergents aient été identifiés aussi rapidement sans les données de surveillance, ou peut-être que non.

Nous avons adopté deux approches afin d'estimer les incidences probables de l'apport du PCSS aux résultats escomptés. La première cherchait à déterminer, dans le cas du SSIT et du SSET, si la capacité de surveillance dans les diverses provinces et les divers territoires semblait reliée à la provision de financement au PCSS. La deuxième consistait à recueillir les perceptions des intervenants à propos de la contribution du PCSS aux résultats.

Les relations entre la disponibilité du financement et le développement des systèmes de surveillance

Tableau 3 montrent le lien entre l'approbation du financement du SSIT et le développement des systèmes de surveillance des effets indésirables dans les provinces et territoires. Comme le tableau le montre, les régions qui ont reçu un financement les premières étaient plus susceptibles de déclarer qu'elles avaient mis en œuvre leur système de surveillance peu après, tandis que celles qui avaient reçu leur financement plus tard avaient aussi tendance à mettre en œuvre leur système de surveillance plus tard.

Ces données sont sujettes à de nombreuses limitations : les dates de mise en œuvre des systèmes de surveillance provenaient du sondage et peuvent être inexactes; dans plusieurs régions, les répondants au sondage ont donné des réponses contradictoires, ne permettant pas de déterminer une date précise; et le financement approuvé n'a pas été nécessairement reçu immédiatement. Toutefois, les résultats suggèrent que la participation au PCSS a eu un rôle à jour dans le développement de systèmes de surveillance des effets indésirables dans chacune des régions.

Tableau 3  : Année financière pour laquelle le financement du SSIT a été initialement approuvé, et date de mise en œuvre d'un système de surveillance des effets indésirables, par province ou territoire
  Province ou territoire
BC QC PE NS MB ON NB SK NT YK NL AB NU
aCette date peut ne pas correspondre à la date de réception d'un premier financement
bFinancement non approuvé en 04-05
cD'après les estimations des répondants au sondage. Dans certaines régions, les répondants ont donné des réponses contradictoires, ou ne pouvaient pas donner une estimation (indiqué par « s.o. »).
Financement approuvé initialementTableau 3 - Note de bas de page a 99/00 99/00 99/00 00/01 01/02 01/02 02/03 04/05 04/05 04/05 05/06 02/03Tableau 3 - Note de bas de page b -
Date de mise en œuvre du système de surveillanceTableau 3 - Note de bas de page c avr 2001 1999/ 2000 mars
1999
s.o. juil 2003 s.o. juin 2003 jan 2004 mars 2004 s.o. s.o. nov 2007 s.o.

Une des questions du sondage demandait aussi si les régions avaient établi un système de surveillance des erreurs transfusionnelles. Les quatre provinces ou territoires participants au SSET, ainsi que deux autres, ont répondu affirmativement. Le reste des cinq provinces et territoires ont donné une réponse négative. À nouveau, cela suggère que la participation au PCSS a contribué au développement de ces systèmes.

Perceptions des intervenants

Plus de la moitié des répondants au sondage (57 %) ont déclaré qu'ils n'auraient pas mis en œuvre leur système de surveillance des effets indésirables reliés aux transfusions sans le financement du PCSS/SSIT. Le reste des répondants au sondage (43 %) ont affirmé qu'ils auraient mis en œuvre le système sans le financement, mais plus de la moitié d'entre eux ont mentionné que cela n'aurait pas été fait de manière aussi complète ou aussi rapide.

Environ un tiers (36 %) des répondants au sondage des six provinces ou territoires qui avaient institué un système de surveillance des erreurs transfusionnelles ont affirmé qu'ils ne l'auraient pas mis en œuvre sans le financement du PCSS/SSET. Les deux autres tiers des répondants au sondage ont affirmé qu'ils auraient mis en œuvre le système sans le financement, mais un tiers d'entre eux ont mentionné que cela n'aurait pas été fait de manière aussi complète ou aussi rapide.

Comme mentionné dans une section précédente, la majorité des intervenants croyaient qu'il serait plus difficile d'identifier, d'évaluer et d'atténuer les risques reliés à la transfusion de sang et de produits sanguins sans les données du SSIT et du SSET.

Sommaire

La perception des intervenants, alliée aux relations observées entre la disponibilité du financement et la mise en œuvre des systèmes de surveillance, suggère que le PCSS a probablement contribué au développement et à la mise en œuvre des systèmes de surveillance des erreurs et des effets indésirables associés aux transfusions. Bien que le développement de tels systèmes ait pu être réalisé par certaines régions, il pourrait ne pas avoir eu lieu aussi rapidement ou aussi complètement.

Les intervenants ont affirmé qu'il aurait été plus difficile de procéder à l'identification, l'évaluation et l'atténuation de risques reliés à la transfusion de sang et de produits sanguins en l'absence des données du SSIT et du SSET.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :