Avis de santé publique - L'éclosion d’infections à E. coli aux États-Unis liée à la laitue romaine a des répercussions sur les Canadiens

Le 6 décembre 2019 – Mise à jour

Depuis le 22 novembre 2019, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a relevé au pays un cas supplémentaire d’infection à E. coli ayant une empreinte génétique semblable aux cas signalés dans le cadre de l’éclosion continue américaine d’infections à E. coli associée à la laitue romaine récoltée à Salinas, en Californie.

L’ASPC a mobilisé ses partenaires de santé publique fédéraux et provinciaux et continue de collaborer avec les responsables de la santé américains pour déterminer la source de la contamination affectant les consommateurs.

On suggère toujours à ces derniers de ne pas consommer, et aux détaillants et aux établissements de restauration, de ne pas vendre ni servir, la laitue romaine récoltée à Salinas, la région de production californienne des États-Unis. La laitue romaine récoltée au Canada n’est pas visée par le présent avis.

sausage

Sur cette page

Pourquoi tenir compte du présent avis

L'Agence de la santé publique du Canada collabore avec ses partenaires fédéraux et provinciaux, ainsi qu'avec les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et les responsables de la santé des États-Unis pour enquêter sur une éclosion d'infection à Escherichia coli O157, communément appelé E. coli, qui est associée à de la laitue romaine provenant de Salinas, une région de culture californienne des États-Unis. E. coli peut provoquer une maladie grave et potentiellement mortelle.

La majorité des cas ont été signalés aux États-Unis, mais l'Agence de la santé publique du Canada a relevé un second cas canadien dont l'empreinte génétique est similaire à celle des cas recensés dans le cadre de l'enquête menée aux États-Unis. Par conséquent, une enquête sur une éclosion canadienne a été amorcée pour examiner de façon plus poussée les deux cas signalés au Canada.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) avait précédemment confirmé qu'on avait cessé d'importer au Canada de la laitue romaine provenant des régions touchées faisant l'objet de l'enquête aux États-Unis le 22 novembre 2019. L'ACIA a pris des mesures pour protéger les consommateurs et elle a mis en place de nouvelles mesures à la frontière afin d'empêcher toute autre importation au Canada des produits de laitue romaine touchés de Salinas, en Californie.

L'Agence de la santé publique du Canada continue de conseiller aux consommateurs de ne pas manger de laitue romaine récoltée à Salinas, une région de culture californienne des États-Unis, et les détaillants ainsi que les établissements de services alimentaires ne devraient pas en vendre ou en servir. Ce conseil n'affecte pas la laitue romaine récoltée au Canada.

Il s'agit de la quatrième éclosion d'infection à E. coli liée à la laitue romaine et touchant des consommateurs canadiens en deux ans. Le gouvernement du Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi que les bureaux régionaux de santé publique demeurent vigilants afin de détecter tout nouveau cas d'infection à E. coli lié à la laitue romaine. Si de nouveaux risques sont découverts, l'Agence de la santé publique du Canada et ses partenaires prendront les mesures nécessaires pour informer les Canadiens de tout risque accru pour leur santé et leur donner des conseils mis à jour sur la façon de prévenir la maladie.

Résumé de l'enquête

Au 6 décembre 2019, deux cas canadiens liés à l'éclosion aux États-Unis (en anglais seulement) ont été détectés au Canada : un (1) au Manitoba et (1) en Alberta (1). Ces personnes sont tombées malade à la mi-octobre et au début novembre 2019. Une personne a été hospitalisée. Aucun décès n'a été signalé.

Le U.S. CDC continue de signaler plusieurs cas d'infection dans plusieurs états américains. Selon les résultats de l'analyse en laboratoire, les cas signalés au Canada sont aussi génétiquement lié aux cas signalés aux États-Unis ainsi qu'aux cas signalés pendant les éclosions d'infection à E. coli qui sont survenues en 2017 et en 2018 et qui étaient liés à la laitue romaine. Ce lien donne à penser qu'il existe une source de contamination récurrente. Les autorités sanitaires du Canada et des États-Unis collaborent afin de cerner les points communs entre les récents cas et de déterminer la source de contamination touchant les consommateurs.

Il est possible que des cas plus récents puissant être signalés dans le cadre de l'éclosion canadienne pare qu'il s'écoule parfois un certain laps entre l'infection et le moment où elle est signalée aux responsables de la santé publique. En ce qui concerne cette éclosion, cette fourchette de temps oscille entre quatre (4) et cinq (5) semaines.

Comment la bactérie E. coli contamine-t-elle la laitue?

La bactérie E. coli vit à l'état naturel dans les intestins de bovins, de volailles et d'autres animaux. Les fruits et légumes crus qui ont été en contact avec des fèces infectées d'animaux sont une source fréquente d'infections à E. coli. Les légumes-feuilles, comme la laitue, peuvent se contaminer dans les champs par la terre, l'eau, les animaux ou du fumier mal composté. La laitue peut également se contaminer par des bactéries au cours de la récolte ou après, lors de la manipulation, de l'entreposage et du transport de ce produit horticole. La contamination de la laitue peut aussi se produire à l'épicerie, dans le réfrigérateur ou sur le comptoir et la planche à découper par une contamination croisée avec les bactéries nocives de viandes, de volaille, de poissons ou de fruits de mer à l'état cru. La plupart des souches d'E. coli sont sans danger pour l'humain, mais certaines variétés peuvent rendre malade.

Qui est le plus à risque?

Cette souche d'éclosion connue comme E. coli O157 est plus susceptible que toute autre souche de causer de graves symptômes. Les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les enfants en bas âge et les personnes âgées courent le plus grand risque de complications graves.

Alors que la plupart des personnes qui deviennent malades après avoir été infectées par E. coli se rétablissent complètement d'elles-mêmes, certaines seront beaucoup plus malades au point qu'il faudra les hospitaliser. L'infection peut même entraîner des effets persistants sur leur état de santé. Dans de rares cas, des symptômes potentiellement mortels peuvent se manifester, y compris un accident vasculaire cérébral, une insuffisance rénale ou une crise d'épilepsie, qui pourraient entraîner la mort. Il se peut que certaines personnes soient infectées par la bactérie et ne deviennent pas malades ou ne présentent aucun symptôme, mais qu'elles puissent tout de même transmettre l'infection à d'autres.

Ce que vous devriez faire pour protéger votre santé

On avise les consommateurs canadiens d'éviter de manger, et les détaillants et les établissements de restauration, d'éviter de vendre ou de servir la laitue romaine récoltée à Salinas, la zone de production californienne des É.-U. Ce conseil n'affecte pas la laitue romaine récoltée au Canada.

On suggère aux consommateurs de vérifier les produits de laitue à domicile (tête de laitue romaine, cœur de laitue romaine, sacs et contenants de laitue pré coupée et de mélanges de laitues contenant de la laitue romaine, tels que bébé romaine, mélange printanier et salade césar).

  • Si vous avez ces produits :
    • Cherchez une étiquette indiquant l'endroit où la laitue romaine a été récoltée. Elle peut être imprimée sur l'emballage ou sur une étiquette.
    • Si l'emballage indique que le produit provient de Salinas, la zone de production californienne des É.-U., n'en mangez pas. Jetez-le.
    • Si l'emballage n'identifie pas la provenance du produit, n'en mangez pas. Jetez-le.
    • Si vous êtes incertain du type de laitue, ou si un mélange de laitue, un sandwich ou un roulé contient de la romaine, n'en mangez pas. Jetez-le.
    • Lavez et désinfectez les tiroirs et tablettes du réfrigérateur où vous avez entreposé de la laitue romaine.
  • Si vous achetez le la laitue romaine :
    • Cherchez une étiquette indiquant l'endroit où la laitue romaine a été récoltée. Elle peut être imprimée sur l'emballage ou sur une étiquette.
    • Si l'emballage indique que la laitue provient de Salinas, la zone de production californienne des É.-U., n'en achetez pas.
    • Si la laitue n'est pas emballée, ou n'est pas étiquetée, informez-vous auprès du détaillant à savoir si elle provient de Salinas, la zone de production californienne des É.-U.
    • S'il vous est impossible de confirmer que la laitue dans les magasins ne provient pas de Salinas, la zone de production californienne des É.-U., n'en achetez pas.
  • Si vous commandez une salade ou tout autre aliment contenant de la laitue romaine dans un restaurant ou à un buffet à salades, demandez au personnel si la laitue romaine provient de Salinas. Si c'est le cas ou s'ils en ignorent la provenance, n'en mangez pas.
  • Le personnel dans les restaurants et les détaillants devraient vérifier les étiquettes sur les emballages de laitue romaine, ou s'informer auprès de leurs fournisseurs quant à la source des produits.
  • Les fournisseurs, les manufacturiers et autres participants dans la chaine d'approvisionnement ne devraient pas distribuer ou vendre de la laitue romaine récoltée à Salinas, la zone de production californienne des É.-U.

Symptômes

Les personnes infectées à E. coli peuvent développer une multitude de symptômes. Certaines ne tombent pas malades du tout, bien qu'elles puissent quand même transmettre l'infection à d'autres. D'autres peuvent ressentir de sérieux maux d'estomac. Dans certains cas, les personnes deviennent gravement malades et doivent être hospitalisées.

Voici les symptômes qui peuvent se manifester entre le premier et le dixième jour après un contact avec les bactéries :

  • des nausées;
  • des vomissements;
  • des maux de tête;
  • une légère fièvre;
  • de violentes crampes d'estomac;
  • des diarrhées liquides ou sanglantes.

La plupart des symptômes disparaissent au bout de cinq à dix jours. Il n'y a pas vraiment de traitement contre les infections à E. coli, autrement que de surveiller l'évolution de la maladie, assurer le confort du malade et éviter la déshydratation par une hydratation et une alimentation adéquates. Les gens qui développent des complications pourraient nécessiter des soins plus poussés, comme une dialyse dans les cas d'insuffisance rénale. Si les symptômes persistent, vous devriez communiquer avec votre professionnel de la santé.

Ce que fait le gouvernement du Canada

Le gouvernement a à cœur la salubrité des aliments. L'Agence de la santé publique du Canada dirige le volet sur la santé humaine de l'enquête liée à cette éclosion. Elle est constamment en communication avec ses partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux de manière à surveiller une éclosion et à prendre des mesures concertées pour la combattre.

Santé Canada fournit des évaluations des risques pour la santé afin de déterminer si la présence de certaines substances ou certains microorganismes dans les aliments constitue un risque pour la santé des consommateurs.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments mène des enquêtes sur la salubrité des aliments afin de vérifier si une éclosion tire son origine d'un aliment.

Le gouvernement du Canada tiendra les Canadiens informés de tout fait nouveau relatif à cette enquête.

Renseignements épidémiologiques

La figure 1 présente une courbe épidémiologique pour cette éclosion. Les responsables d'enquêtes sur des éclosions se servent de ces renseignements pour montrer quand les maladies se manifestent, quand elles atteignent un sommet et quand elles disparaissent. Il peut s'écouler plusieurs semaines entre le moment où une personne tombe malade et le moment où la maladie est signalée et où les tests confirment un lien avec l'éclosion. Les données sont disponibles pour 2 cas.

Figure 1 : Nombre de personnes infectées par E. coli O157:H7

Figure 1

Description du texte
Tableau 1 - Nombre de personnes infectées par E. coli O157 :H7 par semaine d'apparition de la maladie ou de prélèvement d'échantillon
Semaine d'apparition des symptômes ou de prélèvement d'échantillon Nombre de cas
2019-10-13 1
2019-10-20 0
2019-10-27 0
2019-11-03 1

Renseignements supplémentaires

Renseignements aux médias

Agence de la santé publique du Canada
Relations avec les médias
613-957-2983

Renseignements au public

Numéro sans frais : 1-866-225-0709
Courriel : info@hc-sc.gc.ca

Historique de l'enquête

Avis de santé publique mise à jour - Le 22 novembre 2019

Pourquoi tenir compte du présent avis

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la Food and Drug Administration (FDA) et le Food Safety and Inspection Service (FSIS) des États-Unis enquêtent sur une éclosion d'infection à Escherichia coli O157, communément appelé E. coli, qui est associée à de la laitue romaine provenant de Salinas, une région de culture californienne des États-Unis. E. coli peut provoquer une maladie grave et potentiellement mortelle.

Même s'il n'y a pas d'éclosion au Canada, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a relevé un cas canadien dont l'empreinte génétique est similaire à celle des cas recensés dans le cadre de l'enquête menée aux États-Unis.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a confirmé que de la laitue romaine provenant des régions touchées faisant l'objet de l'enquête aux États-Unis est importée au Canada à ce temps-ci de l'année. L'ACIA a pris des mesures pour protéger les consommateurs et elle mettra en place de nouvelles mesures à la frontière afin d'empêcher toute autre importation des produits de laitue romaine touchés au Canada.

Étant donné l'enquête sur une éclosion en cours aux États-Unis et son lien avec des produits sur le marché canadien, l'Agence de la santé publique du Canada conseille aux Canadiens de suivre les conseils de santé publique donnés par la US CDC (en anglais seulement), selon lesquels les consommateurs ne devraient pas manger de laitue romaine récoltée à Salinas, une région de culture californienne des États-Unis, et les détaillants ainsi que les établissements de services alimentaires ne devraient pas en vendre ou en servir. Ce conseil n'affecte pas la laitue romaine récoltée au Canada.

Il s'agit de la quatrième éclosion d'infection à E. coli liée à la laitue romaine et touchant des consommateurs canadiens en deux ans. Le gouvernement du Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi que les bureaux régionaux de santé publique demeurent vigilants afin de détecter tout nouveau cas d'infection à E. coli lié à la laitue romaine. Si de nouveaux risques sont découverts, l'Agence de la santé publique du Canada et ses partenaires prendront les mesures nécessaires pour informer les Canadiens de tout risque accru pour leur santé et leur donner des conseils mis à jour sur la façon de prévenir la maladie.

Résumé de l'enquête

À l'heure actuelle, il n'y a pas d'éclosion d'infection à E. coli au Canada. Les CDC des États-Unis ont signalé de nombreux cas dans plusieurs États américains. Au 22 novembre 2019, un seul cas canadien lié à l'éclosion aux États-Unis (en anglais seulement) avait été détecté au Manitoba. Cette personne est tombée malade à la mi-octobre.

Selon les résultats de l'analyse en laboratoire, le cas signalé au Canada est aussi génétiquement lié aux cas signalés pendant les éclosions d'infection à E. coli qui sont survenues en 2017 et en 2018 et qui étaient liés à la laitue romaine. Ce lien donne à penser qu'il existe une source de contamination récurrente. Les autorités sanitaires du Canada et des États-Unis collaborent afin de cerner les points communs entre les récents cas et de déterminer la source de contamination touchant les consommateurs.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :